Accueil / ACTUALITE / « Des marches et contre-marche sont organisées au motif de lutter contre la loi des finances 2018 ou de la soutenir »….

« Des marches et contre-marche sont organisées au motif de lutter contre la loi des finances 2018 ou de la soutenir »….

Depuis quelques semaines, la situation sociopolitique nationale connait une inquiétante évolution caractérisée singulièrement par une descente dans la rue de deux grandes tendances politiques détachées, depuis belles lurettes, des préoccupations légitimes et inaliénables du peuple nigérien.

« En effet des marches et contre-marche sont organisées au motif de lutter contre la loi des finances 2018 ou de la soutenir »….

Ainsi, d’une part :

Les opposants politiques, les candidats précoces et illuminés à la présidentialité, les mercenaires, les vendeurs d’illusions, les sous-traitants, les doubles-faces, s’offrent la qualité de Peuple, harnachent la loi des finances pour faire prospérer une stratégie de pourrissement devant conduire, à terme, à l’ingouvernabilité du pays et ouvrir possiblement la voie à des processus non démocratiques et républicains.

D’autre part,

Un personnel politique au pouvoir, suffisamment et brusquement repu, qui a brillé par son absence d’empathie et de responsabilité face à la misère que moud le peuple au quotidien et qui a ainsi profité de l’exercice du pouvoir pour s’enrichir et rendre le pays exsangue.

Ainsi, les guristes, leurs alliés, les militants de la 25ème heure du parti au pouvoir, profitent d’un débat, certes légitime, sur la loi des finances pour protéger leurs intérêts et empêcher la nouvelle inflexion revendiquée par les populations nigériennes et enfin prônée par le Président de la République à l’occasion de son discours du 15 février tendant à une meilleure gouvernance au Niger.

Ainsi les deux camps prennent le Niger, son peuple et même le Président de la République en otages car protégeant désormais leurs « butins », leurs places aux hautes fonctions de l’Etat ou aspirant à accéder au pouvoir pour perpétuer les travers actuellement décriés.

Face à cette arnaque et la descente aux enfers qu’elle induira nécessairement, la Révolution Démocratique fidèle à son option et engagement originels :

  • Demande la fin de l’infantilisation et l’instrumentalisation du peuple par des forces politiques qui ont, toutes, montré la limite objective de leur capacité à satisfaire les besoins fondamentaux des nigériens.

Pour preuve :

  • Qui s’occupe efficacement, aujourd’hui, du sort des enseignants révoqués ?
  • Qui se préoccupe de la déliquescence avancée du système éducatif ?
  • Qui lutte autour du triste sort des agents de santé qui trainent un chapelet d’arriérés de salaires ?
  • Qui se débat pour les jeunes refoulés des sites aurifères ?
  • Qui agit fermement pour retrouver nos sœurs et enfants enlevés à N’Galewa ?
  • Qui s’offusque de la crise énergétique qui se traduit par d’intempestives coupures d’eau et d’électricité ?
  • Qui se mobilise pour trouver des réponses à la famine qui menace et vide nos campagnes ?

Tous ou presque sont aux abonnés absents, tous abonnés au TOUT politique !

Les mascarades organisées par les différents faciès de l’opposition et la contre-marche menée par le pouvoir, doivent impérativement cesser.

Le peuple attend, il attend des solutions à ses souffrances.

  • La RD considère que l’exigence citoyenne par rapport à la loi des finances est celle de la bonne gouvernance et de l’affectation des ressources aux besoins sociaux des nigériens.

La promotion de l’incivisme fiscal et la logique stricto-contestataire sont contre-productives dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations nigériennes, de la conquête continue de notre souveraineté et de l’édification d’un Niger de solidarité et de justice sociale.

Le gouvernement doit s’y consacrer exclusivement, sa place n’est pas dans la rue.

  • La RD rappelle son engagement à préserver et défendre la Démocratie et la République contre toutes velléités, d’où qu’elles viennent, tendant à les fragiliser ou à les compromettre.
  • La RD appelle les nigériens à plus de sérénité, à se démarquer de ces deux tendances fondées sur les intérêts personnels et rentiers.
  • Enfin, au regard de la crise universitaire imposée et entretenue par certains enseignants du SNECS, la RD apporte son indéfectible soutien aux étudiants et exige la fin de la prise en otage des fils du peuple et de leur avenir par des enseignants inscrits dans un processus de fragilisation voire de liquidation de la structure mère de la démocratie nigérienne qu’est l’USN.

 

Vive le Niger uni et solidaire,

Vive la République

Abas les farceurs

Vive la Révolution démocratique

Je vous remercie !

Fait à Niamey, le 8 mars 2018

À propos de l'Auteur

Le directoire de la RD

À propos Administrateur

3 plusieurs commentaires

  1. Et l’enfer dont tu parles HABBA KOUMA qui l’a crée. Ceux qui sont au pouvoir l’ont crée cet enfer….Ils l’ont crée depuis la conference nationale

  2. l opposition peut critiquer d accord…… mais pas dicter ou conditionner le pouvoir dans le travail c est impossible .le dialogue doit être permanent entre le pouvoir et l opposition .les parties concernées qui voudront s asseoir autour d une table soient les bienvenus car y sont responsables et majeures et n ont par conséquent pas besoin d intermédiaire ou de médiation venant surtout de quelqu n dont la crédibilité est douteuse.nous voulons la paix au Niger.nous sommes tous autant que nous sommes des êtres vulnérables ;a droite il ya l hôpital ;a gauche la prison;en face de nous les cimetières .

  3. Pauvres nigériens…
    Nous avons toujours trouvé des alibis pour créer l’enfer à ceux qui nous dirigent à un moment donné.
    1. Diori a été accusé de voler l’argent du Niger tandis que son peuple mourait de fin. Nous savons comment et pourquoi on l’a fait partir. Avec notre bénédiction et nous avons applaudi son départ.
    2. Kountché l’un des nigériens les plus patriotes a également était traité de voleur. On disait que l’argent qu’il aurait détourné était caché dans… sa tombe.. La suite est connue ;
    3. Ali Chaibou a été traité de tous les noms d’oiseaux. Il lui a créé (démocratiquement) l’enfer sur terre.
    4. BAARE a été traité de voleur. Et nous lui avons démocratiquement l’enfer sur terre. Pourtant c’est lui qui réussi à ramener le Niger dans le concert des nations.
    5. Tandja a également été traité de voleur. On lui a créé l’enfer sur terre pendant qu’il cherchait à doter notre pays en pétrole. Nous avons créé les conditions de son départ que la France a savamment orchestré pour nous dit-on restaurer la démocratie. Imaginez le Niger sans ce pétrole pour la mise en valeur duquel Tandja s’est sacrifié.
    6. Notre méchanceté, nos haines réciproques, nos médiocrités sont sans limite.
    7. Une fois encore, nous avons toujours su trouver des alibis pour créer l’enfer à ceux qui nous dirigent à un moment donné.
    ALLAH protège notre pays. AMEEEEEN !!!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.