Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / POLITIQUE / Deuxième anniversaire du coup d’Etat du 18 février 2010 : à chacun son bilan

Deuxième anniversaire du coup d’Etat du 18 février 2010 : à chacun son bilan

supporters et adverses de cette 3ème irruption de l’armée sur la scène politique en moins de quinze ans dressent, chacun, leur bilan. C’était le jeudi 18 février 2010, en plein midi, qu’un groupe de militaires sous les ordres du Commandant Djibo Salou a surpris l’ancien Président Tandja Mamadou et les membres de son Gouvernement en conseil des Ministres.

Après quelques coups de feu et tirs d’obus, le Président est arrêté et immédiatement conduit à la Compagnie d’appui, la principale caserne militaire de Niamey commandée par le même Djibo Salou. Les Ministres et d’autres fonctionnaires de la présidence furent conduits dans les locaux du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), situés en face du palais présidentiel. En une trentaine de minutes Djibo Salou et ses hommes venaient de mettre fin à une tension politique que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et un fan important de la Communauté internationale ont mis des mois à vouloir éviter au Niger.

La 6ème République, que le Président Tandja et ses partisans avaient installé 57 jours plus tôt, en tordant le cou à la Constitution et à toutes les institutions démocratiques de la 5ème République, venait donc d’être balayée et voilà le Niger de nouveau engagé dans une nouvelle transition militaire, après celles de 1996 et 1999. Une fois encore, les militaires regroupés au sein du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD)  avaient argué du risque majeur que la situation politique faisait peser sur le pays.

Il faut bien avoir l’honnêteté de le reconnaître, le coup d’Etat du 18 février 2010 était intervenu dans un climat de tension politique du fait, d’une part, du refus du Président Tandja de quitter le pouvoir après son deuxième et dernier mandat constitutionnel et, d’autre part, de la ferme détermination des forces politiques et sociales regroupées au sein de la Coordination des forces pour la démocratie et la République (CFDR) de ne pas le laisser achever le bonus de trois ans qu’il s’était octroyé, après avoir changé la Constitution et dissout toutes les institutions de la 5ème République. En dépit des rappels à l’ordre de la Communauté internationale et de la médiation entreprise par la CEDEAO – sous la conduite de l’ancien Président nigérian Abdusalami Abubakar – rien ne présageait d’une sortie heureuse de la crise.

Après avoir organisé le référendum du 4 août 2009 pour faire adopter une nouvelle Constitution et fonder une nouvelle République (la 6ème), Tandja Mamadou et ses partisans étaient devenus arrogants et provocateurs, aussi bien à l’endroit de leurs adversaires internes qu’à l’égard de la CEDEAO et de la Communauté internationale. Selon des rumeurs persistantes qui avaient circulé dans les rues de Niamey, le 18 février 2010 même, le Conseil des ministres écourté par les hommes de Djibo Salou allait prendre des décisions musclées à l’endroit des opposants internes et de la CEDEOA. Ainsi, on annonçait des arrestations dans les rangs de la CFDR et le retrait du Niger de la CEDEAO pour avoir suspendu le pays de ses instances, en réaction au coup d’Etat constitutionnel perpétré par le Président Tandja.

Si ces rumeurs étaient fondées, Dieu a donc vu juste en donnant la chance aux hommes de Djibo Salou de disperser ce conseil des ministres du jeudi 18 février 2010.

Coup d’Etat salvateur pour les uns, un recul pour les autres.

Comme il fallait s’y attendre, à l’occasion du deuxième anniversaire du coup d’Etat du 18 février 2010, beaucoup de langues se sont déliées, qui pour saluer son avènement, qui pour le condamner. Bien évidemment, tous ceux qui ont mal apprécié le refus du Président Tandja de quitter le pouvoir, à la fin de ses deux mandats constitutionnels, ont salué l’avènement du coup d’Etat du Commandant Djibo Salou et de ses hommes. Pour cette catégorie de citoyens, sans ce coup d’Etat le Niger allait faire ses adieux à la démocratie et s’installer dans la monarchie. Toujours selon ses partisans, le coup d’Etat du 18 février 2010 a cet autre mérite d’avoir mis un terme à une gestion mafieuse des biens de l’Etat, notamment les ressources minières et pétrolières, par le clan du Président de la République.

En face, les adversaires du coup d’Etat pensent que l’arrivée au pouvoir du Commandant Djibo Salou et de ses partisans a été un grand recul pour le Niger en ce sens qu’il a hypothéqué tous les grands projets que Tandja voulait exécuter. Ceux qui n’ont pas favorablement accueilli leur coup d’Etat reprochent aussi au Commandant Djibo Salou et à ses compagnons d’avoir mal géré les ressources de l’Etat durant leur transition. Ce sont ceux-là qui demandent aux autorités de la 7ème République de faire un audit de la gestion du CSRD. Quoi que disent les uns et les autres, le Commandant Djibo Salou, lui a réussi à inscrire son nom sur la liste – très restreinte – des Chefs d’Etats et Présidents de la République du Niger.

Et réalisé l’exploit qu’aucun militaire nigérien ne pourra sans doute jamais réaliser : passer directement du grade de Commandant (4 barrettes) à celui de Général de Corps d’Armée (4 étoiles) !

À propos Super User

13 plusieurs commentaires

  1. Independientemente del tema Blog Gracias por cuidar de mi (nf3tese ironeda).No queiro que me quere1is tanto como para que me atenga a las conseqfcencias del despue9s.Me conoce9is y tengo cabeza para algunas cosas que requieren de ella.la experiencia que les dio a mis padres la vida y la diferencia de su mentalidad a la meda (abismal) Les es imposible reconocer si el tipo de amistades que hago este1n bien o mal’. Por faltimo, refieriendome al veddeo, tiene libre interpretacif3n que hagan sacar un montf3n de conclusiones por parte de personas maduras que quize1s carezcan de empateda. a1Ah! Tampoco queiro hacer comparaciones sobre vuestra vida pasada, aparte de que es feo y no es mi estilo Es porque no se9 NADA, como de vosotros de la meda, solo lo que cuentan. Ahed lo dejo, os queiro.Vuestro nieto Xiqui

  2. Le Soldat SALOU est où
    même?

  3. Coup d’etat perpétré par les sarko pour protéger les intérêts occidentaux et mettre le pays dans le chaos au fin de nous condamner à la mendicité.

  4. FPNFront des Patriotes Nigériens

    A quoi bon d’en parlé. Si il ya un coup d’état à encrer dans la conscience collective des nigériens, euh bien, c’est celui du feu Général Baré. Celui ci avait prit cette iniatiative uniquemenet dans l’intérêt supérieur de vous et moi.
    SVP, ne nous parlé plus de ceux qui ne refléchissent pas avant d’agir ou qui agissent dans leurs propres intérêts.

  5. Merci Salou d’avoir dégagé ce ripou de clan de soit-disant réfondatuer. Ils vont moisir dans l’opposition. Et comme le ridicule ne tue pas au Niger, ils ont le culot de recourir à la cour constitutionnelle, eux qui ont refusé d’obtempérer à ses arrêts.
    Allez reormateurs, réformez l’oppsoition
    Vive Salou

  6. Incha allah rien ne va pas passer a salou.ceux qui le souhaitent mauvaises chose,lui salou leur souhaite bonheur.

  7. Merci salou d’avoir trahi ta patrie, merci salou d’avoir sauvegardé les intérets français à la place des intérêts de ton pays, merci salou d’avoir brisé l’élan de TANDJA dans l’oeuvre de construction nationale, merci salou des services rendus à la nation… française au détriment de ton pays.
    Merci salou, vraiment merci. Heureusement que des individus comme toi, traitres de la nation sont très peu nombreux au sein de nos vaillantes forces armées.

  8. Le commandant étoilé n’a plus le coeur à la fête. Il est hanté par le syndrome des putchistes qui veut que tous ceux qui ont fait un coup d’Etat depuis la CNS ont fini de la manière qu’on sait. Comment va finir le commandant étoilé? Comme WANKE? Comme Baaré? Seul Dieu le sait.
    La particularité de Salou c’est qu’il a agi dans l’intérêt d’une puissance étrangère à savoir la France comme en témoigne sa décoration pour service rendu à la nation… française.

  9. Merci a Salou et a ces valeureux hommes de l’armee.

    • [quote]Merci a Salou et a ces valeureux hommes de l’armee.[/quote]

      • Comme le ridicule ne tue pas dans ce pays, on veut nous parler de la reconciliation. Quelle reconciliation? entre qui et qui? Une chose est là, ce que les coups d’état ne vont jamais finir au Niger si les auteurs restent toujours impunis. cela va aiguiser l’envie à d’autres de tenter eux aussi. Pour le cas de Salou, c’est un mercenaire de la France pour ne pas dire celui d’Areva et il a été recompensé pour le service rendu qu’il a fait à la France celui de dégager le Vieux Tandja afin de permettre à la France de poser leur dictat sur les Mines du Niger. C’est simple de comprendre non?

        • SAIDOU LAURENT MERCI AU MMOIN IL Y A ENCORE DES GENS QUI COMPRENNENT ENCORE.on est plus de dix millions de nigeriens sur terre et il y en a qui pense qu on veut du mal a salou.on ne fait que dire ce qui est et je paris que votre salou a deja ce qu il merite.il n aura jamais la paix interieure.ET C EST CE QUI FAIT L ETRE HUMAIN.je paris qu il circule encore avec des gardes sur niamey.s il avait fait du bien dis moi ce qu il craint

Répondre à tchima Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.