Accueil / ACTUALITE / EXPLOITATION DU PÉTROLE: Reprise en 2018 de la construction du pipeline entre le Niger le Tchad et le Cameroun

EXPLOITATION DU PÉTROLE: Reprise en 2018 de la construction du pipeline entre le Niger le Tchad et le Cameroun

Images (http://tchadonline.com/category/afrique-ceeac/)

IMAGE D’ILLUSTRATION

Le Niger reprendra les discussions en 2018 pour la construction du pipeline devant relier l’oléoduc tchado-camerounais. Et cette fois-ci, il étudiera également son transit par le port de Cotonou en lieu et place du port de Kribi. L’annonce a été faite mercredi dernier à l’Assemble nationale par le ministre Hassoumi Massoudou des Finances.

Cette décision intervient au moment où les prix des matières premières commencent par retrouver leur niveau normal sur le marché international. Ce qui fera une bonne affaire pour le Niger qui compte quadrupler sa production de l’or noir avec la construction de ce pipeline.

C’était en octobre 2013 que le ministre du Pétrole, Foumakoye Gado, a signé un accord fixant les conditions de transit du pétrole nigérien au Cameroun à travers le pipeline tchado-camerounais. L’idée était d’évacuer le brut produit vers le port de Kribi (Cameroun) ; ce dernier étant un port en eau profonde. Un projet resté sans suite compte tenu des menaces sécuritaires aux frontières nigériennes notamment avec les ravages autrefois causés par Boko Haram dans le lit du lac Tchad.

Cette fois-ci, le ministre des Finances annonce que la construction éventuelle d’un oléoduc en direction du Bénin est également sur la table. Sauf que cette dernière option coûtera beaucoup plus au contribuable nigérien, puisqu’il faudrait construire dans ce cas un oléoduc au Bénin. La production quotidienne actuelle du pé- trole au Niger est de 20.000 barils.

À propos de l'Auteur

A.B. (OPINIONS N° 379)

À propos Administrateur

13 plusieurs commentaires

  1. Je dis simplement : Vive TANDJA

  2. Il faut revenir à l’idée initiale du temps de TANDJA à savoir faire en sorte que cette infrastructure traverse notre pays et rejoindre la mer par le Bénin. C’est d’abord une question de contrôle, de fierté nationale et de développement de notre pays.

  3. Les experts vertueux de cette affaire se sont les Nigériens eux même qui connaissent les réalités et qui les vivent au quotidien, pour ma part, je pense le meilleur ami du Niger c’est bien le Nigéria. A mon avis pipeline doit passer par le Niger et finir sa course au Nigéria pour plus de sécurité et de marque fraternelle. BENIN c’est l’arnaque, le TCHAD c’est un saut dans l’inconnu…..Donc Mr le Ministre restons avec nos frères du Nigéria……..MASSOUGOU SOUGOUDOU pour plus de SECURITE……….

  4. Sujet très complexe nécessitant l'expertise des expeurs vertueux

    Évitons la passion et la subjectivité! Il faudrait mettre une commission spécialisée sous la tutelle du PRN. Les membres de cette commissions devraient être multidisciplinaire: spécialiste des pipelines, des oléoducs, des juristes, des environnementalistes, des experts en sécurité, des économistes,… Et il faudrait en amont écarter dans cette optique toutes les mains salles quelque soit son rang social ou son niveau de protection politique. La politique dangereusement à notre existence, Cependant l’histoire du chemin de fer avec le Bénin est une très mauvaise illustration de notre coopération avec ce pays et du côté de Tchad et du Cameroun, l’insécurité chronique et même ce dernier avec toute sa puissance n’arrive à sécuriser sa partie Nord, frontières avec le Tchad. Le Nigéria avec l’expertise atteinte par les brigands et tous les acteurs à rôles négatifs n’encourage une telle initiative. Qu’ALLA AIDE LE NIGER!

    • amen mon frère……bien vu et bien dit.

    • TANDJA a fait l’essentiel, contre vents et marées.
      Et nous n’arrivons même à exploiter ces investissements dans l’intérêt supérieur de notre pays.
      Il faut que ce pétrole traverse notre pays. Pourquoi tergiverser? La question ne doit même se poser.

  5. Errata dans mon article précédent.

    Lire plutôt : les intérêts stratégiques du Niger passent.

    Merci

  6. Bonjour,
    Monsieur le Ministre,
    Il faut éviter que les intérêts stratégiques du Niger passe par le Bénin, nos pays n’ont jamais été en bon terme de relation, l’état du bénin n’a aucun respect pour le niger, passez en revue toute notre coopération depuis les 50 ans. Et cela, malgré que leur économie dépend pour beaucoup du Niger. S’il vous plaît tout sauf là bas.

    Merci

  7. Moi je préconise que ce pipeline soit construit en direction du port du Bénin, car beaucoup plus avantageux, plus de 60% du pipeline sera dans le territoire Nigérien donc sécurité assuré 100% et le reste 40% au Bénin, un pays avec qui nous partageons l’UEMOA, la CEDEAO, le Conseil de l’Entente, l’OCBN, une frontière bien sécurisé, des solides liens commerciaux, une très bonne intégration et respect de nos deux peuples. Alors que de l’autre côté nous n’aurons aucune maitrise du pipeline qui sera à la merci des différents brigands car impossible d’assurer sa sécurité.

  8. tous les moyens sont bons pour s enrichir, le gouvernement va opter pour la solution la plus couteuse et ainsi detourner une bonne partie des sommes allouees pour realiser l ouvrage
    wait and see

    • A mon avis , il n’est pas recommandé de faire passer cette pipeline par le Tchad et le Cameroun pour des raisons objectives de sécurité.Le TCHAD ne pourrait pas être en sécurité avec le voisinage du Darfour et sa partie nord refuge de toutes sortes des mafias et criminels de grand chemin.Ces groupes incontrôlés ont été à l’origine de la déstabilisation de la Centre Afrique(avec la création de SELEKA).Je préconise le Nigeria pays qui apporte certaines garanties de stabilité.

      • Le nigeria est la pire des solutions a mon avis, Un pays incapablede securiser ses propres installations qui negocie avec le Niger pour ravitailler sa raffineriedu Nord? si le Nigeria etait gage de securite ils aurient pu directement assurer le ravitaillement de la seule rafinerie qu`ils ont au Nord
        la jonction avec les Tchadiens se farait dans une zone ou aucun des groupes rebelles ou autres forces obscures n auront effet et c est moins couteux
        l incovenient de ce chois c est le chantage des camerounais qui vont a coup sur augmente le prix et surement chaque annee. Ils seraient preferable pour nous de nous entendre avec les beninois tout en suivant l execution des travaux afin d eviter le vol des fonds alloues

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*