Home ACTUALITE Duel au sommet entre massaoudou mai takobi et moussa oumarou mai machi du snai

Duel au sommet entre massaoudou mai takobi et moussa oumarou mai machi du snai

Après un long moment d’accalmie sur le front social, le bras de fer semble de nouveau engagé entre le syndicat des impôts et le ministre des finances. Dans une déclaration d’une rare violence, le snai a répondu « au mépris affiché au syndicat par le ministre des finances, qualifié de dictateur en puissance, lors de leur rencontre. »Le SNAI, selon son sg demeure intransigeant à sa plate forme revendicative et demande à ses militantes et militants de rester prêts à d’éventuel mot d’ordre.

– Considérant la mission de la Direction Générale des Impôts dans la mobilisation des ressources fiscales internes ; – Considérant les pressions subies par les agents de la Direction Générale des Impôts aux fins d’une mobilisation plus accrue des ressources internes ;

– Considérant que la DGI réalise plus de 73% des recettes de l’ensemble des ressources internes pour le compte du Budget National ;

– Considérant la Convention 87 de l’OIT, ratifiée par le Niger ;

– Considérant l’attitude va t’en guerre du Ministre des Finances ;

Le Syndicat National des Agents des Impôts (SNAI) fait la déclaration dont la teneur suit :

Depuis son 8ème Congrès Ordinaire tenue à Agadez en Février 2016, le SNAI a transmis au Ministre des finances d’alors sa plate forme revendicative issue de ce Congrès. Constatant que six (6) mois plus tard aucune réaction ne se décline alors que les conditions de vie et de travail des agents des impôts se détériorent de jour en jour, le SNAI se décida en septembre dernier, de requérir une intervention du Président de la République, garant de la bonne marche des Administrations.

Avec la nomination du nouveau Ministre, le SNAI avait cru en l’homme et estimait qu’il fallait l’observer d’abord. Ce faisant, en dépit du principe de continuité de l’Administration publique, le SNAI renvoie, à nouveau, sa plate forme revendicative le 13 décembre 2016. Le SNAI déclare au Ministre sa disponibilité à négocier aux date et heure qui lui conviennent le mieux. C’est ainsi que le Jeudi 12 janvier 2017, le Ministre invita le SNAI au dialogue le lundi 16 janvier 2017 à 9 heures précises.

Il faut souligner qu’à ce moment, plusieurs membres du BEN/SNAI étaient en mission à l’intérieur du pays, et par respect au Ministre, ces derniers décidèrent d’écourter leur mission pour être présents à cette rencontre tant attendue. Au cours de cette rencontre, le Ministre a d’entrée de jeu déclarer au BEN/SNAI qu’il n’avait pas de temps et qu’il faille aller très vite comme s’il n’était pas initiateur de la dite rencontre.

Enfonçant le clou et voulant mettre au pas le SNAI, le Ministre a affirmé gravement que son seul interlocuteur est le Syndicat National des Agents des Finances (SNAF). Le SNAI a, quant à lui, comme interlocuteur la DGI, comme s’il y’a un Ministère des Impôts distinct du Ministère des Finances. Poursuivant sa dérive autoritaire, le Ministre nous impose de distinguer les intérêts de l’Administration et ceux du Syndicat comme si les actions du syndicat ne visent pas aussi une meilleure Administration au service du Peuple.

Le Ministre des Finances décide alors de mettre fin à la rencontre invitant le SNAI à revenir à la table lorsqu’il se serait approprié la vision massaoudienne du syndicalisme. Que le nouveau gouverneur des Finances se détrompe : l’ère de la pensée unique est révolue et pour le SNAI le respect est mutuel. Le SNAI pose les questions suivantes au dictateur en puissance :

1. Lorsqu’un receveur des impôts est seul dans un département, sans moyen de transport ni carburant, et après que toutes les démarches administratives de ce dernier furent vaines, le Syndicat devrait-il se taire ?

2. Lorsque certaines actions de recouvrement deviennent impossibles par manque de carburant ou de véhicule, le Syndicat devrait-il garder le silence ?

3. Lorsque des dégrèvements abusifs et illégaux sont opérés par les autorités, annihilant l’effort des agents des impôts, le Syndicat devrait-il fermer les yeux ?

4. Lorsque l’Administration est fortement politisée au point où le seul critère de promotion est la coloration politique mettant en quarantaine le mérite et la compétence, le Syndicat devrait-il toujours se taire ?

5. Quand beaucoup de postes de responsabilité demeurent vaquant, créant du coup des disfonctionnement dans la chaine de traitement des dossiers, le Syndicat devrait-il continuer à se taire ?

6. Quand le Ministre et son Cabinet veulent s’accaparer d’un pou rcent (1%) des ristournes globales de l’ensemble des agents du Ministère des Finances à travers un projet d’arrêté mafieux, le Syndicat doit-il applaudir le Prince ?

Monsieur le Ministre des Finances, quand vous auriez répondu convenablement à ces interrogations, le Syndicat National des Agents des Impôts sera prêt à un dialogue franc et sincère.

Le SNAI demeure intransigeant à sa plate forme revendicative et demande à ses militantes et militants de rester prêts à d’éventuel mot d’ordre.

Vive le Niger ;

Vive le mouvement syndical nigérien ;

Vive la CDTN ;

Vive le SNAI ;

En avant pour la victoire !

Niamey, le 16 janvier 2017

[author ]Pour le Bureau Exécutif National Moussa OUMAROU [/author]

64 Comments

  1. Ces genres de syndicats sont acquis à la cause de l’opposition. Ne leur faites aucun cadeau, monsieur le ministre. Celui qui n’ai pas prêt à servir ce pays pendant votre temps doit être remercié et attendre l’arrivée de celui qu’ils aiment voir diriger ce pays.

    1. Tu as bien parlé Idi. C’est ça l’erreur de ce régime. Il a laissé ses vrais détracteurs à la commande des certaines affaires de l’Etat et il veut que l’administration marche comme il le faut.

      1. C est grace a ces même syndicats que ce minable de massaoudou et sa Bande dirigent ce pays et usent des methods staliniennes. Sans l’USTN et consort les militaires serait encore su pouvoir a la place de ces bons a rien.

  2. Les nègres et la démocratie et le développement

    Les nègres et la démocratie c’est comme cette histoire du vieux nègre et la médaille :
    Une intervention militaire est en cours en Gambie pour, nous dit-on, sauver la « démocratie menacée ».
    Reconnaissons que cela ne se voit et ne peut se faire qu’en Afrique et surtout en Afrique noire.
    C’est seulement à nous les nègres que cela arrive.
    Sinon de quelle démocratie nous parle-t-on?
    Et la question du développement?
    De quelle démocratie pouvons-nous parler si nous continuons à mendier?
    De quelle liberté pouvons-nous disposer si nous ne sommes pas capables de fournir à nos peuples le minimum vital
    Pauvres nègres
    Pauvres nègres
    Pauvres nègres
    C’est seulement à nous que ça doit arriver
    Car nous restons serviles, prêts à faire tout ce le grand homme blanc à décréter.
    Et les nègres vont encore s’entretuer pour cette maudite démocratie
    Et le grand homme blanc va évidemment nous fournir des armes pour cela
    Pauvres nègres
    Pauvres nègres
    Pauvres nègres
    Et nous chantons toujours cette démocratie:
    – pour mieux nous insulter
    – pour mieux nous diviser
    – pour mieux nous endormir
    – pour continuer à mendier
    – pour nous enfoncer encore plus dans la misère
    – pour consolider notre sous-développement
    Et pendant ce temps le monde avance à la vitesse de la lumière.
    Et pendant ce temps « les pays du monde libre », ces même pays qui ont soutenu et qui soutiennent encore les dictatures les plus sanguinaires du monde viennent nous chanter, ici et maintenant les bienfaits de la démocratie.
    Pour l’heure les troupes de la CEDEAO sont donc déjà en Gambie pour défendre, pour restaurer la démocratie.
    Une question et une seule: à quand la restauration du développement et de la dignité?

  3. Malheureusement ce ne sont pas les méthodes molles qui sauvent les peuples et les Etats. C’est ça l’enseignement de l’histoire. Et c’est en partie parce que nous nègres sommes de gros sentimentaux que nous végétons…
    Les méthodes fortes sont indispensables mais nous devons commencer par nous les appliquer .
    Je sais que Massaoudou réussira à redresser le Ministère des finances.
    Mais faut-il encore le laisser travailler. Et les blocages ne viendront pas seulement des syndicats…

  4. Massaoudou ne peut pas avoir signe les accords secrets avec Areva sur le dos du Niger, avoir mene du debut a la fin l’achat secret et mafieux de l’avion Mont greboun dans un paradis fiscal et venir aujourd’hui se bomber le torse au nom d’une certain probite morale don’t il est totalement depourvu.

  5. D’accord avec ce que vs dites, un enseignant doit mieux gagner sa vie. Vivement le rehaussement de leurs salaires et primes.

    Courage pour le Min. des finances Massaoudou H.
    J’admire son courage, et son dévouement pour l’État du Niger.
    Dans ce dossier, je suis avec lui dans l’essence des ses actes; un peu moins dans sa manière de les appliquer, très forte, Très dure. Mais je la tolère, vus les comportements de certains syndicats, certains individus et groupements de personnes et/ou d’organisations, et leurs mépris du pouvoir publique. Et je préfère la fermeté d’un homme d’État à son laxisme compromettant, voire périlleux pour l’autorité de l’État
    Pour tous ceux qui le qualifient négativement, veuillez nous déballer, preuves à l’appui, les casseroles qu’il trainerait.Si non, Irkoye Se, laissons le dilatoire et encourageons celui/celle qui fait bien ou mieux les choses.

    Merci

    1. Bien vu m.Arki
      Malheureusement ce ne sont pas les méthodes molles qui sauvent les peuples et les Etats. C’est ça l’enseignement de l’histoire. Et c’est en partie parce que nous nègres sommes de gros sentimentaux que nous végétons…
      Les méthodes fortes sont indispensables mais nous devons commencer par nous les appliquer .
      Je sais Massaoudou réussira à redresser le Ministère des finances.
      Mais faut-il encore le laisser travailler. Et les blocages ne viendront pas seulement des syndicats…

  6. Mr IBK Magagi a bien expliqué le contour de ce petit incident. Ces 2 partis doivent se comprendre et faire avancer les finances de ce pays.

    D’autre part, y a lieu aussi d’intensifier la formation syndicale aux travailleurs pour mieux distinguer les priorités qui les incombent et celles de l’employeur.

    Que Dieux nous assiste encore et faire du Niger le mirror de l’Afrique.

  7. Dommage. Massoudou semble être le moins corrompu, le plus honněte et le plus déterminé a servir le pays. Mais dans un pays où le laisser aller, la corruption, l »impunité , la mauvaise gouvernance et le gaspiĺlage des maigres ressources sont tolerés au plus haut niveau, il sera combattu malheureusement. Triste Niger ou l’ensemble de la classe politique , opposition et pouvoir, ne suscite aucun espoir.

  8. Le ministre de finances a tout simplement de la chance d’avoir en face de lui un syndicat exemplaire qui demande d’abord des outils de travail au lieu des interêts privés et personnels de ses membres. Peut être que ce syndicat est très soucieux de sa mission et veut faire bouger les recettes, ce que le ministre ne comprend pas. Ce syndicat peut pourtant choisir de privilégier une hausse de salaires de ses membres d’autant plus que les salaires sont toujours en bas de la moyenne de la CEDEAO. C’est comme le cas d’un enseignant qui reclame la dotation en craie et en tableaux ou un medecin des medicaments ainsi que des blocs operatoires. Les conditions de vie des agents et les moyens de travail sont tout simplement indissociables, sauf si le Ministre veut payer les agents à ne rien faire. Et dire que les revendications d outils de travail devraient etre adressés à la DGI est populiste surtout quand on sait qu au Niger les DG n’amenent pas des revendications auprès des ministres de peur de perdre leur poste. Ici y a quelqu un qui ne sait pas ce qu il fait et ce n est pas necessairement le SNAI.

  9. Vous qui critiquez les agents des I’mpots pour leur train de vie, soyez honnete. Vous avez au sommet de l’etat un usurpateur vaurien, nourri , blanchi, loge et protege aux frais du contribuables juste pour servir ses propres interets, ceux de sa famille et de ses amis. Alors qui est plus nuisible a l’etat que l’autre?

    1. Zeinabou? Zeinabou, Zeinabou…
      Dans ce pays ou certains hommes ont l’habitude de s’habiller en femmes pour échapper aux conséquences de leurs actes….

  10. Si on vous demande de citer les obstacles que rencontre le Niger sur le chemin de son progrès commencez par citer le Ministère des finances. Et il faut que ça change.

  11. Messieurs du SNAI, sachez que si vos osez engager le bras de fer avec Massasoudou vous êtes perdants.
    Les nigériens détestent ce que vous faites.
    Les nigériens savent que vous empêchez au Niger d’avancer.
    A bon entendeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Le Président Issoufou Mahamadou a procédé mardi à Kao au lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao et au lancement des travaux de réhabilitation…

Le Président de la République SE Issoufou Mahamadou a procédé, hier matin à Kao (départeme…