Home ACTUALITE Enseignement au Niger : Des réformes dans la concertation…

Enseignement au Niger : Des réformes dans la concertation…

IMAGE D’ILLUSTRATION

Le Président de la République et le chef du gouvernement se devraient d’éteindre l’incendie déclenché au niveau du Ministère de l’Education Nationale. En effet, depuis un certain temps, les principaux niveaux d’enseignement sont en ébullition.

Certaines décisions ne font que provoquer des crises inutiles entre le pouvoir et le corps enseignant. C’est le cas de la rétrocession de la gestion des enseignants contractuels aux collectivités territoriales, les multiples provocations du Ministre Ben Omar ; la tentative avortée de la fermeture du complexe scolaire Bedir ; et aujourd’hui, l’évaluation des enseignants.

Dans tous les pays du monde l’enseignement en général, connaît une crise du niveau des enseignants. Des mesures sont préconisées sans bruit ni trompettes.

Au Niger, plusieurs forums ont suggérés de mesures idoines pour revoir à la hausse le niveau des enseignants, il suffit simplement de les appliquer.

C’est pourquoi les plus hautes autorités du pays se devraient d’arrêter cette spirale avant qu’il ne soit trop tard. Une réforme de l’enseignement pour être efficace, doit être prise en concertation avec tous les partenaires dans le respect mutuel.

A bon entendeur salut !

[author ]Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtam info news[/author]

10 Comments

  1. Merci mon Conseiller,si telle est l intention des autorités je pense qu il y a de quoi s en rejouir.Cependant ce que nous redoutons c est la sincerité dans l issu de cette évaluation;malgré un effort colossal de vouloir croire en eux,il y persiste toujours des « traces » d inquiétude surtout quand on jette un ptit coup d oeil dans le retroviseur de notre cher Pays qui en a tant souffert!

  2. Pour evaluer il faut d’abord former. Est ce que les enseignants nigeriens reçoivent régulièrement des formations? Si oui alors l’évaluation est obligatoire . Si non sur quelle base ou niveau vont ils être évaluer?
    Il est temps d’arrêter de voir tout en gris et voir l’intérêt de l’éducation et de nos enfants. Et avec un peu plus recul l avenir de tout un peuple. L’éducation étant un dogme pour la prospérité d’une nation.

    1. Sans vouloir verser dans la polémique, je voudrais apporter les précisions qui vont suivre.
      L’évaluation des enseignants consiste en une sorte d’enquête qui vise à faire un état des lieux. Sur le terrain on retrouvera tous les cas de figure : certains enseignants ont capitalisé de l’expérience qu’ils mettraient utilement au service des jeunes, frais émoulus, notamment ceux sortis récemment des écoles normales, selon un mécanisme à trouver; d’autres se sont peut être enlisés dans la routine alors que les sciences de l’éducation ont évolué ; d’autres encore n’ont pas reçu de formation du tout ou n’ont reçu qu’une formation sommaire,… Il s’agira d’appréhender la situation de façon méthodique, exhaustive et objective. Il s’agit d’une évaluation à la fois diagnostique et formative : diagnostiquer pour voir où ça va et où ça ne va pas, à l’image du médecin qui ausculte un malade, l’interroge, lui fait faire des examens médicaux avant de proposer un traitement qui ne saurait être le même pour toutes les maladies ou pour tous les patients. Le diagnostic ici, c’est l’évaluation et le traitement c’est la formation pour améliorer les performances des enseignants.
      L’hypothèse de départ est que la collecte, le traitement et l’analyse des données recueillies feront ressortir une diversité de cas, les besoins de formation n’étant probablement pas les mêmes selon les catégories et les enseignants pris individuellement. Au terme de tout le processus, il sera proposé aux décideurs un plan de renforcement des capacités des enseignants basé sur une étude, avec des éléments concrets, documentés. Les collègues qui sont allés au Japon, nous ont rapporté que dans ce pays, régulièrement (tous les cinq ans je crois) tout enseignant doit subir une sorte de recyclage. Nous pourrions nous en inspirer, je dis bien nous en inspirer.
      Je voudrais pour dépassionner les débats et ramener le calme dans nos rangs, dire que l’évaluation est un acte normal en tout ce que l’on fait, à fortiori dans un domaine comme celui de l’éducation. En ce jour vendredi, jour béni d’Allah SWT, je voudrais humblement rappeler aux musulmans que nous sommes majoritairement au Niger, qu’il est recommandé à chacun de nous, chaque soir, avant d’aller au lit, de s’évaluer, de procéder à notre auto-évaluation pour faire le bilan de nos actes, les bons comme les mauvais. Certains oulémas disent même que nous devons reconstituer les paroles que nous avons prononcées tout au long de la journée, les passer en revue pour identifier ce que nous avons dit de bon ou de mauvais, d’utile et d’inutile. Car un mot gentil ou une phrase déplacée, une connaissance partagée, …, tout sera mis à notre compte, dans la balance de nos œuvres le jour du jugement dernier. L’objectif ultime c’est de rechercher le paradis. On évalue pour avancer, pour s’améliorer. « Évaluer pour évoluer » comme dirait Margaret Altet, éminente psychopédagogue bien connue au Niger.
      Qu’Allah SWT nous assiste et bénisse le Niger.
      Amen.
      Aboubacar Sidikou GADO
      Conseiller technique MEP/A/PLN/EC

      1. Je suis entièrement d’accord avec ton approche monsieur le conseiller Sidikou . Mais le reproche qui est au ministère de l’enseignement primaire , c’est la médiatisation d’une mission qui devrait être une mission régulière , une mission de routine , des inspecteurs de l’enseignement. Il fallait procédé comme tu viens de le décrire sans tapage, personne ne trouvera rien à dire .

        1. lire : le reproche qui est fait au ministère de l’enseignement primaire , c’est la médiatisation d’une mission régulière , une mission de routine des inspecteurs de l’enseignement. C’est le tapage que vous avez fait qui a crée les doutes auprès de l’opinion publique et des partenaires de l’éducation.

  3. Quand ont parle de l’école ont doit ranger la coloration politique de côté ,les problèmes de personne l intérêt personnel pour privilégier l intérêt national

  4. Du courage mais c’est le Sg Synaceb qui a toujours detruit l’ecole Nigerienne. Je parle du parent des greves. Il est tjrs en greve.

    1. Oui c est très facile de voir les choses ainsi mais pensez aussi -par le biais d une analyse objective- à l autre camp qui a toujours aimé oeuvrer pour faire échec aux negociations.Ramener la serénité dans l éducation n est visiblement que le cadet de ses soucis!

  5. Relativement à l’évaluation des enseignants, les discussions avec les syndicats du secteur de l’éducation sont en cours et ont connu une avancée significative. D’ores et déjà les points de vue ont convergé sur les points ci-dessous :
    i) La situation en matière de qualité de l’éducation n’est guère reluisante et nous préoccupe tous.
    ii) L’enseignant est l’acteur central en matière de qualité de l’éducation.
    iii) Une action de remédiation s’avère nécessaire pour prendre en charge les difficultés rencontrées par les enseignants.
    iv) L’authentification des diplômes est aussi un impératif.
    v) L’identification des besoins de formation des enseignants est plus que souhaitable.
    Les discussions vont se poursuivre et je suis particulièrement optimiste quant à la possibilité de trouver un terrain d’entente.
    Permettez-moi de réitérer que, dans notre entendement, au niveau du ministère, il ne s’agit nullement d’une évaluation-sanction. L’objectif visé est de détecter les difficultés des enseignants et mettre à leur disposition un mécanisme efficace d’aide à la réussite afin d’aboutir à l’amélioration de leurs connaissances disciplinaires et de leurs compétences pédagogiques, pour un enseignement/apprentissage de qualité, au bénéfice des élèves.
    Au demeurant, l’évaluation des enseignants n’est qu’un élément parmi tant d’autres, prévus dans le cadre de la feuille de route pour une éducation de qualité en gestation. Nous espérons avoir l’occasion de la partager et recueillir l’avis de tout le monde, les partenaires sociaux principalement. Car l’éducation doit être l’affaire de toutes et tous.
    Aboubacar Sidikou GADO
    Conseiller technique, MEP/A/PLN/EC

  6. En général , les tonneaux vides font plus de bruit que les autres . Tout ce tapage autour de l’enseignement primaire ne mène à rien.
    La solution idéale est de s’asseoir avec tous les partenaires , discuter avec sérieux les modalités de la mise en formes des différentes réformes préconisées à travers les différents forums organisés à grand prix. Les provocations contre productives doivent cesser . Il serait plus souhaitable d’engager un dialogue franc avec les partenaires sociaux que des faux fuyants .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

COMMUNIQUE DU MINISTERE DE L’INTERIEUR

Le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaire…