Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / Hommage aux Braves Femmes du Niger Par l’ambassadeur Eric P. Whitaker A l’occasion de la Journée de la Femme Nigérienne

Hommage aux Braves Femmes du Niger Par l’ambassadeur Eric P. Whitaker A l’occasion de la Journée de la Femme Nigérienne

À l’occasion de la Journée de la Femme Nigérienne, le 13 mai, nous rendons hommage aux filles, aux sœurs, aux mères, aux épouses et aux grands-mères qui contribuent au développement du Niger. Nous admirons leur intelligence, leur force et leur résilience lorsqu’elles éduquent leurs familles, bâtissent leurs communautés et améliorent leur pays.

En ce jour, nous nous souvenons également des femmes nigériennes qui ont perdu la vie à la suite de violences, d’accouchements à risques ou de traitements médicaux inadéquats. En partenariat avec nos collègues Nigériens, nous nous engageons à prévenir les circonstances entrainant ces décès, tout en réduisant le nombre élevé de femmes et de filles qui perdent chaque année des opportunités en raison d’un manque d’instruction ou d’un mariage précoce.

À l’occasion de cette Journée de la Femme, nous nous associons à nos partenaires Nigériens pour renouveler notre engagement pour le bien-être des femmes et faire tout ce qui est en leur pouvoir pour les aider à mener une vie saine et productive. Nous pensons qu’à travers le pays, aucune jeune fille ou femme ne devrait se voir refuser une opportunité en raison de son genre, qu’il s’agisse de l’accès aux services de santé, de l’éducation ou du droit de vivre en sécurité. Ceci est important non seulementpour les femmes concernées, mais également pour le Niger entant que nation, de sorte que leurs contributions puissent aider à bâtir un pays fort et plus prospère.

Par le biais de divers programmes du gouvernement des États-Unis, nous travaillons avec nos partenaires pour améliorer les perspectives des femmes au Niger. L’Agence Américaine pour le Développement International investit chaque année 115 millions de dollars dans la promotion de la bonne gouvernance et de l’amélioration de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, de la santé et de l’éducation, en encourageant notamment l’alphabétisation des femmes, en persuadant les parents de faire de l’école une priorité. L’année dernière, nous avons lancé l’Initiative du Président contre le Paludisme. Nous avons consacré 18 millions de dollars par an à la prévention et au contrôle du paludisme. En collaboration avec le gouvernement du Niger, nous avons récemment lancé le projet de planification familiale AMPLIFY, doté d’un budget de 18,5 millions de dollars, afin d’améliorer l’accès à des services de santé de qualité, notamment la planification familiale, la prévention des maladies infantiles et le bien-être familial.

En 2018, nous avons lancé le Millennium Challenge Compact, un partenariat de 437 millions de dollars sur cinq ans avec le Niger, qui vise à améliorer les conditions de vie grâce à de meilleures pratiques d’irrigation et à un accès élargi aux marchés, en particulier dans les régions intérieures du pays. Au cours de l’année écoulée, ce programme a lancé des réformes qui amélioreront l’accès à l’eau pour la production végétale et animale ainsi que l’accès à des intrants agricoles importants tels que les engrais et les services vétérinaires, qui auront un impact positif sur les moyens de subsistance des femmes rurales et des ménages qu’elles gèrent.

En outre, l’Ambassade parraine de nombreux programmes d’échange pour les femmes talentueuses et brillantes qui se rendent aux États-Unis, une expérience souvent transformatrice. La Young African Leadership Initiative pour les jeunes adultes, le programme Fulbright pour les universitaires et les chercheurs et le programme de visiteurs internationaux pour les professionnels permettent aux femmes d’étudier, de rencontrer leurs homologues et d’établir des liens durables avec les Américains.

Nous avons aidé des centaines de femmes entrepreneurs et de journalistes dans le cadre de la formation, nous avons fait la promotion le football et le basketball pour des centaines de filles et leurs entraîneurs. Nous avons également appuyé des lauréates des programmes d’échange et soutenu la prochaine génération d’entrepreneurs nigériens par le biais de notre programme de micro subvention «Pay It Forward».

Toutes nos initiatives démontrent l’engagement constant de notre Ambassade envers les femmes et les filles nigériennes. Au cours de la dernière décennie, deux Nigériennes, le Commandant Aichatou Issaka Ousmane (2017) et HadizatouMani (2009), ont remporté le prix annuel international Womenof Courage décerné par le Secrétaire d’État pour leur leadership exceptionnel dans la défense des droits humains, de l’égalité des femmes et le progrès social. C’est pourquoi nous, à l’Ambassade, disons: « Le Niger se Lève», avec la femme nigérienne formée pour contribuer à un Niger prospère et florissant, car sans les femmes, aucun développement n’est possible.

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée de la Femme Nigérienne, reconnaissons les femmes de notre vie et engageons-nous à les doter des compétences dont elles ont besoin pour réaliser leur plein potentiel. Barka à toutes!

À propos Administrateur

2 plusieurs commentaires

  1. CONSCIENCE DU PEUPLE

    Merci, chère sœur Tarana Bamarada et le frère Issili Mashanonno pour votre bonne, belle et sage contribution quant à l’humanisme manifeste à l’égard de la Femme nigérienne que SEM l’Ambassadeur Eric P. Whitaker des États Unis d’Amérique a clairement signifié à travers l’hommage combien encourageant porter à nous autres mères de ce pays.
    Il n’y a que la sagesse des grands hommes qui sait vivifier l’ardeur humaniste chez la femme ; et, cela n’est pondéré qu’aux personnes reconnaissantes qui ont su et compris les moult souffrance qu’endurent les femmes pour mettre les hommes au monde en les entretenant, protégeant, éduquant et faire d’eux des êtres humains à même de servir l’utilité de l’humanité. Il semble clair à n’en point douter que SEM l’Ambassadeur Eric P. Whitaker des États Unis d’Amérique en poste au Niger, est de ces grands hommes qui, parvenu à la position stratégique pour directement agir au bonheur de l’humanité, concentrerait toute son énergie à défendre la femme partout au monde.
    D’ordinaire, les hommes sont pour la plupart égoïstes à l’égard de gente féminine dans toutes les sociétés. Quand on sait que la femme partant de la jeune fille en passant aux mamans jusqu’aux vieille mères furent des plus souffrantes en cas de conflit, guerre et autres calamités ; j’ai dû l’apprendre qu’une restauratrice était sur son commerce lorsqu’un de ses enfants était parti près de la citerne renversée afin de se remplir son bidon avec l’essence quand elle abandonna tout et courut à sa recherche. Son fils avait pu trouver ce qu’il est allé chercher mais cette restauratrice, sa mère, y a laissé sa vie lorsqu’elle n’eut pu quitter ce danger évident qui l’emporta. Seules les mères ont ce naturel instinct protecteur de leurs progénitures qui sont les hommes dirigeants du monde.
    Quoi de plus réconfortant que de savoir l’Ambassadeur d’une si puissante nation comme les États Unis d’Amérique, est aussi soucieux de la femme jusqu’à lui rendre des hommages, diplomatiques soient-ils! Certes, tel scandé à toutes les tribunes par SEM le Président Issoufou Mahamadou quant à la grande valeur universelle portée à la femme (jeune fille, mère et grand-mère) pour tout ce qu’elle a donné afin de pérenniser l’existence humaine pendant que des géantes créatures plus robustes ont existé et disparu sur cette planète; sûrement, c’est plutôt le courage de la femme qui a permis à l’homme de surmonter tous les obstacles pour parvenir jusqu’à cette Ère de mondialisation. SEM l’Ambassadeur Eric P. Whitaker l’a cru et admis quand bien même ça semble l’essence de sa nature.
    De tous les troubles sociaux à travers le monde, si des hommes comme SEM l’Ambassadeur Eric P. Whitaker, réagissaient positivement, le Médecin congolais Prix Nobel de la Paix, n’aurait pas eu la peine de réparer les femmes. Or, c’est la femme qui met les hommes au monde quand ceux-là nient ce courage pour la mettre en déroute au point de lui détruire le passage d’entre-jambes par lequel ils sont venus au monde. Quelle ignominie que mêmes les bêtes les plus sauvages, n’en commettent pas!
    Merci Excellence Monsieur l’Ambassadeur Eric P. Whitaker pour avoir marqué d’encre dorée, la foi à la valeur de la femme de quelle que part que ce soit sur Terre, au Niger en instance. Espérons que vos compatriotes américains sauront saisir ce filin de lumière pour développer l’excellence à toutes les femmes afin qu’elles s’impliquent en s’imprégnant de l’ordre préétabli quant à leur rôle et devoir à éduquer l’enfant dès la base familiale afin de faire de lui, un homme/femme responsable qui ne brandira plus d’armes dans des écoles ou autres lieux publics pour tuer des frères innocents par effet collatéral. Toute société humaine n’est bien bâtie que par la femme justement émancipée au sens du développement social et sociétal. Qu’Allah (swt) vous bénisse et bénisse l’Amérique tout en renforçant l’amitié qui unit nos deux pays dans l’espoir de voir les autres diplomates qui servent leurs pays auprès de nos autorités, se pencher vers cet original et originel sens du «MIEUX-VIVRE-ENSEMBLE» qu’ils emboitent cet exemple de culture de l’Excellence à la Femme, Mère de l’humanité. Merci.

  2. TARANA BAMARADATCHÉ & ISSILI MASHANONO

    Excellence Monsieur l’Ambassadeur, toutes les nigériennes (grandes-mères, mères et filles) vous sont reconnaissantes au point où, nous autres jeunes filles, réitérons notre invitation à SEM le Président Donald Trump à venir au Niger goutter à nos repas des plats traditionnellement préparés et servis dans des tasses traditionnellement taillés, polies agrémentées de dessins et gravures appelés « AKOUCHI » avec des cuillères en bois aussi traditionnellement fabriquées par des femmes de Zinder de SA Oumarou Sanda Oumarou Kouran Daga qui trouvera sûrement mieux de savourer la joie de manger à main bien lavée et assis sur une large natte.

    La femme nigérienne n’oubliera jamais le plus grand don américain offert au peuple du Niger au service des habitants de Harobanda pour d’historiquement imposant Pont des Martyrs dit « Pont Kennedy ».

    Sauf erreur de souvenir et souvenance, nos grands-parents disaient qu’à l’arrivée de ce Mythique Président des États Unis au Niger alors qu’il apprit que c’est un puissant Madougou – Mallam Aboubacar conducteur des hommes (originaire de Tassaoua et fondateur de l’historique Mosquée de Tassawat en Région d’Agadès) guide des pèlerins en bateau pris dans les tourments tempétueux de la Mer Rouge et miraculeusement tous sauvés par des navigateurs blancs dans une caravelle en partance pour les nouvelles terres américaines découvertes par Christophe Colombe, sans la moindre perte en vie humaine des près de 333 pèlerins. Ne sachant comment remercier ces navigateurs blancs, il offrit un boitier contenant un papyrus au Commandant de la caravelle en lui disant « JE T’OFFRE LA MOITIE DE NOTRE PUISSANCE ET JE GARDE L’AUTRE MOITIE » tout en lui recommandant de ne jamais s’en quitter. Selon nos grands-parents, ill parait que ce mystérieux boitier est enfui dans une des brique ayant servi à bâtir la « WHITE HOUSE ».

    C’est dire que le lien d’amitié et de partenariat entre votre puissante nation des États Unis d’Amérique et notre Afrique berceau de l’humanité en générale avec le Niger en particulier; se doit d’être pérennisé, entretenu et sauvegardé car, si l’histoire que l’on nous racontait telles des contes de fées, s’avère réelle entre le Saint Guide Aboubacar de Tassawat et les navigateurs blancs en partance pour les Amériques; alors, nos sorts sont aussi scellés car la puissance américaine n’est que complémentaire à l’autre moitié retenue aux mains du Guide de Tassawat et vice-versa.

    En attendant de déplumer cette histoire par des moyens scientifiques quand ZAKSKAB un des descendants de ce Saint homme disait:
    « L’HISTOIRE EST SEMBLABLE À UN MUR BÂTI AUX BRIQUES D’UN MÊME MOULE DONT ON APPRÉCIE LA PERFECTION DE SON ARCHITECTURE QU’AVEC DES INSTRUMENTS DE MESURES TRÈS PRÉCIS ».

    En effet, l’histoire est la plus noble de toutes les sciences que l’Éternel Dieu ait choisie pour retracer la vie de ses Prophètes Messagers Envoyés depuis Adam en passant à Moïse et Jésus jusqu’à Mohamed (rsaws) afin d’informer, former, éduquer en renforçant la capacité des hommes afin qu’ils restent prévenus de ce qui fut, ce qui est et ce qui sera pour mieux se prémunir de suffisantes provisions pendant ce long voyage de l’humanité vers la destination finale où chacun aura ce qu’il eut mérité pour vivre éternellement dans sa résidence de bien ou de mal.

    Si l’on savait qui de l’œuf et du poussin est géniteur de qui, on saura, Il est vrai que le Tout-puissant Seigneur Maitre de son Univers ait majestueusement mis sa Toute-puissance à l’épreuve de son vicaire sur Terre quand Il créa:
    – L’ancêtre de l’humanité Adam sans père ni mère.
    – Le Très Capable créa l’ancêtre de l’humanité HAWA/Eve avec père (à partir d’une des cotes d’Adam) mais sans mère.
    – Le Tout-puissant créa ensuite ISSAH/Jésus fils de la Vierge Marie alors qu’il n’a de père, quand;
    – Nous autres compléments d’objets directs sommes issus nés de couple de père et mère tel Il l’eut voulu. Ainsi, l’on comprendra quand SEM l’ambassadeur Eric P. Whitaker des États Unis d’Amérique rend Hommage aux Braves Femmes du Niger à l’occasion de la Journée de la Femme Nigérienne. Convaincues du pragmatisme sociétal des américains qui déjà, ont compris que la Femme est la base, le soubassement et la charpente de toute société humaine bien construite. C’est la femme qui apprit les premiers mots à l’homme s’il le savait. N’eut été l’assistance de la mère/la femme, l’homme ne pourra connaitre le nom de la mamelle dont il eut tenu la tétine pour s’allaiter même qu’elle dormait, marchait ou travaillait au service du père de l’enfant calé entre les deux. La femme est celle-là l’institutrice, tel dit à l’école maternelle pour apprendre les rudiments B.A.B.A de vocabulaire et l’arithmétique basique d’1+1=2 ainsi que les couleurs et les noms des êtres et des choses avant que l’enfant à l’âge de six~sept ans passe aux travaux pratiques sous les soins du père. Cette étude étant menée par un compatriote qui compila tout dans un œuvre manuscrite qu’il intitula: « L’Éducation de l’Enfant en milieu Haoussa Antique => de fœtus à l’Enfance, Adolescence, Adulte, 3ème Âge et la Tombe ». Si l’homme le savait, après Dieu, il n’a que sa femme. Si la Femme le savait, après Dieu elle n’a que son Époux alors que si l’Enfant le savait, après Dieu il n’a que ses Père et Mère pour que leur foyer à trois soit des plus heureux dans ce bas-monde et dans l’Aude-là. Autrement, le monde ne sera en paix qu’à la symbiose sociale et sociétale réunies, instaurées et restaurées à la population. Merci Excellence, de votre engagement à la marque d’amitié accordée par les autorités de votre pays à notre Terre de toutes les opportunités – le Niger très ouvert au sens positif que le dirige SEM le Président Issoufou Mahamadouu na hadjia Aïssata et Dr Lalla Malika quant au faire-valoir de la grandeur de la femme nigérienne.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.