Home ACTUALITE LA JUSTICE DOIT SÉVIR POUR SAUVER LA RÉPUBLIQUE
ACTUALITE - CONTRIBUTIONS - Politique - 30 août 2018

LA JUSTICE DOIT SÉVIR POUR SAUVER LA RÉPUBLIQUE

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Une déclaration intitulée « Comment oublier  » circule sur les réseaux sociaux depuis hier. Ladite déclaration semble être attribuée à des maires de la région d’Agadez et son contenu menace clairement la République en ce que cette déclaration incarne l’esprit de clan et le régionalisme bref tout ce qui doit être puni par la loi selon la constitution.


La République du NIGER est un État unitaire. Elle est une et indivisible, démocratique et sociale (article 3 de la constitution).
Cette déclaration supposée datée du 28/08/2018 des maires de la région d’Agadez semble être en conflit grave avec la constitution notamment avec ses articles 3 et 4.

Sur la base d’une supposée conférence animée en 2018, des maires ne sauraient s’aventurer sur ce terrain glissant très dangereux en menaçant le caractère unitaire de notre République et en véhiculant, entre autres, l’esprit de clan en vue de dresser les populations contre un citoyen. La conférence animée en 2018 doit avoir au moins un support audio et les supposés auteurs de cette déclaration avaient suffisamment eu le temps de porter l’affaire devant la justice car ils sont maires depuis 2011.

On ne se fait pas justice soi – même dans une République si tant est qu’ils croient à la République.

La conférence programmée par les camarades du CCAC n’a rien à voir avec la voie publique, l’arrêté d’interdiction insulte juste l’intelligence des citoyens.

Nous demandons à la justice de s’en saisir de cette affaire et mener les investigations qu’il faut en vue de traduire les auteurs de cette déclaration qui menace le caractère unitaire de la République et la cohésion sociale devant les tribunaux.

Si les maires sont effectivement signataires de cette déclaration intitulée « Comment oublier « , ils doivent être révoqués de leurs fonctions et poursuivis devant la justice pour sauver la République.

[author ]Elhadji Idi Abdou[/author]

8 Comments

  1. Moi je suis vraiment désolé que le maire en tant qu’autorité de police administrative puisse s’avantuter dans des situations aussi dangereuses et de surcroit violant la constitution.

  2. IL Y A PAS LIEU DE DRAMATISER UNE SITUATION DÉJÀ SOUS CONTRÔLE. LA JUSTICE ETANT SAISIE DE L’AFFAIRE NE JUGEONS PAS SA PLACE.

  3. Qui va le révoquer ELH idi? Pas quand même cet état qui piétine nuits et jours les droits des citoyens au vus et au sus de tous. A bon entendeur salut!!!

  4. Il est plutôt grand temps que le Chef de l’Etat se ressaisisse et redresse le guidon. Les « choses » du pays prennent des tournures dont je n’oserai imaginer les conséquences probables…

  5. A trop diviser les citoyens entre justiciables et non justiciables, entre amis et ennemis, entre bons et mauvais, entre loyalistes et putchistes le regime de issoufou mahamdou a reussi l´exploit de rescussiter des monstres et leur a donne les moyens politiques et financiers pour menacer la republique telle qu´elle a toujours ete.

    1. Moi je suis vraiment désolé que le maire en tant qu’autorité de police administrative puisse s’avantuter dans des situations aussi dangereuses et de surcroit violant la constitution.

      Bien dit soumaye

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

L’HEURE EST A L’UNION SACREE DERRIERE LE MENA NATIONAL ET SES RESPONSABLES

Certes, les deux défaites du Mena national pourraient soulever un tollé et c’est légitime …