Home ACTUALITE La seule alternative à la défaillance notoire de la NIGELEC, c’est la libération du secteur électricité, l’incitation à l’émergence de l’énergie solaire…indique Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI
ACTUALITE - CONTRIBUTIONS - Economie - 18 octobre 2017

La seule alternative à la défaillance notoire de la NIGELEC, c’est la libération du secteur électricité, l’incitation à l’émergence de l’énergie solaire…indique Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

La seule alternative à la défaillance notoire de la NIGELEC, c’est la libération du secteur électricité, l’incitation à l’émergence de l’énergie solaire, à défaut d’ouvrir le capital de la NIGELEC à d’autres privés et certaines compétences en matière de gestion des entreprises privées ou publiques.

En effet, le bricolage de la NIGELEC ne fait que régresser la croissance économique et nous maintenir encore dernier au classement de l’indice du développement humain des Nations Unies. Comme à son habitude, il semblerait que la NIGELEC a encore interrompu la distribution de l’énergie électrique sans préavis, sur toutes les capitales des régions du pays, à l’instant où je rédige ce post !

L ‘augmentation de la vente de l’énergie électrique ne se justifie pas sur le plan économique.

Il serait plus souhaitable de libérer le secteur, favoriser la concurrence loyale, prendre des mesures d’économie sociales tendant à inciter les entreprises nationales à pratiquer des prix des produits de première nécessité accessibles aux nigériens moyens.

Ainsi donc la consommation de produits nationaux rendront le peu d’entreprises qui nous restent, plus compétitives et plus créatrices de richesse , de l’emploi et plus pourvoyeuses des ressources fiscales, ce qui permettra une acceptable traversée de cette conjoncture économique internationale .

C’est plus productif que la pression fiscale incontrôlée d’une part et d’autre part de continuer à tendre la main à des institutions financières internationales qui nous imposent des mesures pyromanes. La Nigelec est vraiment une source des problèmes et non source de solutions .

Il faudrait d’abord assainir la gestion de la NIGELEC avant de lui octroyer toutes formes des avantages. Le système de facturation de la NIGELEC est plein d’inperfecion , c’est un système douteux qui reflète pas la réalité de la consommation des abonnés. La même remarque sur la facturation, est aussi valable pour l’autre société de la distribution de l’eau potable , la SEEN, bien que privatisée, les repreneurs narguent les consommateurs.

Une société comme la SEEN manque de service de contentieux, les releveurs inventent des mètres cubes de consommation, sans aucune sanction. Les repreneurs se croient en terre conquise. Le ministère de tutelle n’exerce aucun contrôle du cahier des charges.

Un audit des deux sociétés chargées de la distribution du courant électrique et de l’eau potable s’avère très nécessaire.

A bon entendeur salut !

[author ] Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI[/author]

25 Comments

  1. L ‘ideal serait de nationaliser toutes ses sociétés prestataires de services publics . Mais malheureusement, l’État ne place pas les hommes ou les femmes qu’ il faut à la tête des dites sociétés d’où ce cri de désespoir à la privatisation.
    Quand on observe l’investissement fait par la NIGELEC au rond point de la justice au moment où cette dernière est difficulté financière, il y a de quoi crier au désespoir , à la mauvaise gestion.
    En principe de gestion il n’y a pas de sentiment !

  2. ATTENTION ….ATTENTION…..ATTENTION…….
    PRIVATISER LA NIGELEC EST LA PIRE DES CATASTROPHES QUI PUISSENT ARRIVER AU NIGER……AU LIEU DE PENSER A PRIVATISER NOTRE ENERGIE AUTANT S ATTELER A TROUVER D AUTRES SOURCES QUI NOUS SONT D AILLEURS A NOTRE DISPOSITION…..EN TOUT CAS IL NE FAUT EN AUCUN CAS PENSER A PRIVATISER NOTRE NIGELEC…….NOUS AVONS NOTRE URANIUM …ALORS CHERCHONS DES PARTENAIRES POUR AVOIR LA TECHNOLOGIE……..NOUS AVONS NOTRE CHARBON ALORS NOUS DEVONS RENFORCER LA CAPACITE DE LA SONICHAR TOUT EN PENSANT COMMENT REALISER NOTRE SALKADAMNA………NOUS DU GAZ EN ABONDANCE……..ALORS OU SONT NOS TECHNICIENS??????

    QUANT AU SOLAIRE J EN SUIS CONTRE……MAIS CEPENDANT ON PEUT INSTALLER DES PANEAUX DANS LA LIMITE D ACCEPTABLE SANS ALLER JUSQU A TROP RAPPROCHER LE SOLEIL DE NOTRE PAYS AU POINT DE L EMBRASER.

  3. Nous avons suivi avec grande admiration la déclaration de l’UDSN /TALAKA :
    « Le gouvernement doit dialoguer avec la jeunesse, bien communiquer avec elle » a déclaré le Président de l’UDSN/TALAKA. Pour le Président Issoufou Assoumane , toutes les sociétés chargées des services publics doivent être gérées par l’État, autrement dit il faudrait les nationaliser en vue de permettre à l’ État d’assumer ses missions régaliennes de services publics.
    La CEDEAO doit accélérer le processus de la création de notre propre monnaie commune africaine afin de briser la chaîne d’exploitation neo-coloniale. Les donneurs de leçons, les occidentaux et les dirigeants africains doivent revoir leurs copies. L ‘ Afrique a été victime des pillages de ses ressources et des vols de ses devises avec la complicité de certains africains bourgeois compradores locaux qui déposent l’argent volé dans les banques étrangères.
    Le credo du parti TALAKA , c’est servir le peuple et non se servir .
    En résumé , entre autres, c’est ce que nous retenons de la déclaration du parti progressiste UDSN/ TALAKA du Grand frère Issoufou Assoumane.
    Ce langage de vérité, nous rappelle le bon vieux temps de l’UDN /SAWABA de Djibo BAKARY, dont Issoufou Assoumane était un des cadres très engagés de haut niveau .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

L’HEURE EST A L’UNION SACREE DERRIERE LE MENA NATIONAL ET SES RESPONSABLES

Certes, les deux défaites du Mena national pourraient soulever un tollé et c’est légitime …