Accueil / ACTUALITE / Faits divers : Un Nigérien vivant aux USA arrêté pour tentative de meutre

Faits divers : Un Nigérien vivant aux USA arrêté pour tentative de meutre

Image d'Illustration

IMAGE D’ILLUSTRATION

Un jeune Nigérien du nom de Ibrahim Beidari, 33 ans, vivant à West Hanover Township aux USA a été arrêté pour tentative de meurtre. Il est accusé par la police d’avoir voulu attenter à la vie de sa femme enceinte et d’avoir agressé deux infirmières et un gardien de sécurité au centre médical de Penn State Hershey. Il a été arrêté samedi dernier à la suite d’une tentative d’homicide et d’autres chefs d’accusations et placé dans la prison du county de Dauphin sous caution de 250 000 dollars.

Les dossiers judiciaires n’indiquent pas qu’il a déposé la caution. La police du canton de Derry l’a accusé de trois chefs d’agression aggravée, de strangulation, de deux chefs de possession d’instruments criminels et de menaces terroristes.

La libération sous caution de ces frais a été fixée à 7,5 millions de dollars.

Selon des accusations portées par la police d’Etat dans l’affaire précédente, Beidari, une infirmière praticienne, a dit aux enquêteurs qu’il soupçonnait sa femme d’être enceinte quand il a inséré vaginalement le médicament d’avortement Misoprostol à son insu ou sans son consentement pendant les rapports sexuels.

La femme de Beidari a été soignée vendredi à l’hôpital pour saignements et douleurs associées à la drogue.

Elle a dit à la police qu’elle avait appris qu’elle était enceinte de 12 semaines lors d’une visite à l’OB-GYN sept jours plus tôt, mais elle n’en a pas parlé à son mari. La survie attendue du fœtus reste inconnue, écrit la police dans la plainte.

Mardi soir, selon une infirmière qui soignait sa femme admise aux urgences, Ibrahim Beidari, l’a attaqué avec une lame de rasoir alors qu’elle se trouvait dans une pièce d’approvisionnement pour se procurer des articles pour nettoyer.   Il a enroulé son bras autour de sa gorge et tenta de lui trancher la gorge.

Elle a subi trois coupures à un doigt alors qu’elle luttait pour retirer le rasoir de son cou. Une seconde infirmière arrivée sur les lieux a essayé de calmer Beidari, mais celui-ci lui coupa le doigt avant de la menacer avec une lame médicale.

À propos de l'Auteur

Source: http://abc27.com / (Tamtam Info News)

À propos Administrateur

16 plusieurs commentaires

  1. Que le bon DIEU le sauve
    amine

  2. dieu soit louer.hum!il pense qu’il est au niger où il se croit tout permis.

    • Mr Daouda il y pas plus menteur qu’un policiers Blanc qui doit rédiger un PV pour un Noir Wallahi , j’ai été victime . les blanc sont unie et nous les noir on se critique directement ( les information que tu voie c’est leurs version ) . attend de rencontre le prisonnier tu sera dépassé .

      • TOH??? est ce que tu m’es pas entrain de jeter le lectorat avec des Caillou??😀

        Si tu estimes que le PV du policier Noir, Spanish Chinese ou blanc est biaisé POURQUOI ne pas faire un formal complaint a son precint aupres de son superieur….. Ou bien tu as peur?😄

        • Toto je n peut pas débattre avec toi, Je suis un fan de tes commentaires 🤣🤣🤣🤣
          Mais croie ils sont même pipe même tabac regardé Irak Libye Afghanistan il y eut des bavures qui a été condamnée ??
          Merci de ta compréhension

  3. A lire le récit, c’est un criminel en puissance ce gars .

  4. L’Amérique a deux visages : le bon quand le rêve américain devient réalité et le mauvais quand il tourne au cauchemar. En effet la justice américaine a la main très lourde et certaines peines prêtent à sourire (sauf que derrière il y a des tragédies immenses, des vies brisées etc): exemple : deux peines de prison à vie pour un meurtrier ou 350 ans de prison. Le défaut aussi de cette justice estque le coupable bénéficie très peu de circonstances atténuantes (étranger déprimé, fou, etc) contrairement à l’Europe où le coupable est surprotégé (droits de l’homme..etc). Elle est aussi capable cette justice (pas de prescription il me semble) de retrouver un coupable 30 ou 40 ans après et de le condamner sans état d’âme car bien que vieux maintenant il n’avait pas eu de pitié pour sa victime. Bien qu’étant a priori partisan du répressif ce qui me gêne, c’est le fait que malgré les peines de mort, les sentences lourdes, les « gens » continuent à tuer, à violer aux USA, donc problème.
    Bref que la justice et l’humanisme prévalent dans cette affaire.

  5. A chercheur,

    Je crois que cette époque est révolue. Une tentative d’homicide comme elle-ci ne doit pas restée impunie même au Gondouana.

  6. Que DIEU l’Assiste dans cette dure épreuve. Ameen.

    • Que Dieu assiste qui???
      J’ose espérer que vos prières sont destinées à cette malheureuse épouse.

      • Pablo la différence entres blanc et noir est la ( le Soutien ) il est noir accuse par des blancs qui on toujours volé l’Afrique et tué les africains . il doit avoir le soutien de la communauté pour comprend se qui c’est passe au moins .

        • POURQUOI doit il avoir un quelconque soutien pour son acte de criminel irrreflechi ?

          A admettre que le rapport de soit diisant policier « blanc » soit un mensonge comme tu l’ alleges , quels l interets ont les sages femmes , les agents de securite Venus en renfort pour le neutraliser …a aussi mentir et faire des faux temoignages… Dis !

          As tu REELLEMENT lu c’est qui s’est passe meme dans l’hopital?
          SINON…. Bonne lecture ….

          A man arrested for the attempted murder of his wife’s unborn baby faces additional charges he assaulted two nurses and a security guard at Penn State Hershey Medical Center, according to a criminal complaint.

          Ibrahim Beidari, 33, of West Hanover Township, was a patient at the hospital Tuesday evening. A registered nurse reported she was in a supply room to get items to clean Beidari when he pushed his way into the room, wrapped his arm around her throat, and held a razor blade to her neck.

          She sustained three cuts to a finger while struggling to remove the razor from her neck, Derry Township police wrote in the complaint.

          A charge nurse arrived, tried to calm Beidari, then tried to grab the razor. Her finger was cut but she removed the razor from Beidari’s hand. He then picked up a medical scalpel and held it to the other nurse’s throat, police wrote.

          Beidari threatened to kill the woman when a security guard entered the room. The security guard pepper-sprayed Beidari and was cut on his arm during a struggle for the scalpel.

          Additional security officers arrived at the room and restrained Beidari.

          The complaint does not state why Beidari was a patient at the hospital. He was arrested Saturday on attempted homicide and other charges and placed in Dauphin County Prison on $250,000 cash bail. Court records do not indicate that he posted the bail.

          Derry Township police charged him with three counts of aggravated assault, strangulation, two counts of possessing instruments of crime, and terroristic threats. Bail on those charges was set at $7.5 million.

          According to charging documents filed by state police in the previous case, Beidari, a nurse practitioner, told investigators he suspected his wife was pregnant when he vaginally inserted the abortion drug Misoprostol without her knowledge or consent during intercourse.

          Beidari’s wife was treated at a hospital Friday for bleeding and pain associated with the drug. She told police she learned she was 12 weeks pregnant during an OB-GYN visit seven days earlier but did not tell her husband.

          The expected survival of the fetus remains unknown, police wrote in the complaint.

  7. L´histoire ne dit pas pourquoi il essaie d´attenter a la vie de sa femme. Mais comme il n´a pas prononcer le mot fatal Allah Akbar dans sa tentative, cela reste entre lui et la justice americaine qui va devoir trancher dans cette affaire de violence conjugale. Il peut au moins etre sur que la justice n´est pas manipulee comme celle de son pays qui delibere sur la base des coups de file venus d´en haut.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*