Accueil / ACTUALITE / FPR : La politique de la terre brûlée tuée dans l’œuf

FPR : La politique de la terre brûlée tuée dans l’œuf

FPRmember2015Le Front patriotique pour la République (FPR), qui regroupe tous les partis politiques et structures de la société civile de l’opposition, a rendu publique, le 18 décembre dernier, une déclaration pour exiger un fichier crédible et consensuel avant toute convocation du collège électoral. Une attitude qui soulève des interrogations à quelques encablures des élections générales de 2016.

Dans cette déclaration le FPR affirme que, « les masques sont désormais tombés : ce que nous appréhendons depuis longtemps déjà̀, devient aujourd’hui très clair : le régime de Issoufou Mahamadou, a décidéde violer la loi pour s’octroyer un second mandat qui ne peut lui être accessible par la voie légale ». L’opposition affirme que, « c’est donc, sans surprise que les Nigériens en général, et l’opposition en particulier, ont appris àtravers la presse, la publication des décrets portant convocation du collège électoral pour les élections présidentielles et législatives 2016. » D’où cette interrogation du FPR :

« Comment peut-il convoquer le collège électoral, alors même que le fichier électoral n’est pas encore finalisé? » Selon l’opposition, « àl’heure actuelle, même au niveau du CFEB, aucune pléniera n’a étéconvoquée, ni tenue, pour valider ledit fichier qui reste toujours non consolidé, non validé. Or, ce n’est qu’apres cette étape que le fichier doit être validépar le Conseil National du Fichier (CNF) et ce, conformément àsa mission énoncée àl’article 6 de la loi 20-14-03 du 15 avril 2014 qui dispose :

« le CNF est une structure de veille, chargée du contrôle, de la supervision et de la vérification des travaux d’élaboration du fichier électoral biométrique. En outre, il a en charge la validation du recensement électoral biométrique et des opérations de révision du fichier électoral biométrique ». En conséquence de tout cela, le FPR prévient qu’il « n’acceptera jamais la tenue d’élections bâclées sur la base d’un fichier électoral tordu àdessein. Il a suffisamment attiré, l’attention de l’opinion nationale et internationale àtravers des rencontres et déclarations sur cette question.

Aucun nigérien, soucieux de la quiétude de son pays ne devra accepter la fuite en avant du gouvernement. Car, l’intérêt du Niger n’est pas d’organiser vaille que vaille des élections au prix du sacrifice de la légalité́, de la rigueur, de la transparence et de la justice. Son inteŕet̂ n’est pas non plus dans la tendance hypocrite du régime de livrer du faux àla communauté́internationale en lui donnant l’impression d’une organisation maitrisée, alors même qu’il crée toutes les conditions pour précipiter notre pays dans le chaos.

Même si le fichier était consolidéet finalisé, dès lors que la classe politique, à l’unanimité́a admis et requis lors de la réunion du CNF du 23 septembre 2015 le principe de son audit, il devient impératif de le mettre en œuvre. » Cette posture de l’opposition politique est battue en brèche par les partis de la majorité regroupés au sein de la Mouvance pour la renaissance du Niger, qui ont rendu publique une déclaration dans laquelle ils fustigent ce comportement du FPR.

Pour la MRN, ce sont les masques de l’opposition qui sont tombés avec les révélations faites par le Président de la République sur la tentative avortée de coup d’Etat contre des institutions dé- mocratiquement élues. Selon la MRN, l’opposition ne veut en réalité pas participer aux élections à venir, en raison de la défaite qui l’attend. Du reste, cette posture de l’opposition est pour le moins suicidaire à quelques pas des élections générales. En effet, le rejet du fichier électoral constitue un premier pas vers sa non participation aux futures élections.

Ce qui constituerait un suicide politique indéniable pour des partis politiques déjà mal en point. En effet, le processus actuel est de toute évidence irréversible, avec un accompagnement de la communauté internationale pour le processus électoral jusqu’à son terme.

À propos de l'Auteur

Ibrahim B (Le Républicain N°2058)

À propos Administrateur

7 plusieurs commentaires

  1. Gaskia Say Allah

    dans tous les cas pas de cadeau pour l’opposition. la MRN va se battre pour assurer une victoire dès le premier tour au PRN et une majorité confortable à l’assemblée nationale pour bien gouverner.

  2. Lorsque ISSOUFOU était à l’opposition, il sillonnait chaque année tout le Niger, d’Est en Ouest. Les opposants d’aujourd’hui n’ont jamais quitté Niamey depuis 2010, et dans ces conditions, ils pensent recueillir le suffrage des Nigériens parce qu’on a peur d’eux, parce qu’ils sont beaux, parce qu’ils savent parler, parce qu’ils savent mentir, etc. Vous croyez que le pouvoir peut s’obtenir comme ça? Votre attitude d’absentéiste sur le terrain favorise le président qui passera d-s le 1er tour Incha ALLAH

  3. On ne peut s’absenter pendant 5 de la proximité des militants et se lever un bon jour pour aller demander leur suffrages. C’est une question de respect de soi et aussi de ces militants.
    On ne peut pas avoir autant de mépris à l’égard d’un peuple.

  4. Avec l’audit du fichier électoral par l’OIF et le manque de leadership , le FPR part perdant aux prochaines électorales et plus dure , sera sa chute .Si par la grâce d’Allah; Issoufou passe dès le premier tour ;je lui conseille de mieux relancer un bon gouvernement d’union nationale .cela confortera sa stature de rassembleur et lui permettra de finir son dernier mandat en beauté.

  5. L’autre problème de l’opposition c’est d’avoir déserté le Niger profond et de penser que les électeurs se trouvent uniquement à Niamey.

  6. j’avais dit le problème de l’opposition n’est le fichier mais leur division interne ( les paris sortis de leur rang)

Répondre à Nounou IDI Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.