Home ACTUALITE La pyramide de Zinder et le sphinx, une réalité scientifique…

La pyramide de Zinder et le sphinx, une réalité scientifique…


La pyramide Dan Baki, Zinder.  De gauche à droite, les docteurs Sidney Davis, Jr., Robert M. Schoch et Maître Souley Garba.  Photo gracieuseté de Robert Schoch.

Pendant longtemps, les gens étaient sceptiques quant à la grande découverte de Maître Souley sur la pyramide de Dan Baki. Aujourd’hui, une équipe de scientifiques américains, conduite par Dr. Robert M. Schoch, Ph.D.  Institut pour l’étude des origines de la civilisation (ISOC),  College of General Studies, Université de Boston  et  Dr. Sidney L. Davis, Jr.  Association nigérienne des sciences mondiales africaines (NAGAS),  Boston, Massachusetts, vient confirmer que la pyramide de Zinder est belle et bien réelle.

Ces preuves archéologiques vont modifier notre compréhension des origines des Egyptiens pharaoniques qui ont émigré du Niger vers la vallée du Nil, mais également des preuves d’une éventuelle réécriture des origines mêmes de la civilisation.  Avec des fouilles dédiées, des recherches et des analyses des découvertes de Zinder, l’Afrique de l’Ouest doit prendre la place qui lui revient dans l’histoire de l’humanité.

Sur un site connu localement sous le nom de Dan Baki, près de la ville de Zinder, le maître égyptologue nigérien Souley Garba a identifié, à travers une nouvelle interprétation de textes hiéroglyphiques égyptiens, un ancien complexe contenant une pyramide et un sphinx.  Ces structures sont fortement altérées et dégradées, et sont donc facilement considérées comme des formations rocheuses naturelles.  Cependant, récemment, Robert Schoch et Sidney Davis ont eu l’occasion d’explorer la pyramide Dan Baki et le Sphinx avec Master Souley, et nous avons été très impressionnés par ce que nous avons trouvé.


 Dans la région environnante de Zinder, non seulement il existe des structures qui pourraient être une pyramide et un sphinx antiques, mais également des squelettes humains enterrés, des fragments de poterie et d’autres preuves d’une occupation extrêmement ancienne du site.  Ceci, combiné à des traces d’anciennes roches vitrifiées soumises à des températures extrêmement élevées, qui ont été fondues puis resolidifiées pour former une substance vitreuse pourrait signifier qu’il s’agit d’un site archéologique datant de la fin de la dernière période glaciaire.  , vers 9700 avant notre ère!


 Lorsque la plupart des gens entendent les mots pyramide et sphinx, ils pensent immédiatement à l’Égypte.  Ici au Niger, il semble y avoir des liens avec l’Egypte, comme le démontre maintenant Maître Souley.  Pendant de nombreuses années, il a étudié et traduit des textes égyptiens anciens conservés dans l’écriture hiéroglyphique, en se concentrant particulièrement sur les litanies et le livre de la vache divine.  Ces textes datent de la période dite du Nouvel Empire (vers 15701070 avant notre ère);  mais, selon Maître Souley, ils font référence à une période beaucoup plus ancienne et décrivent les origines des Égyptiens, racontant une histoire très différente de celle que les égyptologues traditionnels acceptent généralement.  En fait, les textes égyptiens parlent de la région autour de Zinder!


 La clé des nouvelles traductions et interprétations révolutionnaires des textes égyptiens de Maître Souleys réside dans le fait qu’il a déterminé que les hiéroglyphes égyptiens anciens et la langue qu’ils représentent sont très proches du haoussa.  Le haoussa, bien sûr, est la langue ouest africaine encore parlée par des dizaines de millions de personnes.  Selon Maître Souley, pour bien comprendre les hiéroglyphes égyptiens, il faut comprendre le haoussa.  En outre, les origines de la culture haoussa remontent à la région du Niger.  En effet, Hausa et les origines des égyptiens plus tard pharaoniques pourraient être centrés sur la région de Zinder en particulier.  L’analyse par Maître Souleys des textes anciens indique que, suite à une catastrophe naturelle majeure, les lointains ancêtres des Egyptiens pharaoniques ont émigré de leur maison d’origine à Zinder dans la vallée du Nil.  Les recherches du Dr Schochs mènent à des conclusions similaires: les catastrophes naturelles, en particulier les éruptions solaires, ont mis fin à notre dernier âge glaciaire et ont décimé les hautes civilisations existantes, déclenchant des migrations et un âge sombre prolongé avant que la civilisation ne réapparaisse des milliers d’années plus tard.


 Maître Souley travaille actuellement sur un livre dans lequel il présentera ses nouvelles traductions des Litanies et du Livre de la vache divine, ainsi qu’une explication sur la façon dont il a développé ces traductions.  Essentiellement, il promet de démontrer une nouvelle façon de lire et de comprendre les hiéroglyphes égyptiens en utilisant la langue haoussa.

 C’est par son interprétation des textes égyptiens que Maître Souley a pu localiser la pyramide et le sphinx de Dan Baki, ainsi que des zones où se trouvaient des squelettes enfouis, des poteries et d’autres preuves d’anciennes habitations humaines et de roches vitrifiées.  Cependant, il existe une différence nette entre les pyramides d’Égypte et la pyramide Dan Baki.  En Égypte, les pyramides sont assemblées à partir de blocs de pierre de carrière, parfois très soigneusement assemblés.  Ce n’est pas le cas avec la pyramide Dan Baki.  En l’examinant de près, il est évident que la pyramide de Dan Baki est composée de substrat rocheux solide.  De même, le Dan Baki Sphinx est composé de substrat rocheux naturel.



 Est-ce que cette observation selon laquelle la pyramide Dan Baki et le Sphinx sont composées de substrat rocheux plutôt que d’être construites à partir de blocs de roches extraits et assemblés signifie que ce ne sont pas de véritables pyramides et sphinx?  Non, le grand sphinx égyptien, dont personne ne doute de la taille artificielle, a également été découpé dans le roc solide.  Si le grand sphinx égyptien n’avait pas été réparé et remanié au cours des siècles et des millénaires, il se pourrait bien qu’il ressemble beaucoup au sphinx Dan Baki.  En ce qui concerne la pyramide Dan Baki, elle a également été sculptée dans un substrat rocheux solide, mais elle est maintenant si altérée et dégradée qu’il est très difficile de la distinguer d’une formation naturelle. Pourtant, selon Maître Souley, les textes anciens l’identifient comme une pyramide  sphinx.

 En référence à la pyramide Dan Baki et au Sphinx, selon l’interprétation des textes par Maître Souleys, ces structures remontent à une période très ancienne et la pyramide Dan Baki peut représenter l’ancien monticule primordial de la création égyptienne, au centre de la création de l’univers,  selon la mythologie égyptienne.  Si Maître Souley a raison, ces structures étaient connues et vénérées par les ancêtres des anciens Egyptiens pharaoniques.  Dan Baki et ses structures ont formé un site sacré et sacré qui a été vénéré pendant des millénaires.  À la fois au Sphinx et à la pyramide de Dan Baki, Maître Souley a découvert des cupules artificielles ou des trous de cupules artificiels, apparemment taillés dans le roc, qui auraient pu être utilisés dans une sorte de rituel religieux.

 Dans d’autres zones proches de Zinder, à la suite des indices hiéroglyphiques, Maître Souley découvrit d’anciennes couches de roches vitrifiées à la surface, apparemment fondues à des températures extrêmement élevées, puis recongelées et solidifiées à nouveau, montrant des structures d’écoulement et ressemblant à la surface.  laitier produit lors de la fusion et de l’affinage de certains métaux;  mais il n’y a aucune preuve de fonte ou de travail des métaux dans le voisinage immédiat.  Le coupable, la cause de la vitrification, est peut-être notre éruption solaire qui a mis fin à notre dernier âge glaciaire, provoquant une élévation du niveau des océans dans le monde et dans des zones de terres brûlantes au point de rendre la roche vitrifiée.  Cette nouvelle hypothèse fait maintenant l’objet d’un soutien scientifique fondé sur des données provenant de carottes de glace et de sédiments, de données sur la Lune et même de pétroglyphes anciens qui indiquent toutes une activité solaire accrue à la fin de la dernière période glaciaire.  Le Dr. Schoch, dont les travaux sur les civilisations anciennes ont commencé par l’étude de l’altération de l’eau trouvée sur le Grand Sphinx d’Égypte, malgré le fait que le Grand Sphinx se trouve au bord du désert du Sahara, estime maintenant que les explosions solaires ont mis fin à notre dernière période glaciaire.  et décimé les hautes civilisations de l’époque.


Vue du Grand Sphinx d’Égypte montrant les intempéries et l’érosion due au fort poids de la statue.  Notez que la tête a été re-sculptée et que les pattes avant ont été réparées.  Photo gracieuseté de Robert Schoch.La pyramide de Zinder et le sphinx



 La vitrification de la zone de Zinder pourrait être un autre élément de preuve dans une histoire globale qui se dessine.  Essentiellement, les impacts de plasma (des particules chargées électriquement à haute vitesse éjectées du Soleil) ont frappé notre planète par endroits, apparaissant sous la forme de coups de foudre énormes et de foudres, non seulement en faisant fondre les roches superficielles là où ils étaient frappés, mais aussi en incinérant des matériaux moins résistants et en mettant le feu.  Cela s’est produit partout dans le monde et lorsque les températures se sont soudainement réchauffées et que le feu (le plasma / la foudre) a frappé les glaciers et les étendues d’eau, l’évaporation généralisée de l’eau a saturé l’atmosphère d’humidité et de pluies torrentielles (comme le rapportaient d’anciens mythes  dans le monde entier) répartis sur le pays.  Cela explique l’altération des eaux du Grand Sphinx dans la Préhistoire ainsi que la désertification rapide de vastes portions d’une Afrique du Nord jadis verdoyante.  Selon Maître Souley, une histoire de catastrophe compatible avec cette reconstruction des événements de la fin du dernier âge glaciaire se trouve dans les textes hiéroglyphiques qu’il traduit.  En outre, selon ces mêmes textes, cette catastrophe majeure a poussé les ancêtres lointains des Égyptiens pharaoniques à émigrer de la région de Zinder au Niger à travers l’Afrique pour finalement, après un long âge sombre, rétablir leur civilisation dans la vallée du Nil des milliers d’années plus tard.

 Nous avons chez Zinder des preuves archéologiques qui vont modifier notre compréhension des origines des Egyptiens pharaoniques qui ont émigré du Niger vers la vallée du Nil, mais également des preuves d’une éventuelle réécriture des origines mêmes de la civilisation.  Avec des fouilles dédiées, des recherches et des analyses des découvertes de Zinder, l’Afrique de l’Ouest doit prendre la place qui lui revient dans l’histoire de l’humanité.

Par Dr. Robert M. Schoch, Ph.D.
 Institut pour l’étude des origines de la civilisation (ISOC),
 College of General Studies, Université de Boston

 et

 Dr. Sidney L. Davis, Jr.
 Association nigérienne des sciences mondiales africaines (NAGAS),
 Boston, Massachusetts


66 Comments

  1. Voilà un exemple de partriotisme. Il a mis ses propres moyens pour découvrir entendez bien une Pyramide là où ceux qui utilisent les moyens de l’état ne sont pas parvenus. Comprenez bien qu’ils ne l’accepteront pas parce que c’est une honte pour leur institution.
    Mais dans l’esprit de la science, il fallait juste l’approcher et travailler avec lui. C’est ce que la science veut fondamentalement .

  2. Bravo pour le Niger, bravo pour les Africains.
    On disait que l’Afrique n’est pas encore entrée dans l’histoire.
    Beh voilà que Maître Souley l’a fait entrer avec une évidence archéologique, et mieux l’Égypte des pharaons dont on a exlu l’Afrique ne sont que leurs descendants qui ont émigré là bas.
    Je veux qu’il y ai une continuité dans cette découverte. Ne vous laisser pas faire Africains.

  3. J’ai dit que j’appelle l’IRSH a la réflexion et de se rendre compte que vilipender ou se moquer de la découverte d’un savant n’est pas un argument ou une preuve scientifique que la découverte n’est pas vraie ,mais une faiblesse quand on n’a rien à reprocher. Mais loin de moi de vous critiquer, je vous appelle à réfléchir.
    Merci encore à nos savants Américains.

  4. J’appelle l’IRSH à méditer et de se rendre compte que la meilleure voie pour un homme de science ce dont t les arguments et l’analyse et non la vilipende qui est n’est pas un argument mais une faible. Je ne voud critique pas mais juste je vous appelle à la réflexion.
    Bon courage a vous et à Maître Souley.
    Merci aux Américains de dire la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Editorial : Repenser La Sécurité Collective !

On dit souvent qu’à «chacun ses problèmes dans la vie». On pourrait y ajouter aussi qu’à c…