Home ACTUALITE La Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou préside l’ouverture du 7ème congrès des femmes leaders des groupes d’épargnes ‘’Mata Masu Dubara’’, à Dosso: Renforcement de l’autonomisation économique et politique des femmes et des filles au Niger

La Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou préside l’ouverture du 7ème congrès des femmes leaders des groupes d’épargnes ‘’Mata Masu Dubara’’, à Dosso: Renforcement de l’autonomisation économique et politique des femmes et des filles au Niger

La Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou Mahamadou, a présidé, hier, à Dosso, la cérémonie d’ouverture du 7ème congrès des femmes leaders des groupes d’épargne ‘’Mata Masu Dubara’’. On y notait la présence de plusieurs membres du gouvernement, de députés nationaux, de représentants du corps diplomatique et organisations internationales, ainsi que de plusieurs autres personnalités civiles et militaires et de nombreux invités de marque.

Placé sous le thème « l’acte additionnel pour l’égalité des droits entre les hommes et les femmes pour un développement durable dans l’espace CEDEAO : quelles contributions à l’autonomisation économique et politique des femmes et des filles au Niger », cette rencontre a été initiée par CARE International Niger et l’Initiative pour la Sécurisation des Conditions de Vie (ISCV). Ce 7ème congrès, qui regroupe les femmes leaders des huit régions du Niger, permettra aux participantes de débattre des sujets d’actualité en lien avec leur quotidien et leurs préoccupations.

Dans l’allocution qu’elle a prononcée à l’ouverture des travaux, la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou Mahamadou a d’abord vivement salué les femmes, qui en dépit des contraintes qu’elles subissent quotidiennement, contribuent activement à la prospérité de leurs familles et au développement de notre pays. « Malgré les importants efforts déployés par l’Etat et ses partenaires pour améliorer les conditions de vie des couches sociales les plus défavorisées, les normes socioculturelles porteuses d’inégalités au détriment des femmes et des filles persistent encore », a déploré Hadjia Aïssata Issoufou Mahamadou.

Parlant de la situation des femmes au Niger, elle a souligné que ce sont les attitudes sociales et le retard de développement des mentalités dans notre société qui continuent d’être un véritable frein à leur développement économique. C’est conscient de cette réalité, a-t-elle précisé, que le Niger a fait de la réduction des inégalités en matière de genre de façon globale et l’autonomisation des femmes et des filles en particulier, une de ses priorités, et le Programme de renaissance II du Président de la République, S.E Issoufou Mahamadou, en fait largement cas.

Aussi, a estimé la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou, cette édition 2018 du congrès des femmes leaders des groupes d’épargne vient à point nommé. « Nous assistons à une prise de conscience collective sur la question des inégalités que subissent les femmes au Niger. Les actions se multiplient afin de renforcer le niveau de protection et de promotion des femmes au Niger et la Fondation Guri Vie Meilleure n’échappe pas à la règle », a-t-elle indiqué. Comme l’a précisé la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou, la promotion du leadership féminin et de l’autonomisation des femmes au Niger font partie intégrante du champ d’actions de sa fondation. C’est en ce sens qu’elle a assuré les congressistes du soutien de la Fondation Guri Vie Meilleure pour les accompagner dans l’accomplissement de ces nobles objectifs.

Parlant du thème du congrès, Hadjia Aïssata Issoufou a indiqué qu’il permettra d’intégrer une nouvelle dimension régionale et évaluer les opportunités supplémentaires que nous pouvons en tirer. Le congrès, a-t-elle fait remarquer, rentre parfaitement dans la droite ligne des préoccupations du gouvernement de la 7ème République du Niger, à l’instar des autres pays de l’espace régional CEDEAO.

Ce fut l’occasion pour elle d’inviter tous les partenaires à renforcer la synergie d’actions créée autour des partenaires de la plateforme des utilisateurs du modèle et d’actions collectives que sont CARE, CRS, MERCY CORPS, Plan International, Word Vision, PRODAF et ASUSU ci-gaba et leur a adressé ses sincères remerciements pour tous les efforts qu’ils ne cessent de déployer pour le bien-être des populations nigériennes en général et des femmes et des filles en particulier.

Auparavant, la ministre de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant Mm Elback Zeinabou Tari Bako a indiqué dans son intervention qu’au Niger, la pauvreté a un visage féminin. C’est pourquoi a elle précisé, le programme de renaissance du président de la république a fait de la promotion de l’équité de genre, l’une de ses thématiques transversales. L’objectif visé est de garantir aux hommes et aux femmes une participation équitable au développement, gage de lendemain meilleur.

Le modèle Groupes d’Epargne des Femmes est une alternative à l’autonomisation économique et sociopolitique des femmes au regard de leur importante contribution dans ce domaine. Grâce aux efforts des différents intervenants, a souligné la ministre de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant, le Niger totalise 30.183 groupes d’épargne en 2017 pour 766.272 membres. Ces structures ont mobilisé au cours de la même année plus de 2 milliards de francs CFA.

Pour sa part, le directeur de pays Care International au Niger, M. Ely Keita, s’est longuement appesanti sur les actions de son organisation engagée contre les injustices sociales et qui fait des questions du genre et de l’équité une priorité. Au Niger a-t-il dit, Care a mis en place 18.348 groupements MDD organisés en 304 réseaux autour de 29 fédérations. Ces structures qui totalisent 488.910 membres dont 97% de femmes ont mobilisé 1.605.580.440 francs CFA en 2017.

Dans son discours de bienvenue, le gouverneur de la région de Dosso s’est réjoui du choix porté à Dosso pour abriter ce 7ème congrès des  femmes leaders des groupes d’épargne.

La cérémonie a été aussi marquée par des témoignages sur les activités d’empowerment économique des femmes, sur la participation politique des femmes et l’action collective des femmes.

[author ]Mahamane Amadou ANP-ONEP/Dosso[/author]

2 Comments

  1. Hommage mérité à Mme IBRAHIM YACOUBA née Raki PDG ASUSU pour avoir fondé une base durable de l'épargne féminine! Quelle fierté pour un pays comme le Niger et l'Afrique à cause de Réki dit :

    Allah ya taimaka!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La place de l’éthique et de la morale dans la gestion d’un pays

Le respect de l’éthique et de la morale dans les rapports entre les citoyens d&rsquo…