Home ACTUALITE Forum national sur les progrès de la reforme du secteur des engrais au Niger : Une réforme achevée…

Forum national sur les progrès de la reforme du secteur des engrais au Niger : Une réforme achevée…

Le ministre de d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba a procédé ce jeudi 24 octobre 2019 à l’ouverture du forum national sur les progrès de la reforme du secteur des engrais au Niger. Ce forum a pour objectif de partager les progrès accomplis dans la mise en œuvre du plan de la réforme du secteur des engrais au Niger avec un public plus large, afin d’en assurer une mise en œuvre plus inclusive et durable.

En effet, cette réforme est un mécanisme qui vise à mettre en place un système efficace et durable, capable d’améliorer la disponibilité d’engrais de qualité et leur accessibilité aux producteurs dans toutes les régions du Niger. Etaient présent à ce forum, le Directeur Général de MCA-Niger M. Mamane Annou, le président de l’Association Nigérienne des Importateurs et Distributeurs des Engrais, M. Abdoulaye Dia Omar et plusieurs autres invités.

En procédant au lancement des travaux dudit forum, le ministre de d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba, a rappelé qu’il avait présidé, le 23 décembre 2017,  l’atelier de validation du Plan de Réforme du Secteur de l’Engrais au Niger en présence des représentants de l’ensemble des acteurs du secteur des engrais.

Pour rappel, ce plan de reforme a été adopté par le décret N°2018-046/PRN/MAG/EL du 12 janvier 2018. Le 1er avril 2019, M. Albadé Abouba avait également installé officiellement deux  organes essentiels à la mise en œuvre, dudit plan à savoir, l’Observatoire du Marché des Engrais au Niger (OMEN) et le Comité Technique des Engrais au Niger (COTEN).

« Nous voilà réunis de nouveau ce jour, pour présenter, évaluer et échanger sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre de ce plan. Il me parait important de rappeler à ce niveau que le 29 juillet 2016, le Gouvernement du Niger a signé un accord avec le Gouvernement américain par le biais du Millenium Challenge Corporation (MCC) pour la mise en œuvre du Compact.

La convention y relative comporte un engagement à faire des reformes de politiques dont celle du secteur des engrais. Cette convention a été ratifiée par l’Assemblée Nationale le 24 octobre 2016 » a rappelé, M. Albadé Abouba.

Par ailleurs le ministre d’Etat, a affirmé que cette reforme du secteur des engrais est donc engagée afin de trouver une solution durable aux faiblesses structurelles du secteur, dont entre autres : un système d’importation et de distribution des engrais qui entraine de  manière récurrente, l’indisponibilité à temps  de l’engrais et sa cherté malgré les efforts de subvention de l’Etat.

Un étouffement des initiatives du secteur privé des engrais, qui a en principe les possibilités de répondre de manière professionnelle aux besoins du pays. Une connaissance toujours insuffisante des producteurs sur la nature  des  engrais  qui  limite  leur  utilisation efficace  et  se traduisant par une tendance à la baisse des rendements. Cette situation s’est davantage aggravée par l’inadéquation entre la nature des engrais et les types de sols exploités.

Une faible  contribution  du  secteur  privé  dans  l’importation distribution des engrais du fait des fortes attentes des marchés publics. Un programme de subvention inefficace dans lequel le suivi des bénéficiaires et l’utilisation des engrais subventionnés ne sont pas performants.

Pour sa part, le Directeur Général de MCA-Niger, M. Mamane Annou, a salué l’évolution de la réforme. Dans son intervention, il a précisé que la fertilité des terres au Niger demeure une des contraintes majeures au développement agricole. C’est seulement dans sa résolution, que l’agriculture pourra répondre aux attentes du producteur et par ricochet permettre la réduction de la pauvreté par la croissance économique.

Comme vous le savez, rappelle-t-il, le besoin de réforme s’explique par la faible contribution du secteur des engrais aux objectifs assignés à l’agriculture. Le taux d’utilisation d’engrais au Niger est de loin inférieur à la moyenne continentale due à un système qui a limité considérablement l’implication du secteur privé dans le commerce des engrais.

« Avec cette réforme, le gouvernement a mis en place un cadre opérationnel qui se veut efficace et durable, capable d’améliorer la disponibilité d’engrais de qualité et leur accessibilité au producteur dans toutes les régions du Niger » a dit M. Mamane Annou, avant de rassurer les participants que cette réforme est maintenant presque achevée.

Son souhait, est que les engrais au Niger suivent la même évolution qu’ont connus beaucoup d’autres produits de grande consommation une fois leurs secteurs libéralisés. « Les produits pharmaceutiques qui étaient un monopole d’Etat sont un exemple patent de comment un monopole d’Etat peut donner place à un tissu dynamique de pharmacies privées à la grande satisfaction des patients nigériens » a illustré le DG de MCA-Niger.

Tout au long de la journée, les participants vont réfléchir, discuter et partager des expériences, sur des sujets et des difficultés relatives à la reforme.  A l’issue de ce forum, l’opinion publique est bien informée sur les objectifs et les avancées du processus de mise en œuvre de la réforme du secteur des engrais au Niger, notamment  dans les domaines institutionnels et de la règlementation et dans le domaine du renforcement des capacités du secteur privé.

Par ailleurs, les parties prenantes sont sensibilisées sur les mesures nécessaires à prendre pour un meilleur approvisionnement du marché nigérien des engrais par le secteur privé à partir de fin décembre 2019.

Par A. Aziz Ibrahim (Tamtam Info News)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Ligue 2 – France : 12 Africains champions ?

Alors que le Sénégalais Gana Gueye et que le Camerounais Éric-Maxim Choupo-Motin…