Accueil / ACTUALITE / Franc CFA : contre la servitude monétaire

Franc CFA : contre la servitude monétaire

Faut-il réformer ou supprimer le Franc CFA ? © Adria Fruitos pour JA

L’économiste togolais, Kako Nubukpo, réagit aux débats qui entourent les actions anti-Franc CFA du Franco-Béninois, Kemi Seba.

La plainte déposée au Sénégal contre Kemi Seba par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest [BCEAO] s’inscrit dans une volonté manifeste de porter sur le terrain de la légalité formelle, pour ne pas dire du légalisme, un débat qui concerne d’abord et avant tout la légitimité. Une façon commode de refuser le débat de fond concernant l’avenir du franc CFA en focalisant l’attention sur le fait que l’activiste a brûlé en public un billet de 5 000 F CFA [7,60 euros].

« La monnaie est un fait social total », affirmait Marcel Mauss, l’un des plus grands penseurs du XXe siècle. Elle revêt une dimension économique, politique, sociale, sociétale et religieuse. Elle est, à cet égard, au cœur de la vie démocratique, et son fonctionnement doit faire l’objet d’un contrôle citoyen. On ne peut donc que se féliciter du fait que les habitants de la zone franc, qui ne sont pas spécialistes des arcanes complexes de la gestion monétaire, s’intéressent de plus en plus à la question du CFA, comme en témoigne la frénésie observée sur les réseaux sociaux à ce propos depuis plusieurs mois.

Une question de légitimité et d’intérêt

L’enjeu, ici, est de réinvestir la question de la souveraineté. Est-il normal qu’à l’heure actuelle les États de la zone franc déposent la moitié de leurs réserves de change dans un compte d’opération logé auprès du Trésor français, alors que ces États ont accordé aux deux principales banques centrales de la zone, la BCEAO et la Beac [Banque des États de l’Afrique centrale], leur indépendance de jure et de facto ? De même, on peut légitimement se poser la question de l’intérêt, pour ces banques centrales, de faire fabriquer leurs billets exclusivement en France, au bénéfice de l’industrie monétique hexagonale et en se privant de la maîtrise du processus de fabrication de leur propre monnaie.

De manière plus fondamentale, on peut s’étonner de ce paradoxe : quinze ans après la disparition du franc français, qui a laissé place à l’euro, la zone franc subsiste encore, apparaissant ainsi comme un des derniers avatars de la colonisation menée par l’Hexagone en Afrique. D’un point de vue strictement juridique, il serait d’ailleurs utile de se demander si l’invocation par la France du principe de subsidiarité – pour maintenir l’arrangement monétaire qui la lie aux États africains en vertu du traité de Maastricht, signé en 1992 – est d’une incontestable légalité et d’analyser les contours des responsabilités que prennent, de fait, les autres États membres de la zone euro, dont la monnaie constitue l’arrimage du franc CFA.

La conspiration du silence

Le procès de Kemi Seba a été la pire façon, pour la BCEAO, de répondre aux critiques sur la gestion du franc CFA, car la banque a cédé à la tentation de pointer une victime expiatoire d’autant plus acceptable que certaines de ses prises de position sur des sujets autres que celui qui nous préoccupe ici peuvent être sujettes à caution. Cette façon brutale et sans nuance de vouloir faire taire des personnes au motif qu’elles ne s’inscriraient pas dans la servitude monétaire volontaire qui caractérise le fonctionnement de la zone franc ne saurait empêcher le débat – salutaire – relatif à l’avenir du franc CFA de se tenir.

Ce n’est pas Kemi Seba qu’il aurait fallu arrêter, mais bien la conspiration du silence qui a longtemps prévalu autour de cet enjeu. Qu’on songe aux dénégations rituelles des ministres français des Finances à propos de la responsabilité – pourtant évidente – de la France dans cette dépendance monétaire, à la politique de l’autruche adoptée par les chefs d’État africains, dont la crainte d’aborder la question est d’autant plus forte que leur légitimité est de plus en plus contestée face à une jeunesse impatiente et désœuvrée.

À la BCEAO de sortir des rails sur lesquels elle s’est engagée pour effectuer un véritable effort de réarmement intellectuel qui renforcerait la démocratie la plus élémentaire, laquelle implique de rendre compte aux populations. La politique du bouc émissaire est une illusion qui ne saurait valoir sauf-conduit face à la réalité. À bon entendeur…

À propos de l'Auteur

par Kako Nubukpo Ancien ministre de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques du Togo, Kako Nubukpo est directeur de la Francophonie économique et numérique au sein de l’OIF et chercheur associé à l’université d’Oxford, University College, Royaume-Uni.

À propos Administrateur

30 plusieurs commentaires

  1. Abdoulaye (qui n’est pas nigérien)
    Vous avez osé écrire ceci
    « Dépendants monétairement et pauvres.
    Indépendants monétairement et (encore plus?) pauvres.
    Bonnet blanc et blanc bonnet… »

    1. Les arguments comme le risque d’aggravation de la pauvreté, les risques inflationnistes, les risques d’avoir des monnaies faibles font partie des arguments toujours brandis dans les pays comme les nôtres pour les garder dans la servitude monétaires
    2. Et un certain Abdoulaye parle comme si tous les pays qui ont créé leur monnaie sont devenus encore plus pauvres.
    3. Je pense à tous les autres pays africains qui ont eu plus de chance que nous pour avoir été colonisés par d’autres puissances que la France
    4. Ces pays ont créé leur propre monnaie sans voir leurs présidents assassiné, sans voir leur pays déstabilisés
    5. Je pense même à certaines ex – colonies françaises qui ont osé sortir de la servitude monétaire comme l’Algérie, le Maroc la Tunisie,…
    6. Ces 3 pays ont eu leur indépendance en même temps que nous.
    7. Ils ont créé chacun sa propre monnaie.
    8. Je constate qu’aucun d’eux n’est abonné à la dernière place en IDH.
    9. Bien au contraire, ces pays en partie désertiques nous donnent des aides alimentaires et nous accordent des bourses d’étude au profit de nos enfants
    10. Et comme nous avons détruit notre système éducatif nous nous bousculons chaque année pour envoyer nos enfants étudier dans ces pays.
    11. Et pour un oui ou pour un non, nous partons nous faire soigner dans ces 3 pays.
    12. Je pense aussi à un pays comme la Mauritanie qui a créé sa propre monnaie.
    13. Et un jour un président français (Mitterrand) en visite en Mauritanie avait dit au président mauritanien ceci « vous au moins vous compter sur vos propres forces »….
    14. Je pense même à la « petite » Gambie qui a osé créer sa monnaie et qui est mieux classée que le Niger en termes de l’IDH.
    15. Alors questions à Abdoulaye:
    16. Devons-nous rester pour toujours dans la servitude monétaire ?
    17. Sinon à quand la fin de la servitude ?
    18. Pourquoi pensez –vous que, contrairement aux autres pays, la création de notre monnaie va nous rendre encore plus pauvres ?
    19. Pourquoi continuer à penser que nous sommes incapables de faire aujourd’hui, ce que des pays moins dotés en ressources ont fait il y a 50 ans de cela ?
    20. Sommes-nous, pour vous, des peuples inférieurs ?
    Abdoulaye S’ une fois encore vous n’êtes nigérien. Avec le temps on saura ce que vous êtes réellement…
    A bon entendeur…

    • lire  » vous au moins vous comptez sur vos propres forces »…

    • J’ai bien compris que ceux qui ne sont pas d’accord avec toi ne sont pas nigériens et que toi seul et le seul nigérien.
      Je voudrais juste revenir sur un de tes arguments que tu ressors tout le temps et qui me semble-t-il est les plus faux.
      Selon toi il y aurait eu de bons colonisateurs et un mauvais pays colonisateur la France.
      Pardon, excuse moi de ne pas être d’accord avec toi et que tu m’enlèves la nationalité pour ça.
      Mais pour moi les esclavagistes d’où qu’ils sont venus sont des salauds intégraux et la colonisation de l’Afrique est une honte infâme quel que soit le colonisateur.
      Je m’en fous que le colonisateur soit anglais, belge, allemand, portugais, espagnol, français ou autre ils ont tous laissé partout les mêmes massacres, les mêmes pillages, les mêmes injustices…
      Alors si tu veux m’expliquer qu’il y a des colonisateurs sympas, et bien écoute dis leur merci …
      Moi je leur dis, à tous, mon écœurement pour ce qu’ils ont fait, d’autant qu’aucun ne vient nous demander pardon…Bon joumou’a mon frère, bonne prière…

      • Abdoulaye ce n’est pas la peine de spéculer. Réponds aux questions précises que j’ai posées. voici ces questions:
        1. Devons-nous éternellement rester dans la servitude monétaire ?
        2. Sinon à quand la sortie, à quand la fin de la servitude monétaire ?
        3. Pourquoi penses-tu que, contrairement aux autres pays, la création de notre monnaie va nous rendre encore plus pauvres ?
        4. Pourquoi, selon toi, les algériens, les tunisiens, les marocains, les ghanéens, les nigériens, les mauritaniens s’enrichissent en créant leur propre monnaie mais pas les nigériens, les sénégalais, les ivoiriens, les togolais…
        5. Questions subsidiaires: tu travailles pour qui? Pour quelle rançon?
        5. Pourquoi continuer à penser que nous sommes incapables de faire aujourd’hui, ce que des pays moins dotés en ressources ont fait il y a 50 ans de cela ?
        6. Sommes-nous, pour toi, des peuples inférieurs ?

        • c’est curieux tu ne me répondes pas sur les « bons colonisateurs »!!!
          Je te déjà répondu, je suis contre la création d’une monnaie nigérienne qui nous mettra encore plus sous dépendance car notre monnaie sera faible et ceux qui en ont une monnaie forte pourront tout acheter chez nous.
          Donc la seule solution pour moi est de faire une monnaie commune.
          Ensuite et de toutes façons cette monnaie ne servira à rien si nous continuons avec nos vieilles pratiques de corruption généralisée.
          Enfin, les pays que tu cites notamment ceux du Maghreb ont tous une politique trés pro européenne et trés pro-française, avec des millions de maghrébins qui vivent en europe et des milleirs d’entreprises françaises ou européennes installées dans ces pays tout ce que nous on a refusé.
          Cherche donc d’autres modèles pour tes démonstrations..ou alors change d’idées…

          • Tu fais du cafouillage. Peux-tu donc retirer de tous mes écrits une seule phrase où je demande à ce que le Niger crée sa propre monnaie? J’ai simplement dit qu’il y a des pays moins dotés en ressources que le Niger qui ont créé leur monnaie. Et ces pays ne sont pas derniers en IDH…
            Voici précisément ce que j’ai écrit:
            « 1. Personne n’a dit que le Niger doit, tout seul créé sa propre monnaie.
            2. Toutefois il est à noter qu’il y a des pays qui ont moins de potentialités que le Niger qui ont créé leur propre monnaie. Et beaucoup s’en sortent mieux que nous. »*
            Les faits sont sacrés les commentaires sont libres.
            Tu ajoutes ceci:;
            « Enfin, les pays que tu cites notamment ceux du Maghreb ont tous une politique trés pro européenne et trés pro-française, avec des millions de maghrébins qui vivent en europe et des milleirs d’entreprises françaises ou européennes installées dans ces pays tout ce que nous on a refusé.
            Cherche donc d’autres modèles pour tes démonstrations..ou alors change d’idées… »
            Voici ce que j’ai écrit à propos de ces pays.

            « 5. Je pense même à certaines ex – colonies françaises qui ont osé sortir de la servitude monétaire comme l’Algérie, le Maroc la Tunisie,…
            6. Ces 3 pays ont eu leur indépendance en même temps que nous.
            7. Ils ont créé chacun sa propre monnaie.
            8. Je constate qu’aucun d’eux n’est abonné à la dernière place en IDH.
            9. Bien au contraire, ces pays en partie désertiques nous donnent des aides alimentaires et nous accordent des bourses d’étude au profit de nos enfants
            10. Et comme nous avons détruit notre système éducatif nous nous bousculons chaque année pour envoyer nos enfants étudier dans ces pays.
            11. Et pour un oui ou pour un non, nous partons nous faire soigner dans ces 3 pays. »
            Je cherche simplement à te dire que créer sa monnaie ne signifie pas forcement aggraver sa situation de pauvreté comme tu sembles l’affirmer.
            Je cherche à te démontrer que nous tendons la main à ces pays qui ont osé avec courage sortir de la servitude monétaire.

            Je repose mes questions auxquelles tu ne veux pas répondre de manière précise:
            « 1. Devons-nous éternellement rester dans la servitude monétaire ?
            2. Sinon à quand la sortie, à quand la fin de la servitude monétaire ?
            3. Pourquoi penses-tu que, contrairement aux autres pays, la création de notre monnaie va nous rendre encore plus pauvres ?
            4. Pourquoi, selon toi, les algériens, les tunisiens, les marocains, les ghanéens, les nigériens, les mauritaniens s’enrichissent en créant leur propre monnaie mais pas les nigériens, les sénégalais, les ivoiriens, les togolais…
            5. Questions subsidiaires: tu travailles pour qui? Pour quelle rançon?
            6. Pourquoi continuer à penser que nous sommes incapables de faire aujourd’hui, ce que des pays moins dotés en ressources ont fait il y a 50 ans de cela ?
            7. Sommes-nous, pour toi, des peuples inférieurs ? »

            Pour mémoire je tiens à rappeler ce que tu as écrit:

            « Dépendants monétairement et pauvres.
            Indépendants monétairement et (encore plus?) pauvres.
            Bonnet blanc et blanc bonnet… »
            Et tu reviens me parler de la création …d’une monnaie commune..
            Si cesses de parler des choses que tu ne connais ça ira mieux toi et pour les lecteur..
            A bon entendeur…

            • LIRE: si tu cesses…

              • Mais, je maintiens ma question, qui me paraît totalement centrale et qui évidemment portait sur une monnaie commune.
                Serons nous plus riches après avoir une monnaie « indépendante »., Je n’en suis pas certain, loin de là.
                Ensuite, si tu n’as pas compris que lorsqu’il n’y aura plus de FCFA notre monnaie commune avec d’autre pays sera cotée sur le marché mondial et sera le reflet de notre économie, alors tu n’as rien compris.
                Or, aujourd’hui et contra

                • Pauvre Abdoulaye: pour qui tu roules?
                  Tu es pour monnaie unique ou pas?
                  Et en plus tu reconnais que notre monnaie actuelle n’est pas le reflet de notre économie. Elle est donc le reflet de quoi?
                  Pauvre Abdoulaye

  2. ON AURA TOUT ENTENDU ET TOUT VECU…..CHACUN PARLE DE MONNAIE COMMUNE ….MONNAIE COMMUNE ….MONNAIE COMMUNE MAIS JUSQU A PRESENT PERSONNE N A EU A PROPOSER NE SERAIT CE QUE LE NOM DE CETTE MONNAIE…..EN REALITE NOTRE PROBLEME BIEN QUE JE NE SOIS PAS EXPERT EN LA MATIERE…..JE DIS BIEN NOTRE PROBLEME EST TOUT SIMPLEMENT UNE QUESTION DE PARITE ENTRE NOS DIFFERENTES MONNAIES.NORMALEMENT ON DOIT FIXER UNE PARITE STABLE ET STANDARD A TOUTES NOS MONNAIES ET QUE CELA SOIT CONFORME ET ENSUITE ON S ATTELLE A LA PRODUCTION EN INTENSIFIANT L INDUSTRIALISATION DE L AFRIQUE FAVORISANT AINSI LA DISPONIBILITE DE TOUTES SORTES DE PRODUITS DE PREMIERES NECESSITES.
    QUAND JE PARLE DE PARITE ENTRE LES MONNAIES JE VEUX DIRE LEUR ALIGNEMENT AU MEME NIVEAU ET DE LEUR DONNER LA MEME VALEUR MEME SI ELLES N ONT PAS LE MEME NOM QU ELLES PUISSENT ACHETER LE MEME ARTICLE A UN ENDROIT DONNE.

  3. Hé Écouter moi mes chers camarades, le maintien du FCFA équivaut à la soumission et au néocolonialisme économique. Un point un trait. je ne suis pas un spécialiste mais à force de lire des articles et d’écouter des débats sur les chaines internationales, je compris bien que notre développement économique et social dépend aussi sans nul doute de notre indépendance monétaire.
    Donc, nos les dirigeants de ces pays doivent prendre leur courage en main pour enfin créer notre propre monnaie. Nous avons entendu les propos du Président Ouattara leur de sa dernière visite à l’Elysée. Mais pour moi c’est une honte.
    Voilà ce qui nous rappelle les gens comme Sékou Touré de la Guinée – Konakry, Thomas Sankara, Kadafi encore (Toutes ces personnalités nous savions bien comment ils ont lutté) pour l’indépendance de l’Afrique. Nous pouvons citer aussi Kwamé Nkruma du Ghana…Vous pensez que Sékou Touré va aller à Paris pour négocier de rester ou pas dans cette monnaie?????.

    • Dépendants monétairement et pauvres.
      Indépendants monétairement et (encore plus?) pauvres.
      Bonnet blanc et blanc bonnet…

      • Et tu proposes quoi? Le renforcement de la servitude sans doute. Pauvre Abdoulaye…

        • Si tu crois que changer de monnaie va nous sortir de la pauvreté, je ne veux pas t’enlever cet espoir.
          Faisons le, inventons notre monnaie..et j’aimerai bien faire le bilan avec toi dans 10 ans.
          S’il est positif je te demanderai pardon et je me réjouirai avec toi d’avoir eu tord, parce que le pays aura progresser.
          Et si j’ai raison, je ne te demanderai rien…on ne célèbre pas ce genre de chose.
          Quant à ma proposition c’est de nous prendre en mains, d’arrêter de nous plaindre, de virer les vieux politiciens pourris et de mettre à leur place des gens intègres et nous mettre sérieusement au travail.
          alors la richesse du pays sera là.

          • Ces questions t’ont été posées.
            1. Devons-nous éternellement rester dans la servitude monétaire ?
            2. Sinon à quand la sortie, à quand la fin de la servitude monétaire ?
            3. Pourquoi penses-tu que, contrairement aux autres pays, la création de notre monnaie va nous rendre encore plus pauvres ?
            4. Pourquoi, selon toi, les algériens, les tunisiens, les marocains, les ghanéens, les nigériens, les mauritaniens s’enrichissent en créant leur propre monnaie mais pas les nigériens, les sénégalais, les ivoiriens, les togolais…

  4. Haba kouma
    juste une notification : la naira est de tout temps plus forte que le CFA.
    Aujourd’hui avec la dévalorisation de la naira :
    1.000.000 FCFA = 630.000 Naira
    Merci et bonne journée

    • Merci
      En fait je voulais mettre en relief la dégringolade de la naira face à la « stabilité » à FCFA sur plusieurs années. Et pourtant nous sommes là où nous sommes (voire nous reculons) tandis que le Nigeria avance….
      Vous pouvez me faire la même remarque pour ma référence avec la lire, l’ancienne monnaie italienne…
      Toutefois je garde la substance du raisonnement reste.
      Merci et bonne journée.

      • Sauf que l’Italie a abandonné la lire pour l’Euro…et que la plupart des pays européens se sont réunis pour l’euro…
        Donc le moins que l’on puisse faire pour sortir du Franc CFA c’est une monnaie commune.
        Mais comme je l’ai déjà dit de toutes façons ça ne fera pas avancer notre souveraineté car les échanges commerciaux pour le Niger se feront en dollars ou en Euro comme pour les pays qui ont des monnaies très faibles. Notre orgueil sera peut-être satisfait…quant aux résultats, tant qu’une bande de vautours insatiables et incompétents sera au pouvoir, rien n’évoluera, ou plutôt notre malheur continuera quelque soit les bouc émissaires et les excuses que nous chercherons.

        • Abdoulaye sachez que pour tous les pays du monde les échanges se font en devises fortes à savoir l’EURO et le dollar.
          Et la majorité des pays du monde font avancer leur souveraineté./
          Si on ne sait pas de quoi on parle le mieux à faire c’est de se taire

        • « Sauf que l’Italie a abandonné la lire pour l’Euro…et que la plupart des pays européens se sont réunis pour l’euro… »
          Vous ne lisez même pas les autres et vous leur répondez la tête baissée.

  5. 1. Personne n’a dit que le Niger doit, tout seul créé sa propre monnaie.
    2. Toutefois il est à noter qu’il y a des pays qui ont moins de potentialités que le Niger qui ont créé leur propre monnaie. Et beaucoup s’en sortent mieux que nous.
    3. En dehors des pays de la zone franc tous les autres pays africains disposent de leur propre monnaie.
    4. Quels sont les pays qui ferment la marche dans le classement des nations du monde en termes d’IDH ?
    5. Comme quoi si un enfant refuse de marcher sur ses deux pieds parce qu’il a peur de tomber il finira sa vie en marchant à quatre pattes.
    6. Les pays africains de la zone franc encouragés par la France ont toujours trouvé des alibis pour ne pas créer leur propre monnaie : faiblesse de la monnaie, risque inflationniste…
    7. Aujourd’hui, quelle est la situation des pays dits de la zone CFA par rapport aux autres pays africains en termes de développement ?
    8. Toute chose égale par ailleurs, la valeur d’une monnaie dépend surtout de l’économie qui l’a créée et du sérieux mis dans sa gestion.
    9. Si des pays ouest –africains comme le Ghana, le Nigeria… ont créé leur monnaie pourquoi les 15 Etats de la CEDEAO seront-ils incapables de réaliser cet exploit ?
    10. Encore une fois tout est question de gestion et du sérieux que nous y mettrons.
    11. On nous parle de la force ou de la faiblesse de la monnaie. Sur ce point le CFA ( la monnaie du Niger) est plus fort que la naira. Pourtant le PIB du Nigeria fait au moins 60% du PIB de toute la CEDEAO.
    12. Comme quoi une monnaie forte n’est pas une fin en soi. Ce qui est important c’est d’abord l’amélioration des conditions d’existence des populations.
    13. Et en longue période c’est une économie forte qui peut générer une monnaie forte et non l’inverse
    14. A un moment donné la monnaie italienne était presque l’équivalent du CFA. Et pourtant….
    15. Sait-on que la « petite » Gambie, la Mauritanie… ont leur propre monnaie? Je ne suis pas sûr que le nigérien vit mieux qu’un gambien ou un mauritanien.
    16. La monnaie est un intermédiaire d’échanges, une réserve de valeur, une mesure de valeur. C’est ça qui est dit dans sa définition fonctionnelle.
    17. Mais, on ne le dit pas assez, la monnaie est un symbole de souveraineté et de fierté d’une nation.
    18. C’est pour cette raison qu’on affiche l’unité monétaire à côté du drapeau, de l’hymne national d’un pays…

    • Je suis vraiment d avis avec vous.
      Ceteris Paribus « toute chose égale par ailleurs  »
      Le franc CFA expliqué vraiment notre situation il y a des pays africains et autre qui disposent moins des ressources que la zone CFA Mais Comme ils ont leurs monnaie ils sont mieux que nous donc la monnaie est source de libération et synonyme de bonheur .

  6. On peut effectivement sortir du Franc CFA, rien ne nous en empêche.
    Après soyons lucide, notre souveraineté n’en sortira pas grandie.
    Bien évidemment tous les échanges importants se feront en dollars ou en euros. Si nous sommes capables de faire une monnaie commune de l’Afrique de l’Ouest, elle aura sans doute un peu de valeur.
    Si c’est uniquement une monnaie nigérienne, elle ne vaudra pas grand chose.
    Comme nous achetons beaucoup à l’étranger, nous deviendrons encore plus pauvres…
    Je pense vraiment que cette sortie doit se faire en bon ordre en réfléchissant bien aux conséquences.
    Dans ce domaine l’idéologie pourrait nous conduire à nous trouver dans une situation encore pire que celle d’aujourd’hui.

  7. 1. Le franc CFA n’est pas notre monnaie.
    2. « La France est le seul pays qui a réussi à faire circuler sa monnaie, rien que ça monnaie dans des pays politiquement libres »
    3. Celui qui a osé écrire cela a été trouvé mort.
    4. Et les conditions de cette mort n’ont jamais été élucidées.
    5. Comme quoi les enjeux sont importants.
    6. Mais comme on le dit « un peuple qui domine un autre ne sera jamais libre. »
    7. Notre « ami » la France est en train de sombrer politiquement et économiquement.
    8. Ayant réprimé tout développement de ses colonies, elle essaie d’aller vendre sur les marchés des autres avec moins de compétivité que ses principaux concurrents (USA, Japon, Allemagne, Chine…)
    9. L’histoire montre que tous les grands empires se sont effondrés quand ils n’ont plus la capacité économique et donc militaire de maintenir leur domination sur les peuples qu’ils ont conquis.
    10. La France est dans cette situation actuellement.
    11. L’affaiblissement du maître donne à l’esclave l’opportunité de se libérer.
    12. Moralité: cherchons-nous avant qu’il ne soit trop tard.
    A bon entendeur….

    • Je ne suis pas d’accord avec tous ceux qui dénigrent le fcfa et accusent la France de tous les maux. Une analyse objective aurait parlée de responsabilité partagée entre la France et ses anciennes colonies. Et même là, c’est constestable.

      Avant de commencer, clarifions les choses: très peu d’africains ont le sens élevé de l’état. Respectent les règles banales de confidentialité et appliquent les régles de façon appropriée (sans rigidité .

      Ensuiite allons vers les choses simples: Par sa nature, l’ouest africain ne sait pas créer de la valeur (source et base de tout enrichessement). Tous les « africains de l’ouest » , surtout ce qui se prétendent intellectuels, pensent que la réussite économique et sociale passe par la politique.

      Politique vous dites: Presque tous les pays africains francophones ont connu un moment ou un autre un blocage institutionnel dû à un probleme d’interprétation des lois et des textes législatifs. Si on revient sur le plan économique, social ou simplement managérial : l’afrique et ses adminstrations sont une catastrophe. Personne ne respecte rien (politiuqes; règlement ou loi). Tout le monde veut contourner les exigences et les défis de ces lois. Les lois sont aussi vieilles que les dates des indépendances c’est-à-dire que l’intention pour laquelle une loi est créée n,est plus d’actualité.

      Personne ne paie de taxes ou d’impôts, Ceux qui paient leurs taxes ne reçoivent pas des services en retour. Les hommes au pouvoir peuvent aller piger dans les caisses de l’état sans aucune autorité. Même chose ils peuvent effectuer des transactions, au nom de l’état, sans aucune autorité. Ce n’est pas toujours par mauvaise intention, mais souvent par ignorance. Tout le monde connaît, mais en réalité personne de sait rien; personne n’écoute et ils ont l’égo gros comme la planète, donc ceux qui veulent leur dire comment faire, faites attention aux coups de colère.

      LIRE LA SUITE

      • Je ne vous comprends pas : vous êtes contre ceux qui dénigrent la France ou ceux qui dénigrent le FCFA?
        Les pays francophones ont connu des blocages institutionnels mais aussi et surtout des coups d’Etats des assassinats des présidents.
        Toutes vos critiques sur la gestion sur les administrations sur le non paiement d’impôts et taxes sont justes.
        C’est vrais que nos propres faits est gestes (les variables de dedans) constituent pour nous de sérieux blocages pour avancer. Mais il y a aussi les variables de dehors.
        Contrairement aux autres puissances coloniales la France a systématiquement réprimé le développement de ses colonies.
        Et ça continue…

        • je suis tout à fait d’accord avec Gatineau, avant d’accuser le fcfa de notre retard, regardons autour de nous comment nous fonctionnons….notre plus grand malheur, c’est notre façon de faire la politique ou ce qui est mis au devant est le clanisme, la richesse facile, le détournement, les questions ethniques et raciales, la subjectivité, la corruption, la justice sociale inexistante, l’ingérence de l’exécutif partout principalement dans la justice, le parlementaire etc….tous ces maux maux sont aujourd’hui, ce qui nous éloigne chaque jour d’une réelle perspective du développement…le fcfa est sans doute un système pas benefique pour nous mais nous devons reconnaitre que la chose déterminante à nos problème sera de trouver des solutions à nos comportement au quotidien

          Kemi Seba fait un combat noble mais s’il avait vécu un peu plus longtemps en Afrique, il saura que ce n’est pas par la qu’il faut commencer la lutte pour une vrai émergence de nos pays africains

          ce n’est pas dans un pays ou dans la plupart de nos administrations publiques, pour un service, l’agent te réclame de l’argent sans passer par quatre chemin, ce n’est pas dans un pays ou les gens partent au bureau 2/5 et le plus souvent à partir de 10H, ce n’est pas dans un pays ou dans des travaux publiques, les gens surfacturent le double souvent le triple du budget pour s’enrichir, ce n’est pas dans un pays ou on nomme des ministres juste pour un remerciement politique et non pour un travail à la nation, ce n’est pas dans un pays ou l’exécutif se croit au dessus de la loi etc, la liste est tellement longue….qu’on pourra espérer un quelconque développement

          mes chers compatriotes, on du pain sur la planche….

      • Ce n’est pas une raison pour rester en servitude Mr Gatineau? Qui dit que ce n’est pas l’état de pauvreté créé à dessein qui amène les dirigeants à agir ainsi?????? Et la jeunesse d’aujourd’hui est différente de celle des indépendances, qui n’ont pas accès à l’information, à la liberté d’expression. ça fait combien d’années que beaucoup d’africains de l’ouest (zone CFA ont pris connaissance de l’arnaque de la France à travers le CFA???) et observez comment comment les voix se sont levées de partout pour fustiger la situation.
        Que les Pro CFA le veulent ou non, c’est de l’arnaque, c’est inhumain de manière volontaire de maintenir des Etats dits indépendants dans un e situation de pauvreté, créant des tensions sociales de toute part, il y a des lobbies derrières qui ne veulent pas lâcher prise. Donc il nous revient d’avoir pitié de notre situation, d’être solidaires, déterminés à défendre notre droits quelque soient les conséquences qui adviendront, ne dit on pas qu’on ne peut pas faire des omelettes sans casser des oeufs????? Il faut sacrifier certains Africains pour avoir notre indépendance financière afin de garantir le bonheur et la sécurité aux générations futures.
        Enlevez dans vos têtes qu’on n’est pas prêt, on le sera quand alors????????

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*