Accueil / ACTUALITE / Fait divers Le transitaire «transité»

Fait divers Le transitaire «transité»

IMAGE D'ILLUSTRATION

IMAGE D’ILLUSTRATION

Halidou s’attendait à tout sauf ce à quoi il a assisté. C’est la désillusion, la grosse désillusion pour ce transi­ taire qui pensait avoir le monde à ses pieds. Ache dey, « Baba ma da ba­ banshi ! »

La réputation de don juan de Halidou a traversé le pays. Et il s’en gargarise d’avoir participé pleinement à toutes les « guerres » de la sous région. Chaque fois que l’occasion se présente, c’est pour lui et ses amis le lieu d’évoquer ses hauts faits guerri­ ers. La guerre des jupes, il s’y connait plus que Casonova. Il a le charme et ce qui va avec, c’est­à­dire l’argent. Aucune femme normale ne peut lui résister. En dépit de ses lourdes re­ sponsabilités (deux épouses et 5 en­ fants) et le poids de l’âge qui commence à se faire sentir (il frôle la cinquantaine), Halidou refuse de lâcher du lest. Tant qu’il y a une femme dans son escarcelle, il y aura de la testostérone dans ses entrailles à en distribuer.

« Tout ce que tu fais à autrui, on te le fera aussi », dit un adage populaire. Un soir où le sang est monté dans les veines de Halidou et qu’il a juré de ne pas épargner la première nana qui tombe sur lui, le destin a également décidé de lui jouer le plus mauvais tour de sa vie de coureur de jupons. Dans une de ces maisons de passe de Niamey qu’on appelle résidence ceci ou motel cela, le drame va se produire de la plus belle manière. Halidou, sa dulcinée du jour à ses côtés se retrouve nez à nez avec sa seconde épouse dans le salon. Et le comble, avec son meilleur client. C’est le scandale et la bagarre. Il a fallu l’intervention des témoins présents pour éviter le drame.

Com­ment Mme Halidou et son client se sont­ils rencontrés. C’est facile à deviner. Lorsque la « dévouée » épouse amenait à manger au bureau à son mari, elle coïncidait souvent avec la visite d’Elhadji (le gros client de Halidou). Puis les deux âmes se sont familiarisées. Plus d’une fois El­ hadji a ramené Mme Halidou à la maison. C’est certainement là que Monsieur « Pilon » a arrangé ses af­ faires avec Madame « Mortier ». Voilà donc le transitaire « transité » de la plus belle manière.

À propos de l'Auteur

Oumarou. K. Abou (LE HERISSON N°22 du 27 MAI au 03 JUIN 2014)

À propos Administrateur

2 plusieurs commentaires

  1. c bien fait pour lui.

  2. Avec toutes les problématiques et occurrences vécues et observées au Niger …..
    Tout ce qui intéresse ces journaleux c’est le choix er l’exterisation de leur fantasme …. Les faits divers tournant autour du sexe ….. Toujours et toujours …..

    Ces nymphomanes sont une calamité sociale ….

    Avec toutes les actualités au Niger …. Est ce ceci qui motive …Les inspire?

    🙁 🙁

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*