Home ACTUALITE La direction générale de orange France doit sévir avant qu’il ne soit trop tard

La direction générale de orange France doit sévir avant qu’il ne soit trop tard

Après trois(3) semaines de fermeture de ses bureaux à Niamey, le DG d’Orange Niger, M. Dominique Aubert est sorti de sa torpeur pour dire « ses vérités » dans un journal de la place. Dans cette ineptie et en prenant les Nigériens pour des c…, M. Aubert affirme sans gang que « depuis sa création en 2008, Orange Niger a payé plus de 153 milliards de FCFA au titre des impôts, taxes et redevances (hors droits de douane) alors qu’elle n’a jamais réalisé le moindre FCFA de bénéfice. » Quel toupet ! Quelle générosité ! Agaisheku les Samaritains, bravo…. !!!!

Soyons sérieux, une multinationale qui investit dans un pays donné, de manière bénévole, merci Mère Téresa, merci l’Abbé Pierre.

A notre connaissance, même la banque du Vatican ne fait pas ce genre d’investissements à plus forte raison, des capitalistes, qui sont dans leur âme, des gens avides d’argent et sans pitié. Et Orange fait partie de ce genre de capitalistes qui n’investissent que là où le retour de l’investissement est garanti.

Si depuis 10 ans qu’il est présent au Niger, le Groupe n’a réalisé aucun franc CFA de bénéfices sur notre sol, il y a longtemps qu’il allait fermer boutique et trouver une autre terre d’accueil. La création d’emplois, l’apport au PIB national ne sont que des chimères, par rapport aux sous engrangés pour des services de piètre qualité et le mépris pour les lois nigériennes.

Dans sa logique surréaliste, M. Aubert souligne que : «  des discussions se poursuivent avec la DGI auprès de laquelle plusieurs propositions ont été formulées, qui tiennent compte des lois et textes en vigueur tout en préservant la défense des intérêts de l’entreprise afin de pérenniser ses activités et préserver les emplois. Il convient de souligner  que le niveau particulièrement  élevé  des redressements, par ailleurs tout  à fait contestables, couplé aux nouvelles dispositions qui obligent un contribuable à payer 75% des sommes réclamées avant de pouvoir faire valoir ses droits devant la justice rend dramatique la gestion de ce type de différend ».

Le DG d’Orange Niger parle de 75% à payer des sommes réclamées avant de pouvoir faire valoir ses droits devant la justice ; cela est une contre vérité. La nouvelle loi sur les impôts indique clairement que quelle que soit la somme réclamée pour ouvrir des négociations à la suite d’un redressement fiscal, il faut au préalable verser 15%, lire bien 15% et non 75%, sortis dont ne sait ou.

M. Dominique Aubert, soutient partout que depuis, l’installation de Orange sur le sol nigérien, à chaque fois qu’ils sont confrontés à un contentieux, ils ne payent que 2% des sommes réclamées, car ils ont à leur disposition des gens capables de faire des arrangements en leur faveur.

Comme on le voit, Orange Niger se trompe d’époque et d’interlocuteurs. Si par le passé, cette société a bénéficié de la complicité active de certains compatriotes véreux et apatrides, maîtres dans l’art d’arrangements alambiqués et à n’importe pièce, cette ère est définitivement résolue. Les autorités nigériennes sont décidées à faire appliquer la loi dans toute sa rigueur aux compagnies de téléphonie mobile qui opèrent au pays. C’est cela le sens qu’il faut de la vaste campagne de contrôle général déclenchée par la Direction Générale des Impôts(DGI).

D’ailleurs une source anonyme nous apprend que du côté des autorités en charge des finances, on s’active pour contraindre les revendeurs de service de orange Niger à reverser les recettes provenant de cette activité directement au trésor public.

Les investigations menées ont permis de déceler plusieurs entorses à la réglementation en vigueur et de dissimulation d’importantes sommes d’argent qui devraient être reversées aux impôts.

C’est pour permettre à l’Etat de rentrer dans ses droits, que la DGI a fait des redressements fiscaux aux entreprises incriminées.

Vous voulez contester ce redressement ? Payer alors les 15% exigibles par la loi avant d’entamer toute autre polémique inutile.

Le Niger n’est pas un DOM TOM ou une township, c’est un Etat souverain, même pour son malheur il avait été colonisé par la France.

Comment expliquer cette attitude désinvolte d’Orange Niger, qui, comme à son habitude, a superbement oublié les services des impôts, sauté le Ministère des Finances pour s’adresser directement à la Présidence de la République, afin que le Chef de toute l’administration nigérienne arrête le redressement et annule les droits dus ?

En effet, le 21 Novembre 2018, Monsieur Alioune NDIAYE, Directeur Général d’Orange Afrique Moyen-Orient écrit un courrier directement au Président de la République, Chef de l’Etat pour lui demander d’intercéder par rapport au 22 milliards de FCFA de redressement fiscal. Comme il est de coutume en France surtout dans les relations de l’Hexagone avec ses anciennes colonies, le courrier de Orange Niger est appuyé politiquement par l’Ambassade de France à Niamey.

La Présidence de la République du Niger renvoi Orange Niger vers le Ministre des Finances, Hasoumi Massaoudou, qui dispose de tout le soutien du Gouvernement.  Le Directeur Général d’orange Niger revient alors vers le ministre des Finances qui le renvoi vers le Directeur Général des Impôts Monsieur Assane D. Ndiaye.  Celui-ci les a écoutés avant de les renvoyer vers le Directeur des Grandes Entreprises, Monsieur Halidou Touné. 

Lors des discussions engagées, la DGI est restée ferme, c’est 3.3 milliards constituant les 15% exigés par la loi qui doivent être payés d’emblée avant d’entamer un processus d’arrangement. 

Le 4 Décembre dernier, Orange Niger a fais recours à la justice nigérienne afin de lui permettre de ré-ouvrir ses bureaux. Celle-ci s’est déclarée incompétente. 

Au vu de tout ce qui précède et pour éviter le retrait pur et simple de la licence accordée à Orange Niger, la Direction générale de la multinationale devra d’elle-même rappeler ce Directeur Général, arrogant, qui a  trop mal négocié ce dossier.

Par Namalka Bozari (Tamtam Info News)

86 Comments

  1. Ce qui reste à Tamtam info, c’est de finir ses articles par #MASSAOUDOU2021.

    C’est tellement évident ce qui se passe ici, surtout concernant cette histoire de redressement.

    Et oui, la pauvreté de la jeunesse est surtout d’esprit.

  2. 1. Quoi ? Des réformes dans nos télécom ?
    2. Il ne faut pas rêver;
    3. Comme dans nos secteurs d’activité l’Etat est incapable d’opérer des réformes au niveau des télécom.
    4. En effet il parait qu’ à Nigertélécom il y a plus de 10 syndicats.
    5. Oui vous avez bien lu:
    6. Plus de 10 petits groupes de pression réfractaires à toute réforme et qui sont toujours prêts à  » prendre à témoin l’opinion publique nationale et internationale pour tout ce qui adviendra ».
    7. Comme dans les autres secteurs (enseignement primaire, enseignement secondaire, enseignement supérieur…) l’Etat est toujours obligé de reculer ;
    8. Il faut ajouter une opposition et une société civile toujours de mauvaise foi qui ne cherchent que des occasions pour mettre du feu.
    9. C’est toujours comme ça dans ce Niger « démocratique » depuis la conférence nationale.
    10. Ainsi le Niger est un pays bloqué à tous les niveaux.
    11. Et nous continuons à tourner en rond.
    12. La décente aux enfers continue.
    13. Et les autres savent cela et ils en profitent.

  3. Que faire?
    Il faut urgemment assainir, réorganiser, redresser et relancer notre entreprise nationale à savoir Nigertélécoms en y mettant des cadres COMPÉTENTS patriotes, nationalistes, honnêtes humbles et intègres.
    L’humiliation doit prendre fin.
    Oui nous pouvons.

  4. Face à l’arrogance des DG des entreprises de téléphonie le citoyen souverain et consommateur sait ce qui lui reste à faire pour se faire respecter et faire respecter sa patrie.
    A bon entendeur..

  5. Une question et une seule:
    mais où est donc notre société civile? Où sont tous ces défenseurs des consommateurs?
    La bouche qui mange ne parle pas dit-on. En effet il n’est pas donné à tout le monde de critiquer les compagnies de téléphonie.
    Même si elle gruge les consommateurs et l’Etat.

    1. Quand on vous dit que ces soi-disant acteurs d’OSC ne valent rien, vous pensez qu’on les attaque gratuitement. Mais aujourd’hui vous vous rendez compte par vous-mêmes qu’ils choisissent leurs combats. Si ça se trouve, Orange les a déjà soudoyés et acheté leur silence. Et cmt, dans ces conditions, voulez-vous qu’ils sortent battre le pavé contre cette Société? Attendez-vous, d’ailleurs, dans les prochains jours, qu’ils se mettent à attaquer l’Etat qu’ils vont accuser de trop s’acharner contre Orange. Société Civile? mon oeil! Société de traitres et d’apatrides, ouais!

  6. Lu pour vous:

    « Airbus visé par une enquête pour fraude aux Etats-Unis
    Mis en ligne le 23/12/2018 à 19:28

    Après la France et la Grande-Bretagne, les États-Unis enquêtent sur l’utilisation d’intermédiaires non déclarés sur certains marchés par l’avionneur européen »‘.

  7. Pour défendre son pays la partialité est même conseillée.
    Regardez toutes les nations qui se respectent.
    Sauf chez des individus et des peuples inconscients.

  8. Taisons-nous donc sinon:
    Sinon c’est le chômage
    Sinon c’est le manque d’investissement
    Sinon on va nous chasser de la surface terrestre
    Sinon on va nous couper l’oxygène
    Sinon ces opérateurs vont nous fermer les portes du paradis.
    Donc il faut les laisser nous gruger
    Donc il faut continuer à tendre l’autre joue.
    Donc oublions les intérêts du Niger
    Donc taisons nous.
    Vous avez dit pauvre Niger?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

À propos de l’arrêt N°06/CC/MC du 28 juillet 2020

Cette démarche de l’assemblée nationale est inopportune . Il semblerait que tous les…