Home ACTUALITE La marche de soutien au Président de la République Issoufou Mahamadou a eu lieu le samedi 7 janvier 2017 dans tous les sept chefs lieu des régions du pays.

La marche de soutien au Président de la République Issoufou Mahamadou a eu lieu le samedi 7 janvier 2017 dans tous les sept chefs lieu des régions du pays.

Il s’agit de montrer à l’opposition politique que le Président Issoufou Mahamadou , n’est pas seul . Sa majorité est toujours intacte. La mobilisation a été gradiose sur toutes les sept régions  du pays.  A Niamey , la grande marche suivie du meeting a été  organisée le dimanche 8 janvier 2017.

De  l’autre côté les organisateurs de la marche du 21 décembre 2017 , ( une partie de la société civile  et les partis politiques de l’opposition ) projettent  d’organiser une autre marche suivie de meeting , le 13 janvier 2017.
C’est qui est une réalité , la majorité se renforce et se consolide travers la mobilisation organisée .  Nous avons l’impression que les organisateurs de la marche du 21 décembre 2017, persistent et signent dans leurs critiques contre la majorité au pouvoir .

La problématique qui se pose : n’est -il pas possible  pour une la société civile de se démarquer de certaines revendications purement politiques et se consacrer  à la défense des intérêts matériels et moraux de leurs militants et d’engager un dialogue franc et constructif, dans  le respect mutuel , conformément à nos traditions et moeurs , avec la majorité au pouvoir sans ingérences des partis politiques ?

Notre démocratie en sortirait grandie si chacun joue sa partition  ,sans amalgames,  dans un esprit de fair-play et de cohésion nationale.

Après ces deux manifestations organisées de part et d’autre ,  je pense qu’il faudrait que les mobilisations des rues soient une exception et que le dialogue soit une règle générale pour la résolution des confits sociaux.

Pour les confits politiques , un cadre qui a fait  preuve de son efficacité , le CNDP , existe , il faudrait que nous continuons à utiliser ce bon instrument qui  fait  la fierté de notre pays  à  l’extérieur.

Pour le dialogue avec les partenaires sociaux , à ma connaissance un cadre aussi existe , un comité inter-ministériel , chargé de négocier avec les partenaires sociaux ,  est présidé par le ministre d’Etat , en charge de l’intérieur , de la sécurité publique, des affaires coutumières et religieuses, existe aussi.

A mon humble avis la société civile pourrait se tourner vers le comité inter-ministériel afin de faire  prévaloir ses revendications.

Les partis politiques pourraient également se retrouver comme d’habitude , au cadre de dialogue politique pour aplanir certaines divergences .

Le Niger n’est pas épargné  par la crise    économique internationale qui sevit actuellement dans tous les pays du monde  , il a besoin de la cohésion nationale de tous ses enfants pour faire face aux défis sécuritaires et au défi du développement économique et social.

Après ces démonstrations des mobilisations populaires, il serait hautement souhaitable , que la raison de dialogue  prévale sur la passion .

La majorité au pouvoir devrait éviter de tomber dans un piège , celui  de répondre aux marches  par des marches . Le CNDP devrait servir de cadre de dialogue politique . La rue ne peut être une solution . Il faudrait faire respecter les dispositions réglementaires en matière de la gestion des partis politiques et des organisations de la société civile.

Nous devrions éviter les pièges . Le pays a grand besoin d’une quiétude sociale. 

Le constat est :  la société civile , les partis politiques sont aujourd’hui formés en trois blocs , ils ne parlent  pas le même langage , vous avez le bloc des partis politiques de la majorité soutenu par  une partie de la société civile  , puis un autre bloc des partis politiques de l’opposition , qui sont aussi soutenus par une partie de la société civile , ensuite vous avez un bloc de partis politiques non affiliés , un  autre bloc de la société qui se dit neutre et en fin une partie de la société civile qui  vient de se détacher des autres ,  elle se dit radicale , elle prône la révolution ! un nouvel ordre politique au Niger.

Je ne doute pas de la conviction de notre ami , Moussa Tchangari ,   je connais bien son apport qualitatif dans la lutte pour l’avènement de la démocratie au Niger , pour avoir participé à la dite lutte  avec nous . Objectivement personne ne peut lui denier ce apport.

Le groupe de la société civile des Tchangari , le groupe dit  des Progressistes ,  a organisé une marche suivie de meeting le 21 décembre 2017. Cette marche a été soutenue par toute l’opposition politique . C’est un constat . Certains leaders se sont exprimés et ont même profité pour poser certaines revendications politiques , entre autres , ce qui  a fait dire à un autre acteur de la société civile , qu’il se désolidarise de la marche.

Compte tenu de la prolifération des associations de la société civile , des organisations politiques , nous pouvons que  souhaiter qu’un apaisement afin de trouver une  issue à nos contradictions internes , ce qui fait d’ailleurs la vitalité et la particularité de notre jeune démocratie , à  travers un dialogue franc et constructif .

N’oublions que les margouillats rôdent autour de notre  mur , ils sont jalous de notre quiétude sociale , ils  attendent que notre mur se fendille pour qu’ils entrent et semer le désordre.

[author ]Issoufou Boubacar Kado Magagi (Contribution ) Tamtam Info News[/author]

39 Comments

  1. Les Nigériens de tous les bords politiques , de l’Est , de l’Ouest , du Nord et du Sud ,nous devrions faire l’effort nécessaire de comprendre que notre quiétude sociale suscite beaucoup des jalous.
    Évitons de créer des conditions d’une ingérence exterieure dans nos contradictions internes.
    La situation socio-économique du pays exige de chacun de nous un minimum de sacrifice pour eviter à notre pays des rudes épreuves .Faisons en sorte que chacun reste dans son rôle , la majorité doit gouverner en faisant attention à toutes les couches socio-professionnels du pays , l ‘opposition politique doit s’opposer en tenant compte des intérêts supérieurs du peuple souverain du Niger . Les insultes, les crocs en jambes nuisent aux citoyens du pays , ce n’est pas bien , même la nature ne pardonne pas des tels comportements.
    Les fausses accusations dans l’intention de nuire à l’adversaire politique sont contraires à nos moeurs et coutumes . Soyons vigilants , ne tombons pas dans les pièges des ennemis de notre pays . La politique , ce n’est pas la guerre , ce n’est pas la heine , c’est l’art de bien gerer la cité dans le fair-play , dans la cohésion nationale.

  2. Pour moi, le bilan de president est totalement negatif il a echoue face aux grands defis a savoir la realisation du barrage de Kandadji et la construction du chemin de fer. Donc mon cher president avec tout le respect que je te dois rend ta demission et va t en et laisse la place a celui qui peut soirtir le Niger de son rang de dernier.

  3. On organise une marche quand on a montre un bilan position. Avec ce regine pas un seull bilan position
    , reduction de la pauvrete zero. bilan positive corumption 100 %, rapatriment de nos ffrancs en France par Bollore 100 %, favorism 100 %. Les nigeriens ont mare ce regime.

  4. Un gouvernement illégitime débourse toujours des moyens pour se faire la popularité de force, sinon pourquoi distribué des billets de 2000frs/CFA et des tee-shorts. a bon entendeur salut!!!

  5. Félicitation Issoufou pour ton analyse très pertinente. TChangari est malheureusement un opportuniste qui espère prospérer sur l’exploitation d’une opportunité issue de la misère intellectuelle de certains enseignants. C’est dommage que quelqu’un de la société civile se trouve embourber par le boureau de de la société civile car en 2005 c’est biri qui était à la primature au moment de la lutte contre la vie chère.

  6. Apparemment vous êtes choqués et cloués par le niveau de mobilisation. Vous aviez dû revenir dans vos petits souliers. Qu’avez-vous fait de vos discours quotidiens selon lesquels le Président Issoufou n’a plus personne avec lui? Et aujourd’hui c’est un autre discours? Lors de la marche du 21 Décembre dernier vous aviez bien dit que la mobilisation montre que le peuple est avec l’opposition. Ma question est la suivante : Comment une mobilisation plus grande ne peut-elle pas impliquer la popularité quand une autre plus faible le peut ? Je suis d’obédience scientifique et je ne me retrouve pas dans votre logique qui me parait boiteuse. Et à coup sûr, si la mobilisation était faible, vous l’auriez utilisée comme baromètre pour avouer que le Président est impopulaire et que le peuple est avec vous. Cette relativité non einsteinienne est troublante a tout point de vue et procède de la mauvaise foi. Et je pense que c’est de la rêverie que de demander au Président de dissoudre l’Assemblée et organiser de nouvelles élections législatives anticipées. Mais au juste est-ce aux opposants de dicter au Président ce qu’il doit faire ? Est-il au pouvoir pour mettre en œuvre « sa » politique ou « leur » politique ? Vous avez le plein droit de donner vos points de vue, mais pas d’exiger que le PR fasse ce qui vous agrée. Il serait le meilleur démocrate s’il fait ce qui agrée la majorité qui le soutient, pourvu que cela respecte la légalité constitutionnelle. Comme l’a si bien dit un homme d’état contemporain, “ One thing good about democracy is that it allows the minority to have their say, while the majority have their way.”

  7. Kaytcho.Ou est ce qu’ont va?Quand dans un pays musulmans les gens ont perdu le sens de la verite,de l’honneur,de la dignite.Que DIEU NOUS PRESERVE DE SES TORDU DE LA REPUBLIQUE.AMEEN

  8. Nous devrons plutôt tendre vers une société de travail. Dommage pour le Niger de voir que la marche soit la prise de fonction pour le haut representant du president

  9. Vous etes desesperants comme peuple. Raison pour laquelle le Niger est dernier et n’inspire aucune fierte. Quelle aberation de voir un pouvoir qui marche pour se glorifie.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Coopération Inter-Universitaire : Université de Tahoua et Rutgers University, New Jersey…

Le Recteur de l’Université de Tahoua, le professeur Addo Mahamane et son personnel enseign…