Home ACTUALITE L’AFFAIRE DITE DE L’AUDIT DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE OU LE COMBLE DE LA DELIQUESCENCE DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE AU NIGER…

L’AFFAIRE DITE DE L’AUDIT DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE OU LE COMBLE DE LA DELIQUESCENCE DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE AU NIGER…

L’affaire de l’audit du ministère de la défense nationale est révélatrice, en réalité, d’une administration publique outrancièrement politisée et servant exclusivement des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général. Cet état de fait s’explique d’une part par la nomination des agents publics sur une base purement partisane et d’autre part par le fait que les agents publics s’accrochent mordicus aux postes par tous les moyens.

Cela fait, déjà,  très longtemps que le sens de rendement et de la responsabilité a déserté  l’administration publique nigérienne. L’impunité ambiante qui se nourrit de la politisation à outrance de cette administration, ajoutée à la cupidité et l’absence totale d’intégrité des agents publics donnent les résultats auxquels a abouti l’audit du ministère de la défense nationale.

Sinon dans un pays disposant véritablement d’une administration publique les conclusions de cet audit sont impossibles car toute une panoplie de services est dédiée aux contrôles et vérifications des marchés publics pour qu’aucune fraude ne puisse prospérer s’agissant de leur passation.

La passation des marchés publics au Niger n’est pas une affaire seulement  du contrôleur financier qui doit, évidemment, signer le marché mais c’est une affaire de chaine afin de détecter toute fraude avant la validation du marché. Il est impossible, administrativement parlant et selon la procédure qui caractérise la passation des marchés  que la fraude puisse avoir raison de la chaine comme ce fut le cas s’agissant de l’audit du ministère de la défense nationale.

En effet, lorsque l’on parle de surfacturation cela veut dire tout simplement que  le contrôleur financier n’a pas fait son travail ou il a été contourné s’agissant du respect du répertoire de prix mais cela peut être rattrapé par d’autres services composant la chaine. Ou bien lorsqu’on parle de la non livraison, où sont les services compétents pour réceptionner les produits du marché ?  

Mais lorsque la fraude traverse toute la chaine, ce qui est improbable, administrativement, la responsabilité doit être située principalement au niveau de la chaine en d’autres termes les principaux responsables sont les agents de l’Etat.

Pourquoi, donc, s’agissant de cet audit du ministère de la défense nationale, donne t – on l’impression d’un acharnement plus sur les commerçants qui, au pire des cas, sont  complices que sur les véritables auteurs  qui sont les agents publics ou agents de l’Etat assermentés pour protéger les intérêts de l’Etat et qui se révèlent des véritables fossoyeurs de cet intérêt ?

Il est temps de poser le vrai débat en mettant l’accent sur les principaux responsables de cette fraude, organisée,  qui coûte énormément au contribuable et à l’image de notre pays. Situons les responsabilités afin que les promoteurs de la fraude au niveau de la chaine puissent répondre de leurs actes devant la justice.

Des mesures conservatoires doivent être prises à l’encontre de ces agents publics, ils doivent être suspendus de leur fonction afin de créer les conditions de leur remise à la disposition de  la justice.

Par Namalka Bozari (Contribution Web)

5 Comments

  1. Je ne sais pas comment Mahamadou Issoufou se ressent avec cette saleté sur les mains en fin de mandat.

    Les agents de l’état ne sont pas les seuls et uniques responsables. Le chef de l’état est le 1er fautif. RFI l’a dit même le 02 juin 2020.

    L’échec est collectif. Une honte. Voler au détriment des vaillants soldats nigériens tués doublement par Mahamadou Issoufou, son PNDS et leurs larbins, et par les rebelles.

    Ce sont des jeunes pères de famille et seront oubliés en moins de 6 mois.

    C’est fâchant.

  2. Tu as fait un bon article, seulement les agents qui sont aujourd’hui à ces postes sont leurs protégés. Il ne peuvent pas les toucher. Tu peux faire une enquête dans tous les ministères. A quelques exceptions près, tous les agents qui ont le sens du bien public sont carrément mis de côté ou même affecté à l’intérieur du pays. La faute revient alors aux premiers responsables qui nomment qui ils veulent, aux mépris des textes de la fonction publique.
    Les gens qui sont actuellement à ces postes ont été nommés pour faire ce sale boulot. C’est le seule résultat qu’ils attendent d’eux.

  3. Je suis d’accord avec vous Namalka. Même si les premiers responsables dans cette affaire sont les Ministres, on ne peut pas dédouaner tous les agents impliquer dans la chaîne de passation de marché. Ils se devaient de respecter les procédures en la matière, plutôt que d’accepter de se compromettre avec les politiciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Point de presse de la présidente du CNRCEP, Mme Bety Aichatou Habibou Oumane Edifier l’opinion publique sur le Rapport 2019 de l’ARCEP

La présidente du CNRCEP, Mme Bety Aichatou Habibou Oumane a animé un point de presse le ve…