Home ACTUALITE L’agonie d’une opposition aux abois

L’agonie d’une opposition aux abois

Alors que nous sommes à 5 mois des élections présidentielles dans notre pays, alors que les vrais partis politiques sont sur le terrain afin de mobiliser leurs militants, alors que la CENI continue d’abattre un travail titanesque, en dépit de ses moyens limités et des risques liés à la propagation du COVID 19, alors que le peuple se prépare sereinement pour aller aux urnes, faire son choix et en toute souveraineté, l’Opposition politique nigérienne, basée comme toujours à Niamey et bien au frais dans ses salons feutrés, depuis 2011, « soucieuse dit-elle, d’équité et de justice exige : la démission pure et simple des membres de la Cour Constitutionnelle pour violation des articles 126 et 133 de la Constitution ainsi que de l’article 31 de la Loi organique 2012-35 du 19 juin 2012, portant
organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle ; la reprise du Code électoral sur une base consensuelle et la dissolution de la CENI non consensuelle ; la tenue dans les délais légaux des élections municipales et régionales; l’enrôlement des nigériens de la Diaspora conforment à l’unicité et à l’indivisibilité du peuple ».

Cette sortie inopportune de l’opposition à ces moments précis , appelle les observateurs avertis de la scène publique à se demander que veut réellement l’opposition nigérienne ?

Souhaite-t-elle des élections apaisées dans notre pays ? Ou bien elle veut simplement la chienlit et le désordre pour espérer tirer son épingle de jeu.

Sinon comment en effet, comprendre un tel désarroi, une telle désinvolture, une telle demande anachronique à la veille des élections ?

Demander la démission pure et simple des membres de la Cour Constitutionnelle, la dissolution de la CENI et la reprise du code électoral paraissent tellement irréalistes, qu’on a l’impression que la dingue atteint les cerveaux de certains leaders d’une opposition en décadence.

Qu’elle le veuille ou pas, qu’elle participe ou pas, les élections auront lieu , in sha Allah, à date prévue.

Donc ce ne sont ni les jérémiades des politiciens édentés, ni les cris de désespoir des concurrents peureux et sans culottes qui vont dévier la trajectoire du peuple nigérien.

Le peuple veut avoir des élections démocratiques à échéance, il les aura in sha Allah !

Par Namalka Bozari (Contribution Web)

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Saisie d’armes de guerre par la Gendarmerie à Guidan Roumdji…

Une cérémonie de présentation d’armes saisies par les éléments de la gendarmerie nationale…