Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / La Zlecaf, une chance unique pour l’Afrique

La Zlecaf, une chance unique pour l’Afrique

L’Afrique que nous devons léguer aux générations futures doit être une Afrique forte, unie et solidaire. Et pour construire cette Afrique de nos rêves, il faut de la détermination, de l’engagement et une volonté politique forte. Il faut des hommes qui croient à ces valeurs positives et qui travaillent pour faire de ces valeurs une réalité palpable.

Pour voir émarger enfin cette Afrique tant chantée tant vantée par nos devanciers et qui tarde encore à se concrétiser, l’Union Africaine dont l’un des objectifs majeurs est de promouvoir le développement économique, social et culturel ainsi que l’intégration des économies africaines en vue d’accroitre l’autosuffisance économique et favoriser un développement endogène et auto-entretenu a décidé en janvier 2012, d’adopter la décision de commencer les négociations relatives à la ZLECAf en 2015 avec 2017 comme date indicative pour la conclusion d’un accord.

Ainsi lors du 28ème Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine, tenu en janvier 2017 à Addis-Abeba, le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou, a été désigné par ses pairs, champion du processus de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine. Aussi, à l’instar d’autres Chefs d’Etat de l’Union Africaine qui se sont vus confier des dossiers tel que le NEPAD, la Structuration de la Commission, le Marché Unique des Transports Aériens, etc…, le Président Issoufou Mahamadou, Champion de la ZLECAf a été désigné par ses pairs Champion de l’Union Africaine pour le suivi du processus de la ZLECAf, par ce qu’il est une des personnalités dont la capacité et la responsabilité sont unanimement reconnues.

Cette désignation s’explique par son implication personnelle sur les questions de libre circulation des biens, des services et des personnes en Afrique. Au-delà donc de sa personne, c’est tout le Niger qui est honoré.

La ZLECAf comme chacun le sait, vise à créer en Afrique un marché continental des biens et services pour une population de plus d’un milliard trois cents millions d’habitants et dont le PIB s’élève à 3 mille milliard de dollars EU.

La ZLECAf constitue la première étape pour la construction du marché commun africain du traité d’Abuja de 1991. A titre de rappel, lors de la présentation de son Rapport devant ses pairs, le Président Issoufou a été vivement salué et ovationné par plusieurs Chefs d’Etat qui ont intervenu pour souligner la richesse, la clarté, l’ambition et la vision du Rapport. « Pour être forts à l’étranger, nous devons d’abord être forts chez nous ». Etre forts chez, c’est nous donner les moyens de créer un marché unique qui stimulera l’industrialisation, la diversification économique et le commerce », disait en substance le Chef de l’Etat.

Et contrairement aux prévisions pessimistes et catastrophiques des oiseaux de mauvais augures, avec la ZLECAf, l’économie nigérienne ne court aucun risque catastrophique. En effet, la ZLECAf renforcera la compétitivité des produits nationaux (viande, cuirs et peaux, oignon, etc…) pour lesquels notre pays dispose d’avantages comparatifs sur les autres marchés africains. Ils seront admis en franchise de tous droits et taxes.

Les produits similaires venant de l’extérieur de l’Afrique seront quant eux soumis à la fiscalité de porte. Mieux l’avènement de la ZLECAf donnera un intérêt croissant aux investisseurs tant africains qu’étrangers dans l’exploitation des possibilités d’investissement sur le continent africain. A cet effet, elle contribuera à améliorer l’attractivité économique du Niger auprès des investisseurs étrangers qui pourront désormais accéder à un marché africain intégré. La ZLECAf sera mise conformément aux principes énoncés à l’Article 5 de l’Accord dont le traitement spécial et différencié, la géométrie variable réciprocité, les flexibilités, le consensus dans la prise de décision, ….

La ZLECAf a retenu un taux d’ouverture de 90% des lignes tarifaires et 10% pour les produits sensibles et les produits à exclure. Mais les profils commerciaux des pays africains font ressortir que même une exclusion de 1% pourrait contrarier les ambitions et les objectifs de la ZLECAf. Cette analyse repose sur le fait que la quasi-totalité des États africains est engagée dans des processus d’intégration régionale au niveau des Communautés Économiques Régionales (CER). Dans ces processus, la libéralisation est très avancée à l’image de la CEDEAO où elle avoisine les 100%.

Il en résulte que les efforts demandés se situent à une extension de cette situation aux autres membres de l’Union Africaine. De l’analyse du profil commercial du Niger, l’essentiel de ses transactions commerciales en Afrique se fait avec les pays membres de la CEDEAO.

Le reste des importations à destination du Niger provient d’un nombre très réduit de pays africains (Afrique du Sud, Maroc, Algérie, Égypte, …. ).

Les produits sensibles et les produits à exclure ne sont pas encore déterminés. Des consultations nationales et au niveau des CER seront engagées à partir du mois de juillet 2018. Au niveau de la CEDEAO, les principes généraux de la construction de l’offre régionale en la matière sont entre autres, la prévisibilité qu’offre le TEC-CEDEAO ; la préservation des revenus des États ; la recherche de la compétitivité pour les entreprises ; la recherche du bien-être social. En outre, l’élimination des tarifs se fera de façon progressive, à compter de l’entrée en vigueur de l’Accord. Pour les pays non-PMA, les droits de douane pour les lignes tarifaires de 90% doivent être à zéro à la 5ème année à compter du début de la période de libéralisation.

Pour les Pays les Moins Avancés , les droits de douane pour les lignes tarifaires de 90% doivent être à un taux zéro à la 10ème année à compter du début de la période de libéralisation. Pour les produits sensibles, les non-PMA auront 10 ans et les PMA, treize (13) ans respectivement pour éliminer les droits de douane sur les produits sensibles. C’est cela la vision globale de la création de la ZLEC africaine qui permettra de changer la donne pour l’Afrique et le peuple africain.

En un mot, lorsque l’Afrique parlera d’une seule voix et agira à l’unisson, tout en misant sur ses points forts dans le cadre de ses engagements commerciaux et diplomatiques avec le reste du monde, l’Afrique pèsera et elle pèsera lourdement.

C’est cela l’ambition du Président de la République Issoufou Mahamadou, le reste n’est que chimères et conjectures de salon.

À propos de l'Auteur

Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtam Info News

 

À propos Administrateur

7 plusieurs commentaires

  1. Nous ne l’avons pas élu. Il a confisqué le pouvoir. Tout le monde sait qu’il est le pire président que le Niger ait connu.

  2. Ah oui, c’est vrai Issoufou est un vrai champion, champion dans plusieurs domaines :
    Champion des scandales financiers ;i
    Champion de la multiplication des veuves et des orphelins des FDS ;
    • Champion de la pléthore de ministres et de députés ;
    • Champion de la pléthore de conseillers et chargés de mission ;
    • Champion des délestages électriques ;
    • Champion des déplacements présidentiels inutiles et couteux ;
    • Champion des centres de santé sans médicaments ;
    • Champion des échangeurs surfacturés ;
    • Champion des famines et inondations
    Un vrai champion……

  3. Le PR a été désigné par ses pairs en tant que Président de la République du Niger et on lui souhaite plein succès. Quelques soit nos différents, nous nigériens devrons nous mettre ensembles pour faire rentrer richesse et prospérité dans notre pays comme : la sécurité, l’argent, la technologie, les honneurs, le savoir, etc. et faire sortir toutes les sales poubelles de notre territoire.

    La compagnie Turkish Airlines gagne du terrain, de la 4eme place, elle est en train de se positionner pour la première place. L’insécurité qui prévaut dans le monde joue en sa faveur. Tous les pilotes sont des militaires. Une très bonne stratégie. Si les soldats vont à la guerre pour gagner ou mourir, ils feront bien attention à toutes les vies humaines qu’ils transportent chaque jour à travers le monde. Ainsi, les millions de voyageurs vers toutes les destinations se sentent plus en sécurité avec la compagnie Turkish dont les avions sont pilotés par des soldats.

    Voilà un peuple qui sait profiter d’une situation pour gagner gros tout en restant uni et solidaire quand il s’agit de leur pays. Pourquoi nous nigériens préfèrent la malédiction à la place du bonheur ? On doit changer.

  4. Nous sommes fiers de la confiance placée en notre PR.
    Maintenant, au lieu de passer tout le temps à nous insulter, mettons-nous travail pour produire des biens et services. Sinon nous risquons d’être un simple marché des autres pays.
    L’intégration ne supprime pas la concurrence.

  5. ILS ONT FAIT UN TRES MAUVAIS CHOIX CAR L’ELU EST UN SUPPOT DES OCCIDENTAUX.

    • C’est lui que nous avons élu.
      Souhaitons lui réussite. Sinon c’est notre pays qui aura encore échoué.

    • Djafarou M. Matto

      Si vos allégations sont fondées, pourquoi les chefs d’Etats et des gouvernements l’ont confié la gestion de dossiers aussi importants que la ZLECAF et de MONNAIE UNIQUE ? pourquoi vous voyez du mal partout ? C’est vraiment triste, pendant les citoyens des autres pays du continent s’unissent et apportent leurs pierres à l’édifice nationale, une partie de nos concitoyens s’investissent et s’inscrivent à l’école du mal, à dénigrer coûte que coûte nos autorités et leaders, oubliant qu’ils font du tort à eux même. Par ailleurs, lorsque les grandes chancelleries tournent le dos à un régime vous lui reprochez la mauvaise gestion des affaires publiques et le taxer de tous les maux, en revanche, lorsque les grandes démocraties apprécient un régime, vous le qualifiez de suppôt. Que voulez vous au juste ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.