Home ACTUALITE La transformation du monde rural à travers l’Initiative 3N

La transformation du monde rural à travers l’Initiative 3N

L’initiative est un credo et un engagement politiques forts du Président de la République, Chef de l’Etat Issoufou Mahamadou. Elle constitue un axe majeur du Programme du Président de la République pour la Renaissance Acte I et II du Niger. Elle prône une mobilisation accrue des ressources internes et externes en faveur d’un développement Agricole durable et ou le secteur agricole joue pleinement son rôle de vecteur de la transformation des sociétés et de la croissance économique. La coordination, l’animation la mobilisation des ressources et le Suivi-évaluation de cette dernière sont confiés au Haut-Commissariat à l’initiative 3N(HC3N).

Il s’agit donc d’une vision, mieux d’une ambition pour transformer radicalement le monde rural nigérien afin d’en faire un acteur majeur de développement. Dans le cadre de cette transformation rurale introduite par le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture M. Albadé ABOUBA et Présentée par le Ministre Haut-Commissaire à l’initiative 3N M. Ali BETY lors de la Table ronde sur le PDES à Paris, il ressort que cette transformation rurale, représentait environ 50% des besoins estimés (17 milliards de dollars) du Plan de Développement Economique et Social PDES 2017-2021 soit plus de 8 milliards de Dollars sur un total de 23 milliards annoncés.

Le Haut Commissaire à l’initiative 3N, M. Ali Bety a rappelé à son auditoire que « l’initiative 3N « les Nigériens Nourrissent les Nigériens» est le fruit d’un large consensus national pour s’attaquer immédiatement aux causes structurelles de l’insécurité Alimentaire et afin de garantir durablement la Sécurité Alimentaire et Nutritionnel tout en satisfaisant les besoins alimentaires et Nutritionnelle immédiats des groupes vulnérables.

C’est une stratégie multisectorielle et multi acteurs axée sur les partenariats entre le secteur public, le secteur privé et les organisations de la société civile articulés autour des communautés locales (communes et collectivités régionales) dans le but d’accélérer le développement durable.

Elle intègre les aspects liés aux changements climatiques et tient compte des besoins spécifiques des femmes, jeunes et des groupes vulnérables. Cette stratégie vise à faire en sorte que les «Nigériens Nourrissent les Nigériens », par leurs propres efforts de production et d’organisation, cela implique que des solutions appropriées soient trouvées pour réduire la fréquence des déficits céréaliers et fourragers, améliorer la qualité nutritionnelle des repas des ménages et surtout des enfants, assurer un approvisionnement régulier des marchés et garantir leur accessibilités à toutes les catégories sociales du pays.

Il a poursuivi sa présentation en indiquant que « l’objectifs global ainsi recherché est de : « contribuer à mettre les populations Nigériennes à l’abri de la faim et leur garantir les conditions d’une pleine participation à la production nationale et à l’amélioration de leurs revenus » et l’objectif spécifique : « Renforcer les capacités nationales de productions alimentaires, d`approvisionnement et de résilience face aux crises alimentaires et aux catastrophes ».

La mise en œuvre de l’initiative 3N a d’ailleurs permis au Niger d’accélérer l’atteinte des Objectifs du millénaire, notamment l’OMD1 et l’OMD7puis l’atteinte des objectifs de réduction de 50% des population en insécurité alimentaire ce qui lui a permis d’ être lauréat respectivement du prix FAO 2013,2015 ainsi que le prix de la politique d’avenir Word Futur Concil(WFC) dans la catégorie restauration des terres dégradées ».

En effet, toujours selon le Haut Commissaire, « L’Axe 3 du PDES 2017-2021 intitulé « Accélération de la croissance économique » était principalement centré sur la dynamisation et la modernisation du monde rural dont les orientations reposent essentiellement sur la Stratégie Nationale de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et de Développement Agricole Durable (Initiative 3N) ».

Devant un auditoire intéressé, M. Ali Bety a expliqué que , « La modernisation/transformation du monde rural à travers l’initiative 3N dans le PDES 2017-2021 se fera ainsi par l’utilisation de techniques culturales modernes, l’accès à l’eau, aux chaines de valeur des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques en ligne avec les orientations de la stratégie, à l’énergie, aux infrastructures et services économiques tels que les TIC, aux crédits, à l’artisanat.

Un accent particulier sera mis sur l’autonomisation de la femme rurale avec un programme ciblé d’alphabétisation et l’entreprenariat des jeunes et des femmes.

Avec un secteur agricole plus productif, le développement de Petites et Moyennes Entreprises agro-alimentaires et artisanales particulièrement pour les femmes et les jeunes et un développement des services et infrastructures de base (électrification rurale, Promotion de la finance inclusive, Accès à l’eau potable et l’assainissement de base .etc.) il est attendu l’émergence d’une économie dynamique capable d’offrir des emplois décents aux jeunes ruraux.

L’augmentation des revenus agricoles et la diversification de l’économie rurale permettrait de réduire la vulnérabilité des ménages ruraux aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles ».

Il a aussi indiqué que « les sources de la croissance devront graduellement passer d’un accroissement quantitatif des facteurs traditionnels de production (terre et main d’œuvre) à une amélioration soutenue de leur productivité. Cela passe par l’utilisation de technologies plus performantes et d’un accroissement de l’efficacité dans l’utilisation des facteurs de production.

La production agricole doit promouvoir des produits à plus grande valeur ajoutée.

Le développement de l’agriculture irriguée joue également un rôle central (cultures à haute valeur ajoutée, gestion du risque climatique) et une attention particulière sera portée aux cultures pluviales et au développement de l’élevage, facteurs critiques de la sécurité alimentaire du pays et des ménages.

En parallèle, des mécanismes durables de prises en charge de la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire des plus pauvres, doivent être renforcés ainsi que des mesures d’anticipation et de réponses aux crises et catastrophes impactant sur la capacité des ménages à protéger leurs moyens d’existence et à faire face à leurs besoins alimentaires et nutritionnels. Enfin des actions spécifiques de mise en cohérence et de gouvernance des différentes composantes du secteur rural doivent être prévues afin de contribuer à la performance et à l’efficacité de l’action publique dans ce domaine ».

Cette présentation a été largement ovationnée et les résultats de la Table ronde de Paris ont été au delà des attentes du Gouvernement nigérien.

[author ]Tamtam Info News[/author]

13 Comments

  1. Meme si nous voulons de l’argent, il faut que nous séchons de mentir à nous mêmes. ceux qui nous donnent l’argent sont déjà en avance sur nous.

  2. En tout cas nous qui sommes toujours en brousse en contact avec les populations rurales, n’avons rien constaté de changement apporté par l’I3N qui est pourtant une bonne chose dans sa conception. c’est toujours les mêmes méthodes de pratiques agricoles et les outils archaïques qui font leur chemin en milieux rural. Par conséquents les difficultés et les besoins des populations s’augmentent de plus en plus. les grands absents du monde rurale ce sont les agronomes (du technicien à l’ingénieur ou docteur) et les vétérinaires (du technicien à l’ingénieur ou docteur) qui sont pourtant les acteurs clés de l’I3N. les environnementalistes (du technicien à l’ingénieur ou commandant) sont présents sur le terrain pas par redevabilité mais pour les activités de la CCA ou rançonner la population au lieu de les conseiller à protéger l’environnement.

  3. 3N est une bonne initiative car tous les axes développés ont été déjà plus ou moins entrepris à travers les différents projets de productivité régionaux de l’époque ( Maradi, Dosso, Tahoua, 3M-Zinder, Niamey), la création des CMS Centre de multiplication des semences ( Kourougssaou à Maradi, Doukou-Doukou à Tahoua, Hamdallaye à Tillabéry, Guechémé à Dosso, Magaria à Zinder) les centres de formation de jeunes agriculteurs CFJA dans les mêmes régions citées ci-dessus, la recherche agronomique à l’INRAN pour créer des semences appropriées aux caractéristiques climatiques des différentes régions, la formation des techniciens agricoles et des ingénieurs agronomes, la création des coopératives de production et de commercialisation, le circuit de distribution des engrais et des pesticides, etc… mais l’essentiel a été oublié : LA MAITRISE DE L’EAU. Donc à mon humble avis je pense que 3N doit beaucoup plus d’accent sur ce volet , car nous devons sortir des caprices des saisons hivernales qui conditionnent notre production agricole. Nous devrons être maitres de notre production par la maitrise totale du facteur « EAU » par la création partout où c’est possible des retenues d’eau à l’image de celle de Kassama (Zinder) qui est devenue une marre permanente avec une exploitation multiple. Aussi les agronomes que le pays a formés à grand coût doivent être plutôt sur le terrain et non dans les bureaux , ils doivent être les vrais accompagnateurs des producteurs à tous les niveaux. Et enfin l’Etat doit pouvoir disposer impérativement les moyens de sa politique agricole qui est les 3N et avoir comme priorité absolue le développement de ce secteur que les économistes classent de  » Secteur Primaire » qui doit amorcer le développement des autres secteurs.

  4. Voilà pour une fois le président a fait un choix extraordinaire sur le responsable des 3N. Ali est calme mais efficace. Bon courage monsieur le haut commissaire. Le Niger compte sur l’applica De votre théorie.

  5. cette politique agricole est très bien conçue tant dans son architecture qu’en termes de vision et d’ambitions définies à court, moyen et long terme. Les défis sont de taille et les actions sont très peu soutenues à la base. l’agriculteur nigérien est le plus entreprenant et le plus audacieux de tous ce que nous connaissons comme modèle entrepreneuriat à travers le monde. Il est le seul qui accepte d’investir tous ses moyens, son énergie et son ingéniosité malgré l’incertitude climatique et les autres paramètres non contrôles (parasites des cultures, niveau de fertilité non connu du sol, semences non adaptée, etc) auxquels l’agriculture dans le contexte du sahel est assujettie. le petit producteur avec ses petites parcelles et ses petits moyens ne pourra pas nourrir la population nigérienne, il faudrait que les opérateurs économiques nigériens et les détenteurs du pouvoir fassent le premier pas. Eux, ils ont plus de capacités et de moyens à mettre en valeur des superficies plus importantes et produire abondamment pour s’approcher des besoins alimentaires des nigériens en quantité et en qualité. Seule l’agriculture à grande échelle soutenue par nous-même pourra nourrir les nigériens. Ne cherchons pas la solution à ce problème d’insécurité alimentaire dans un document, mais agissons en modèle.

  6. Bonjour à tous,

    Il est evident que depuis sa création, les 3N n’est qu’un slogan vide de matière. Faire des colloques, des séminaires, des bla bla,,,,ne fera pas nourrir les nigeriens. Les nigeriens se nourrissent deja sans les 3N.
    Qu’est ce que concretement les 3N a fait depuis sa creation ? Des discours ? des colloques? des bla bla.

    Le projet en tant que tel est une bonne chose, mais il faut des actions concretes pas des discours vides.
    Par exemple:

    1. Créer des champs, fermes, ranches 3N
    2. Créer des retenues d’eau pour permettre aux cultivateurs de profiter pleinement de leurs terres
    3. Créer des forages, des puits…
    4. Créer des circuits de ravitaillement des produits agricoles à tous les chefs lieux des régions: beaucoup de produits sont importés du Burkina voisin, alors qu’on a les memes produits à l’interieur du pays qu’on peut aisement transportés à Niamey,
    5. Soutenez les jeunes entrepreneurs qui veulent lancer leurs propres businesses dans l’agriculture ou l’agro-alimentaire,
    6. Etc…..

    Du concret, du concret….c’est cela que doit etre les 3N

    1. En tout cas nous sommes toujours en brousse en contact les populations rurales, n’avons rien constaté de changement apporté par l’I3N. c’est toujours les mêmes méthodes de pratiques agricoles et les outils archaïques qui font leur chemin en milieux rural. Par conséquents les difficultés et les besoins des populations s’augmentent de plus en plus. les grands absents du monde rurale ce sont les agronomes (du technicien à l’ingénieur ou docteur) et les vétérinaires (du technicien à l’ingénieur ou docteur) qui sont pourtant les acteurs clés de l’I3N. les environnementalistes (du technicien à l’ingénieur ou commandant) sont présents sur le terrain pas par redevabilité mais pour les activités de la CCA ou rançonner la population au lieu de les conseiller à protéger l’environnement.

    2. je crois que le concept de l’I3N est une très bonne chose, voila ce que je propose au haut commissariat, faire comme l’Israël, entre Bilma et la frontière libyenne ça fait environ 700 km sans aucun village en vue. il faut essayer de créer des villages a chaque 120 km de cette étendue, ceci a un triple avantages; d’abord l’aire sera viabilisée la vie humaine et animale seront permises; ensuite les gens qui se perdent dans le désert sans être secourus sombrant la communauté africaine dans le désarroi ce problème sera résolu; enfin cette zone est très productive donc l’autosuffisance alimentaire sera a portée de main. Je rappelle qu’en 1962 le gouvernement de Diori Hamani avait fait un forage par le biais des français lors de la mise en eau dudit forage l’eau avait jailli a 32 m de hauteur, on avait fait venir d’autres hydraulicien pour calibrer l’eau en vain. cette eau continue a couler jusqu’à ce jour. c’est vous dire que cette eau peut être amener partout cette étendue de 700 km; car contrairement aux juifs qui doivent d’abord désaliniser leur eau pour pouvoir la mettre a la disposition des populations; nous n’avons pas ce problème de salinisation. C’est ainsi que l’Etat peut garantir aux populations qui vont peupler ces villages créés 6 mois de nourriture et les autres 6 mois ils vont produire eux-mêmes pour se nourrir …cordialement!

  7. Il est peut-être temps pour nous toutes et tous de cesser de fermer les yeux sur notre taux de naissance.
    Est-ce qu’il est raisonnable d’avoir une grande famille alors que nous sommes nombreux à ne pas pouvoir nourrir correctement nos enfants ?
    Que l’on arrête donc de mêler la religion, les théories de toutes sortes sur la démographie pour se poser une seule question du quotidien : est-ce que je peux donner à manger à mes enfants jusqu’à leur âge adulte, sans aller solliciter quelqu’un d’autre ?
    Si la réponse est non, il faut simplement penser à l’utilisation de préservatif !

    1. Bonjour mon frère,

      La population est un couteau à double tranchant.
      Bien encadrée, bien eduquée elle est source de richesses, et de beaucoup de richesses,
      Si elle n’est pas bien encadrée, bien eduquée, elle devient un lourd fardeau, mais aussi une bombe à retardement.
      La plupart des hommes nigériens ont tout simplement démissionne dans l’éducation et la formation de leurs enfants. Ils ne sont bons qu’à faire des enfants à longueur de journée et ne se preoccupent pas de leur éducation. Tout est balancé au niveau de l’État qui un moment donné s’en occupait pas mal.
      Mais depuis cette fameuse démocratie est arrivée avec son lot des opportunistes, l’éducation nationale n’est plus une priorité.
      Les parents (pour ceux qui peuvent) sont dans l’obligation d’assurer une bonne éducation à leurs enfants. Toute éducation est bonne, du moment ou seule l’éducation libère…..

      Faisons autant d’enfants qu’on pouvait éduquer…….de toutes les façons, nous ne sommes qu’une modique population d’à peu près 25 Millions. Faisons de l’éducation et de la population les armes de notre développement….

  8. BELLE INITIATIVE ….

    MAIS LE NIGER ATTEND BEAUCOUP DE L’INITIATIVE 3N,…. NON PAS LES DISCOURS DE TOUT LE MONDE…

    QUE DANS CE QU’ELLE PEUT PRODUIRE CONCRÈTEMENT ET SIGNIFICATIVEMENT …VIA L’IMPULSION DES PRODUCTEURS CAPABLES DE PRODUIRE PLUS ET RAPIDEMENT!!!!

    AVEC 20 MILLIONS DE PERSONNES ET UN CROIT DÉMOGRAPHIQUE DE 4%, NOUS AURONS BESOIN DE 200 000 TONNES DE CÉRÉALES (NON COMPRIS LES LÉGUMES, LES VIANDES, LAIT, ETC) !!!!

    SOIT LES PRODUIRE SUR PLACE, SOIT LES ACHETER …POUR PRES DE 30 MILLIARDS FCFA!!!

    MAIS , ARRÊTONS …DE QUÉMANDER CHAQUE ANNÉE, ENTRE EN 150 A 200 MILLIARDS FCFA D’ASSISTANCE HUMANITAIRE!!!

    C’EST DÉGRADANT …POUR LE NIGER, LES NIGERIEN (NES) , NOS VOISINS ET NOS AMIS!!!!!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Débat virtuel du Conseil de Sécurité: Le Niger invite le Golfe persique à se doter d’un mécanisme inclusif de coopération et de règlement des différends, à travers le dialogue

Le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des …