Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / Idh 2018: quelle proposition alternative pour améliorer notre situation ?

Idh 2018: quelle proposition alternative pour améliorer notre situation ?

Monsieur Issoufou Boubacar Kado Magagi

« L’indice du développement humain 2018 a classé notre pays au dernier rang des nations. Ce classement a suscité un débat passionné dans notre pays. À travers cet article l’auteur donne des pistes pour améliorer notre situation« .

L’ Indice de Développement Humain (IDH ) qui classe notre cher pays, le Niger, dernier sur 189 pays classés, pose la problématique de l’efficacité des investissements réalisés dans les secteurs sociaux. Nous avons eu à le dire plusieurs fois, des sociétés chargées de la distribution du courant électrique, de la distribution de l’eau potable dans notre pays ne participent pas à l’amélioration des conditions de vie de la population.

Des coupures intempestives : du courant électrique, de la distribution de l’eau potable dans nos villes et villages sont des indicateurs qui participent négativement au classement de notre pays parmi les derniers. En outre la situation actuelle de l’école nigérienne où des enseignants contractuels accumulent des arriérés des salaires, des élèves et étudiants accumulent plusieurs mois d’arriérés de pécules et des bourses, sont des agrégats qui ne facilitent pas l’amélioration de notre classement selon l’Indice de Développement Humain ,IDH, qui est un indice indicateur de développement humain admis par les Nations Unies .

La situation actuelle de nos hôpitaux, de nos centres de santé publique, qui manquent cruellement des produits de premières nécessités, devrait interpeller notre conscience en tant que citoyen.

Les contractuels dans le secteur de la santé accusent de paiements des arriérés des salaires. Le calcul de l’indice de développement humain admis par les nations unies tient rigoureusement compte des progrès enregistrés dans ces secteurs sociaux vitaux que nous venons de citer. Par conséquent, il n’est pas étonnant que nous soyons classés dernier par rapport au classement fait à partir de cet indice, qui n’est qu’un indicateur économique parmi tant d’autres.

À notre humble avis , nous devrions garder notre lucidité, notre sérénité, pour chercher à améliorer notre situation par rapport au classement fait sur la base de cet indice universellement accepté par la majorité des pays des Nations-Unies. N’oublions pas que cet indice entre autres, a été utilisé, à la conférence nationale souveraine ,par les forces vives de la nation pour justifier la mise en place d’un gouvernement de transition démocratique, et des mesures économiques en vue d’améliorer la situation du Niger.

Le calcul de l’IDH se fait sur la base deux composantes, économique et sociale.

La composante économique est basée sur la revenu national brut, le pouvoir d’achat des citoyens. La composante sociale a pour base le niveau de vie des citoyens, espérance de vie, et la sous-composante sociale éducation tient compte du niveau de la scolarité, de la qualité de l’enseignement. Le problème de l’éducation au Niger date des années 1983 , c’est l’année pendant laquelle pour la première fois l’année scolaire a été déclarée blanche, depuis lors s’en est suivie une cascade des années blanches.

Depuis 1990 à aujourd’hui notre pays a été classé parmi les derniers dans le classement de l’indice de développement humain admis par les nations unies.

Nous avons progressé de 68% , mais compte tenu du retard de près de 30 ans accusé , du fait de la mauvaise qualité entre autres, de l’enseignement , il est très difficile pour nous de rattraper les autres qui sont déjà en avance sur nous et qui sont en train de progresser au même rythme que nous et parfois plus . Quand on veut rabaisser un pays, l’empêcher de se développer, on tire son système éducatif vers le bas. C’est ce qui nous est arrivé depuis 1983 à aujourd’hui. À partir de ce constat, quelles propositions alternatives pour améliorer notre situation ? Il faudrait d’abord accepter ce classement qui est universellement accepté par tous.

Puis procédez , avec beaucoup plus de sérieux à notre autocritique, évaluer les investissements réalisés dans les secteurs sociaux, identifier les goulots d’étranglement qui empêchent au pays d’améliorer sa situation. Cette évaluation devrait associer toutes les compétences sans exclusion. Elle ne doit souffrir d’aucune complaisance. Pas de démagogie, ni de discours creux, rien que la vérité pour l’intérêt général du peuple nigérien. Ensuite établir d’une part, un calendrier d’applications des mesures appropriées retenues, et d’autre part, établir un échéancier de contrôle et d’évaluation de la mise en oeuvre des dites mesures.

En fin tirer les conséquences des erreurs commises, et mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Une gestion par taux d’objectifs doit être rigoureusement observée. Telle est la réflexion à chaud, que suscite de notre part ce douloureux classement, que nous acceptons avec fairplay car le défi à relever est à la portée de notre pays qui est immensément très riche, en ressources naturelles, et en compétences humaines. Impossible n’est pas nigérien ! Le défi peut être relevé en améliorant notre gestion des ressources humaines , ressources financières et budgétaires.

À propos de l'Auteur

Issoufou Boubacar Kado Magagi.

À propos Administrateur

15 plusieurs commentaires

  1. Malheureusement, on peut se donner rendez-vous l’an prochain, inch’allah, et on lira les mêmes choses.
    Nous ne maîtrisons rien: ni notre croissance démographique, ni la conservation de notre territoire avec le désert qui avance, ne parlons même pas d’industrie ou d’artisanat où l’État fait tout pour mettre des bâtons dans les roues des entrepreneurs…Pour l’agriculture, on en reste souvent à des techniques qui n’ont pas évolué depuis des décennies et la formation de nos agriculteurs est en souffrance.
    Quant à l’éducation de nos enfants, chacun peut voir la baisse générale du niveau dans les écoles.
    Donc, l’an prochain nous resterons là où nous sommes: les derniers.

  2. Inverser la endente et améliorer l’ IDH des pays africains francophone comme le Niger passe à travers des reformes multiples tant sur la plan monétaire que sur la gouvernance politique et sociale.

  3. Il ya des pays ou c’est le peuple qui a le dernier mot, chez nous au niger le gouvernement a le dernier mot
    A qui la faute?

    ALORS VIVEMENT UN SOULEVEMENT POPULAIRE POUR BALAYER CETTE RACAILLE

  4. Au Niger, tant que le politique n’accorde par une importance aux secteurs économiques et sociaux pour relancer son processus de développement, le pays restera encore longtemps dernier de la planète. Les échangeurs réalisés à très grands frais n’auront aucun impact même dans le long terme sur l’IDH. il convient donc aux gouvernants de revoir leurs manières de conduire les affaires de la nation en investissant davantage dans l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’artisanat, la santé, l’éducation et la formation, l’hydraulique. ces investissements devront aboutir à une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable, un état sanitaire assez appréciable en réduisant les taux de mortalité infantile et maternel, en améliorant l’espérance de vie à la naissance, en améliorant surtout le taux d’alphabétisation et la qualité de l’éducation. Si le Pouvoir n’accorde pas l’importance nécessaire à ces secteurs, il va s’en dire que le Niger n’aura pas sa place dans les nations en développement.

  5. Sanoussi Jackou, dans une des ses apparitions télé comme dans ses habitudes de venir défendre sa fille ministre et dire n’importe quoi, dit que le classement IDH n’a pas sa raison d’être, on ne peut pas comparer des pays industriels à des pays non industriels mais ce vieux ne doit pas être bien dans sa tête et il n’a certainement pas bien lu ce classement car les pays qui occupent les premiers rangs depuis des années ne sont pas les plus industrialisés du monde (états unis, chine et japon), les premiers sont la norvege, Îles Féroé, australie…si on suit la logique de ce vieux, on devrait voir en tête de ce classement, les etats unis, la chine, et le japons….c’est comme dans une classe d’école, on a les enfants des plus riches et ceux des plus pauvres mais lorsque viennent les compositions et autres examens, il n’y a que le travail qui fait la différence dans le classement, le fils du pauvre s’il a bien travaillé peut se retrouver premier de la classe devant les enfants des riches qui ont pourtant plus de moyen financier ou tout autre moyen pouvant les aider à être les premiers….Jackou, votre logique est bidonne et venant d’un soit disant grand économiste et conseiller du président de la république c’est vraiment dommage, on comprend mieux pourquoi ce régime est vraiment nul car voici comment les conseillers du président raisonnent et les conseillent dangereusement

    acceptez ce classement et reconnaitre que le Niger est dernier au plus haut sommet de l’Etat est deja bien, ensuite améliorer ce qu’il faut comme décrit dans cet article….

    vous ne pouvez pas ne pas être bien dans les domaines important pour l’humain tels que l’éducation (gréves, pécules, interminables etc), eau/énergie (coupures 12 mois/12), santé (hôpitaux et centre de santé sans les produits nécessaires, grèves, pécules non payés etc…) et espérer gagner des points dans un tel classement…

    Mr Jackou, il ne s’agit pas de pays industrialisé ou pas, il s’agit d’un pays qui fait travailler ces citoyens et nourrit une bonne volonté politique (bonne gouvernance)

  6. Disons nous la verite. La seule solution au probleme du niger, c’est de degager mahamdou issoufou et sa meute de trafiquants de drogue et autres criminels economique. Mettre en place une equipe de transition composee de technocrates qui vont faire le point sur l’etat des finances publiques, les engagements de l’etat et auditer tous le secteur public et faire rendre gorge a tous ceux ou celles qui se sont servis dans les caisses de l’etat. Repartir comme de zero car issoufou mahamdou et son gang malfaisant nous avait remis en dessous de zero.

  7. Il faut orienter les dépenses d’investissement vers des secteurs qui peuvent relancer l’économie, qui peuvent favoriser le bien être social.
    Les budgets des secteurs sociaux vitaux devraient être rehaussés, et faire l’objet d’une évaluation rigoureuse et régulière suivie des sanctions. ( félicitations ou avertissements, blâme, ou relèvement de la fonction. ).

  8. Illa Na Baki Gandou

    Contester les résultats du PNUD, ce n’est pas la solution idéale mesdame la ministre chargée du plan , la seule solution c’est de se mettre au travail afin de rattraper le temps perdu.
    Certes des investissements ont été réalisés dans le pays, les échangeurs , les routes rurales, mais les investissements réalisés n’ont pas été orientés vers des secteurs sociaux , qui sont à même d’inpacter sur les revenus des citoyens, le bien être des citoyens. La RTA, la route Bella -Gaya, Zinder – Niamey ect sont des routes économiques qui tardent à être réhabilitée.
    Nous devrions cesser la politique d’Autriche.

  9. Voilà pourquoi il faut avoir un bon système national de statistique et nommé un statisticien compétent qui sera entouré d’évaluateurs qualifiés. Ces personnes ne sont pas difficiles à trouver parmi la jeunesse nigérienne qui maitrise la nouvelle technologie, une stratégie et une bonne méthode d’analyse. Les données ne sont jamais disponibles au Niger surtout pour le secteur social. C’est au moment de la demande des données par ces organisations que nos parents se mettent à courir dans tous les sens pour concocter des chiffres et balancés et quand on leur demande des clarifications, ils sont incapables de se défendre. Nous avons une très bonne réputation, « un pays où les données ne sont jamais disponibles ». Même si le secteur du développement humain progresse/régresse dans notre pays, comment allons-nous savoir ? Un pays qui manque un bon système et une bonne stratégie de collecte des données ; un pays où les données sont difficiles à trouver. Demander à ces pays qui nous ont devancé qu’elle est leur stratégie. La plupart des personnalités de ces pays me pose la question si mon pays a vraiment une bonne méthode de collecte des données. Ils ne peuvent pas croire que le Niger reste dernier pendant une décennie. Le Niger doit remplacer l’incompétence par l’excellence et nous mériterons notre place.

  10. Avec ces fanfarons, ça sera difficile !

  11. Je pense qu’il faudrait qu’on fasse très attention.
    Même en termes de revenu national brut par tête d’habitant, nous sommes les derniers parmi les pays membres de l’UEMOA. C’est un classement récent.
    En termes de participation de nos entreprises nationales au PIB , cette partition ne passe pas 10% . Évitons la politique d’Autriche.
    Il faudrait vite agir ,mettre des hommes qu’il faut à la place qu’il faut , initier des mesures appropriées, avant qu’il ne soit trop tard.

  12. @ Issoufou Kado

    Ne sais-tu pas que le poisson pourri toujours par la tête ?

  13. Même si « il ne faut pas rêver », une solution pour sortir de l’ornière l’école nigérienne au sens large, serait qu’on mette la politique de côté par rapport à ce problème crucial car l’éducation conditionne tout et concerne tout le monde indépendamment de son parti politique. Et si telle ou telle personnalité pense qu’elle a les moyens pour inscrire sa progéniture ailleurs, il n’est pas sûr qu’elle ait les mêmes moyens à dépenser pour ses cousins, ses neveux..etc. Dès lors il est impératif de se mettre tous d’accord par rapport à l’école. Une proposition utopique peut être dans le cadre de cet espace confidentiel et la réalité socio-politique serait:

    Que le président mette en place trois commissions totalement apolitiques pour réfléchir sur les solutions pour reconstruire l’école nigérienne(primaire, secondaire, supérieur) en précisant qu’il s’agit d’une question stratégique et national qui ne sera la priorité d’aucun parti; mais que tous les partis au cas où ils gagneraient les élections s’engageront à mettre en oeuvre. Que tous le partis politiques proposent alors leurs cadres au fait des questions de l’éducation donc ayant l’expérience et la compétence requises. Il en existe dans tous les partis. Il faudra en prime que la personne soit irréprochable sur le plan moral et que les partis ne voient pas les per diem potentiels. Quant au financement du document qui en sortira, si des personnes crédibles « pondent » un document crédible et si on donne la garantie aux bailleurs de fonds que ces fonds seront utilisés à bon escient, alors avec la montée des périls vus de l’occident (immigration,…) stabiliser le Niger suppose aider son secteur éducatif. Il ne doit pas s’agir aussi d’un nième « copier-coller » genre boulot de consultant (mes excuses pour les vrais consultants faisant un vrai boulot de consultant).

    Si les partis politiques et le président actuel ou à venir arrivent à taire leurs divergences et à remettre l’école nigérienne sur les rails, toutes les générations leur seront reconnaissantes, ad aeternam. Ils auront réaliser « leur grande oeuvre ». Mais hélas il est permis de rêver.

  14. Tout le monde sait là se trouve le problème: c est le haut qui est pourri.
    Il faut que le pouvoir cesse l amalgame entre le Niger et le Pnnds , entre opposants politiques , terroristes et puchistes .
    Entre Hama et la gestion de l état puisque presque 5 ans ils confondus la gestion de l état à gestion de l affaire Hama , ils ont fini tout leur énergie sur cette tout en oubliant l état, ils ont acheté des députés pour la circonstance comme on achète du mouton à Tourakou tout le monde est témoin de cela.
    La majorité du budget de l état est dépensé dans ces genres de futilité.
    Les nigériens ne sont pas ennemis les uns aux autres mais c est le politique qui malheureusement cultive cet état d esprit au Niger, à point Qu être militant de Loumana est synonyme d ennemi de la république, même les trafiquants de drogue et les terroristes ont plus de droit que ces derniers.
    L IDH c est seulement la goûte d eau qui a fait déborder le vase.
    Tant que le président Issoufou et ses spires ne se dérobent pas de ces comportements on restera toujours dernier, le peuple ne peut rien faire parce que c est pas lui qui dirige .

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.