Home ACTUALITE Développement Global : Le Président Nigérien Attribue L’explosion Du Taux De Natalité À « Une Interprétation Erronée De L’islam »…

Développement Global : Le Président Nigérien Attribue L’explosion Du Taux De Natalité À « Une Interprétation Erronée De L’islam »…

Mahamadou Issoufou en appelle à « une procréation responsable » car il prévient que l’explosion démographique compromettra l’adaptation au changement climatique. Une interprétation erronée de l’islam a entraîné une explosion du taux de natalité au Niger, entravant la lutte du pays pour s’adapter à la crise climatique et préserver ses ressources qui s’amenuisent, a affirmé le président du pays.

Cet enchevêtrement de questions est susceptible d’avoir un impact de plus en plus direct sur la politique européenne, a déclaré Mahamadou Issoufou, qui a fait observer que la migration pourrait dépasser les niveaux atteints lors la seconde guerre mondiale.  « Tout est lié dans ce village planétaire. Comme on dit, un papillon peut battre des ailes au Brésil et causer une tornade à Houston », a déclaré Issoufou, qui a été présenté par Emmanuel Macron et Angela Merkel comme l’un des dirigeants les plus éloquents d’Afrique.

Issoufou affirme qu’il a progressivement induit la baisse du taux de natalité dans son pays qui était de plus de sept enfants par femme, le taux de natalité le plus élevé au monde depuis une décennie.

Le Président Issoufou, présenté par Emmanuel Macron et Angela Merkel comme l’un des dirigeants les plus éloquents d’Afrique

Il a déclaré au Guardian : « Avant l’avènement de l’Islam, les femmes se mariaient à l’âge de 18 ans, mais à cause d’une interprétation erronée de l’Islam, les jeunes filles ont des enfants à l’âge de 12 ou 13 ans. Mais que dit le Coran ? Si une personne instruite fait une lecture du Coran, elle comprend qu’il est question de procréation responsable. L’Islam ne recommande d’avoir des enfants que si l’on peut en prendre soin et les éduquer correctement.

« L’école doit instruire les jeunes filles parce que nous ne voulons pas qu’elles aient des enfants à l’âge de 12 ou 13 ans. Idéalement, nous souhaiterions les maintenir scolarisées le plus longtemps possible, jusqu’à l’âge de 18 ans. C’est quelque chose de nouveau pour nous. »

Il souligne que, dans un pays à 98% musulman, ses opinions ne sont pas en contradiction avec celles des imams ou des chefs religieux. Bien qu’Issoufou se soit heurté à la résistance de certains leaders musulmans pour avoir prôné la planification familiale, il insiste : « Les chefs religieux sont de notre côté pour sensibiliser la population, et c’est pourquoi nous assistons à une baisse [du taux de natalité] ».

Avec la multiplication des moyens de contraception et des écoles de planification familiale pour hommes, le taux de natalité a graduellement baissé pour atteindre le taux d’ environ six enfants par femme, mais il reste encore beaucoup à faire, a ajouté le président. Les derniers chiffres officiels de la Banque mondiale, à partir de 2016, situent le taux à 7,2 enfants par femme.

D’ici 2050, nous pourrions avoir la deuxième population la plus importante d’Afrique après le Nigeria

La population du Niger était de 8 millions d’habitants en 1990 et a atteint les 22,4 millions en 2018. « Nous observons un accroissement de la population de 4 % par an », a déclaré Issoufou. « La population doublera dans les 17 prochaines années. D’ici 2050, nous pourrions avoir la deuxième population la plus importante d’Afrique après le Nigeria. »

C’est un phénomène qui touche l’ensemble du continent, a-t-il indiqué. « En Afrique, il y a aujourd’hui 1,3 milliard de personnes …[il y en aura] 2,4 milliards d’ici 2050, cela signifie 30 millions de jeunes qui entrent sur le marché du travail chaque année. Si nous ne faisons rien pour garder la population en Afrique en créant des emplois chez nous, il y aura une énorme vague de migration car celle-ci ira chercher du travail ailleurs. »

Il est conscient que l’ampleur des migrations en provenance du Niger – l’un des pays les plus pauvres du monde – dépend de l’évolution de la crise climatique, mais M. Issoufou a averti que sur les 230 millions de migrants prévus d’ici 2050, une importante partie viendra du Sahel, un chiffre qui sera beaucoup plus élevé que la migration massive engendrée par la seconde guerre mondiale a-t-il fait remarquer.

« Au Niger, nous subissons déjà les conséquences tangibles du changement climatique. Les inondations alternant avec les périodes de sécheresse [ont] déjà d’énormes conséquences sur la production agricole. On assiste à une dégradation des sols, à la disparition des forêts, à la diminution des terres et à l’avancée du désert. Le Lac Tchad a perdu jusqu’à 90% de son eau, et il y a encore plus de problèmes avec les rivières du pays. Le Niger perd 100 000 hectares (250 000 acres) de terres cultivables chaque année », a-t-il déploré.

« Le peuple nigérien n’en comprend peut-être pas pleinement les causes, mais il en fait l’expérience dans sa vie quotidienne. Les Nigériens savent qu’il existe un lien entre la dégradation des sols et leur situation de pauvreté. Le monde s’inquiète d’une hausse des températures de deux degrés, mais nous avons déjà connu cette augmentation depuis les années 60. »

 » Il y a un risque croissant de colère à travers l’Afrique à mesure que les gens prennent conscience de la cause profonde de ce mal. Au fur et à mesure que les gens comprennent les causes du changement climatique, cela peut mener à la recherche de solutions, tout comme cela peut conduire à la colère et aux troubles sociaux. ». « Les pays les moins responsables du changement climatique en subissent les pires conséquences et les pays industrialisés qui ne tiennent pas toujours leurs promesses n’arrangent en rien la situation. » a déclaré le président.

Plus tôt cette année, Issoufou a participé au lancement d’un plan d’investissement pour le climat de 400 milliards de dollars (311 milliards de livres sterling) pour le Sahel. La mesure exacte dans laquelle le changement climatique et la démographie en Afrique pourraient conduire à une migration vers l’Europe est sujette à controverse, la plupart affirmant que cela entraînera principalement une migration interne en Afrique. Un rapport de la Banque mondiale de l’année dernière affirmait que si aucune mesure n’est prise, l’Afrique subsaharienne pourrait compter jusqu’à 86 millions de migrants climatiques internes d’ici 2050.

Issoufou fait valoir que cela dépendra en grande partie de la capacité de l’Afrique à trouver des emplois pour cette nouvelle population active, qui à son tour dépendra de la capacité du continent à croître sur le modèle asiatique, et d’atteindre l’intégration économique.

En tant que président de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, M. Issoufou a participé à la création d’une zone de libre-échange panafricaine comptant 1,2 milliard d’habitants et désormais soutenue par 54 États africains. Il a affirmé que l’objectif est de mettre fin à ce qu’il décrit comme « la balkanisation du continent par les colonialistes ».

La zone de libre-échange est entrée en vigueur cet été, et M. Issoufou parle maintenant de « marcher hardiment » vers une monnaie unique pour l’Afrique, un plan qui pourrait rencontrer une résistance générale. Contrairement à l’Asie, a-t-il affirmé, « l’Afrique est restée enchaînée au pacte colonial, c’est-à-dire qu’elle demeure pourvoyeuse de matières premières et consommatrice des produits finis fabriqués ailleurs. Elle reste victime d’un échange inégal.”

Les détracteurs du président Issoufou affirment qu’il est lui-même victime d’un échange inégal. En 2015, le Niger – à la demande de l’UE – est devenu le premier pays à criminaliser le trafic de migrants, ce qui a gravement perturbé l’économie clandestine dans le Nord du pays. L’UE a alloué au Niger 610 millions d’euros (526 millions de livres sterling) afin de contrôler ce qui est effectivement devenu la nouvelle frontière de l’Afrique avec l’Europe depuis l’effondrement de la Libye.

L’objectif était de ralentir le flux de migrants en Libye, ce qui a conduit à une migration massive à travers la Méditerranée vers l’Italie, avec un pic en 2017, et a provoqué l’émergence de la droite populiste. L’une des questions de cette approche est de savoir si ceux qui ont été forcés de quitter le trafic ont reçu une aide de l’UE pour leur offrir un mode de vie différent.

Issoufou ne s’est pas excusé de faire le gendarme de l’immigration illégale. « Je ne suis pas prêt à voir des Africains mourir en traversant le Sahara dans la chaleur ou exploités par des réseaux de contrebande, a-t-il affirmé. Les sermons de l’Europe sur les conséquences de l’intervention en Libye ne l’impressionnent pas. Il a appris l’intervention franco-britannique fatidique en Libye en 2011 à la radio. « Elle nous a depuis laissés dans un Etat proche du chaos. »

(Source : The Guardian)

(NB : Traduction de l’article a été publié le17 octobre 2019 par le journal britannique ‘’The Guardian’’)

10 Comments

  1. D’après le site coupsfrancs.com

    LE CHRISTIANISME , L’ISLAM ET DIEU N’ONT RIEN À VOIR DE L’ÉCHEC DES AFRICAINS
    Par CF 29 Octobre 2019 417 Aucun Commentaire

    CHAQUE KHEMITE NAGE DANS LA FOLIE ET L’IDIOTIE INCURABLE FACE AUX ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT

    Leurs boucs émissaires sont si vite trouvés. Ils accusent aveuglément «les religions importées» et «l’éducation occidentale» être à l’origine du sous développement en Afrique! C’est juste de l’hérésie pour être candide!

    LA RELIGION N’A RIEN À VOIR DES DÉBOIRES DES PAYS AFRICAINS SUR LE PLAN DU DÉVELOPPEMENT, BIEN AU CONTRAIRE.

    Est- ce l’islam ou le christianisme qui encourage les Africains de boire les millions de litres d’alcool par jour? Ce n’est pas l’occident qui doit décider de ce que nous devons enseigner à nos enfants, surtout qu’ils ne vivent pas toujours avec nous en Afrique, ils ne parlent pas toujours nos langues identitaires locales, et plus grave, certains Africains pensent encore que «le soleil se lève à l’Est et se couche à l’Ouest» quelques siècles après que Galilée(1564-1642), l’astronome, le physicien, l’ingénieur et père de la méthode scientifique, ait pourtant démontré que c’est plutôt «la terre qui tourne autour du soleil». Cette prouesse n’a pas découragé les barbares de l’inquisition romaine de 1615 de conclure que l’héliocentrisme était “insensé et absurde en philosophie et formellement hérétique, car il contredit explicitement à de nombreux endroits le sens de la Sainte Écriture”.

    C’est bien drôle de voir ces nouveaux extrémistes radicaux noirs pondre les sottises à propos des prouesses scientifiques sur le continent noir mystifié et glorifié, alors que sa réalité contemporaine laisse plutôt à désirer lorsque l’on observe les faits de manière froide et sans émotion.

    Ce n’est un secret pour personne que l’Afrique reste à la traine sur le plan scientifique non pas à cause de l’Islam ou du christianisme, mais tout simplement à cause de la cupidité des dirigeants noirs qui se prostituent volontairement aux métropoles occidentales pour s’éterniser au pouvoir afin de mieux piller nos matières premières au profit de leurs maîtres en occident.

    Si non, est ce les occidentaux qui interdisent aux anciennes colonies en Afrique de se consacrer à réformer notre système éducatif pour la réorienter vers la recherche scientifique comme c’est le cas de nos jours chez les géants asiatiques et même en Amérique du Sud? La Corée du Nord et du Sud, le Singapour, la Malaisie, l’indonésie, l’Iran, sont des géants scientifiques malgré la présence des religions abrahamiques de manière institutionnelle dans ces pays.

    Mais en Afrique, des Khemites et bien d’autres athées essaient de diaboliser ces religions comme étant la cause de la décadence de toute l’Afrique. Pourtant c’est archi-faux. Les Africains doivent cesser de naviguer à vue dans leur prétention intellectuelle pour vraiment se consacrer résolument dans la recherche scientifique. La révolution industrielle en Angleterre est un évènement crucial pour les nombreuses découvertes qui ont fait évoluer notre commune humanité.

    Les Africains doivent plutôt s’en inspirer en adaptant leur théories de socialisation par un système éducatif moderne qui cesse d’abrutir les Africains au lieu de leur fournir des connaissances données dans les sciences de pointe.

    Il faut inculquer à chaque diplômé Africain qu’un doctorat sans aucune invention scientifique ne sert absolument à rien à l’amélioration des conditions de vie des populations africaines. Nos universitaires narcissiques et nombrilistes sont franchement à l’émergence scientifique en Afrique plutôt ce que le cancer représente pour le corps humain. Leur mentalité victimaire nous plonge davantage dans une espèce d’idéalisme et d’angélisme en faveur d’un passé glorieux Africain qui nous conforte dans un présent chaotique et cauchemardesque. Ce qui crée en nous des sentiments de frustrations énormes face aux déploiements scientifiques de l’occident et de l’orient sur le continent Africain.

    Si les Africains à un moment se sont rendus compte d’être trompés par les occidentaux comme le firent les Chinois, les Indiens, les perses, les Coréens etc, durant la colonisation, cela démontre plutôt que l’Afrique souffrait d’un déficit criard d’une base structurelle cognitive collective assez puissante pour resister à l’assaut de l’occident.

    La traite négrière et la colonisation ont certes traumatisé le continent africain, mais que faisons nous pour tirer profit des progrès scientifiques qui ont suivi ces événements inexcusables. Au moment où l’Asie confronte courageusement l’occident, l’Amerique latine aussi, l’Afrique verse les larmes de crocodile dans les -ismes retrogrades et sans objet comme l’afrocentrisme, la panafricanisme, et la renaissance dite africaine! Quel gâchis!

    En quoi accuser l’occident, les religions abrahamiques, suspecter même Dieu d’être la cause de notre malheur nous protège contre une attaque nucléaire? Ceux qui nous recommandent de prendre les armes comme des moutons pour lutter contre les occidentaux ont ils déjà l’arme nucléaire pour créer la dissuasion comme l’ont fait les Coréen et les Pakistanais? Non. Nos animistes ont pourtant le pouvoir de lancer le tonnerre détruire un pauvre voleur de chèvre, mais incapable de neutraliser les colons qui venaient nous apprivoiser et vendre comme des commandités.

    Les Africains continuent curieusement à totêmiser leurs dirigeants corrompus et incompétents, glorifient dans l’ignorance le vampirisme, les contes de fée, la vaudun dont se delectaient nos ancêtres sous la menace irréversible des épidémies comme le paludisme, le choléra, le sida, l’ebola sans songer à créer un seul centre de recherche à l’échelle du continent pour endiguer ces maladies.

    En 2019, nous nous enivrons et nous saoulons la gueule avec des millions de litres de bière que nos religions abrahamiques interdisent, nous nous livrons à des guerres fratricides avec les armes des occidentales en contradiction avec les enseignements de ces mêmes religions révélées, pour ensuite porter cyniquement les accusations toujours sur l’extérieur sans jamais assumer nos responsabilités!

    Les plus malins qui se réclament être des universitaires se réfugient en occident non pas pour faciliter les transferts de technologie vers l’Afrique, mais plutôt faire des lobbying auprès des capitales occidentales afin qu’elles viennent nous piller nos matières premières avec les multinationales qui alimentent au passage les guerres civiles en Afrique.

    Les Khemites peuvent ils nous indiquer un passage de la Bible ou du Coran qui interdisent les récherches scientifiques et techniques? Peuvent-ils nous indexer les passages de ces saintes écritures qui encouragent la corruption et les détournements des fonds publics destinés à réaliser des projets de nature à améliorer nos infrastructures? C’est toujours ces religions qui organisent et coordonnent les programmes d’éducation nationale sur le continent Africain? Ce ne sont pas non plus ces religions dites importées qui encouragent la prolifération des débits de boisson et des lieux d’obscènes divertissements que nous copions paradoxalement de l’occident, notre ennemi trouvé par les Khemites. Nos états africains sont pour la plupart laïcs, curieusement les Khemites se comportent comme ci c’est la religion qui gouverne nos sociétés!

    MOTS DE FIN

    Quand quelque chose nous arrive, cherchons en la cause en nous mêmes. Nous sommes parfois la cause de nos propres malheurs. Jouer les victimes à perpétuité en Afrique est une bêtise collective dont nous devons nous séparer. Laissez les Khemites s’embrouiller dans leur hérésie qui nous dirigent vers les tombes des pharaons étant eux mêmes incapables de déchiffrer les hiéroglyphes. On ne peut pas taxer les occidentaux de diables et aller plagier les travaux de Champollion sur les hiéroglyphes avec lesquels nous rêvons faire renaître tout le continent. C’est l’expression par excellence de la bêtise scientifique de ceux qui pensent que le retour automatique à L’Egypte antique sauvera les Africains!

    Laziz Nchare, New York.

    Commentaires

  2. « QUAND LA SAGESSE ENTRE PAR LA PORTE, L’OBSCURANTISME SORT PAR LA FENÊTRE »; disait Me ZAKSKAB.

    En effet, SEM le Président Issoufou Mahamadou vient de confirmer la réponse donnée par un de nos compagnons de lutte « Soldats pour LIBERTÉ » à une voisine européenne qui nous croyait faire du simple sport collectif lorsqu’au mois béni de Ramadan « CARIM », nous adressons nos prières à Allah (swt) l’Éternel Très-haut Seigneur Majestueux. Elle voulut savoir : « ET SI VOUS VOUS TROUVEZ DANS UN MILIEU OÙ LA POPULATION NE MANGE QUE DE LA NOURRITURE INCONVENANTE À L’ISLAM => le « HALLAL » introuvable?

    Il lui a été répondu: « IL SUFFIT AU MUSULMAN CROYANT DE SE SERVIR DE SON ARGENT HALLAL POUR ACHETER TOUTE NOURRITURE QUE LES GENS DU MILIEU MANGENT; ET, C’EST LE HALLAL DE SON ARGENT QUI ANNULE EN ANNIHILANT L’ILLICITE (le Haram) DE LA CHOSE MANGÉE ».

    La bonne voisine s’en était explosée de satisfaction où elle comprit la nécessité au bon croyant pratiquant de l’Islam, tout en respectant les règles fondamentales et générales de la vie en société humaine; d’être probe, honnête et sincère vis-à-vis de son environnement social.

    Par de connaissances bien éclairées, de réponses précises et concises tel l’a signifié SEM Issoufou Mahamadou attribuant l’explosion du Taux de Natalité à une interprétation erronée de l’islam; quiconque d’homme et de femme raisonnable qui l’écoute ou lit ce clairvoyant Message, reconnaitra l’irréfutabilité de la sagesse du Président de la République du Niger.

    Dans l’espoir que votre successeur à la Magistrature Suprême de notre pays, emboite nos pas en épousant vos visions socioéconomiques au bonheur de notre Mère-patrie et le peuple nigérien tout comme l’Afrique entière et le Monde; les Soldats Libres, les Soldats au service de la Liberté et leurs indomptables Compagnes sont avec Votre Excellence Monsieur le Président Issoufou Mahamadou.

    Il n’y a pas plus raisonnable aux hommes que ne pas se comporter en sapeurs-pompiers pyromanes; ceux-là mêmes qui ne savent où emmener leurs progénitures alors qu’ils ne prennent aucune mesure pour contrôler la démographie dans leurs familles. Un pauvre citoyen qui se dit musulman et se voit avec plusieurs épouses qui lui produisent en moyenne quatre enfants tous les deux ans, prenons nos calculatrice d’ici à vingt ans; celui-ci qui se dit fervent musulman croyant risque de se retrouver avec quarante bouches de gosses en plus de la sienne et celles de ses épouses, à nourrir! Possible => RAISON OU UTOPIE? Changeons nos comportements et admettons la logique de la chose situationnelle.

  3. oui le president a dit la veritè ; exemple un mari trois epouses ou quatre epouses ça il faut etre un indigene ou musul-menteur parceque le pere de famille ne peut pas etablir l equitè entre les femmes et les enfants . la polygamie ne donne que des enfants tordus et hainneux.

    1. Et votre président avec le respect que je lui dois à lui et à mes soeurs Malika et Aissata, est polygame. Alors je suppose que comme son Excellence est polygame, la polygamie est bien? Vous vous mordrez toujours les doigts car la vérité est immuable. le faux ne peut tenir le débat face à la vérité.

  4. Monsieur le président d’un pays à 99% musulman (sic) fait une fixation quasi obsessionnelle sur l’islam en oubliant avant tout que la tendance à la prolifération démographique est plus le fait de la persistance inconsciente de la nécessité d’avoir beaucoup d’enfants pour avoir des bras valides pour le travail au champ qu’autre chose. Votre analyse, Excellence, est biaisée, faite pour plaire à l’occident inquiet se barricadant face aux multitudes africaines qu’il est venu chercher littéralement il y a 400 ans. Faites avec vos experts une analyse objective et laisser l’islam en paix.

    1. C’est avec ce genre d’analyse que nous resterons toujours derniers.:
      -on persiste dans nos erreurs c’est-à-dire que nous ne faisons rien pour maîtriser la démographie
      -on rend les autres (l’occident) responsables de nos problèmes… Et le tour est joué…
      Le Prophète Issa a dit un jour : avant de chercher la paille ds l’œil du voisin, regarde la poutre qui est dans le tien.
      Nous devrions méditer cela plus souvent…

      1. Effectivement c’est avec ce genre d’analyse suivant la tendance du moment « tout est de la faute de l’islam » que nos pays resteront derniers. Ainsi admettons votre super trouvaille: l’explosion du taux de natalité est causée par une interprétation erronée de l’islam. Point. Les autres aspects sociologiques, culturels, économiques..ne rentrent pas en compte. Au contraire de ce que vous dites, nos pays resteront derniers quand nos leaders veulent plaire au « maître blanc » sans prendre du recul en embrassant à la va-vite ses obsessions traduisant des névroses collectives dignes d’une psychanalyse justement collective. Tout africain qui refuserait de voir derrière les apparences est soit masochiste soit « autre chose ». « On » ne sera pas derniers quand nous-mêmes nous déciderons de notre destin. Bref « interprétons » alors bien l’islam et comme par enchantement la population diminuera et le décollage économique s’en suivra. Les problèmes structurels (monnaie, éducation, santé, aléas climatiques,…) seront oubliés. En m’excusant auprès de nos frères de Madaoua par exemple il me semble qu’il est d’usage de la part des filles dans cette contrée de « faire » un ou deux enfants avant le mariage pour disent-elles ne pas laisser les parents seuls. Donc ça aussi c’est une interprétation erronée de l’islam? Bref les conseillers concepteurs des interventions du président (il a les capacités de se conseiller bien sûr mais pas le temps) doivent réfléchir à deux fois avant de balancer des énormités comme ça pour faire tendance, pour plaire au maître occidental.

        1. Encore une fois cette manie de renvoyer dans le camp des occidentaux ceux, comme moi, qui trouvent que notre démographie doit être maîtrisée est une manière commode de se débarrasser du débat: ainsi nous ne sommes plus crédible. Voire nous sommes des traîtres…
          Franchement je pense que les occidentaux n’en ont à peu près rien à foutre de nous si ce n’est la peur du terrorisme et de l’immigration..
          Nous sommes des nains économiques.

  5. Tout ce qui est dit là est tout à fait essentiel.
    Notamment sur le fait qu’il faut maîtriser notre natalité et aussi lutter contre la désertification du NIGER.
    Mais dire tout cela après avoir gouverné le pays pendant 10 ans… Ça sonne comme un aveu d’échec.
    Hélas pour notre NIGER toujours dernier et qui le restera si on ne met pas en œuvre des programmes forts.
    Il faut aussi qu’une morale musulmane soit défendue et étudiée.
    Celle d’un islam intègre et non pas intégriste qui doit faire cesser l’hypocrisie et les déviations de toutes sortes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Ligue 2 – France : 12 Africains champions ?

Alors que le Sénégalais Gana Gueye et que le Camerounais Éric-Maxim Choupo-Motin…