Home ACTUALITE IDH Nigérien : C’est très insuffisant Monsieur le Président, Attention aux dérives…

IDH Nigérien : C’est très insuffisant Monsieur le Président, Attention aux dérives…

Mr SAMI Youssoufou

Alors que tous les pédagogues du monde répètent aujourd’hui, sur tous les tons, que rien n’est pire que le classement et qu’il faut apprendre aux enfants à être eux-mêmes sans se comparer aux autres, par analogie aux Etats, pourtant tout, dans notre société, nous rappelle sans cesse l’importance croissante qu’en réalité nous attachons à la hiérarchie des notes et aux rangs de chacun.                                                              

Le rapport du PNUD publié avant hier en apporte une démonstration éclatante qui classa  notre pays au dernier rang de l’indice de développement humainAussi, les politiques s’en sont-ils emparés pour éreinter encore le document cardinal de la politique du gouvernement qu’est le PDES. Nous adorons dans ce pays, les polémiques irrationnelles et des débats stériles. Il suffit pourtant de jeter un petit coup d’œil sur le site PNUD-Niger où quasiment tous les agrégats sont à jour pour savoir les raisons de cette place non confortable. 

Bien évidement, les nigériens qui aspirent à un mieux-être en sont encore abasourdis de se découvrir pauvres, dernier des plus démunis du monde. De Baba Tandja qui nous annonçâmes sans nuance que « le difficile est le chemin«  avec le Programme Spécial, au Président Mahamadou Issoufou qui nous a planté deux grands échangeurs pour nous dire « tenez voilà le développement« . Voilà le PNUD à nouveau qui revient pour nous dire que nous sommes pauvres comme Job. L’impact de cette annonce sur le classement du Niger fait très mal. Cette note est terrible pour notre morale quand bien même qu’elle est  techniquement  acceptable.

En effet, si dans certains pays du sud-est asiatique (Malaisie, Singapour) et les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, South-Africa) la démographie rythme avec la croissance économique et que par ailleurs ici chez nous cette dernière rythme avec pauvreté, c’est que quelque chose ne va pas. Nous sommes non seulement un pays pauvre, (62% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté),mais également nous cumulons des statistiques alarmantes : un des taux de croissance démographique le plus élevé au monde (3,9% par an sans commune mesure avec les richesses et services sociaux disponibles). De plus, la mortalité maternelle et infantile est dramatiquement élevée.

La menace démographique est très grave. Notre pays n’a même pas encore amorcé sa transition démographique et refuse le contrôle des naissances. A supposer que se dernier  s’engage sur cette voie là, trente ans s’écoulerons avant que les résultats ne soient significatifs. Le taux de fécondité est de 7.5 enfants par femme au Niger. Avec une telle croissance démographique, la population double tous les dix-huit ans. Alors que le déficit alimentaire de notre Etat est déjà difficile à gérer avec 20 millions d’habitants, contre 3 millions en 1960, qu’en sera-t-il lorsque nous serons plus de 40 millions dans 20 ans ? Même quand le paysconsacre au secteur de l’éducation jusqu’à 40% du budget national, la croissance démographique est telle qu’il ne peuassurer une éducation de qualité à tous les écoliers. Ainsi, les jeunes se voient offrir des primes, des promesses et parfois des salaires attractifs pour rejoindre les rébellions. Faute d’options, la tentation est naturellement de les rejoindre. Si notre pays continue avec des institutions publiques inefficaces gangrenées par le népotisme et le clientélisme, nous risquerons de tombé dans ce que Serge Michailof a prédit dans « l’Africanistan ».   

Le Niger ne peut jamais à notre avis changer son rang de dernier depuis des décennies tant que le taux éducatif n’est pas amélioré. Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne disait en son temps que, « s’il arrive à régler le problème de l’éducation, il aura  tout réglé ». Car pour lui, grâce à l’éducation, la Tunisie aura formé des enseignants pour son système éducatif, des médecins, infirmiers et sages-femmes pour la santé des tunisiens, des agronomes pour l’agriculture afin d’assurer l’alimentation de son peuple, des ingénieurs pour des travaux publics, etc. 

Nous devons dépassionner le débat, changer de mentalité pour avancer sans quoi le Niger, comme à la belotte , aura des atouts (pétrole), des as (uranium) et des valets (croissance à deux chiffres), mais risquera de ne pas détenir les bonnes cartes, parce que jouant hors jeu. Cet hors jeu là c’est le manque d’éducation. Bref de voir le développement comme un mirage. 

En fin, si nous sommes pauvres, que le bout du tunnel n’est toujours pas atteint, ce n’est pas du fait d’un indice statistique composite qu’est l’IDH, mais d’être trop dépendant de l’aide publique au développement qui a pourtant montré toute ses limites. Bref, c’est de ne point assumer l’indépendance que l’on fête chaque 3 Août depuis 55 ans avec des adresses à la Nation qui nous font croire que oui, nous sommes maîtres de notre destin. Tout de même, quand un peuple rêve de croissance, de développement et est saoulé de discours sur les routes, les échangeurs, les universités, les classes, la ligne ferroviaire  etc., c’est d’un mauvais goût que de lui balancer au visage que le pays est si pauvre pour être l’avant dernier sur la planète. 

[author ]SAMI Youssoufou, Master 2 en Management de Projets [/author]

31 Comments

  1. Merci pour cet article qui énonce beaucoup de vérités. Malheureusement on peut écrire le même article encore et toujours car nous sommes incapables de décoller des dernières places.
    Il faut reconnaître que le seul qui avait une vision pour notre pays c’est Tandja. Avec lui nous avions commencé un redressement…Depuis c’est la chute vers le néant…et on cherche désespérément une perspective d’espoir…

    1. C’est vrai Abdoulaye S.
      Voilà pourquoi la France s’est servi de Salou pour « restaurer » la démocratie. Et nous avons chanté et dansé pour la « liberté »retrouvée. Pauvres nègres…
      Qui parlait encore de répression de développement?

  2. A OUMAROU
    On s’adresse au président parce que c’est à lui que le peuple a fait confiance et non aux minables ministres qu’il a nommé. ISSOUFOU est vraiment têtu, on lui a conseillé maintes fois d’éviter les nominations sur des bases amicales ou fraternelles. Vous avez assez récompensé vos compagnons et amis de lutte, songez maintenant à vous inscrire dans l’histoire en réussissant votre dernier mandat par le choix des personnes saines, propres et neuves. En vous portant au trône, les nigériens ont fondé l’espoir que vous allez réussir, surtout en éducation, mais hélas, vous avez maintenu Mme Ali Mariama pendant 5 ans à détruire le système éducatif parce qu’elle a le soutien de votre épouse. Ce n’est pas responsable monsieur le président. Cela vous a fait perdre des points en IDH et le Niger est dernier en IDH, dernier en la qualité de l’éducation, et avant dernier en quantité, où beaucoup de vos techniciens mentent. Aujourd’hui encore, vous nommez un ministre nettement moins compétent que Mme Ali, c’est à dire Daouda Mamadou Marthé , qui, pire que sa prédécesseur s’est mis à insulter copieusement les inspecteurs et à humilier les enseignants. Ce comportement est un aveu d’incapacité, malgré tous les défis auxquels fait face notre école, votre ministre ne trouve pas mieux que de déclarer la guerre à tous les partenaires de l’école: syndicats, inspecteurs, parents d’élèves, enseignants, etc. Les inspecteurs lui ont promis l’échec par un sabotage intelligent de toutes ses actions; les syndicats jurent qu’ils iront jusqu’au bout. Mais qu’attendez vous pour le remplacer ou lui changer de portefeuille si vous pensez qu’il constitue un maillon incontournable pour votre réussite politique? Ce qu’on ne comprend pas c’est que Bazoum a toujours soutenu ces ministres médiocres on ne sait pour quel intérêt. Demandez vos économistes du Niger et d’ailleurs, ils vous diront que l’éducation contribue à elle seule pour 40% dans le calcul de l’IDH. En maintenant Marthé attendez vous que le classement de cette année soit meilleur que celui des années à venir, à moins que vous ne trouviez du plaisir à être le dernier des présidents.

    1. A KIARI
      Nos problèmes d’éducation sont structurels.
      Ils ne datent pas d’hier. Mais seulement nous avons lâchement refusé de faire les sacrifices nécessaires.
      Marthé a osé. Aidons-le sinon demain il sera encore trop tard.

  3. Pourquoi s’adresser uniquement au Président, alors que Nous tous, Nigériens, sommes responsables de ce classement parmi les derniers ?

    Qu’avons-nous entrepris tous ensemble pour changer notre quotidien ? Rien !!

    A croire que nous aimons être nuls, puisque les autres pays nous viennent en aide et nous versent de l’argent !

  4. IDH : il faut appredre au gouvenement ce que c’est
    C’est n’est qu’après ça que le gouvernement compre,dra les mesures à deployer.
    pour l’instant IDH = delinquance financière pour certains

  5. Bonsoir
    Moi a mon noble avis je dirais que même si l enseignement des matières telque EF dans notre système éducatif a des inconvénients il a ses avantages aussi.je m explique, avez fait le constat que 90% des filles qui sont illustré on bcp des problème a se gérer le problème sexuel que ces qui connaissent exactement c quoi le sexe en entier?pourquoi cela ,parce-qu il connaisse tous .

  6. Chers tous, sauvons le Niger avec des arguments logiques et moins partisants. Le seul point sur lequel je ne suis pas d’accord avec les anti populations, c’est de dire que le Niger est surpeuplé, par rapport à quoi???? Et puis tous ces gens qui disent qu’on est nombreux c’est pourquoi on avance pas, vous êtes tous les valets des impérialistes, les gens formés dans leurs écoles, oubliant leur religion, c’est honteux.
    Toute la populations du Niger n’ateind pas le Caire, Kano, même un hameau de la chine, pourquoi eux ils arrivent à se nourrir? à progresser?
    Souvenez qu’avant d’être combattu, le Président Mao disait que ‘la meilleur richesse c’est l’homme ».
    1. Notre premier problème au Niger, c’est notre religiosité, on se dit musulman mais on n’est pas d’accord avec les versets d’Allah et les hadiths de son noble Prophète,
    2. le second problème ce sont les mauvaises politiques de développement que nous mettons en oeuvre, pour preuve cette haine contre la population, c’est l’oeuvre des ennemis de l’islam qui nous imposent leur dictat derrière lequel ils ont de la prospective, des visées lointaines pour davantage nous coloniser, nous maintenir dans une situation de consommateur que de producteur,
    3. La mauvaise gestion qui a caractérisé le pays depuis l’avènement de la démocratie (gabegie, détournement de deniers publics à outrance, favoritisme, impunité, injustice, non continuité des politiques de développement etc etc) . Dans cette mare de problèmes, comment pouvons nous avancer?????
    4. la perte de nos valeurs ancestrales (l’entraide sociale, l’honneur, la dignité, le patriotisme, l’amour du prochain etc etc etc………).
    5. l’inadéquation de nos politiques avec les besoins réels. Le programme spécial du Pdt Tanja n’a pas été bien réfléchis dit on, les 3N et programme de renaissance du Pdt MI idem puisque comment faire un rail non utilisable alors des populations meurt de faim (allez dans le nord de Doutchi, il y a eu un reportage de l’ORTN depuis Septembre), et suivez les opérations de VPM qui ne constituent qu’un saupoudrage (les vrais concernés sont à des km des centres urbains où il n’y a pas de centre secondaires), comment faire des ponts pour Niamey seul alors des populations sont sans soins dans les hôpitaux, dans les CSI, dans les cases de santé etc etc etc
    Nos dirigeants de ne se soignent pas au Niger comment vont ils s’occuper de la santé des populations, leurs enfants sont des plus hautes écoles privées ici ou le plus souvent à l’étranger, comment vont ils s’occuper de l’école nigérienne??????? D’ailleurs notre cousin Morou disait quand il était vrai société civile « si on veut que l’école publique nigérienne marche, il faut de chaque responsable amène son enfant dans l’école publique », ses enfants fréquent ils l’école publique, i don »t know!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Quand les gens détournent au vu et au sû de tout le monde, au lieu de les sanctionner on leur fait des promotions, et si quelqu’un vole un poulet on l’enferme, ou même on fabrique des fausses preuves pour enfermer des innocents, comment pouvons nous avancer???????
    Propositions concrètes:
    1. Revenons tous à Allah, craignons Le dans toute sa plénitude et remercions Le pour tous les bienfaits dont IL a doté le Niger, et il va nous enrichir davantage,
    2. soyons justes et équitables, respectons les lois et règlements qu’on s’est librement donnés,
    3. soyons de vrais patriotes, de vrai nationalistes, de vrai intégriste face à la défense des intérêts du Niger,
    4. bannissons la haine, l’hypocrisie, le rejet de l’autre s’il ne partage pas notre idéologie,
    5. mettons en oeuvre des politiques en adéquation avec nos besoins (lutte contre la faim, l’analphabétisme, le problème de santé).
    Pour la faim, la seule alternative c’est la réalisation des grands aménagements, le barage de Kandaji, la réalisation des infrastructures routières pour acheminer les productions dans les zones urbaines, les petites industries de transformations agro alimentaires (en cette période chaque jour des TLM de tomates quittent Doguérawa pour l’extérieur du Niger), la protection de nos productions agricoles contre la concurrence déloyale (voyez comment les producteurs d’oignon sont laissés à eux même), etc etc
    L’école nigérienne a besoin de réforme, mettre en oeuvre toute les réflexions menées par le passé, interdire les politiques imposées de la BM (ce qui nous a conduit au stade actuel alors même que le SNEN a crié garde sur tous les toits mais n’a pas été compris, et voilà le résultat 20 ans après (c’est les visées impérialistes dont je parlais plus haut),
    Pour la santé, équiper les formations sanitaires en moyens humains et matériels adéquats.
    Qu’Allah nous conforme à ce qu’Il aime et agrée, bénisse le Niger et unisse les coeurs de ses fils autour d’un idéal de développement….

  7. pour que ça marche, les nigériens doivent avoir les mêmes visions: il y en a qui n’ont rien à faire que de l’opposition; tant que ce n’est eux aux commandes, rien ne doit marcher. Il faut que ça change, il y a des moments de politique et des moments où il faut sauver le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La place de l’éthique et de la morale dans la gestion d’un pays

Le respect de l’éthique et de la morale dans les rapports entre les citoyens d&rsquo…