Home ACTUALITE Faut-il changer de gouvernement ?

Faut-il changer de gouvernement ?

Nous n’avions pas l’habitude dans ces colonnes de traiter de ce genre de problématique qui, nous semble-t-il, ne relève pas de la compétence journalistique. Si nous avons décidé de sortir de notre réserve, c’est tout simplement parce que le gouvernement de la seconde mandature du Président Issoufou, concocté dans des circonstances particulières, ne nous semble plus adapté à relever les défis qui lui ont été confiés. Sans être très méchant, à titre de comparaison, on peut dire que ce gouvernement est le plus incompétent qu’on n’ait connu dans ce Niger contemporain.

Bien entendu, tous ne sont point nuls dans cette équipe gouvernementale, tractée sans doute par quelques personnalités d’envergure qui sortent largement du lot. Globalement, ces bons élèves de la classe peuvent se compter sur les cinq doigts d’une seule main : Bazoum Mohamed, Ibrahim Yacoubou, Albadé Abouba, Hassoumi Massaoudou et enfin, le Dr Illiasou Idi Mainassara !

Convenez avec nous que sur la quarantaine des membres composant ce gouvernement, c’est bien peu, très peu !

L’actuelle équipe gouvernementale est amorphe, bien des fois inerte, pour ne pas dire, en restant dans les termes de la courtoisie, frappée du sceau de l’inefficacité. Or, en régime semi-présidentiel, le gouvernement devrait être la cheville ouvrière, le fer de lance de l’exécutif. C’est lui qui doit mettre en branle toute la politique de la nation définie par le Président de la République et sur la base de laquelle il a été élu. Il devrait être composé d’hommes et de femmes extrêmement compétents et pointus, mais surtout totalement dévoués à servir la cause patriotique.

Or, le gouvernement actuel semble aux antipodes de ce que devrait être un véritable gouvernement de combat, qui va au charbon et au four pour défendre sa feuille de route. En régime semiprésidentiel, le Président de la République définit seulement les grandes lignes de la politique de la nation, il revient aux membres du gouvernement d’aller dans les détails pour donner corps et vie aux grandes orientations. Aujourd’hui, qu’observe-t-on chez nous avec un gouvernement qui n’a rien à envier du point de vue de sa taille et bâtie sur l’autel de la compétence ?

Le Président de la République, qui devrait se limiter dans son rôle de pivot des institutions, est, bien souvent, obligé d’être au four et au moulin. Face à cette démission apparente du gouvernement, il (le Président) doit se démener comme un beau diable pour combler le vide laissé par certains ministres qui ne le sont que par titre. Mais, comment en aurait-il été autrement, lorsque selon la logique du partage, ce sont des individus sortis ex nihilo qui sont bombardés ministres de la république, sur la base seulement du bon vouloir du président du parti ?

Il est évident qu’en érigeant le système de partage en mode de gouvernance politique, on aboutit forcément à ce genre de situation, c’est-à-dire la mé- diocrité. En réalité, nous payonslà le prix fort de notre système partisan (multipartisme intégral désordonné) et de notre mode de scrutin (Représentation proportionnelle) qui ne favorisent guère l’émergence d’une majorité homogène susceptible de gouverner efficacement le pays. En effet, avec un mode de scrutin à la proportionnelle, et surtout une élection présidentielle à deux tours, aucune formation politique, fût-elle le MNSD-Nassara de l’époque ou le PNDS d’aujourd’hui, ne peut conquérir seul le pouvoir sans nouer des alliances électorales.

Evidemment, les partis politiques moyens ou même les microscopiques formations politiques deviennent des jeunes filles très courtisées qui ne manqueront point d’étaler, demain, tous leurs caprices ! Or, pour accéder au pouvoir, vous êtes obligés de faire la cour à ces petites et moyennes formations. Une fois au pouvoir, vous n’êtes point à l’abri d’éventuels chantages pour l’obtention soit d’un strapontin ministériel, soit pour obtenir une absolution ou une impunité au profit de certains membres indélicats de leurs rangs !

C’est ce que l’on appelle, couramment, la dictature des petits partis qui rythme notre vie démocratique actuelle. Osez toucher à un seul cheveu d’un allié, surtout s’il dispose d’une représentation parlementaire, et vous en ferez les frais immédiatement, puisqu’il nomadisera, avec armes et bagages, vers l’adversaire d’en face, au risque de vous mettre en cohabitation. Voilà pourquoi notre système politique actuel ne prédispose guère à l’avènement d’une équipe gouvernementale hautement compétente, car les nominations dans les états-majors des partis politiques ne sont pas souvent fonction des mérites techniques des titulaires mais bien le fruit d’un servile militantisme consistant à cirer les bottes du  »leader ».

Nous en sommes-là aujourd’hui avec cette pléthore de  »sinistres » dont on ignore ce que fait la majorité d’entre eux, à part meubler la salle du Conseil des Ministres à la présidence qui ressemble, chaque semaine, à une classe d’école ! Si d’aventure le Président de la République prenait un décret pour congédier ce gouvernement, il ne se trouverait personne Niger pour s’en émouvoir !

[author ]Source: OPINIONS N° 371[/author]

42 Comments

  1. Pour un peu me prononcer par rapport à la compétence du gouvernement sur la gestion des problèmes de l’heure, je dirais que beaucoup d’internautes ont fait des critiques objectives, d’autres ont proposé des solutions qui dans leurs majorités vont dans le sens de l’amélioration.Le premier chef à savoir SE ISSOUFOU Mahamadou Président de la république chef de l’état est élu Président de la République du NIGER à l’issu d’un scrutin démocratiquement organisé pour un second et dernier mandat donc je ne vois pas pourqoi certains disons une poignée de gens se permettent de vomir sur la majorité de nigériens. Chers commentateurs, changer de comportement si non vous ne verrez jamais ce NIGER changer. Ce n’est pas un souhait mais plutot une triste réalité. Que tu sois d’Agadèz, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéry, Zinder et Niamey, le Niger est le meme et il nous appartien tous faisons en sorte que nous vivons ensembles malgré notre différence de vision politique pour le bonheur de ce pays. je reviens sur la taille du gouvernement actuel oui c’est trop une quarantaine de ministres mais à comparer puisque beaucoup veulent faire la comparaison: Au RDC 76 ministres avec porte feuilles, Au Ghana 96 ministres avec porte feuilles. Tout cela ne justifie pas la quarantaine de minstres au niger car chaque état a sa propre raison. A mon humble avis, c’est le système démocratique du niger qui accouche une pléthore de partis politiqueset organisation de société » si vile » qui en est le facteur déterminant donc les arguments de la force et la force des arguments.

  2. Ce JOURNALISTE écrit et je cite:

    « Bien entendu, tous ne sont point nuls dans cette équipe gouvernementale, tractée sans doute par quelques personnalités d’envergure qui sortent largement du lot. Globalement, ces bons élèves de la classe peuvent se compter sur les cinq doigts d’une seule main : Bazoum Mohamed, Ibrahim Yacoubou, Albadé Abouba, Hassoumi Massaoudou et enfin, le Dr Illiasou Idi Mainassara ! »

    Monsieur le JOURNALISTE je suis sûr que tu ne fais pas parti de ceux qui méritent d’être des JOURNALISTES PROFESSIONNELS. Sinon sur quels critères as tu fait ton soit disant article que tu nous as servi?

  3. Les ministres en poste actuellement dans cette période de crise alimentaire et de sécheresse financière sont à l’image de NAIRA. Plus la crise est drastique, plus il faut beaucoup de NAIRA pour opérer. Ainsi au Niger dans cette atmosphère de crise, il faut beaucoup plus de ministres qu’on a besoin pour « gérer » les ménages oh non, le pays.

  4. Comme mes compatriotes le proposent à savoir la révision de la taille du gouvernement,je soutiens et propose une quinzaine de ministres. Pour les autres ministères,on fera des directions rattachées à ces ministères.

  5. On connaître la stratégie qui consiste à dire au chef:
    – « toi tu es beau »
    – « toi tu est gentille « .
    –  » toi tu es travailleur »
    – « le problème ce n’est pas toi ce sont tes amis politiques ».
    – Change d’amis
    – « chasse tous tes amis tu verras ça ira mieux. »
    Peut-on demander à quelqu’un de scier la branche sur laquelle il est assis?
    Il y a des raisons qui ont commandé la mise en place de ce gouvernement.
    Ces raisons ont-elles disparu?
    Le problème n’est pas le nombre de poste ministériels mais de faire en sorte que chacun fasse efficacement ce qu’il a à faire.
    Malheureusement ce n’est pas toujours le cas.
    Et par rapport à ça le nombre de postes ministériels n’a rien à voir.
    Ne cherchons pas les solutions de nos problèmes à l’extérieur de nous-mêmes.. Collectivement s’entend.
    A bon entendeur….

  6. Il faut faire un gouvernement de cadres compétents et à taille raisonnable.Il ne sert à rien de faire un gouvernement pléthorique juste pour satisfaire les leaders des partis.Dans tous les cas le PRN doit exiger des partis qu’ils lui proposent toujours des cadres à la compétence avérée .Aujourd’hui le profil des ministres correspond-il au poste qu’ils occupent?Il y en a parmi eux qui sont de parfaits analphabètes actuellement!

    1. Tu mets la charrue devant les boeufs. Le probleme, ce ne sont pas les ministres ou les partis, mais bien le PRN qui lie son agenda personnel aux interets des partis politique. Il veut rempiler et pour cela, il faut avoir un maximum de partis autour de lui et ne facher personne. le PRN nést pas preoccupe par les resultats ou léfficacite de la gestion du pays, autrement il se serait donne un premier ministre autre que ce moribond actuel.

  7. ce gouvernement du 44 membres ce l’un de grosse erreur de mahamadou Issoufou dans se moment difficile pour tout le monde plus particulièrement le Niger, je penses que il ne pas encore trop tard pour revoir sa copie, au noms de l’ intérêt général de la Nation

  8. Mr le journaliste a touché du doigt un problème réel qu’est celui des élections à deux tours contraignant les meilleurs à composer avec des partis qui doivent disparaitre.
    Mais dans le contexte actuel, MI est pris dans son propre piège car il sait pertinemment qu’il a été mal élu malgré ses multiples faux alliés. Il devait assumer son acte (holdup électoral) et composer son gouvernement en toute objectivité.
    Donc Mr le journaliste, voyez-vous que le gouvernement pléthorique n’est que la conséquence de la politique de l’autruche de MI. Vouloir l’innocenter face à la crise actuelle ne tient pas quand on sait qu’il est celui qui protège tous les indélicats et minables en les propulsant quand ils sont décriés. Il incarne paternité de la situation actuelle; c’est pourquoi il est obligé de jouer au sapeur pompier face à l’échec cuisant de sa politique machiavélique. Les membres du gouvernement ne cherchent qu’à sauver leurs postes en obéissant au maitre qui n’accepte aucune contradiction. L’avenir nous édifiera.

  9. chere asz la mentalité ne peu pas être changer d’un jour a l’autre, il faut du temps vous aurez dit demandez ce danois, combien du temps eux on fait pour arriver cela il vous dira surement pas moins de 100 ans

  10. Il n’est un secret pour personne que ce gouvernement avec autant de Ministre n’a pas été bien acceuilli par la majorité de nigérien y compris nous autres de la mouvance. Le pays souffre de manqué de ressources et Issoufou devrait donner un signal fort pour le 18 millions de Nigériens sur sa determination à controller les depenses. Reduire la taille de ce Gouvernement sera hautement aprecié.

    Nous devons en tant que citoyens exiger de nos dirigeants un minimum de respect pour le bien commun et agir consequement en responsible pour leur donner la leçon.

  11. TO! TOROTITO

    L’un des véritables maux qui minent notre pays est les récompenses après les élections. En effet quand connait la situation du pays ou tout est priorité on se retrouve avec plus quarante ministres au gouvernement et je ne sait combien de conseillers avec rang de ministre à la présidence de la république c’est regrettable pour un monsieur qui a toujours criée haut et fort que le Niger est mal gouverné. Dans un pays ou le plus petit fonctionnaire roule dans une voiture administrative avec toutes les charges que cela incombe. Pour exemple rien qu’à Niamey vous allez voir une plaque avec un numéro plus de 7000. Amusons nous à faire le calcul rien que la consommation de ces voitures par mois en carburant et autres entretiens. Sans compter toutes les institutions pléthoriques dont le Niger est devenu un AS juste pour faire taire X ou Y. Pauvres pays, prions Dieu qu’un jour tu arrive à voir des fils digne, honnête et croyant dans le vrais sens du mot pas croyant sur les lèvres.
    La classe politique dans son ensemble toute configuration confondue n’a qu’une seule ambition rouler sur le dot de l’état on a vue tout le monde à l’œuvre dans ce pays.
    Il est grand temps pour un changement de mentalité pour ce peuple tant meurtri. Avec toutes les richesses de ce pays dans tous les secteurs qu’on soit confrontés à tous ces problèmes c’est vraiment inadmissible et inacceptable.

    « Les hommes se tiendront debout, au Jour du Jugement et ne pourront avancer tant qu’ils n’auront pas rendu de comptes sur quatre choses: leur vie et comment ils l’ont passée; leur jeunesse et comment ils l’ont mise à profit; leur biens et comment ils les ont acquis et administrés; leur savoir et comment ils l’ont appliqué. »

    (Rapporté par Boukhâri)

    1. Pour mettre fin à cette situation il y a une seule et unique solution, c’est de mettre fin aux élections à deux tours. réfléchissons un peu: celui qui est arrivé au second tour a toujours besoin de l’aide du troisième ou quatrième pour pouvoir remporter les élections du second tour. ces derniers lui offrent leurs service avec pour contre partie certains postes politiques. si donc c’est le premier de tout les candidat qui passe à la présidence on aurait pas tous ces problèmes et le président n’aurait pas à se casser la tête pour constituer un gouvernement.

      1. Vous oubliez que même si on est élu au premier tour comme Président, on a encore besoin d’une majorité à l’assemblée pour gouverner, donc des alliances.

        Avec un seul tour, la triche est plus facile!! Réfléchissez-y!!

  12. Il y’a plein de choses à faire changer au Niger. Y’a tellement de problème qu’on ne sait même pas par où commencer. Néanmoins, je suis sûr d’une chose le développement c’est dans la tête, ce n’est pas dans la poche comme beaucoup le pensent.
    C’est une triste réalité, j’ai rencontré un Danois quelque part dans le monde. On causait de la vie et du développement des pays quand il me disait, tu sais vous les africains vous avez tous les moyens pour vous développer. Je lui ai dit tout à fait, mais je ne sais pas pourquoi on arrive pas. Il m’a dit je vais te dire quelque chose, vous avez tout mais le développement c’est la mentalité. Malheureusement, on ne peut pas l’acheter, quelqu’un ne pas nous l’amener chez nous, c’est tout simplement à forger par nous même. Si vous savez comment ces pays développés le sont maintenant, nous saurons tout simplement nous comporté de la meilleure manière. Le plus important c’est l’éducation, et je le disais avec amis il y’a environ 11 ou 12 ans. Alors c’est tout simplement les conséquences de la mauvaise gestion du portefeuille de l’éducation en ce temps, et c’est le début du commencement. Il faut que nos dirigeants arrêtent cette mascarade. L’éducation des enfants est entrain d’échapper, c’est la plus pire des situations. Je me soucie peu de celui qui est en tête, je pense que la responsabilité nous incombe tous. J’aimerais toujours dire que Dieu nous aide, je pense bien qu’il nous a tout donné, mais nous manquons de bonne détermination dans nos actions.

    1. TO! TOROTITO

      Merci ASZ pour cette analyse comportementale de nous Nigériens. Tu as tout dit que le bon Dieu nous aide à aller dans ce sens.

  13. dégagé MI et remplacer par un antinationaux se sera encore pure, pour ceux qui pensent que le pouvoir c’est leur héritage au Niger vous vous trompez réveillez vous de votre sommeil

    1. Très bien dit, le pouvoir appartient au peuple et tout celui qui est élu est leur représentant il n’y a pas de l’Est ou Ouest on doit apprendre a respecter le choix du peuple c’est la seule condition pour nous pour aller de l’avant. Oui je suie d’accord avec ceux qui pensent que la taille du gouvernement est un vrai problème, il y a aussi les avantages accordés aux membres du gouvernements et les députés ,dans un pays ou le salaire moyen de dépasse pas les 150 000 il n’est pas acceptable qu’un député ou un ministre touche dans les 2000.000. Tout le monde doit faire le sacrifice. Quel travail fait un ministre ou un député pour mériter autant d’argent? Juste que les politiciens nous trompent et ceci doit changer ? Un ministre ou un député ne doit pas dépasser 500000 dans un pays comme le Niger. Il faut repenser notre façon de gouverner, gérer les biens publics c’est à ce prix seul que nous allons avancer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

[Tribune] Mahamadou Issoufou : le coronavirus, un cercle vicieux de souffrances au Sahel

Selon le chef de l’État nigérien, le Covid-19 pourrait aggraver l’insécurité dans la régio…