Home ACTUALITE Il faut repenser l’art de faire la politique au Niger…

Il faut repenser l’art de faire la politique au Niger…

Monsieur Issoufou Boubacar Kado Magagi

Il faudrait faire en sorte que la politique soit exercée par les véritables hommes politiques et non des politiciens véreux, fourbes, et escrocs. Je disais récemment dans un de mes posts que : notre cher pays, le Niger , est un grand laboratoire politique si nous savions nous en servir. Je souhaiterais que nos politologues , (Dr Elisabeth Cherif, Dr Yahaya Issoufou, Dr Farmo , ect ), rentrent dans ce laboratoire qui en est train de bouillonner à un rythme très inquiétant qui risquerait d’impacter sur l’ étique morale, afin de nous livrer leur lecture de la situation socio-politique actuelle , par rapport aux revirements des situations au sein des différents fronts politiques qui se font et se défont.

L’histoire retiendra que notre génération a perverti le vrai sens de la politique. Car la politique est devenue aujourd’hui, chez nous , de la fumesterie, de la duperie, une rent, une escroquerie, tout sauf l’art de bien gérer la cité dans la concorde sociale, l’harmonie et l’unité nationale.

À l’allure où vont les choses, des honnêtes citoyens risqueraient d’être dégoûtés par la chose politique et la délaisser entre les mains des hommes sans principe. Les actes posés par les prestidigitateurs politiciens méritent que les spécialistes analysent bien la situation. En effet, le rôle des intellectuels est de guider et d’éduquer la cité dans le bon sens.

Est-ce qu’il ne serait pas mieux de se pencher vers une restriction legale des nombres partis politiques afin qu’il se dégagerait deux grands blocs afin de ramener la politique au sens noble du terme.

Des révolutionnaires, des socialistes, des communistes, des libéraux, des néo libéraux, des capitalistes, des sociaux-démocrates, sont aujourd’hui des termes creux , dans notre fameux laboratoire politique, d’où la grande nécessité de repenser la politique en tenant compte de nos réalités socio-économiques et politiques. « Le coupé collé » a fait preuve de ses limites en politique au Niger !

La problématique qui se pose : est-ce que notre génération n’est pas en train de pervertir la politique ?

[author ]Issoufou Boubacar Kado Magagi. (Contribution FB)[/author]

22 Comments

  1. Dan baba a résumé l’essentiel mais la question a se poser si ces gens assistent aux enterrements pour constater que l’humain n’ira qùavec le linceul blanc.que dieu nous protège et ns guide vers le droit chemin amine

  2. Merci Kado
    Tu es différent de ces « intellectuels » qui passent tout leur temps à contester, à critiquer au lieu de proposer, d’éclairer,

  3. Merci Kado
    Car, très souvent, c’est quand l’Histoire semble ne pas avoir de but que l’intervention des HOMMES est déterminante.
    Merci.
    Toi au moins tu préfères sauver ton âme au lieu de sauver ta personne, ton ventre.
    Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Panorama de Diffa N’glaa…

10 janvier 2020 Le Comité Interministériel d’Orientation du Programme de modernisation des…