Home ACTUALITE Festival International du Mil (FESTIMIL) : la 2ème édition prévue pour le 3 mars prochain à l’ACAM de Niamey

Festival International du Mil (FESTIMIL) : la 2ème édition prévue pour le 3 mars prochain à l’ACAM de Niamey

La 2ème édition du Festival international du mil aura lieu le 3 mars 2020 à l’Académie des Arts Martiaux (ACAM) de Niamey avec pour thème : «Promotion de la consommation des produits transformés à base de mil ». Après le succès éclatant enregistré par la 1ère édition tenue en février 2019, les organisateurs du FESTIMIL entendent rééditer l’exploit et même aller au-delà dans la promotion de la principale céréale au Sahel et première source alimentaire au Niger.

Organisé par le ministère de l’Agriculture et de l’élevage, en partenariat avec la Fondation Tattali Iyali de la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou ; le ministère de la Renaissance culturelle, celui de la Santé, le Haut Commissariat à l’Initiative 3N, l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) et l’Institut International de Recherche sur les Cultures des Zones Tropicales Semi-arides (ICRISAT), le FESTIMIL se veut un cadre de promotion de la production, la transformation et la consommation du mil.

Ce Festival s’inscrit dans le prolongement de la campagne ‘’Consommons nigérien’’ parrainée par la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou. Le FESTIMIL est d’abord un festival gastronomique, culinaire et culturel autour de la culture du mil. C’est aussi et surtout un cadre d’échanges autour de la chaine de valeur mil.

Ainsi, au cours de cette 2ème édition, il est prévu de rencontres entre les professionnels de la production, de la commercialisation, de la transformation, de la nutrition et de la gastronomie et le grand public. Des démonstrations, des ateliers culinaires, des concours, des débats, des dégustations, des panels animés par d’éminents chercheurs et professionnels de la transformation du mil sont aussi au rendez-vous avec des invités VIP attendus des pays du Sahel, de l’Afrique et du monde.

Le FESTIMIL s’inscrit aussi dans la logique de l’atteinte de l’objectif ‘’faim zéro’’ d’ici 2021 telle que stipulée par l’Initiative 3N, un des axes prioritaires du Programme de Renaissance acte II initié par le Président Issoufou Mahamadou. En effet, il est prévu dans ce cadre de porter la production du mil de 5,5millions de tonnes et 2015 à 8 millions de tonnes à l’horizon 2021.

D’après les spécialistes, le mil est une culture présentant de multiples avantages notamment alimentaire, économique et même culturel. C’est aussi une culture climato-intelligente adaptée à l’environnement sahélien du fait de sa tolérance aux fortes températures et de ses faibles besoins en eau.

Du fait de la richesse de certaines variétés en fer et en zinc, la consommation du mil peut constituer une source moins chère pour améliorer l’état nutritionnel des populations en leur assurant ainsi une nutrition saine, équilibrée et intelligente. C’est ce côté ‘’Smart Food’’ du mil que le FESTIMIL entend promouvoir avec le soutien et l’engagement total de la présidente de la Fondation Tattali Iyali Dr Lalla Malika Issoufou.

Par Cellule Communication de la Fondation Tattali Iyali

  1. Merci notre Mère de la Nation Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou sœur de notre seconde Mère Première dame de la Nation Hadjia Aïssata Issoufou pour votre engagement jusque-là sans faille, au bénéfice du peuple nigérien et du Niger.
    Il n’y a pas d’évènement productif établi par vous, sans que nous n’apportions nos soutiens à vos actions; n’en déplaise aux ingrats qui voient le corbeau tout noir et voudraient que l’on admette qu’il es tout blanc comme le héron. C’est ainsi qu’en ligne bouclée sur la toile, hier nous avions discuté avec notre Me ZAKSKAB, de ce qu’il eut appris, dont il a toujours été à même de restituer succinctement en tout lieu où c’est nécessaire et à tout temps qu’il le fallait (un élevé nutritionniste traditionnel par tous les sages de son village lorsque chacun et chacune des adultes le prirent pour un enfant-archive); il nous en a appris de nombreuses dont nous partageons deux avec le reste de nos frères et sœurs:

    1/ De la nutrition – à l’occasion de cette deuxième édition du Festival International du Mil (FESTIMIL) prévue pour le 3 mars prochain à l’ACAM de Niamey; il a dit;
    – Le Tout-puissant et Sage Créateur de la création n’eut jamais commis d’erreur dans la gestion de son univers qu’Il a créé sans peine ni assistance de qui que ce soit. Quand il créa l’homme et lorsqu’Il le fit parachuter sur Terre suite au « Péché originel commis au paradis », Allah (swt) a créé les conditions d’existence de toute la famille d’Adam partout, en tout lieu et à tout temps. Il y sema, planta et implanta tout de ce que l’Homme aura besoin pour vivre une existence normale pendant son séjour éphémère. Ainsi, DU MIL AUX AFRICAINS DU SAHEL car, il suffit de remarquer que cette plante ne pousse pas partout dans le monde tel qu’il l’a dit avoir amené du « MIL, NIÉBÉ et SORGHO » pendant son séjour au Japon où il les a semé. Pendant des jours, aucune des graines n’eut poussé pour qu’il ait la preuve palpable et physique de son développement dans d’autres contrées loin du Niger ou d’Afrique.
    Pendant qu’il a ramené le fruit d’un arbre nipon qu’il a semé au Niger, les graines de ce fruit n’eurent pas connu de développement appréciable jusqu’à leurs disparition. Il conclut que ce ne sont pas tous les plants d’arbres ou arbustes fruitiers qui poussent partout sur Terre.
    b) Quand l’homme voyage d’une contrée à une autre, il lui fallait nécessairement un temps d’adaptation à la nourriture et la boisson de la simple eau pourtant dite « SOURCE DE VIE » dans le milieu où il est appelé à vivre, des habits adaptés au milieu d’accueil…(tout ça pour un dépaysement alimentaire et environnemental). Au bout d’un certain temps qu’il devait revenir au pays, le même phénomène organique reprend car, il doit se ré-dépayser pour se réadapter à son milieu spatio-temporel et environnemental de son milieu de base. C’EST AINSI DE L’ORGANISME DE TOUS LES ÊTRES VIVANTS.
    ç) Quand l’homme se refuse de satisfaire à toutes ces exigences naturelles, il tombe malade. DECA ce point, nous aurions voulu que Me ZAKSKAB ait animé une conférence sur le sujet. Hélas! On est au Niger loin de l’Occident où quiconque sait, partage son savoir à d’autres et à d’autres qui le développeraient pour avancer; chez nous tel qu’il est arrivé à l’éminent égyptologue/archéologue Me Souley Garba que nous saluons fraternellement, c’est plutôt l’orgueil humain qui pousse les uns méconnaissant la chose et parce qu’ils ont la gueule, de détruire ceux qui savent afin de se prévaloir les meilleurs. Autrement, il y a longtemps que nous avions espéré de la part de l’intrépide Ministre de la Santé Publique Mr Ilyassou Idi Maïnassara de tout faire pour approcher ce Zakskab dont nous avions donné des symboles permettant de le rencontrer tel partant de l’indomptable Elhadj Mamane Barmou DP animateur de l’éminente émission « Mutattauna » à la Radio-TV DOUNIA/Niamey, le connaissant sûrement, afin de discuter avec lui sur ce qu’il sait de certains traitement antique contre le « PALUSISME » quand Allah (swt) envoya ses Soldat « Moustiques » venus rentrer jusque sous le lit d’un des Pharaons pour l’attaquer et le tuer par la fièvre alors qu’il se croyait un inaccessible et intouchable dieu souverain qui défiait le Créateur de la création. DONC, LE MAITRE ZAKSKAB NOUS APPRIT NUTRITIONNELLEMENT, L’HOMME DOIT MANGER CE QUI LUI A ÉTÉ DONNÉ À SEMER LOCALEMENT SELON SON ENVIRONNEMENT POUR PRODUIRE CE QU’IL DOIT MANGER ET VIVRE EN BONNE SANTÉ. N’est-ce pas pour d’excès aux gros profits que nos commerçants nous importent tout ensachés ou en conserve que nous mangeons pour avoir toutes les nouvelles maladies dont nos ancêtres n’eurent jamais connues? Aujourd’hui, l’africain n’a de gout et de plaisir qu’à manger de la nourriture à base des OGM d’où, les causes des déformations cancérigènes de l’organisme humain sans compter les produits à toxicité lente utilisés pour maintenir le riz stocké depuis x temps et importé à l’alimentation de nos peuples. Les croyants musulmans ne mangent pas la viande de certains animaux interdits par notre religion. Mais, au lieu de nos sauces à base de « DAOUDAWAL BATSO, YODO, QOUBÉWA, ou le RAB’BOU DE COURGE/KABÉWA… aujourd’hui, la nigérienne ne se croit bonne cuisinière à sa famille que lorsqu’elle utilise de « ARÔMES À BASE DU SANG COAGULÉ DE PORCS ABATTUS DANS DES ABATTOIRS OU AUTRES ». Pourquoi, ne tomberons-nous pas constamment malades?

    2/ De toutes nos maladies modernes, c’est lié à ce que nous consommons. Il nous a dit: « LA SANTÉ DE L’HOMME DÉPEND DE SON ALIMENTATION ». C’est pourquoi nous saluons nos sages PREMIÈRES DAMES HADJIA AÏSSATA et Dr LALLA MALIKA ISSOUFOU FONDATRICES DE « GOUT VIE MEILLEURE » ET « TATTALI’N IYALI » QUI A ÉVITÉ DE LONGS DISCOURS POUR NE DIRE:

    « C O N S O M M O N S N I G É R I E N S » lorsque SEM le Président ISSOUFOU MAHAMADOU n’a à cœur que de voir les N I G É R I E N S – N O U R R I R – L E S N I G É R I E N S avec les 3 N ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Nécrologie : Maman ABOU de la NIN n’est plus !

Mamane Abou, PDG de la Nouvelle Imprimerie du Niger et directeur de publication du journal…