Accueil / ACTUALITE / Flintlock2018: une équipe de la presse nigérienne visite le Centre de Commandement Mixte des Forces Multinationales d’Agadez

Flintlock2018: une équipe de la presse nigérienne visite le Centre de Commandement Mixte des Forces Multinationales d’Agadez

Dans le cadre des exercices militaires conjoints Flintlock 2018, l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique au Niger, a organisé dimanche, 15 Avril 2018 à l’intention   des médias locaux, une visite guidée du Centre de Commandement Mixte des Forces Multinationales situé à la Base 201 d’Agadez, Extrême-Nord-est du pays.


L’objectif étant de permettre à la Presse d’assister au déroulement des exercices militaires qui mettront les militaires nigériens au cœur de la coordination stratégique face aux menaces immédiates.

La première étape visite de cette visite a conduit les journalistes au Bureau de renseignements qui analyse les informations provenant de diverses sources afin de mieux identifier les potentielles menaces.

Ce fut ensuite le tour de la Cellule J39 qui  contrecarre les’’ fakes news’’ et le Centre d’opération mixte chargé de la coordination de toutes les informations reçues et traitées, de recevoir les  confrères, qui,  par la suite, ont eu droit  à des exercices de simulations sur le terrain.

La visite du Centre de Commandement Mixte, a été suivie par une conférence de presse    conjointement animée par le Colonel-Major, Moussa Salao Barmou, Commandant des Opérations Spéciales des Forces Armées Nigériennes(FAN) et Bradley Moses, Commandant du 3éme Groupe des Forces Spéciales américaines des Parachutes(USA). Ils ont tour à tour répondu aux questions de la presse relatives, entre autres, aux choix de la Région d’Agadez, pour abriter Flintlock 2018, qui selon eux, ‘’se situe à une position centrale du pays, ce qui favorise des interventions plus rapides et promptes en cas de besoin’’.

A propos de l’installation de la Base américaine sur le territoire nigérien, qui fait d’ailleurs’’ grands bruits dans certains milieux politiques et associatifs depuis quelques temps’’, les conférenciers ont expliqué que les Autorités nigériennes ont accordé de manière temporaire son installation en vue de mutualiser les efforts pour faire face ensemble aux menaces qui planent aux portes du Sahel en général, et du Niger en particulier.

« C’est ne pas une occupation en soi « , a martelé le Commandant de la Base 201, le Colonel Moctar, ajoutant que les États Unis ont des bases un peu partout dans le monde.

Au cours de leur séjour dans la Région, les journalistes ont vécu quelque peu l’expérience de la vie au quotidien des soldats sur le terrain.

L’exercice Flintlock 2018, rappelle-t-on, regroupe les armées de 26 pays du monde dont 12 de la Région africaine, et ratissera pendant deux semaines, les Régions de Tahoua, d’Agadez et de Tillabéry. Elle est une grande opportunité qui s’offre aux soldats pour apprendre les uns des autres et partager les expériences dans tous les domaines opérationnels.

AIO/AMC/ANP/Avril 2018.

À propos de l'Auteur

(Abdoulaye Issa Ounténi, Envoyé Spécial) Agence Nigérienne de Presse

À propos Administrateur

6 plusieurs commentaires

  1. Que dire aussi de la France-Sahel…. quand la sécurité conditionne et prime sur l’aide au développement?
    Sharing……

    En dépit de toutes les professions de foi et déclarations de bonne intention, les pays les plus pauvres d’Afrique restent « les grands oubliés » de l’Aide publique au développement (APD) de la part de la France. Parmi ceux-ci figurent ceux du Sahel, rongés par le terrorisme.

    Les pays les plus pauvres d’Afrique sont «les oubliés» de l’Aide publique française au développement, estiment Olivier Lafourcade, ancien directeur à la Banque mondiale et président d’INvestisseurs & Partenaires, et Serge Michailof, ancien directeur à la Banque Mondiale et à l’Agence française de développement (AFD), deux spécialistes du sujet, dans une tribune publiée récemment par le quotidien «Le Monde» sous le titre: «Les pays les plus pauvres sont les grands oubliés de l’aide française au développement».

    Ce constat est le résultat «d’une politique d’aide opaque et inadaptée». Il est tout particulièrement valable pour l’Afrique, notamment les pays du G5 Sahel, organisation regroupant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

    Ces Etats sont considérés comme la ligne de front dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la région. Il s’agit ainsi d’une zone hautement sensible au plan géostratégique et sécuritaire, qui émarge toutefois faiblement au budget de l’aide au développement, avec une enveloppe annuelle de 80 millions d’euros seulement.

    Dans le même temps, la France fournit un effort budgétaire annuel de 650 à 700 millions d’euros pour entretenir la force antiterroriste «Barkhane».  

    Dans leur document les 2 spécialistes ajoutent: « Alors que notre Aide publique au développement (APD) déclarée oscille, selon les années, entre 8 et 10 milliards d’euros et que le chiffre d’affaires de l’Agence française de développement (AFD) est supérieur à 9 milliards d’euros, notre effort budgétaire effectif est de 2,37 milliards d’euros. Mais l’enveloppe de dons et projets (200 millions d’euros environ) confiée à l’AFD reste inchangée depuis 10 ans ».

    Poussant l’analyse, les deux experts expliquent qu’en répartissant ce montant au 16 pays dits prioritaires, « ce montant conduit à des allocations de l’ordre de 12 millions d’euros par pays. Ce qui donne pour résultats des sommes dérisoires, avec lesquelles on ne peut guère espérer avoir un impact ou exercer un effet de levier permettant de mobiliser les ressources des institutions multilatérales et européennes sur des projets concrets, ou nous pourrions apporter notre expertise et faciliter un ciblage efficace ».

    Ainsi, avec ces montants, on gère plus les efforts de lutte contre une pauvreté endémique à la place de véritables actions de développement de nature à transformer les conditions d’existence des populations.

    Par ailleurs, ces analystes rappellent que «depuis longtemps, des parlementaires et diverses personnalités se plaignent de l’opacité de l’annexe au projet de loi de finances portant sur l’Aide publique au développement (APD). Cette question a pourtant fait l’objet d’une recommandation particulière de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat qui, en 2012 déjà, déplorait une politique d’Aide publique au développement (APD) longtemps synonyme d’opacité, notamment au niveau du budget dont les enjeux ne peuvent être compris que d’un nombre restreint de spécialistes, et opacité des statistiques qui agrègent des données hétérogènes».

    Une contradiction flagrante entre les ambitions du nouveau président, Emmanuel Macron, de promouvoir la simplicité et la clarté, dans la formulation et la conduite des politiques, et les dédalles d’une administration aux procédures bureaucratiques à la dent dure.

    Dans son esprit général, la tribune de Lafoucade et Mikhailof déplore aussi le fait que dans la configuration actuelle des rapports entre la France et l’Afrique, et au-delà, entre l’Europe et l’Afrique, «la sécurité conditionne l’aide au développement». Une évolution dictée par le développement à une grande échelle des réseaux terroristes islamistes.m

  2. Bonjour,

    Colonel-Major, Moussa Salao Barmou, je vous demande de faire très attention à l’armée française qui, est plutôt présente pour cerner tout le mécanisme de renseignement afin de mieux aider les rebelles (MLA et autres) pour déstabiliser le Niger. les français n’attendent qu’une véritable opportunité pour détruire notre pays (voyez les cas dont le Mali, la Centrafrique, la Libye, l’Egypte, le Ruwanda). Ne faites aucune confiance à ces chiens et cela en dépit des appuis multiformes qu’ils font. La france est le premier ennemi du Niger, que ça soit une constance en vous et tous nos soldats. Vous êtes avertis, donc vous n’avez pas droit de dire un jour que je ne savais pas. Qu’Allah détruise la france.

    • PATRIOTE NIGERIEN

      AMEN !
      NON SEULEMENT SUR LA FRANCE, MAIS QU’ALLAH DESCENDE SA MALEDICTION SUR TOUS CEUX QUI ONT OEUVRER ET OEUVRENT ENCORE POUR DESTABILISER NOS PAYS ET CREER LES CONDITIONS D’UNE ANARCHIE TOTALE PROPICE A LEURS INTERETS!!! QU’ALLAH MAUDISSE DE LA PIRE DES MALEDICTIONS NOS PROPRES COMPATRIOTES POLITITICIENS QUI SONT COMPLICES DE CES AGISSEMENTS POUR JUSTE CONSERVER LEURS POUVOIRS FRAUDULEUSEMENT ACQUIS! WALLAHI PREPAREZ VOUS A AFFRONTER LA COLERE D’ALLAH CAR PERSONNE D’ENTRE VOUS NE SERA VIVANT DANS 50 ANS! N’OUBLIEZ SURTOUT PAS QUE PHARAON A FAIT SON SHOW ET EST PARTI, HITLER A FAIT LE SIEN ET N’EST PLUS LA………. PRENEZ GARDE!!!!

  3. « L’exercice Flintlock 2018, rappelle-t-on, regroupe les armées de 26 pays du monde dont 12 de la Région africaine » dixit Envoyé Spécial
    TOH?? 😱 TOH? 😱😵
    C’est quel genre d’Envoyé Spécial, ca la meme ?

    Envoyé Spécial ou Inventeur Special..?

    ou tu as trouvé 26 pays participants???
    😱😱HEIN?😱😱

    ou tu as trouvé 12 pays Africains participant dans le Flintlock 2018 Niger?

    Bien que TOTO A DIT soit ‘analphabete et nul en calculeMENT 😏 comptes quand bien meme avec lui ……

    A commencer d »abord par les 8 pays participants Africains que sont :

    Le Burkina Faso, le Cameroon, le Tchad, le Mali,
    la Mauritaniie le Niger, le Nigeria, et le Senegal….

    OU AS TU TROUVE les 12 PAYS de la region africaine?😑

    PAR CONTRE, il y a effectivemwnt 12 pays participants MAIS OCCIDENTAUX…..tels que
    L’AUTRICHE, la BELGIQUE, le CANADA, le DANEMARK, l’ALLEMAGNE, l’ITALIE, les  PAYS- BAS, la NORVEGE, la POLOGNE,, l’ESPAGNE, la GRANDE BRETAGNE,….et les USA).

    Pour dire 8 pays Africains et 12 pays ocvidentaux pour le Flintlock 2018 donne au total 20 PAYS PARTICIPANTS…. et non 26!

    OU AS TU TROUVE 26 pays. Abdoulaye Issa Ounténi????

    IL NE FAUT PAS MASSACRER LES INFORMATIONS😆😊
    Parlant justement de la Cellule J39 qui contrecarre les’’ fakes news’’ ne doit elle pas t’INTERPELER POUR DIFFUSION DE FAUSSES INFORMATIONS?😋
    Parlant judgement de Flintlock 2018 Niger …… quand TOTO A DIT …. partage …a la ligne et aller a la ligne est ce que tu es force?……a la ligne ….:

    Les manœuvres militaires «Flintlock 2018» organisées chaque année, depuis 2005, par le commandement militaire américain dans les pays du Sahel, ont débuté ce lundi 9 avril au Niger et dans d’autres pays de la région. C’est le département d’Etat américain qui a annoncé le début de ces manœuvres.

    Les armées d’une vingtaine de pays africains et occidentaux prendront part à cet exercice en fournissant un total de 1900 militaires. Les pays africains participant à l’édition «Flintlock 2018» sont surtout ceux du  G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). Mais ces opérations vont aussi impliquer d’autres armées au-delà des Etats présentés par la France comme «la ligne de front» de son combat antiterroriste. Il s’agit notamment du Cameroun, du Nigeria et du Sénégal.

    Par ailleurs, les forces de 12 pays occidentaux (Rajout de TOTO A DIT…😑 L’AUTRICHE, la BELGIQUE, le CANADA, le DANEMARK, l’ALLEMAGNE, l’ITALIE, les  PAYS- BAS, la NORVEGE, la POLOGNE,, l’ESPAGNE, la GRANDE BRETAGNE,….et les USA) vont collaborer à «Flintlock2018», le plus important exercice organisé par le commandement militaire américain en Afrique, et exécuté par des forces chargées des opérations spéciales de lutte contre le terrorisme.
    L’organisation des manœuvres de l’armée américaine en 2018 intervient dans un contexte géopolitique et sécuritaire marqué par un forcing de la France pour rendre opérationnelle la brigade antiterroriste du G5 Sahel.

    Le commandant des opérations spéciales américaines en Afrique, le général Marcus Hicks, garde une certaine distance par rapport à la nouvelle initiative «le G5 Sahel a récemment lancé ses premières opérations. Du point de vue de l’armée américaine, nous aurons des occasions de collaborer avec chaque pays membre en lui apportant formation et assistance. Nous restons flexibles et réactifs pendant que le G5 Sahel poursuivra ses opérations».
    Dans le cadre de l’opération de mobilisation des fonds en faveur de la brigade antiterroriste régionale, le gouvernement américain s’est engagé pour une enveloppe de 60 millions de dollars. Une contribution  dont le mode de versement se fera dans un cadre bilatéral et non suivant le format multilatéral du G5.

    Le gouvernement  américain apporte son  soutien à plusieurs pays contributeurs de la force de maintien de paix de l’Organisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA), mais reste encore prudent vis-à-vis de la brigade du G5.

  4. FLINTLOCK! SIMPLE EXERCICE RIDICULE ORGANISE PAR DES POMPIERS-PYROMANES.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*