Home ACTUALITE Gestion du SNAT : Yamoussa et son gang jouent les prolongations…

Gestion du SNAT : Yamoussa et son gang jouent les prolongations…

Le Bureau du Syndicat National des Agents du Trésor (SNAT) vient de mettre en place un Comité chargé de réfléchir sur la mise en place d’une mutuelle à la DGT/CP.

Pour un bureau de syndicat qui n’arrive même pas à satisfaire de menus besoins exprimés par le personnel sur le fonds social, il est de bon ton de se demander comment celui-ci (le bureau du syndicat) compte initier et opérationnaliser une mutuelle. Mais c’est vrai que le Comité créé n’est chargé que de … réfléchir. Etant entendu que lesdites réflexions peuvent ne rien donner au bout, puisque n’étant pas assorties d’obligation de résultat, et ce quel que soit, par ailleurs, le temps qui leur aura été imparti.

Mais au-delà de son principe, c’est le timing de cette tardive initiative du SNAT qui intrigue. En effet, depuis le 18 août 2019, le bureau dirigé par Yamoussa est à la fin de son deuxième mandat de 3 ans. Ainsi, cette fumeuse idée de mutuelle, ils ont eu 6 ans pour lui donner de la substance et la mettre en œuvre.

Mais ils y songent seulement maintenant, comme pour légitimer un « tazartché » hélas fréquent dans plusieurs types d’organisations de notre pays. Ils versent ainsi dans des manœuvres dilatoires, occultant, ce faisant, toute idée d’organisation d’un Congrès de renouvellement des structures. Et à ce petit jeu, cela fait aujourd’hui quasiment 2 mois que ces imposteurs doublés de félons gèrent les intérêts du personnel du Trésor en parfaite illégalité. Mais cela peut se comprendre, quand on sait qu’aucun chercheur d’or ne peut facilement consentir à abandonner un filon qu’il exploite.

Or, plus qu’un filon, le SNAT est une véritable mine d’or pour la bande à Yamoussa, car outre le rançonnage des fournisseurs auquel ils s’adonnent éhontément, et qui est de notoriété publique, ils se livrent également à une gestion patrimoniale des ristournes revenant au personnel, laquelle gestion a fait l’objet de moult dénonciations de la part des victimes que constitue le personnel. Mais les gangsters du SNAT n’en ont cure, prêts à tout qu’ils sont pour défendre ce qu’ils considèrent comme un inaliénable acquis.

En effet, lorsqu’en 2017, une information (ou une rumeur) avait circulé, faisant état de la volonté du Ministre Hassoumi de dessaisir les syndicats de la gestion des ristournes pour la remettre à l’Administration pour un souci d’équité, mais aussi d’efficacité, le bureau du SNAT avait mis à contribution la CDTN qui était rapidement venue à sa rescousse, à coups de menaces de débrayages. Une stratégie assurément payante puisqu’elle avait eu le mérite de calmer les ardeurs du bouillant Ministre, lui faisant ainsi renoncer à une mesure incontestablement bénéfique, tant pour le personnel qui y aurait trouvé une source de motivation et d’émulation, que pour l’Administration qui en aurait été redynamisée.

Mais hélas !  Et les bons offices de la CDTN à l’endroit du SNAT était tout sauf gratuits, quand on sait que notre syndicat est le principal pourvoyeur de fonds de ladite Centrale. Tout s’explique donc. Du reste, c’est actuellement un membre du bureau du SNAT qui est le Trésorier de la CDTN. Voilà, on sait, à présent, l’une des nombreuses destinations que prennent les 6% du montant des ristournes que le bureau SNAT vole au personnel de la DGT/CP chaque mois.

Last but not least, il y a aussi le trafic d’influence et les magouilles en tous genres auxquels se livrent Yamoussa et sa bande. Tenez par exemple : en avril 2019, Swiss Umef University of Niger avait offert des bourses de formation au 3ème cycle aux agents de la Fonction Publique du Niger. Pour y prétendre, les agents devaient constituer des dossiers de candidature à déposer, chacun, au niveau de sa Direction des Ressources Humaines (DRH).

Mais il s’est trouvé qu’à la date d’appel à candidatures, Issa Yamoussa et son acolyte – tantôt ex, tantôt néo-Trésorier du SNAT – Mamane Bello, n’avaient terminé le 2ème cycle de l’ENAM que depuis 33 mois. Il leur restait donc, aux termes de la loi, 3 mois pour pouvoir prétendre à retourner en études, ce qui, du coup, les rendait inéligibles à ladite formation. Ainsi, persuadés donc que la DRH du Trésor allait, à juste raison, rejeter leurs dossiers, ils ont sauté cette première étape de la procédure pour contourner et déposer leur dossier soit au Ministère des Finances ou bien directement à celui de la Fonction Publique.

Et c’est donc à la sortie de l’arrêté n°1455/MFP/RA du 29 juillet 2019 que la DRH de la DGT/CP a constaté la supercherie. Et pour attester du sens aigu de la magouille du personnage, vous constaterez que le nom de Issa Yamoussa, Mle 85109/X (Option Finance Banque) apparaît deux fois (s’il vous plaît !) sur le même arrêté : d’abord au n°3 en page 1, puis au n°96 en page 14. C’est vrai que deux précautions valent mieux qu’une, comme l’a dit quelqu’un !

Un tel scandale dénote d’une part l’interventionnisme et le trafic d’influence dans lesquels excelle notre … scandaliste Yamoussa, et d’autre part le degré de pourriture du personnel du Ministère chargé de la gestion des carrières des agents de l’Etat. Et le tout renseigne à suffisance sur le niveau ahurissant qu’a atteint le phénomène de corruption et de concussion dans notre pays.

Un nouvel arrêté (le n°1709/MFP/RA) a été pris le 25 septembre pour procéder au rejet de 10 candidatures au motif d’une titularisation datant de moins de 3 ans. Et bien que ne satisfaisant pas au critère de 3 ans après la fin d’un cycle précédent, nos deux compères du SNAT ont encore pu passer à travers les mailles de ce nouveau filet. Décidément trop forts, les mecs !

Puis, pour les 105 dossiers finalement retenus, il a été arrêté le principe de l’organisation d’un test qui va décider des 30 bénéficiaires des bourses offertes. Ledit concours a eu lieu le samedi 05 octobre 2019, et les résultats en ont été proclamés le lundi 07. Et, sans surprise, nos deux larrons du SNAT y sont reçus « haut la main » ! Voilà donc ce à quoi Yamoussa et sa clique ont réduit la gestion du SNAT : toujours là à se démener comme de beaux diables pour tirer la couverture à eux, et ce, au mépris total des intérêts du personnel.

Et dans de telles conditions, l’on ne peut que comprendre leur propension « tazartchiste » à la tête de ce SNAT dont ils n’ont visiblement pas fini de tirer les précieux avantages. D’où donc cette idée farfelue de création d’une mutuelle dont les « travaux de réflexion » ont été confiés à un Comité fantoche composé, bien sûr, par des membres du bureau du SNAT (Mamane Bello, Ali le Trésorier adjoint et Moustapha Sidi) et de 3 représentants de l’Administration (le Chef Service RH, le Chef Service Correspondants et Oustaz Nouhou Mounkaïla) choisis sur on ne sait trop quels critères. En tout état de cause, il ne s’agit là que de la poudre aux yeux, et le jeu est dangereux – car frisant la complicité – de la part des représentants de l’Administration.

Le présent papier lève un coin du voile sur l’état de dégénérescence, sur fond de corruption, de l’Administration publique nigérienne, et invite subséquemment les autorités compétentes – la HALCIA au premier chef – à se pencher sur le cas de ce processus d’octroi de bourses truffé d’irrégularités. Ce serait, en tout cas, rendre justice à ces nombreux autres fonctionnaires, tout aussi nigériens, qui y ont été floués.

Par Garba Mairigia (Tamtaminfo News)

70 Comments

    1. C’est certainement là-bas à Konni qu’il a développé ce goût prononcé pour l’argent, pour ensuite se mettre à le chercher les yeux fermés.

  1. Bello c’est l’agent qui a été chassé de l’ambassade du Niger à Bamako, en tant financier , qui est venu se réfugier au syndicat et continuer sa forfaiture.

    1. Bien sûr! Pour eux, les postes dans le bureau du SNAT est comme des sièges qu’ils ont reçus de leurs familles en héritage. Sinon, comment peut-il se faire que tu ailles occuper deux ans durant un poste à l’étranger, t’en faire chasser, et puis revenir réoccuper le poste que tu as laissé en partant. Ce sont les textes qui régissent le syndicat du trésor qui ont prévu un tel mécanisme? C’est dire donc que même si l’un d’entre eux en venait à casser sa pipe, les pauvres militants attendrait qu’il ressuscite pour revenir continuer ses basses œuvres au sein du bureau?! N’importe quoi!

  2. L ‘ensemble des agents en activité n’ont rien à voir avec vos activités douteuses, vos activités de tricherie.
    Il y a Yamoussa et Bello qui sont cités dans la tricherie pour l’octroi de bourses.

    Arrêtez donc de mentir. Expliquez vous sur ce que se dit sur vous. Les arrêtés de la fonction publique incriminés sont à notre possession. Le vol organisé au moment opportun, nous allons apporter des preuves à la HALCIA. Cette fois ci il n’y pas d’échappatoire.

    1. Dans tous les cas, les références desdits arrêtés sont précises. Tout celui qui en est intéressé peut les chercher pour vérifier. Et si ce sont des mensonges, qu’il le dise ici même, c’est tout! On ne peut mentir sur quelqu’un en donnant de telles précisions vérifiables, quand même!

  3. On ne peut laisser quelques bandits, syndicalistes par accident continuer à défier toute la hiérarchie et continuer à voler le personnel dont ils prétendent défendre les droits .
    Je crois que l’heure de rendre compte est arrivée.

    1. Mais c’est parce qu’ils rechignent à rendre des comptes aux militants sur le dos desquels ils se sont enrichis qu’ils traînent des pieds pour organiser le congrès qui va les remplacer. Ils savent bien que cette fois-ci, personne ne leur fera de cadeau, et qu’ils vont devoir expliquer les centaines de millions qu’ils ont volés aux militants pendant 6 ans.

  4. En tout cas ils sont deux indexés et un de leur complices ancien cadre du trésor, ancien DGT/CP .
    L’ enquête de la HALCIA nous éclairera incha Allah !

    1. On ne sait toujours pas pourquoi l’ex-DG Zourkaleyni Souleymane se mêle encore des affaires du Trésor! Il a menti à Yamoussa, comme quoi il allait le faire nommer Trésorier Régional de Maradi, comme s’il avait une capacité d’influer sur les décisions qui se prennent dans ce pays. Et lui Yamoussa, en parfait idiot, continue toujours de le croire. Ce tandem maléfique, constitué de deux voleurs patentés, est, de toute évidence, nuisible au Trésor. Mais, avec l’aide de Dieu, nous mettrons fin à vos agissements. Vous pouvez toujours continuer votre cirque de décorations et autres témoignages de satisfaction (on se demande d’ailleurs laquelle) lors des fêtes du 1er mai, mais on se rappelle bien tout ce qui vous avait dangereusement opposés en 2016, lorsque la clique des Yamoussa avait, ni plus ni moins, demandé au Président de la République de débarquer Souleymane Zourkaleyni de la tête du Trésor. Et à l’époque déjà, ce fut en agitant la menace d’inspecter la gestion financière des Yamoussa à la tête du SNAT, qu’il avait réussi à instaurer un … équilibre de la terreur, chacun détenant une « bombe atomique », à l’image des USA et de l’URSS au début de la guerre froide. Et je pense que c’est depuis lors qu’ils ‘Zourkaleyni et Yamoussa)ont signé une paix des braves » qui semble durer jusqu’à ce jour.

  5. Je crois quand la HALCIA fera une descente surprise pour enquêter sur ce qui se dit sur vous messieurs les syndicalistes, il semble que vous êtes deux indexés , un certain Yamoussa et un Bello, la vérité jaillira.

    1. En tout cas, nous, militants du SNAT, y comptons bien. Et je crois bien que les agents des autres Ministères aussi, qui ont postulé pour les bourses UMEF, et qui ont été recalés au profit des super magouilleurs (que dis-je? super intelligents) syndicalistes du SNAT.

  6. Les accusations portées proviennent bel et bien des délégués du personnel en activité. Les anciens n’ont rien à voir avec vous . Arrêtez vos diversions.
    Les accusations sont précises, nul part il a été question de l’ensemble du personnel du trésor.

    1. Mais c’est tout simple! Que les accusés viennent nous apporter les preuves contraires aux allégations formulées à leur encontre! Ce n’est pas la mer à boire, quand même!

  7. Heureusement que les agents du Trésor connaissent l’auteur de ces écrits diffamatoires. Nous profitons de l’occasion pour informer les lecteurs qu’il s’agit ni plus ni moins d’une ingérence étrangère. Un ancien cadre du Trésor mécontent qui ternit, à travers SNAT, l’honneur de l’ensemble des agents en activité.

    1. Comment un ancien cadre du trésor peut-il disposer de ces informations précises sur vous .
      Il serait plus intéressant pour vous de donner des explications aux graves accusations portées sur vous par vos propres camarades que de chercher des boucs émissaires ailleurs. Vos camarades sont précis dans les accusations qu’ils portent sur vous. Il semble qu’une enquête administrative sera diligentée sur le fonds social que vous gérez et la manière dont vous avez dribbler votre direction pour obtenir une bourse.
      Je pense qu’il faudrait y répondre au lieu de chercher à accuser vos anciens qui n’ont rien à voir avec vos problèmes internes.

    2. Un ancien cadre du Trésor mécontent de quoi? Si tu es membre du SNAT, alors je te conseille d’expliquer à vos militants ce qui se passe, au lieu de rester là à verser dans la diversion.

    3. Mais si les Yamoussa sont sûr de ce qu’ils pensent de l’auteur de cet écrit qui, selon toi, ternit l’image des agents du trésor, mais qu’ils (les Yamoussa) convoquent une AG pour en informer leurs militants, et surtout leur témoigner leur compassion relativement à cette fâcheuse affaire. Ils en profiteraient ainsi pour redorer leur blason aux yeux de leurs militants, et obtiendraient, ce faisant, tout leur soutien et toute leur solidarité.

      1. Tu parles! Mais t’es vraiment un rigolo, toi! Tu oses imaginer la clique des Yamoussa convoquer une AG? Mais pour dire quoi aux militants? Qu’ils osent le faire pour voir! Je suis persuadé que s’ils prenaient une telle initiative, alors ce serait un suicide collectif pour l’ensemble du bureau du SNAT. Et de deux choses l’une: au mieux les militants boudent l’invitation à l’AG, et au pire ils répondent présents, mais là uniquement pour lapider Yamoussa et sa mafia, comme l’incarnation des « shaytanes » qu’ils sont. Mais je les défie de convoquer cette AG, et puis on va voir.

    4. Nous, militants du SNAT, on ne s’intéresse pas, pour le moment, à la source de cette information concernant nos syndicalistes. Ce qui nous importe, c’est la véracité (ou non) des informations concernant cette affaire de bourses. Là, si les Yamoussa nous certifient que l’auteur leur a menti, alors en ce moment-là, nous allons intéresser (et même nous occuper) de l’auteur-calomniateur.

  8. EN LISANT CET ARTICLE J’AI COMME L’IMPRESSION QUE L’AUTEUR A VRAISEMBLABLEMENT UN PROBLEME PERSONNEL AVEC YAMOUSSA. DU COUP, JE LUI CONSEILLERAI D’ALLER A SA RENCONTRE POUR UNE ÉVENTUELLE RÉCONCILIATION. CA FERA DU BIEN AUX AGENTS DU TRESOR.

    1. C’est l’ensemble des agents du Trésor qui ont, non pas un, mais DES problèmes avec les Yamoussa qui ont passé deux mandats à s’enrichir à leur détriment. Sans aucune forme de compte rendu de leur gestion. Sur quelle planète se trouve-t-on, là?!

  9. (COMPAGNES DE DENIGREMENT DU SNAT SUR « TAMTAMINFO »)
    1. Problématique de la dépénalisation des délits de presse au Niger
    Par nature, les médias sont doubles, à la fois entreprises commerciales et vecteurs d’un bien immatériel, culturel et social. Encore que cette double appartenance au monde du commerce et à la collectivité n’est pas sans conséquence. Car Si tout est subordonné au commerce, le contenu passe au second rang et les libertés individuelles et collectives sont alors menacées.
    Trop souvent pour assurer la vente, le citoyen est traité comme un consommateur à séduire au lieu d’un citoyen digne d’être informé. Ainsi, se développe le divertissement et les informations à caractère sensationnel qui se vendent bien. Parallèlement, l’information citoyenne est délaissée au mépris de la démocratie dont elle est le pilier. Cette inclination pour le sensationnel est présente au sein de certaines rédactions « à tout compte » et se développe aussi au mépris de la qualité des articles de presse.
    Nombre de ses animateurs (ceux de la presse) se livrent à une véritable marchandisation du travail journalistique. Celle-ci consiste à utiliser la liberté de presse pour assurer non seulement le financement des médias, mais également l’enrichissement personnel.
    Le manque de formation et surtout de vocation professionnelle des jeunes rédacteurs venus au journalisme plus par souci de résoudre un problème d’emploi de manière passagère que par amour du métier.
    2. Devoirs éthiques des militants du SNAT
    Un militant doit agir avec diligence, compétence, impartialité, intégrité, bonne foi et loyauté, au mieux des intérêts du SNAT et de ses membres. Les conduites dérogatoires ne sont pas tolérées.
    Le bon militant doit s’engager à agir dans le respect des personnes, avec politesse et courtoisie, et à éviter toute forme de dénigrement à l’égard d’un camarade.
    Il doit se débattre de toute question de façon éclairée et informée afin de mesurer les conséquences de ses propos; aussi, faire preuve de retenue afin de favoriser un débat franc, constructif et empreint de civilité dans un cadre approprié comme dans le groupe Whats App des agents de la DGT/CP, lors d’une AG ou d’un Congrès. Le linge sale se lave en famille et non hors ce cadre.
    Le bon militant ne doit pas faire usage et doit, en toutes circonstances, préserver la confidentialité des délibérations de l’instance syndicale et des renseignements ou documents de nature confidentielle, notamment un renseignement concernant les avantages des camarades (nombre de part par exemple), une stratégie de négociation ou une stratégie d’intervention du SNAT.
    J’ai été toujours d’accord sur le principe du critique objectif s’il est exercé dans le cadre approprié. Mais en publiant ces articles hors cadre légal, je ne cherche pas à savoir si les faits imputés sont vrais, mais seulement s’ils ont été exprimés avec l’intention de nuire.
    Aussi, je pense que le fait d’être ambitieux ne devrait pas nous empêcher d’être nous même.
    Nous devrons promouvoir la culture de solidarité entre camarades en lieu et place d’une haine non justifiée.

    1. Monsieur Djaffar, plutôt que de vous poster en donneur de leçon aux victimes des syndicalistes du Trésor, tu ferais mieux de conseiller à tes protégés (les Yamoussa) d’aller s’expliquer sur média traditionnels. Pour le défense de leurs intérêts mesquins et égoïstes, on les a maintes fois vus vociférer dans la presse (aussi bien écrite qu’audiovisuelle). Comment peux-tu nous expliquer qu’ils soient restés plus trois (3) ans, plus que la durée de leur mandat, sans avoir convoqué la moindre Assemblée Générale, ne fut-ce qu’à des fins d’information des militants. Et pendant ce temps, t’as une petite idée des sommes qu’ils ont engrangées au nom des militants … et bouffées net? Assurément pas. Donc, respecte un peu les victimes du SNAT essayer de se défendre, parce que ce n’est pas ton argent que les Yamoussa ont volé. Et, de toutes les façons, une inspection de leur gestion sera bientôt diligentée, et te prouvera que c’est à juste titre que les militants du SNAT protestent contre ces crimes perpétrés contre leurs intérêts. Parce qu’il n’ont pas élu des syndicalistes pour qu’ils les volent. Un syndicat, c’est fait pour défendre les intérêts de ses militants. Une chose que les Yamoussa n’ont jamais faite en six (6) ans d’exercice. Leurs intérêts à eux, en revanche, eux ils les ont défendus bec et ongles. En atteste leur niveau actuel d’enrichissement qui dépasse l’entendement.

    2. « Le bon militant doit s’engager à agir dans le respect des personnes, avec politesse et courtoisie, et à éviter toute forme de dénigrement à l’égard d’un camarade ».
      Mais cela vaut aussi (et surtout) pour un dirigeant syndical, monsieur! Mais au Trésor, qui est-ce que ces voyous de Yamoussa respectent? Pas les militants, en tout cas! En outre l’impolitesse et la discourtoisie sont les traits de caractères qui les décrivent le mieux. Et en matière de dénigrement par voie de presse (écrite ou audiovisuelle) ils sont champions. Demandez à leurs collègues qui, en 2018, avaient conduit la mission de sensibilisation sur le CUT. Ils les avaient vilipendés au seul motif qu’ils ne sont pas comptables, el tout avec l’appui de l’autre Yamoussa qui se trouve actuellement comptable à l’Hôpital de référence.

  10. En tout cas, la HALCIA doit examiner cette affaire d’attribution de bourses aux contours plus que flous. Elle doit y porter une certaine attention, de la même façon qu’elle l’a fait précédemment pour d’autres affaires louches qui se sont passées dans ce pays.

  11. Comprenez camarades, que soutenir ce chimérique projet de mutuelle des yamoussa suppose que vous leur accordez une prorogation de mandat, et donc une nouvelle occasion de carotter vos ristournes.

  12. Le problème du Trésor résulte dans le fait que les camarades sont complices de la situation qu’ils vivent. Sinon comment comprendre que malgré toutes ces révélations aucune âme ne lève sont petit doigt pour un changement de la situation. La « bande » gère nos ressources, donc nous avons un droit de regard camarades. Dominer votre peur et réclamez vos droits. Ces droits bafoués par la « bande » et la Direction générale qui est aussi complice de ce qui nous arrive. J’accuse également cette Direction Générale de complicité avec la « bande ». reveillez-vous!!!!!

    1. Très pertinent, comme analyse! Le mutisme des agents du trésor pose des questions, quand même. Mais l’indifférence de la Direction Générale peut s’expliquer par le fait de n’avoir pas pu récupérer la gestion des ristournes afin de mieux motiver les agents en vue de l’obtention de meilleurs résultats.

    2. En fait, je pense que si les agents du Trésor ne dénonce pas « la bande », comme tu dis, c’est parce qu’ils sont tous sales (des voleurs!). D’ailleurs, Dieu Lui-même a dit qu’Il donne à chaque communauté les dirigeants qu’elle mérite. Alors, les agents du trésor ne méritent pas mieux que cette clique de rapaces à la tête de leur syndicat. Ne cherchez pas loin.

    3. Mais il se peut bien que les gars du SNAT aient « graissé certaines pattes » et « fermé certaines grandes gueules » au sein du trésor, d’où ce silence des militants. Parce qu’il paraît qu’ils sont passés maîtres dans l’art de la corruption, étant eux-mêmes corrompus jusqu’à la moelle des os.

      1. Ah! S’ils sont comme tu les décris, alors les enseignants de l’UMEF doivent donc se frotter les mains, s’ils veulent se faire des sous, car les ACHETEURS DE NOTES sont en train de débarquer là-bas. A l’ENAM déjà (au second cycle) ils étaient reconnus pour soudoyer les enseignants. Nul doute donc qu’ils vont rééditer cela à l’UMEF, surtout au regard des conditions dans lesquelles ils y accèdent.

    4. Tu as vraiment vu juste, Nouabi. Je ne me rappelle plus combien de fois la gestion de ce syndicat du trésor a été épinglée ici-même, mais sans que cela ait suscité la moindre réaction de la part de la base. Finalement, est-ce que ce ne sont pas juste des mensonges que les gens racontent sur ces syndicalistes? Parce que je me dis qu’aucun groupe ne peut accepter de subir la situation qui nous est régulièrement rapportée sur ce site. Si ça se trouve, ce Yamoussa et ses collègues membres du bureau n’ont même pas bouffé un kopeck appartenant aux agents du trésor.

      1. Moi, je veux bien te croire, parce que ton hypothèse tient la route. Seulement, si tout ce qui est dit sur ces syndicalistes était faux, je pense qu’au vu de la virulence des termes (insultes) utilisés pour les dénoncer, ils auraient tenté d’y apporter un démenti. Mais pour autant que je m’en souvienne, ils ne l’ont encore jamais fait à ce jour. Et ils sont toujours en poste, c-à-d qu’ils n’ont pas rendu leur tablier. Or, face à d’aussi graves accusations, la logique aurait voulu qu’ils se défendent, ou bien qu’ils se démettent. Or, ils ne font ni l’un ni l’autre.

  13. Wallaye camarades représentants de l’administration au comite de la mutuelle, je vous rappelle que Yamoussa et ses semblables ont, depuis belle lurette, vendu leur âme au diable. Sachez-le donc que nous constatons que vous êtes en train de leur emboîter le pas. Vous avez jusque-là été de respectables types, mais je sens votre processus de perversion subrepticement enclenché. Ressaisissez-vous pendant qu’il est encore temps. Car la respectabilité est comme du lait: on ne peut pas la reconstituer intégralement après l’avoir perdue.

  14. Hum! Comment des gens qui ont partie liée avec des voleurs peuvent désormais prétendre à une certaine respectabilité au sein du trésor? A leur place, je seras franchement gêné de regarder les militants dans les yeux. Mais comme nous évoluons dans un vaste système d’hypocrisie, on va continuer à les croiser, à faire des bouts de causette ensemble, rire un coup de temps en temps, mais en gardant d’eux, au fond de nous, une image qui les déshonore. Parce d’honneur ou de crédit, ces individus n’en ont plus au sein du personnel du trésor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Commission Climat pour la Région du Sahel M. Issifi Boureima nommé Coordonnateur du Cadre Transitoire Opérationnel…

Par Décret du Président de la République, M. Boureima Issifi a été nommé Coordonnateur du …