Accueil / ACTUALITE / LA COMMUNAUTE NIGERIENNE DES USA CELEBRE LA JOURNEE DE LA FEMME ET DE L’ENFANT NIGERIENS

LA COMMUNAUTE NIGERIENNE DES USA CELEBRE LA JOURNEE DE LA FEMME ET DE L’ENFANT NIGERIENS

En effet cette date et ce lieu seront à jamais graver dans la mémoire de la diaspora nigérienne des Etats Unis d’Amérique.  Car ce jour-là, les nigériens des USA se retrouvèrent dans la petite ville de Harrisburg, capitale politique de l’Etat de la Pennsylvanie. Harrisburg comme vous le savez (située à 172 km à l’Ouest de Philadelphie est le hub d’une importante communauté nigérienne) qui y vit en symbiose dans une ville de près de 50.000 habitants dont 52% sont africains-américains, 30% sont blancs et 18% de hispaniques ou de personnes d’origines sud-américaines. Le reste est constitué par d’autres petites minorités.

C’est dans une grande salle de banquet de cette ville que les nigériens des USA se sont retrouvés pour célébrer cette journée mémorable dédiée à la femme et à l’enfant. Des nigériens venus de tous les horizons, de divers Etats (Maryland, Washington, Géorgie, Caroline du Nord, New York, Philadelphie, Ohio, Indiana, Virginie etc..) ont dans la fraternité et la solidarité convergé pour parler, échanger, et célébrer la femme nigérienne des usa et celle du Niger d’une manière générale.

Il faut dire que cette fête a été rendue possible grâce à l’ingéniosité et le sponsorship de la plus grande organisation communautaire des nigériens des USA, j’ai nommé le Conseil Des Nigériens aux USA (le CONUSA).

C’est un programme très alléchant qui a été lu par votre serviteur (nous même en qualité de modérateur de ladite rencontre). S’en est suivi des discours dont ceux du président hôte, le président du CONUSA locale de Harrisburg M Issa Amadou qui dans une brève allocation s’était réjoui du choix porté sur sa ‘ville d’adoption’ pour organiser cet évènement de taille. Il a remercié les structures du Conusa Fédéral pour la confiance portée au bureau de Harrisburg qu’il dirige.  L’intervention du président du Conusa a été longue et pleine de signification. Dans son allocution M. Douma Seydou a rendu un témoignage poignant à l’endroit de la femme nigérienne. Il a souligné la ténacité et le dévouement de la femme épouse, mère, sœur surtout dans une société comme celle des USA. Le président du Conusa a par la suite rappelé la feuille de route  de l’exercice du bureau en cours qui se résume sur six axes :  La réactivation des bureaux locaux d’Etats, assurer un meilleur recensement de nos compatriotes vivant aux USA, l’établissement des cartes consulaires, la poursuite des campagnes de sensibilisions dans le cadre des nouvelles lois d’immigration sous Administration Trump, la relance du forum de la diaspora annoncé par le ministère de tutelle, et enfin organiser des campagnes d’éducation et de sensibilisation permettant d’améliorer les conditions de vie et de séjour de nos compatriotes vivants aux USA.

Ce fut au tour de Son Excellence l’ambassadrice du Niger aux USA & Canada Prof. Hassana Halidou de prononcer son discours. La diplomate nigérienne s’était beaucoup réjouit du choix du sous thème qui qui traitait de l’autonomisation de la femme. Elle a pris l’exemple du SAFEM qui d’après elle fut créé par l’actuelle ministre nigérienne du Plan. Madame l’ambassadrice a demandé à ce que les femmes de la communauté s’y inspirent en organisant par exemple une mini foire dédiée aux femmes, une mini SAFEM où les femmes talentueuses pourront exposer leurs produits etc.  La diplomate nigérienne a par la suite insisté pour que la violence contre la femme et contre l’enfant soit bannie pour que vivent en symbiose les communautés nigériennes des Etats Unis d’Amérique.  Elle a enfin salué le cadre de travail qui existe entre le Conusa et l’ambassade du Niger à Washington.

S’en était suivie une munie conférence/table ronde. Durant 45 minutes les conférencières issues de la communauté ont débattu des thématiques relatives à l’autonomisation de la femme.  Elles ont souligné l’importance de l’Education, surtout le volet économique et social de l’Education. D’autres sujets comme les activités génératrices de revenus, la prévention des conflits domestiques etc. ont été également abordés.

Le clou de l’évènement était incontestable l’élection des 3 mamans de l’année 2017 par tirage.  Ainsi trois (3) récipiendaires furent élues et classées :1ère, 2ème et 3ème mamans de l’année 2017. Des mamans qui se sont distinguées au cours de l’année 2017 soit par des actions communautaires ou bien pour services rendus au nom de la communauté.  Toutes les trois ont reçus des lots, des cadeaux (en espèce et en liquides et un trophée pour la 1ère maman de l’année 2017 : Madame Foureratou Atou Goukoye de l’Etat de Maryland.  Puis vint la prestation des cultures nigériennes genre défilé où les tenues traditionnelles ont été exhibées sur les applaudissements de tous les participants.

En fin des poèmes dédiés à la femme nigérienne ont été lus par des adolescentes qui également ont reçus des cadeaux. A noter que des délégations des pays africains frères comme des maliens et ghanéens ont rehaussé de leur présence dans un esprit de solidarité.  Tous les participants se sont réjouis de la bonne tenue de cet évènement festif et culturel et ont exprimé leur reconnaissance et témoignage de satisfaction au bureau local du Conusa pour la bonne organisation et la réussite de cette rencontre fraternelle entre fils et filles d’un même pays.

En rappel la communauté nigérienne vivant aux Etats Unis est estimée à plus de 10.000 personnes éparpillées dans des grandes villes comme New York city, Washington DC/et banlieue, Atlanta, Greensboro, Harrisburg, Indianapolis, Cincinnati, Philadelphie etc.

Vous pouvez contactez les services Communication du Conusa fédéral à l’adresse suivante : conusa2017@gmail.com

À propos de l'Auteur

M. Djibril OUMAROU Chargé à la Communication (Conusa Fédéral)

À propos Administrateur

4 plusieurs commentaires

  1. merci, Toto a dit, de partager cette information.
    « 23-year-old Salissou Hassane Yari Latifa, from Niger, is Miss Geek Africa 2018, the continental competition that brings together girls from science and technology fields »

    félicitation et du courage à notre chéré Latifa

  2. Lire

    a sacoché

  3. Parlant de femme ……….. justement

    Mademoiselle Salissou Hassane Yari Latifa. Connaissez vous?

    Saro application… Son application…. Connaissez vous ?

    Savez vous qu’elle soit courronee MISS GEEK AFRICA 2018….. pour dire simplement CRACK EN IMFORMATIQUE AFRIQUE 2018…..

    Savez vous qu’elle ne soit ENSEIGNANTE CHERCHEUSE et ne collecte pas inutilement une prime de recherche contrairement a ces enseignants recherchés …sans rien … absolument rien pondre pour les etudiants ou monde scientifique voire paysan ( 😁)

    Par contre Savez vous …pour sa concerption … Cette jeune femme a empoché ou sachosé RWF 3 million ( 3 millions Rwanda francs)…… Et un ticket pour voyager pour n’importe quelle conference internationale ?
    Cette jeune femme de 23 ans n’est ce pas une fierté africaine…. pour la jeunesse et le monde en general……

    Et savez vous …. d’ apres …..que le Niger a lui seul 37℅ des accidents dans l’espace CEDEAO…..la raison de la creation de cette application SARO pour aider les secouristes et l’acces rapide au lieu d’accident……..eviter les fausses alertes ….sauver des vies …..

    Lu par ailleurs …..et al ligne pour le partage……
    Salissou Hassane Yari Latifa, la NIGERIENNE a l’HONNEUR…….
    et …….et 😁😊 si un professeur recherché n’est pas content qu’il fasse ou ponde quelque chose pour aussi etre reconnu dans le monde scientifiques des
    Sommités 😆😄😁 ….Tu es libre de ne pas aller a ligne….

    23-year-old Salissou Hassane Yari Latifa, from Niger, is Miss Geek Africa 2018, the continental competition that brings together girls from science and technology fields.

    The University student beat a field of nine other competitors during a contest held on the sidelines of Transform Africa Summit 2018, to win the second edition of the continent’s Miss Geek competition.

    The competition is designed to inspire African girls to be part of solving the continent’s challenges using technology and encourage them to choose a career in Science, Technology, Engineering and Math (STEM).

    Salissou walked away with a Rwf3 million cash prize and a ticket to travel to any international conference, courtesy of Smart Africa.

    She developed a mobile phone application called Saro App that allows people to alert emergency services and inform them of the itinerary to take to reach the location. It will also allow emergency services to send crucial practical first-aid information before they get there.

    The winner had earlier said that Saro, which means security in Hausa, is an innovative solution that could improve response time for frequent accidents in Africa.

    Salissou was one of the five girls who reached the final, but the semi-final attracted 10 contestants from seven African countries who are members of Smart Africa.

    Organisers highlighted that this year’s competition attracted over 200 applicants, and that they were planning to make it bigger and better.

    “A deserving win for Salissou who presented an innovative app as a quick response to road accidents, addressing a challenge emanating from a growing middle-class in Africa. Innovative and well thought through,” said Patience Mutesi, one of the judges.

    Ndeye Fatou Mboup, from Senegal, was the first runner-up. She created a fully smart granary that could help farmers and small-scale traders in the region preserve vegetables and fruits.

    The other three finalists were all Rwandans.

    Christelle Mazimpaka was the second runner-up of the competition and was given Rwf1 million. She highlighted the challenge of matching small businesses in Africa with small investors and proposed a web platform and mobile App, the ISI Circles, where business plans and models can be shared.

    Sylvie Mahoro, who showcased a translation App that would enhance communication, was the third runner-up. Alida Umurungi was the fourth runner-up.

    All the ten girls were also given certificates and other assorted prizes, including laptops and modems.

    Last year, Ruth Waiganjo, from Kenya, was crowned the inaugural Miss Geek Africa. However, the competition had been running since 2014

    Miss Geek went continental last year after organisers, Girls in ICT Rwanda, entered into partnership with Smart Africa Secretariat. The idea to scale the competition to the continental level was to provide more opportunities to innovative women across the continent.

    Girls in ICT Rwanda is a group of women professionals in STEM, who have come together to be role models for Rwandan girls and encourage them to consider careers in STEM fields.

    Miss Geek has given girls a platform to express themselves openly; they are given opportunities to step out of their comfort zone, and explore what the STEM fields have to offer with hope that they too become role models for younger generations.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*