Accueil / ACTUALITE / L’Administrateur provisoire de Asusu s’octroie 5 millions FCFA par mois de salaire malgré la situation catastrophique de l’établissement

L’Administrateur provisoire de Asusu s’octroie 5 millions FCFA par mois de salaire malgré la situation catastrophique de l’établissement

Administrateur provisoire Asusu SA Monsieur Amadou Hamani Bachir

Quand il prenait les rênes de Asusu, il y a environ deux mois, l’Administrateur provisoire Amadou Hamani Bachir crachait que les
caisses étaient presque vides avec des dettes en bonus. « Quand nous sommes arrivés, la trésorerie de l’institution à Niamey était de 8 millions FCFA dans les banques, et 650 000 FCFA dans les caisses. Il est à préciser que sur les 650 000 FCFA, il n’y a que 150 000 FCFA qui étaient utilisables », a-t-il dit lors de son  point de presse donné en juin dernier.


Il ajoutait comme pour définitivement décapiter l’ancienne équipe dirigeante qu’à côté de cette « absence » de trésorerie, l’institution
ploie sous des dettes. Et à l’heure actuelle, « nous avons un endettement excessif de l’institution. L’encours est de 9 milliards FCFA, mais, en brut, sur toute la période, ils ont emprunté 20 milliards auprès du système bancaire. Les dépôts à terme qui sont en quelque sorte la source des problèmes de la société sont à un peu plus de 10 milliards, constitués de fonds publics, notamment de l’ARTP, la Sonidep, entre autres. Les dépôts à vue étaient de l’ordre de 3 milliards.

Et donc, la dette fournisseurs accumulée depuis le début de l’année 2017, cumulait à près de 180 millions FCFA au début du mois de mai,
révèle-t-il. Dans le même temps, les échéances d’emprunt au niveau des banques et autres institutions financières au Niger et à l’étranger
(Coris bank, BOAD, …) n’avaient pas été respectées et les salaires du mois d’avril n’avaient été payés que partiellement, le 7 mai. Par
ailleurs, l’établissement doit des sommes « faramineuses » à l’administration fiscale, relève-t-on.

Autant de griefs que l’administration provisoire devra solutionner pour éviter la faillite à cette IMF qui a été placée sous sa tutelle,
le 3 mai dernier.  Ça, c’est le décor qu’il avait lui-même planté. La situation était apocalyptique selon lui. Et face à de telles situations, un bon Manager, surtout adoubé du titre de « redresseur des banques » se devait d’adopter une politique draconienne d’austérité afin de
rétablir les principaux équilibres.

Mieux, il devrait donner lui-même le bon exemple en renonçant à certains de ses avantages et en réduisant ses émoluments.  Or, qu’a fait notre redresseur des banques ? Selon des documents en notre possession, le sieur Amadou Hamani Bachir, a fixé son salaire, dans le contrat de travail qu’il s’est lui-même taillé et qu’il lui-même signé le 8 mai 2018, article 5 : le salaire mensuel de Amadou Hamani Bachir est fixé à cinq  millions (5.000.000 de francs CFA. Outre ce salaire net, M. Amadou Hamani Bachir bénéficie des avantages en nature liés à la fonction spécifiés dans le bulletin de salaire.

Ces avantages, toujours selon les documents que nous avons consultés sont entre autres la prise en charge intégrale de l’assurance maladie
du DG  et de ses ayants droits de premier degré ; la fourniture d’un véhicule de fonction haut de gamme plus chauffeur (voir fac similé
pour les autres avantages) Voilà donc les émoluments du « sauveur » d’une institution en agonie. Et pendant ce temps, les salariés de Asusu qui ont trimé pour faire de cette microfinance une fierté nationale ont été contraints de démissionner ou d’accepter de perdre d’énormes avantages acquis. N’en parlons pas des pauvres épargnants qui n’arrivent plus à avoir le produit de leur épargne.

Le redresseur s’est redressé d’abord. Et pourtant, selon nos informations, celle que l’Administrateur provisoire a remplacé aurait
préféré gardé son salaire de 3.500.000 FCFA en lieu et place des 5.000.000 FCFA que lui avait octroyés le Conseil d’administration et
ce à partir du 1er janvier 2015.  Par ailleurs en venant exposer publiquement des informations ultra confidentielles sur la situation de la trésorerie d’une institution dont il a la charge, des informations qui ont eu des effets dévastateurs sur la confiance des clients et partenaires de Asusu, l’Administrateur provisoire, M. Amadou Hamani Bachir a délibérément violé les dispositions de l’article 9 du contrat de travail qui stipule que : l’employé est tenu de garder le secret sur toutes les informations dont il aura pris connaissance de par ses activités et
ceci pendant toute la durée de son contrat et même après expiration de celui-ci.

A vouloir trop parler pour nuire à quelqu’un on s’expose soi-même.

 

 

 

 

 

À propos de l'Auteur

Ibrahim Aghali (Web Contributeur) Tamtam Info News

À propos Administrateur

13 plusieurs commentaires

  1. Franchement,il doit être sauté ce type !!!

    Mais bon, combien gagnent les autres DG des institutions publiques (SONIDEP,NIGER TELECOM,ARCEP…etc)…

    5 000 000 /mois franchement c’est trop dans un pays ou le SMIC avoisine les 40 000 FCFA.

    Aghali prière de nous trouver le salaire des Gros DG de la république PLEASE …..

  2. BONJOUR CHER LECTEURS JE TIENS A VOUS REMERCIER TOUS MAIS DEJA ETRE EMPLOYE ET EMPLOYEUR C’EST PAS BON C PR CELA IL S’EST OCTROYE TANT D ‘ARGENT

  3. Tout ce que vous lisez est simplement ce que Aghali arrivé à avoir de l’externe. Mais si on regarde à l’ibterne On va se rendre compte que ce monsieur a beaucoup plus d’avantages qu’on pense. Vous venez redresser et vous vous arrangez d’abord. Est ce que le Président de la république était au courant de son choix?

  4. je suis malheureux avec une épargne forcée.Alllah ya issa.L’association des épargnants de ASUSU va traduire le DG en justice.Allah Ya issa.Je ne pardonnerai jamais le temps que mon argent passera dans le compte de ASUSU.

  5. Je suis dépassée par ces événements. Un bon banquier n’agit pas de cette manière. D’abord il est entrain d’envoyer un message négatif à la clientèle, qui va aller déposer de l’argent à Asusu? Pas moi.

    Mieux encore ceux qui ont des credit ne vont pas payer.

  6. Dans ce pays nous perdons chaque l’occasion de grandir.
    Bachir est un ancien cadre supérieur de la BCEAO.
    Au nom du Niger il a fait cette boîte jusqu’à sa retraite. Pour ce nouveau poste où il a été fait appel à lui il sait très bien qu’il est suivi. Malheureusement….
    Il devrait dire ceci: « oui je sais que c’est 5 millions mais je prends moins que ça dans l’intérêt de mon pays et pour l’honneur qui a été fait à ma personne en m’appelant à ce poste »
    Mais comme je l’ai dit nous perdons l’occasion de grandir.

  7. Il doit prendre son courage et dire au ministre des finances qu’il ne peut pas accomplir cette mission. Elle est trop lourde pour lui.

  8. ça doit nous faire pleurer tout ça!!!!

    dans certains pays (entreprises), lorsqu’il y a problème, c’est tout le monde qui fait des efforts pour redresser la situation….c’est tellement hypocrite, de dire aux gens, faites des sacrifices pour sauver l’entreprise au bout de la faillite et derrière on ne fait rien mais au contraire on s’augmente même des privilèges…

    si on prend le recule, cette situation que vit à Asusu, c’est un peu le Niger actuel en miniature…tout le monde à l’unanime est d’accord que ce pays est dans une situation économique désastreuse, le pouvoir demande aux pauvres citoyens à travers cette loi de finance 2018 de faire des sacrifices sans jamais eux faire un minimum de sacrifice par exemple diminuer le nombre de ministres, réduire leur train de vie ROYALE, revoir à la baisse des privilèges donnés aux ministres, députés, présidents des institutions, hauts fonctionnaires de l’Etat, ramener les voyages extérieures (missions présidentielles, ministérielles) de 10 par ans par exemple à 3 par an maximum etc….
    le président en personne qui prétend être le père de la nation n’a rien diminué pour ce qui est de sa charge que nous payons très chère pour son confort ultra ROYALE….

    donc ce qui arrive à cette société asusu est le commun du mortel au Niger….
    même le président de la république ne peut parler et ou même critiquer la manière de faire de ce nouveau patron temporaire censé régler le problème de gestion de asusu

    je plains ce pays….

  9. AINSI MARCHE LE PATROITISME CHEZ CERTAINS NIGERIENS, D’ABORD EUX ET ENSUITE LES AUTRES ET ENFIN LE PAYS.
    SUR LES CAHIERS DE NOS ELEVES DOTATION 2016-2017 IL EST ECRIT: « NE DEMANDE PAS CE QUE TON PAYS VA FAIRE POUR TOI, MAIS CE QUE TU VAS FAIRE POUR TON PAYS » QUESTION : FAUT -IL QU’ON ENSEIGNE CETTE CITATION D’UN GRAND PRESIDENT DES USA A NOS ELEVES OU A CEUX QUI SONT DEJA SUR LE TERRAIN?
    DE GRACE AYONS PITIE DE CE PAYS.

  10. Normalement il ne devrait pas signer son propre contrat en tant qu’employeur. C’est le Ministre des Finances qui devrait signer le contrat comme employeur.

    • "A gashé ba may, a dahé ba romo"

      Peut-être bien. Mais là encore, c’est vous-mêmes qui allez crier au scandale, en arguant que l’Etat, par le Ministre des Finances interposé, a fait main basse sur les intérêts privés gérés par ASUSU. Il faut bien que vous sachiez ce que vous voulez, les gars!

  11. Du courage Mr le Directeur, c’est le redressement de soi et non de ASUSU

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.