Home ACTUALITE DECLARATION OFFICIELLE DE ECOBANK NIGER

DECLARATION OFFICIELLE DE ECOBANK NIGER

Source: http://www.burkina-faso.biz/Niamey, le 04 juin 2018 – La direction d’Ecobank Niger porte à la connaissance du public que les activités de la banque se poursuivent normalement, bien qu’il ait été observé que des images de l’une des agences de la banque soient apparues sur les réseaux sociaux indiquant qu’elle avait été fermée pour non-paiement d’impôt.

Didier Alexandre CORREA, directeur général d’Ecobank Niger, a déclaré : « Depuis près de 20 ans, nous sommes fiers de servir notre clientèle ici au Niger sous la bannière d’une institution financière soucieuse de conformité aux normes éthiques, de responsabilité sociale et du respect de ses obligations fiscales.

Nous avons noté que des images donnant à penser que le siège social de la Banque était fermé ont été diffusées sur les médias sociaux.  Par souci de transparence nous tenons à émettre un avis public sur l’événement ayant donné lieu à cette situation.

Nous voudrions en premier lieu rassurer tous nos clients et partenaires et affirmer que les guichets de la banque sont entièrement opérationnels et que nos activités se poursuivent normalement.

En second lieu, Ecobank Niger tient à déclarer que l’avis « fermé pour non-paiement d’impôt » apposé à l’entrée de l’agence principale sur instruction de l’Administration Fiscale a été retiré par les Services Fiscaux en moins d’une heure.

Ecobank Niger souhaite préciser à ses clients et partenaires que le montant réclamé par les services fiscaux équivaut à une majoration d’impôt de 57 678 672 FCFA, pour laquelle la banque a introduit, comme le permet la loi, un recours en contestation. Cette procédure étant toujours pendante, nous avons été surpris par la survenance des actions décrites ci-dessus.

En tout état de cause Ecobank Niger compte continuer d’agir en entreprise citoyenne et attache du prix à maintenir des relations de qualité avec l’Administration Fiscale qui reste un partenaire privilégié.

Bien que la perturbation occasionnée n’ait duré qu’un bref moment – notre engagement à fournir un service d’excellente qualité nous porte à présenter des excuses à nos clients qui ont pu subir une gêne liée à cette intervention.

Nous tenons à remercier chaleureusement tous nos clients et partenaires pour leur fidélité permanente. »

[author ]Ecobank Niger[/author]

18 Comments

  1. Par ces temps qui courent, le mal est profond. Démissionnez monsieur le DG, c’est plus honorable. C’est un coup dur pour une institution crédible applaudie par les Africains.

  2. Et ces sociétés de téléphonie qui grugent les nigériens à longueur des journées.
    Malheureusement même la société civile n’en parle même pas préférant faire plus de la politique que du sociétal.

  3. J ‘ajoutera que la banque pouvait éviter toute cette situation en versant les 50 millions qu’on lui demande en attendant la procédure.
    Le mal qui a été fait fait plus de 500 millions.

  4. Pauvre Afrique. Pour une fois qu’une entreprise africaine réalise des performances…
    Les acteurs doivent tout faire pour éviter de tels désagréments.

  5. Oui il faut payer ses impôts. Toutefois, nous devons faire très attention dans les actes que nous posons. Cette façon de faire a porté un grand préjudice à ECOBANC.
    Rigueur pour rigueur des mesures doivent être prises en vers les certaines sociétés de téléphonie qui font la loi dans notre pays.

  6. Certes le payement de l’impôt dans tout pays est nécessaire surtout de la part de certaines entreprises étrangères plus promptes à chercher à optimiser les profits au profit des actionnaires plutôt qu’à être en règle avec la loi locale. Mais d’un autre côté si la DGI contribue grandement à l’économie locale, elle contribue aussi et surtout à la « croissance personnelle » de ses membres dans un système où semble-t-il, la DGI travaille plus pour elle-même que pour l’Etat.
    Mais trop d’impôts tue aussi l’emploi et l’activité économique. Une entreprise qui est trop imposée dans un pays aura tendance à aller ailleurs. L’exemple de la compagnie aérienne Arik a montré que l’intérêt premier de la DGI n’est pas de contribuer au développement du pays sur le long terme et au bénéfice de tous. En effet Arik assurait la liaison entre Niamey et les villes de l’intérieur à un prix très raisonnable, ce qui aurait favorisé les échanges et le tourisme. La DGI qui s’en fout du désenclavement national lui a portée un coup fatal l’obligeant à abandonner le terrain à la très cupide Niger Airlines « facturant quasiment même les bébés ».
    Oui à l’impôt raisonnable qui ne tue pas l’activité économique et qui frappe toutes les « grandes profiteuses » que sont les entreprises internationales;
    Non à l’impôt pervers, perfide, inadmissible qui frappe les travailleurs et les petits revenus. Imposer les panneaux solaires (une fois à l’achat oui) par exemple ad aeternam est intolérable car le soleil n’appartient à personne, à aucun gouvernement, à aucun individu fusse-t-il président oui Super président. Les hommes passent mais le soleil demeure en tous cas à l’échelle temporelle humaine.

    1. Mr il faut s’informer d’abord avant de balancer des inepties. La DGI ne vote pas l’impôt, elle ne fait qu’executer les mesures fiscales adoptées par les parlementaires et qui sont inscrites au budget national. Une connaissance suffisante de la constitution vous aurez éviter cet amalgame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Commission Climat pour la Région du Sahel M. Issifi Boureima nommé Coordonnateur du Cadre Transitoire Opérationnel…

Par Décret du Président de la République, M. Boureima Issifi a été nommé Coordonnateur du …