Home ACTUALITE Développent des NTICs au Niger “Je rêve d’une véritable révolutio déclare M. Ibrahim Guimba Saidou

Développent des NTICs au Niger “Je rêve d’une véritable révolutio déclare M. Ibrahim Guimba Saidou

Monsieur le Haut Commissaire, quel est votre projet et votre vision pour le développement des NTICS au Niger ?

“Notre” projet se veut avant tout être un projet commun, rassemblant tous les acteurs essentiels de l’écosystème des TIC, pour traduire en actions la vision du Président de la République. Cette vision, contenue dans le Programme de Renaissance Acte 2 et déclinée dans la Déclaration de Politique Générale (DPG) du Premier Ministre, voudrait faire des TIC un agent transversal de la vie socio-économique de notre nation. Les TIC offrent une opportunité inouïe à nos pays, en voie de développement, de réduire le gap avec le reste du monde.

Surtout, elles offrent une opportunité incroyable de réduire la fracture numérique non seulement entre nos villages et nos villes, mais aussi entre nos villages/villes et le reste du monde. Les TIC devraient être avant toute autre chose des instruments permettant à nos pays d’atteindre les objectifs de développement durable. Les TIC sont pour moi tout simplement un super-fertilisant. Elles permettent de “démultiplier” le peu de ressources dont nous disposons.

Par exemple sa bonne utilisation pourrait nous permettre de combler, même partiellement, notre grand déficit en nombre et qualité de médecins; ce qui permettrait une prise en charge plus rapide des patients, surtout dans les contrées lointaines et difficilement accessibles de notre vaste territoire. La bonne utilisation des TIC dans le secteur de l’Education par exemple, permettrait d’assurer une plus grande équité de la qualité de l’éducation sur tout le territoire et, là aussi de combler partiellement ou totalement le déficit d’enseignants et d’enseignants de qualité.

La liste est loin d’être exhaustive car tous les secteurs de notre vie sont ou peuvent être impactés par les TIC. Finalement le développement des TIC contribuent grandement à la réduction de la pauvreté.

Vous parlez du Niger 2.0 et d’une société de l’information, pouvez-vous mieux expliquer ces concepts à nos lecteurs ?

Niger 2.0 est le plan stratégique qui accompagnerait la marche du Niger vers une société de l’Information et vers une société de la Connaissance. Ce plan regroupe tous les acteurs essentiels de l’écosystème dans sa mise en exécution. L’administration dans son ensemble (technique, sectoriel), la législation, les opérateurs, la société civile, la Jeunesse, les financiers, le secteur privé. Il encourage la mutualisation des ressources et des efforts et, se focalise essentiellement autour de la Jeunesse et des zones rurales qui regroupent l’essentiel de notre population.

Niger 2.0 se développe autour de 4 axes à savoir, la numérisation de l’administration à travers la mise en place du e-gouvernement (intranet et extranet gouvernemental), qui rendrait notre administration plus efficiente et qui lui permettrait d’offrir un service de meilleure qualité aux populations ; le déploiement des “Villages Intelligents” qui consiste à désenclaver numériquement tous nos villages, en y déployant de façon efficiente et pérenne des services de base: Santé (eSante), éducation (eEducation: standard et formation professionnelle et technique), Agriculture & Elevage (eAgriculture-eElevage), eAdministration (extension eGouvernement) et faciliter le développement des paiements électroniques (eFinance).

La mise en place d’une cite de l’innovation autour d’un Centre de données nationales, d’incubateurs, de R&D, de promotion de start up locales ; les “Journées Portes Ouvertes”, qui se tiendront de façon régulière dans toutes les régions, et qui feront la promotion des TIC dans toutes les couches sociales du Niger. Une compétition annuelle permettra d’établir une culture d’excellence autres de la Jeunesse.

Notre pays est constitué en majorité des jeunes, qui sont très intéressés par les NTICS, malheureusement cet outil coûte excessivement cher et certaines zones du pays ne sont pas couvertes par les réseaux, qu’est ce qu’on peut faire et quels sont les moyens dont vous disposer pour mettre votre politique en place ?

Effectivement l’accès aux TIC est pour le moment très onéreux. Il est absolument nécessaire de mutualiser les ressources pour atteindre une économie d’échelle qui nous permettrait d’accroitre l’accessibilité. En regardant les choses de très prêt on se rend compte que certaines spécificités du Niger, rendent toute autre approche difficilement pérenne.

Par exemple Niamey, la capitale, ne compte qu’environ 6.4% de la population du Niger (contrairement aux capitales des pays voisins qui elles regroupent pour la plus part plus de 15-20% de la population); la densité de la population au Niger n’est que de 12.4 h/km2 (très faible), le taux de pauvreté dépasse les 50% dans beaucoup de région, l’âge médian n’est que de 15 ans … Ces spécificités rendent l’accès à une masse critique disposant d’un certain pouvoir d’achat relativement couteux; d’ou d’une part la nécessité de mutualiser les ressources et d’autre part la nécessité que l’Etat stimule l’écosystème. La compétition entre les diverses acteurs fera le reste.

C’est dans cette optique que le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou a lancé le projet des “Villages Intelligents” que j’ai décrit plus haut.

On parle de plus en plus à travers le monde de e-gouvernement, e-commerce, e-éducation, e-agriculture, mais notre pays demeure en reste de cette évolution technologique. Que peut faire le haut commissariat en NTICS pour rattraper ce retard ?

Effectivement nous accusons un grand retard dans la vulgarisation et l’accessibilité aux diverses solutions et applications qu’offrent les TIC. Le Haut Commissariat, en collaboration avec toutes les parties, dont en particulier le Ministère de l’Economie Numérique et l’Agence de Régulation, travaille pour coordonner et mutualiser les efforts et les ressources. Il ne sert à rien d’avoir une floraison d’activités, sans aller au plus profond des choses.

C’est pourquoi, qu’ensemble, nous avons par exemple lancé les Journées Portes Ouvertes des TIC qui se tiennent les derniers Samedi de tous les mois et qui se déploieront graduellement dans toutes les régions. Cette activité fait surtout la promotion du talent Nigérien, en plus de la promotion des TIC, de la sensibilisation à toutes les couches d’âges et toutes le couches sociales. La régularité de l’activité nous permettra de vulgariser l’utilisation des diverses applications; surtout que les opérateurs et autres prestataires de service y participent pleinement.

Ces journées stimuleront l’émergence d’un plus grand nombre de talents, l’accroissement du nombre d’inities aux TICs, d’utilisateurs… et ainsi permettront entre autres au Niger d’améliorer sa position dans le classement TIC. D’autres activités et concours tels que SahelInnov, Niger Apps Challenges, les Jeunes Filles et les TIC… renforcent cet effort commun.

Vous avez évoqué des « villages intelligents », soyez un peu plus explicite

Les “Villages Intelligents” est un projet ambitieux du Chef de l’Etat visant à faire des TIC un véritable moteur de développement. La Jeunesse et les zones rurales qui représentent plus de 85% de notre population sont les premières ciblées. Le projet, une première, a pour ambition de désenclaver numériquement nos zones rurales. Nous construirons des “pistes numériques” vers tous les villages du Niger afin de pouvoir fournir au minimum les services de base pour assurer un développement durable sur toute l’étendue du territoire.

Ce désenclavement numérique permettra par exemple aux programmes de développement déjà en cours ou à venir d’atteindre des résultats plus probants, d’avoir une plus grande visibilité et d’être plus efficients. Nous voudrions assurer ou faciliter, au minimum, la fourniture des services dans chacun des villages du Niger, comme entre autres : Santé: Le déploiement de solutions et applications autour du eSante permettra de fournir par exemple des consultations à distance dans les villages (qui manquent cruellement de personnel qualifié), de faire de la prévention et aussi permettre une prise en charge plus rapide des patients.

Cette plateforme permettrait de faire appel à des médecins ou autres personnels qualifiés qui se trouveraient si nécessaire en dehors même du Niger (Diaspora, Coopération..). Cela d’une part pallierait le déficit de Médecins (spécialistes) et d’autre part permettrait d’assurer un suivi des patients. Education: Le déploiement du eEducation ou de l’éduction à distance compléterait les moyens humains disponibles en permettant une accessibilité à un enseignement de qualité à un plus grand nombre. Cette plateforme supporterait l’enseignement primaire, le renforcement des capacités du personnel enseignant dans les villages et des agents de l’Etat, l’alphabétisation des adultes ( le taux d’alphabétisation au Niger est d’environ 30%) et permettrait l’enseignement technique et la formation professionnelle dans les villages.

Agriculture et Elevage: l’agriculture représente environ 40% du PIB du Niger et est encore largement artisanale. D’énormes efforts sont entrain d’être consentis pour accroitre la productivité et surtout pour supporter les fermiers. L’adoption de l’eAgricuture et du eElevage nous permettrait de gagner rapidement en productivité, mais surtout permettrait de moderniser cette activité en donnant aussi accès aux cultivateurs et éleveurs aux informations utiles et aux techniques modernes.

eGouvernement: les agents de l’Etat pourraient offrir de façon plus efficientes une plus grandepanoplie de services aux résidents des villages. Au minima on procéderait à l’enregistrement des naissances, des décès, des mariages, à l’établissement d’état civil. De plus les agents de l’Etat dans les villages seront connectés au e-gouvernement et auront accès à des informations à temps réel, comme leurs collègues citadins. Plateforme de paiement électronique- eFinance. La présence de liaison dans les villages permettrait l’adoption plus rapide de méthodes de paiements électroniques. Même les salaires ou autres rémunérations pourraient être payés à terme par ces méthodes. Les opérateurs pourraient capitaliser sur cette initiative pour étendre plus rapidement leurs offres à une majorité de Nigériens.

Depuis votre nomination, vous avez organisé des journées portes ouvertes, quel est le but recherché ?

Les “Journées Portes Ouvertes” que j’ai tendance à caricaturer en “grandes Kermesses” ou en “Fada Tech” sont pour nous, acteurs de l’écosystème, une activité visant à vulgariser et à démystifier les TIC. C’est une plate-forme formidable qui nous permet entre autres de développer une culture des TIC ; de rendre accessibles les TIC à toutes les couches sociales ; de sensibiliser le grand public sur les TIC ; de faire la promotion des TIC auprès de tous les jeunes (de 7 à 77 ans): enfants, élèves/étudiants, parents, professionnels ; de faire la promotion du talent nigérien ; de regrouper régulièrement les experts locaux, afin de leur permettre de se connaitre et de les inciter à travailler ensemble ; de permettre aux opérateurs et fournisseurs de service de faire étalage de leurs service et solutions ; de permettre aux Starts Up Nigériennes d’avoir une visibilité plus grande. Dans certains pays, les populations se retrouvent une fois par mois pour balayer par exemple; ici, nous invitions les jeunes de 7 à 77 ans à se retrouver le dernier Samedi de tous les mois pour explorer le monde des TIC et identifier les diverses applications utiles pour notre communauté.

Quelle est votre ambition pour ce secteur et les perspectives d’avenir ?

Je rêve d’une véritable révolution dans le numérique au Niger. Nous avons un atout incroyable, la pyramide des âges (âge médian=15 ans), qui si bien gérée nous permettra sans aucun doute d’effectuer un véritable bond vers le développement durable. Cette jeunesse bien formée (acquisition de la connaissance) constituera une classe moyenne solide, en phase avec le monde de demain, car parlant couramment le langage de demain: les TIC.

Soyons ambitieux, soyons unis, partageons le savoir, focalisons nous suffisamment sur les fondamentaux, mutualisons nos efforts et nos ressources, travaillons en équipe, faisons de la Jeunesse et des Zones Rurales notre priorité et, j’en suis convaincu, nous attendrons les objectifs que nous nous sommes ou auront fixés. “10% d’augmentation du nombre d’usagers Internet correspond au minimum à une croissance de 1,39% du PIB”. Marchons vers la Société de l’Information, Marchons vers la Société de la Connaissance.

[author ]Propos recueillis par Namalka Bozari (Allo tamtam N° 01 du 23 mai 2017)[/author]

 

5 Comments

  1. Beau projet, intéressant, mais qui restera lettre morte car qui dit ordinateur dit courant électrique et qui dit courant électrique dit Nigélec, donc pas de courant!!!!!

  2. « ..J’étais sûr que le Niger ne s’est pas trompé sur le choix de ce profil pour gerrer les NTICs… » Le developpement des NTIC est avant tout lié a l´environnement et a la politique nationale dans ce domaine. L´environnement est plus que defavorable en raison des conditions d´acces aux TIC, quant a la politique nationale, elle est reduite a des visites de travail ou d´apprentissage au senegal, rwanda, etc. Ce pays est archaique et gere de facon archaique par un e clique qui craint tout changement.

  3. Bonjour
    J’étais sûr que le Niger ne s’est pas trompé sur le choix de ce profil pour gerrer les NTICs. personnellement j’ai connu Ibrahima quand il etait directeur INTELSAT en Afrique du sud , c’est une personnalité d’une grande qualité professionnelle et humaine.
    Il est animé d’une volonté de faire avancer les choses avant même que le Niger ne lui confie cette responsabilité.
    Maintenant , la question qui se pose c’est la pérennité, donnez lui le temps et surtout les moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

L’opposant mauritanien Moustapha Ould Limam Chafi rentre après un long exil

L’opposant et homme politique mauritanien Moustapha Ould Limam Chafi, visé par un mandat d…