Home ACTUALITE «La FNSS organise de nombreuses formations et sensibilisations sur les gestes et les secours d’urgence en milieu terrestre et aquatique» déclare M. Amadou Moussa Bagnou…

«La FNSS organise de nombreuses formations et sensibilisations sur les gestes et les secours d’urgence en milieu terrestre et aquatique» déclare M. Amadou Moussa Bagnou…

Président depuis quand votre fédération a-t-elle vu le jour, et quand est-ce que vous avez officiellement débuté vos activités ?

La Fédération Nigérienne de Sauvetage et de Secourisme (FNSS)  a été créée en 2016 et reconnue officiellement par un  arrêté en date du 17 octobre 2017  insérée au JO N°23 du 1er décembre 2017. La création de la FNSS vient  combler un trou et contribue à la promotion de sauvetage et du Secourisme au Niger. Les pôles d’activité demeurent essentiellement, sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur le secourisme et les missions de sécurité civiles (opérationnelles) ; et sous la tutelle du Ministère chargé des Sports le sauvetage sportif.  La FNSS a débuté ses activités le 10 novembre 2018 avec la formation de trois cent cinquante (350) agents de Forces de Défense et de Secourisme (Police Nationale, Gendarmerie Nationale, Eaux et forêts et la Douane Nationale) suite à une caravane de sensibilisation en prévention et secours (PSC1) de niveau 1 organisée du 01 Septembre au 05 novembre 2017.

Président qu’est-ce que la Fédération Nigérienne de Sauvetage et de Secourisme ses objectifs et les activités qu’elle mène?

La Fédération Nigérienne de sauvetage et de secourisme (FNSS), agréée de sécurité civile et reconnue d’utilité publique, forte d’un maillage départemental, régional et national,  intervient partout au Niger pour toutes les missions de sécurité civile, sur toutes les manifestations culturelles et sportives et dispose de moyens humains et matériels pour venir secourir et porter assistance à la population. La FNSS organise de nombreuses formations et sensibilisations aux gestes et aux secours d’urgence en milieu terrestre et aquatique.

La FNSS est administrée par un Comité Directeur de 9 membres élu pour un mandat de 4 ans. La FNSS est, par ailleurs, seule habilitée à délivrer les brevets de surveillants de baignade (BSB), le brevet de sécurité et de sauvetage aquatique. Elle compte de nombreux moniteurs et instructeurs. Elle est agréée pour l’enseignement des premiers secours, (nécessaire pour intégrer une équipe de secours).

Ses objectifs sont entre autres d’unir les groupements sportifs et utilitaires en vue de la réalisation de l’objet social ; de développer chez la population, le sentiment de devoir, l’éducation morale, l’enseignement rationnel des premiers soins à donner en matière de sauvetage et du secourisme, les moyens appropriés permettant de porter secours à ses semblables en tant que citoyen ou acteur de l’équipe dans le cadre de missions opérationnelles de sécurité civile ; d’organiser à tous les niveaux des compétitions et des championnats de sauvetage et de secourisme et de délivrer des titres correspondants ; de sélectionner les représentants du Niger pour les compétitions internationales de sauvetage et de proposer aux autorités en charge de la matière pour l’inscription sur la liste de tout niveau des sportifs, des entraîneurs, des juges, des partenaires d’entrainement et sportifs ; de créer des nouveaux groupements ou inciter à leur création, multiplier les stations de sauvetage, les postes de secours, les institutions de prévoyance et d’assistance ainsi que les écoles de secourisme et de sauvetage nautique ; de contribuer au perfectionnement des matériels de sauvetage et des moyens de sécurité ; de procéder aux études de plus haut dans le domaine de sauvetage, non seulement en ce qui concerne le matériel, mais aussi en équipant le personnel en installations applications de la médecine et de l’hygiène au sauvetage et du secourisme etc.

Êtes-vous affiliés à des instances internationales de votre secteur d’activités ?

La Fédération Nigérienne de Sauvetage et de Secourisme est membre à part entière de la Fédération Internationale de Sauvetage (ILS), une organisation reconnue par l’ONU, l’OMS, le Comité Olympique International (CIO), la Confédération Mondiale des activités subaquatiques (CMAQ) et de la Confédération Africaine de Sauvetage (CAS) dont l’organisation Nigérienne est devenue full membre depuis Octobre 2016 avec la charge de former les formateurs et les sauveteurs aquatiques au Niger ( piscine, fleuve, mer etc. 

La Fédération  travaille en étroite collaboration avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports, le  Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Religieuses et Coutumières, le Ministère de la Défense Nationale, le Ministère de l’Education Nationale, le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le Ministère de l’Action Humanitaire et de la Gestion des catastrophes, les corps militaires et paramilitaires, les institutions et autres clubs sportifs, la protection civile et les organisations de la société civile. 

La FNSS est d’ailleurs l’une des rares associations à proposer les formations PSE au grand public, même si comme toutes les autres associations, il est possible de passer les formations gratuitement en contrepartie d’une participation bénévole à ses actions de secours. Résolument portée sur le sauvetage, les formations de premiers secours sont organisées pour tous mais le but ultime de la FNSS est de former des sauveteurs en piscine, au fleuve, en mer ou des BNSSA et dans tous les cas d’inciter les stagiaires à suivre des formations multiples.

Comment êtes vous organisés au sein de la Fédération Nigérienne de Sauvetage et de Secourisme ?

La FNSS est coiffée au niveau national par une Assemblée Générale et un Comité Directeur ; au  niveau régional par des Ligues régionales ; au niveau départemental par des Comités départementaux ; au niveau communal, par des districts ; et les  clubs. La FNSS promeut le secourisme auprès de la population.

Elle effectue des initiations en milieu scolaire, sportif ou professionnel, et collabore avec des associations socioculturelles sportives pour faire connaître les gestes de secours. Surtout connue pour ses activités de sauvetage aquatique, (comme le rappelle l’ancre marine présente sur son logo), la Fédération Nigérienne de Sauvetage et de Secourisme est de plus en plus active dans les domaines plus «terrestres» du secourisme. 

Elle encadre des Dispositifs Prévisionnels de Secours (DPS) sur l’ensemble du territoire national. Par ailleurs, l’association dispose d’un agrément afin de réaliser des formations aux premiers secours : formation aux Premier Secours Civique de Niveau 1 (PSC1) ; formation aux Premier Secours en Equipe de Niveau 1 (PSE1) ; formation aux Premiers Secours en Equipe de Niveau 2 (PSE2).

Quels sont les acteurs de la FNSS ?

Les acteurs de la FNSS sont les membres du bureau de la fédération avec à leur tête le président. Le sauvetage sportif est une discipline sportive à part entière qui se caractérise par la diversité de ses épreuves en mer ou plan d’eau, avec ou sans embarcation, ce sont les épreuves de « côtier  » ; et en piscine, ce sont les épreuves d’eau plate.

Les disciplines du sauvetage sportif, souvent pratiquées avec engin, se répartissent dans des domaines différents allant de la nage au kayak, les épreuves collectives omniprésentes rappellent sans cesse le caractère salvateur de la spécialité. L’activité se pratique en compétition du niveau local au niveau mondial, avec le même souci de réalisation de performance.

Quelles sont Les perspectives de votre Fédération à moyen et long terme ?

Notre ambition est de faire connaitre la FNSS au grand public. Nous visons également à promouvoir le sauvetage aquatique et le Secourisme au Niger par l’organisation des caravanes de sensibilisations en premier secours, des ateliers de formations en prévention sur la noyade, le renforcement des capacités des acteurs de la FNSS au développement des projets et de la stratégie de partenariat, la  formation des équipes de formation des formateurs pour initier le Secourisme dans les différentes régions ou la FNSS est implantée.

Nous prévoyons aussi l’organisation d’une  journée porte ouverte au niveau des écoles et Universités sur  toute l’étendue du territoire national. La Fédération sera impliquée à tous les processus fédératifs au plan national.  Elle constitue une base de données, un plan de communication pour le changement de comportement. Elle mènera des activités de plaidoyer, elle procédera à l’indentification et la recherche de partenaire avec les acteurs étatiques et non étatiques.  Comme tous les acteurs de la sécurité civile, la Fédération Nigérienne de Sauvetage et de Secourisme peut être intégrée aux plans d’urgence spéciaux. 

Notre fédération a formé de 2017 à 2018, plus de huit cents nageurs (800) nageurs sauveteurs et secouriste toute catégorie confondue. Cette formation a été assurée par la FNSS en collaboration avec la protection civile à travers le Groupement des sapeurs-pompiers.  C’est un effort personnel considérable qui mérite tous les encouragements d’autant plus qu’il s’agit en effet de sauver des vies humaines. Notre fédération existe par ses clubs sur l’ensemble du territoire nigérien. Notre grand objectif est de créer trois (3) grandes stations de secours tout au long du fleuve Niger (Niamey, Tillabéry et Gaya).

Je tiens a rendre hommage à la protection civile à travers le Groupement des Sapeurs-pompiers à travers tout le pays, ainsi qu’aux sauveteurs professionnels, les bénévoles, médecins du Samu, les médecins qui ont porté secours aux accidentés de la noyade, les équipes sanitaires, et leur promet que la Fédération Nigérienne de Sauvetage et de Secourisme va travailler avec eux pour améliorer les interventions des premiers secours afin d’ augmenter les chances de survie pour les accidentés de la noyade. Nous souhaiterions  que le sauvetage sportif (discipline reconnue par le CIO comme Olympique) soit enseigné dans les instituts des sports au Niger.

Un accord ou un partenariat sera établi avec la direction générale de l’éducation physique à travers le Ministère en charge des sports, en vertu duquel le 1er championnat scolaire et universitaire de sauvetage aquatique  se déroulera au cours de l’année de 2019. C’est la raison pour laquelle la FNSS a formé des sauveteurs en milieu aquatique et à sec.

Réalisée par Oumarou Moussa (ONEP)

2 Comments

  1. Bonjour
    Très belle initiative, la création de ce centre de formation.
    Ma question est la suivante: Serait-elle une concurrence avec les strutures déjà existantes (Pompiers et la Croix Rouge Nigérienne) qui assuraient ces formations à l’attention des ONG, grandes écoles et du grand public?
    J’ose vous demander de bien vouloir vous entourer des formateurs, sapeurs pompiers libérés du corps et aussi ceux de la Croix Rouge qui ont beaucoup d’expérience dans la matière.
    Vous ne serez pas déçus.

  2. Au cas , ou vous ne le saviez pas …. TOTO A DIT partage…
    L’US Air Force a lancé ses premières opérations aériennes depuis la base d’Agadez, au Niger

    En 2014, le Niger donna son accord à une demande américaine visant à établir une base de l’US Air Force à Agadez, un ancien carrefour caravanier idéalement situé pour surveiller les groupes armés terroristes présents dans une région allant du sud de la Libye au Lac Tchad.

    Seulement, il fallut consentir d’importants investissements – plus de 110 millions de dollars – afin de réhabiliter cette base [qui porte le numéro 201, ndlr] et la mettre aux normes américaines. C’est à dire pour y construire les infrastructures pour les opérations aériennes… et pour le confort des aviateurs américains [cafétaria, bibliothèque, accès Wi-Fi, salles de sport, etc…].

    Éloigné de tout, le chantier prit du retard, notamment à cause de problèmes logistiques et des conditions climatiques. Initialement, il était prévu de déclarer la capacité opérationnelle intiale de cette base 201 en 2016… Il aura finalement fallu attendre trois ans de plus.

    En effet, via un communiqué publié le 15 août, l’US Air Force Europe [USAFE] a indiqué que la base d’Agadez était désormais prête pour des opérations « limitées », c’est à dire pour des vols de type VFR [Visual Flight Rules – vol à vue] d’avions de transport C-130 Hercules.

    Ces vols VFR font partie d’une évaluation des installations aériennes et contribuent à l’élaboration des procédures qui entreront en vigueur quand la base sera déclarée pleinement opérationnelle. Ce qui devrait être le cas, selon l’USAFE, d’ici la fin de cette année.

    « Je suis fier du travail formidable accompli […]. La base aérienne 201 offre au Niger et aux États-Unis des capacités incroyables dans une des régions les plus difficiles du monde. Cette piste à utilisation commune permet de mieux répondre aux exigences de sécurité régionales et offre un accès stratégique et de la flexibilité. Nos aviateurs sont créatifs, souples et capables de prendre des décisions rapidement, et il n’y a pas de meilleur exemple que celui de l’aérodrome qu’ils ont construit à la base aérienne nigérienne 201 »; s’est félicité le général Jeff Harrigian, commandant de l’US Air Force pour l’Afrique.

    La base 201 d’Agadez doit accueillir au moins un escadron de drones MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] de type MQ-9 Reaper ainsi que des avions légers ISR [Intelligence, Surveillance, Reconnaissance].

    Actuellement, l’US Air Force – via le 323rd Expeditionary Reconnaissance Squadron – met en oeuvre des MQ-9 Reaper depuis la base 101 de Niamey. Il est donc question de redéployer ces appareils vers Agadez.

    Mais d’après le blog « The War Zone », d’autres travaux en cours sur la base 201 suggèrent qu’un second escadron de MQ-9 Reaper y serait attendu. Il pourrait s’agir du 324th Expeditionary Reconnaissance Squadron, qui est actuellement basé à Sigonella, en Sicile. Voire des drones utilisés par la CIA depuis la base de Dirkou, dans le nord du Niger.

    Pour rappel, Niamey a demandé aux États-Unis à déployer des drones armés sur son territoire en novembre 2017. La présence de tels appareils au Niger a été confirmée en août 2018.

Comments are closed.

Check Also

Pose de la première pierre, pour la construction du Pipeline Niger-Bénin par le Président de la République Issoufou Mahamadou…

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou  a lancé officielle…