Accueil / ACTUALITE / Lancement officiel de CS4ME Le premier Réseau mondial des organisations de la société civile et les communautés pour l’élimination du paludisme…

Lancement officiel de CS4ME Le premier Réseau mondial des organisations de la société civile et les communautés pour l’élimination du paludisme…

La lutte contre le paludisme est l’une des plus grandes réussites du 21ème siècle en matière de santé publique. Cependant, aujourd’hui, le paludisme regagne du terrain. Le financement de la lutte contre le paludisme stagne et la résistance aux médicaments et aux insecticides constitue une menace réelle.

Les communautés en particulier les plus défavorisées, continuent de souffrir et de mourir du paludisme, une maladie qu’on peut prévenir et traiter.

Les organisations de la société civile ont renouvelé leur engagement et ont décidé d’unir leurs forces pour créer un réseau mondial et solide de la société civile pour l’élimination du paludisme (CS4ME).

CS4ME a été créé lors du premier Congrès Mondial sur l’élimination paludisme en juillet 2018 en Australie, lors d’une réunion stratégique organisée par GFAN Asie-Pacifique et APCASO avec le soutien du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et les organisateurs du Congrès. 40 organisations du monde entier, dont des représentants de communautés et de groupes de la société civile engagés dans la lutte contre le paludisme aux niveaux national, régional et mondial, ont participé à cette réunion.

Nous devons agir maintenant et intensifier la lutte. En cette Journée mondiale contre le paludisme, nous sommes fiers d’annoncer le lancement de CS4ME. C’est la naissance d’un nouveau mouvement porté par la société civile pour transformer la lutte contre le paludisme. CS4ME plaidera pour que les programmes et les interventions contre le paludisme soient plus efficaces, fondés sur les droits, équitables, innovants, inclusifs, centrés sur les communautés, sensibles au genre, durables et adéquatement financés.

“Alors que le monde dispose des ressources et des outils nécessaires pour prévenir et traiter le paludisme, il est inacceptable que ce soient principalement les communautés les plus vulnérables qui continuent à souffrir et à mourir de cette maladie évitable et guérissable. C’est pourquoi la société civile et les communautés ont décidé de travailler en synergie avec diverses parties prenantes de manière plus efficace pour éliminer le paludisme.

« L’engagement des communautés est essentiel sur la voie de l’élimination du paludisme « , déclare Oliva Ngou, au Cameroun, coordinatrice mondiale de CS4ME. « Dans les pays qui progressent vers l’élimination, la mobilisation des organisations de la société civile et des communautés reste cruciale, elles restent les premières à remarquer les derniers cas et à s’assurer que ces cas sont correctement traités et que toutes les interventions appropriées sont prises « , déclare le Dr Shampa Nag, en Inde, membre du comité directeur du CS4ME.

À propos de CS4ME CS4ME vise à connecter et renforcer les capacités des organisations de la société civile et des communautés et à plaider en faveur de ripostes efficaces et entièrement financées contre le paludisme. Pour devenir membre de CS4ME, une organisation de la société civile œuvrant dans la lutte contre le paludisme, vous pouvez vous inscrire dès le26 avril 2019 sur notre site www.cs4me.org

Source : secretariat@cs4me.org

À propos Administrateur

4 plusieurs commentaires

  1. La Brigade des Martyrs.

    Après la santé, songez à l’éducation qui est en péril
    Notre pays est en passe d’être un pays de merde par la faute de ses dirigeants qui cautionnent de manière inexpliquée la prostitution de son système éducatif à la base en confiant la gestion de l’école, ce qu’un pays a de plus cher à un badaud, sans éducation, sans scrupule et sans état d’âme. Le MEP/A/PLN/EC est le ministère où il se trame de scandales financiers sans précédent. La situation récente ayant conduit notre collègue Moussa Koumortcho en prison en est un des exemples le plus illustratif. Il lui serait reproché d’avoir détourné une somme de vingt-huit millions de francs CFA d’un partenaire et destinée à des activités dans le cadre du projet passerelle, une modique somme qui n’est que l’équivalent de ce que la DFIC, complice du ministre détourne par activité, et sa direction en a une centaine par an. C’est aussi un peu moins de ce que le DREP de Zinder, un de ses autres complices détourne chaque fois que l’occasion de le faire s’offre en lui. Mais comme ces derniers partagent l’argent détourné avec lui, il s’arrange pour les aider à bien le justifier. Nous l’avions maintes fois dénoncé et des enquêtes ont même été commanditées et les résultats en ont été plus que concluants. Malgré tout, Marthé est à la tête de ce ministère où les indicateurs, tous les indicateurs sont au rouge foncé, sans aucune chance de les changer positivement tant que c’est lui qui est à la tête de ce ministère. Le Premier Ministre et le Président de la République ayant reçu la délégation de la banque mondiale et d’autres partenaires ont émis leurs vœux de voir ces indicateurs améliorés parce que, selon eux, beaucoup de choses ne sont pas prises en compte dans leur calcul. A cette sollicitation, nous ne savions pas s’il faut rire ou pleurer car les responsables de ce pays ne comprennent pas que notre place de dernier nous ne la méritons même pas, car, le taux actuel de scolarisation est de moins de 50%, alors que les statistiques dont disposent le PNUD et les autres partenaires faisaient état de plus de 80% en 2018. Le taux de scolarisation de la région la moins scolarisée est de plus de 70%, Niamey est à 120% selon ces faux chiffres. Que peut-on arranger ? Rien, parce qu’en augmentant ce taux, nous talonnons la France et les pays de la Scandinavie dont l’IDH est le plus élevé au monde, alors que, l’expert que le ministère a fait venir (Alain Mingat) avait affirmé, au temps du PDDE, qu’il existe une forte corrélation entre le taux de scolarisation d’un pays et son développent économique, ce qui est vrai parce que confirmé par tous les analystes des systèmes éducatifs du monde. Comment donc pouvons-nous avoir un tel taux et être au bas de l’échelle ? Sinon que ces chiffres ont été travaillés pour vous tromper, et à travers vous le peuple Nigérien. C’est un cas de haute trahison et ce ministre et/ou ceux qui le protègent méritent la peine de mort.
    Pour revenir au cas de notre collègue emprisonné, les faits remontent à 2018, Marthé qui a estimé qu’il a dû probablement caché cet argent chez lui et qu’il ne veut pas lui donner sa part, l’a suivi avec une patience du prophète jusqu’à ce qu’il ait compris que cet argent n’existe réellement pas et qu’il s’est passé quelque chose. Devant la menace des partenaires, Marthé n’a aucun choix que de dévoiler ce manquement. Cela suppose que, si notre collègue a eu l’ingéniosité de lui donner sa part, il l’aiderait à brouiller les pistes en justifiant allègrement cette somme comme il l’a toujours fait avec la DFIC et le DREP de Zinder. Il sera même couvert d’éloges en disant que les objectifs sont plus que atteints.
    La première phase du PSEF a été auditée et c’est une catastrophe (rien ne nous surprend). Les auditeurs que Marthé a voulu corrompre mais qui ont refusé ont préféré décrire les multiples insuffisances telles qu’ils les ont découvertes. Ces auditeurs demandent de changer catégoriquement de réorientation, car rien n’est bon, aucun résultat avec plusieurs milliers de milliards dépensés. Cela a choqué les partenaires qui financent ce programme qui ont exigé sa révision systématique. L’histoire nous a donné raison car nous avons dit dans une de nos publications que le PSEF est le plus bidon de tous les programmes jamais connus par notre pays depuis son indépendance, et piloté par un névrosé.
    Marthé est malhonnête, figurez-vous que c’est le seul ministre qui transforme ses visites privées en visite d’Etat pour lui faire payer la facture de son déplacement, et ce même s’il se déplace pour les condoléances. En déplacement pour le conseil fédéral à Diffa, notre bonhomme s’est livré aux visites d’établissements et aux réunions incongrues dans les régions de Diffa et celle de Zinder, réunions à l’issue desquelles il ne dit que des choses insensées. Il n’a jamais développé une stratégie, une seule pour solutionner un seul problème de l’école Nigérienne. Ces genres de rencontre ont eu lieu dans 6 de nos 8 régions, et à chaque fois les Ministres y assistent, mais aucun, en dehors de lui n’a mis son déplacement privé au compte de l’Etat. C’est lui qui traite les vaillants inspecteurs de voleur. C’est dans ces conditions que vous demandez aux inspecteurs de gérer le service avec leurs maigres salaires ? Cela témoigne de la mauvaise foi de votre part.
    Aussi, ce maudit incompétent ministre avait envoyé les inspecteurs de services dans les écoles, où les pauvres s’en sont pris à un innocent Directeur de l’IEP de Torodi qui s’est retrouvé affecté à Ouallam dans une zone d’insécurité pour être tué, disent-ils, en violation flagrante des dispositions règlementaires. Sa faute c’est de s’être reposé un lundi matin après les fatigantes cérémonies du baptême de son enfant le dimanche. Chers inspecteurs de service, votre ministère, le MEP/A/PLN/EC est le plus désorganisé de l’Afrique. Il est actuellement dans un dysfonctionnement total. Pour preuve, le titulaire de la DPC/SS/EE, sieur Laouali Abdo par son impolitesse et son arrogance a fait partir 2 directeurs, alors qu’il était simple agent en instance d’être nommé chef de division cantine scolaire qu’il occupait depuis qu’elle était cellule pour les motifs suivants : pour le premier Directeur, Monsieur Haro Abdouaye, il lui aurait refusé le véhicule, avançant que ce véhicule est attribué à la cellule. Aujourd’hui devenu directeur, il roule sans gêne dans ce véhicule et au vu et au su de tout le monde y compris le Ministre son complice et vous autres chargés de faire fonctionner normalement les services. Pour le second, Monsieur Idi Adamou, il ne l’a jamais considéré comme supérieur hiérarchique parce qu’il a le ministre, ainsi, il vaquait librement aux activités de la division, (jadis cellule devenue division de la direction par décret) sans l’informer, en toute indépendance. Pire, ce Laouali aurait même entrepris des démarches auprès des autres chefs de division de la direction dont Adamou avait la charge en leur conseillant de ne plus le reconnaitre en tant que Directeur. C’est ce qui a conduit la cheffe de division santé scolaire à intercepté un courrier invitant un agent de la direction à un atelier au Mali, sans informer le Directeur elle prépara un ordre de mission qu’elle a soumis au Ministre qui l’a joyeusement signé malgré qu’il ne porte ni la griffe du directeur, ni celle de son Directeur Général. Quelques jours après, celui du CGDES, a lui aussi intercepté un courrier invitant un agent de la Direction à un atelier organisé par l’UNICEF à Dosso. Comme la première, il a préparé un ordre de mission qu’il a soumis à la signature du SG, un ordre sans la griffe du directeur, sans celle de son directeur général. Face à cette humiliation et à l’insubordination de ses divisionnaires, notre collègue qui ne se laisse pas faire à interpellé leurs complices dans les projets et ONG partenaires à ne plus s’adresser directement aux agents, mais plutôt au secrétariat du Ministère pour toutes activités concernant la direction. Marthé trouva en cela un alibi pour le sauter lâchement par une note de service alors nommé par décret. Messieux les inspecteurs de service, quel mal y a-t-il lorsqu’un directeur national demande aux partenaires de s’adresser au secrétariat, moteur de l’administration d’un ministère pour toute activité concernant la Direction de ce Ministère ? Si c’est mauvais, que veut ont alors ? Qu’est-ce qu’on en fait du respect de la hiérarchie dans votre ministère ? Même si vous n’avez reçu aucune formation qui fait de vous inspecteurs de services, vous savez au moins que lorsqu’un agent est en conflit avec son supérieur, c’est l’agent qu’on sanctionne même s’il a raison et non son supérieur. De notre vie professionnelle, nous n’avons jamais connu le contraire, il en est de même que vous, nous en sommes sûrs. Le cas Laouali est inédit et unique en son genre. Cela peut insinuer qu’il a été poussé par le Ministre à manquer à ses supérieurs afin de trouver des raisons pour récupérer la direction sachant très bien que même Satan ne peut résister sans réagir à l’insolence de ce mal éduqué. Vous donnez raison à ceux qui pensent qu’un agent soutenu par Marthé vaut mieux qu’un directeur central qui n’est pas dans son cercle. Une autre preuve que votre ministère est dans un dysfonctionnement total c’est la considération que bénéficient certains directeurs centraux qui gèrent beaucoup d’argent au détriment des Directeurs généraux sous la responsabilité de qui ils sont. Il est évident que la DFIC assiste rarement aux réunions convoquées par le DG pendant qu’elle est à Niamey, sans motif et sans excuser. Elle ne craint rien parce qu’elle a le Ministre et le DG le sait, raison pour laquelle il préfère se taire, maitriser sa colère que de s’en prendre à une Directrice qui a plus de valeur que lui auprès du Ministre. Pire, elle n’a jamais respecté la hiérarchie qui veuille qu’elle rende compte à ce DG, qui à son tour rend compte au SG. Elle va chez le Ministre qui la reçoit régulièrement sans soucis, en violation des principes élémentaires de l’administration. Voilà pourquoi Marthé n’est jamais apprécié par son entourage, ils n’ont pas seulement le courage de le lui faire comprendre ou dire. Chers inspecteurs de services, pensez-vous que ces comportements ne sont pas à corriger avant de songer aux écoles qui sont sous la responsabilité des inspecteurs et des conseillers pédagogiques ? Est-ce à dire que votre patron ne sait pas qu’une école n’est pas un service, mais plutôt un établissement dont plusieurs forment le servie comme inspection, DREP, etc. ? Transmettez ces leçons au ministre : les inspecteurs de services que vous êtes inspectent les services comme les inspections, les DREP, les directions centrales, etc. et les inspecteurs de l’enseignement inspectent les écoles et les enseignants en inspections administratives et pédagogiques.
    Chers inspecteurs de services, savez-vous que votre ministère compte une cinquantaine de cadres moyens et supérieurs qui sont régulièrement payés et de gros salaires mais que Marthé refuse d’affecter pensant par cet acte faire du mal aux intéressés soit parce que proche de Mme Ali Mariama, soit de par leurs origines ethniques ou régionalistes, soit de par leurs appartenance politique, ou encore parce qu’ils ne sont pas aimés par ses protégés ? Qui a mieux servi Ali Mariama plus que Sidikou, Ari Abami qui a même supervisé la construction de son château ou du hautain Malan Garba ? Personne, pourtant, ils le servent aujourd’hui ; avec la même posture, celle de prébendiers du troisième millénaire. Pour preuve, Malan Garba s’est retranché à Konni uniquement pour rédiger les textes de la décentralisation et s’est octroyé le nombre de jours qu’il a voulu avec prise en charge complète, alors qu’il pourrait rester à Niamey faire ce travail parce qu’il est un agent de l’Etat, payé pour exécuter ce genre de travail. Pourtant on embête sauvagement les inspecteurs à effectuer des activités sans aucun franc et avec des menaces. N’avez-vous rien décelé comme anomalie dans ce genre de pratiques ? Peut-on développer un pays en payant les cadres pour ne rien faire ? Assurément non.
    Ces pratiques relèvent purement et simplement du banditisme administratif, elles ne se passent dans aucun pays au monde qui se respecte, sauf dans le nôtre, astreint à tous les abus.
    Lorsque nous avions affirmé, dans nos précédentes publications que Malam Garba était au MEP depuis le Ministre Samba, nous avons été informés comme quoi, ce hautain était là longtemps bien avant, avant même le Ministre Ari (paix à son âme). A chaque rencontre, à chaque occasion, il donne l’impression que le Niger est le seul pays à avoir rédigé ceci, à avoir mis en place cela, sous sa conduite. Il ne rend pas à l’évidence que la preuve d’un bon travail, c’est le résultat qui le caractérise. Nous sommes dernier de la planète, où est alors votre expertise ? Vos documents, dont le plagiat occupe une grande partie n’ont rien apporté au système, pire ils ont même détruit ce qu’il y avait de bon. Les documents de leadership pédagogiques sur la base desquels ont été formés les enseignants ont été édité au Sénégal, la DFIC a pris soins de modifier peu de choses ; aussi les livrets IFADEM sont textuellement édités en Côte d’Ivoire, on a seulement remplacé le nom Cote d’Ivoire par le Niger et son drapeau par le nôtre, ce sont les enseignants et les encadreurs qui ont notifié aux responsables l’incongruence de leurs contenus à nos pratiques. C’est ce qui a motivé l’élaboration de livrets dit complémentaires afin d’adapter le contenu à nos réalités. Ne peut – on pas élaborer mieux, avec nos cadres expérimentés et compétents mais sous exploités, et même non exploités pour certaines considérations malheureuses ?
    Ces derniers temps, ce ministre prend des airs qui le pousse pour un tout ou pour un rien à dire : « je refuse, ou je ne le ferai pas, allez-y dire à Issoufou ». Le Issoufou dont il parle n’est pas le SG du SNEN, mais le président de la république. Depuis quand un ministre de la république se permet – il de banaliser un président élu au suffrage universel ? Diable qu’est-ce que le Président a fait de honteux, que les Marthé connaissent pour qu’il ne puisse rien faire contre eux même s’ils l’insultent ? Nous commençons à comprendre maintenant pourquoi ce ministre se permet tout et ne s’inquiète de rien malgré son incompétence. Dommage pour le Niger.
    La gestion de l’Etat est tellement devenu banal que nous assistons aujourd’hui à des scénari qui dégradent l’image du Niger en tant que république. L’injustice, l’ethnocentrisme, le copinage, le régionalisme, le népotisme, l’oligarchie sont les règles de gestion dans notre ministère. Face au mutisme des syndicats et autres partenaires, les enseignants commencent à dire merde en saisissant la justice pour tout abus ou violation des lois de la république dont ils seraient victimes. Le ministère comprend plusieurs clans, chacun s’estimant plus fort que l’autre : clan ministre, clan Kouakou, clan DG IFAENF, clan DFIC, clan Malan Garba, etc. Personne ne peut rien avoir, quel que soit votre compétence ou votre expérience si vous n’êtes pas de connivence avec l’un ou l’autre des clans. Les chefs de ces clans agissent comme si le pays leur appartenait et personne d’autres n’a aucun droit. Ils ne veulent pas de vous, vous ne serez pas affecté dans leur direction, ou même dans aucun service du ministère. Si vous êtes dans leur direction, ils peuvent vous faire affecter ailleurs, ou vous transformer purement et simplement en un chômeur, allez-y vous plaindre où vous voulez. Avec ces pratiques, à quel problème de l’éducation peut – on trouver de solution ? Assurément aucun, et notre pays est et restera toujours dernier tant que ce ministère est entre les mains de ces bandits. Il suffit d’avoir des problèmes avec l’un d’entre eux pour que ce problème soit transposé au niveau du ministre qui le met à son compte et humilie sauvagement la personne.
    Marthé est de cœur léger, il n’a aucune dignité, aucune morale, sinon comment un ministre de la République se permettra-t-il de payer des cellulaires aux enseignants afin qu’ils l’informent de qui dit quoi sur lui. Le malheur c’est qu’il existe mêmes quelques-uns de nos collègues inspecteurs qui se livrent à ces jeux dignes de personnes de basses classes, fils et petits-fils de captifs sans valeurs. Heureusement que ces faucons ont tous été identifiés sur toute l’étendue du territoire national. Le moment opportun, nous publieront la liste comportant leurs noms.
    Après avoir tout essayé : reformes bidon, pilotage maladroit et mal préparé, accompagnement et formation des principaux acteurs de l’éducation (inspecteurs, conseillers pédagogiques, enseignants) assurés par des personnes non habilitées à le faire et plusieurs autres tâtonnements dans le domaine, tout le monde semble bloqué. On ne se contente que sur les observations de l’UNESCO et autres institutions qui ne sont d’aucune utilité pour le pays. Nos responsables ne comprennent pas que ces institutions n’imposent rien à un pays, mais émettent des avis lorsqu’ils constatent que ce pays est en déficit de têtes pensantes, ce qui n’est pas le cas dans notre pays. C’est cette mauvaise interprétation qui a fait que le CFEPD soit supprimé sans aucune autre mesure d’accompagnement. Qu’est-ce que l’UNESCO a fait pour le Niger ?
    Par rapport aux enseignants résiliés suite à l’évaluation illégale alors qu’ils étaient déjà sélectionnés par le Ministère de la fonction publique et qui viennent d’avoir leurs matricules, nous demandons aux syndicats, à la société civile, aux parents d’élèves de tout faire pour que le méchant Marthé et sa brigade de satan qui aiment toujours voir les Nigériens pleurés ne portent pas obstacle à ces événements heureux. Aux enseignants, nous leur conseillons de prendre un avocat, car, pour cette fois, Marthé n’a aucun soutien, ni même celui du gouvernement. Il n’a que le soutien de Bazoum malgré que celui-ce ait reconnu que l’école est en déliquescence totale et qu’il compte la repenser radicalement une fois élu président dans son discours d’investiture du 31 mars dernier. Aux parents de ces heureux gagnants de faire lire le coran (ya sin) afin que périssent tous ceux qui s’y opposeront à l’octroi de matricules à leurs bénéficiaires.
    Aux responsables du parti Jamhuria, de protéger leurs militants des griffes de cet imbécile qui s’acharne de plus en plus sur leurs cadres, après avoir fini avec la région de Tahoua où il a mis hors-jeu plusieurs de leurs cadres sur la base des mensonges avec la complicité de certains de leurs frères qui ont négocié des places et du laxisme de ceux qui sont censé défendre les intérêts de la région. Ainsi, après avoir développé une animosité inexplicable contre vos différents DREP à Tillabéri, le voilà s’en prendre à celle dont plus d’un observateur est unanime qu’elle est la meilleure cadre de ce ministère, la DGR. Il compte la virer via le premier ministère à qui il a préparé un mensonge grossier contre elle. Ne la lâchez pas et qu’il s’en aille s’il ne peut pas travailler avec elle. Comment quelqu’un qui a détruit tout un système éducatif se donne-t-il de l’importance jusqu’à faire du chantage. Allez-vous en et le pays trouvera meilleur que vous Wallahi, le Niger ne connaitra jamais un ministre aussi incompétent que vous.
    Monsieur Abouba ALBADE, vous avez les lourdes responsabilités d’épargner vos militants des humiliations sauvages de ce voyou haï même chez lui pour plusieurs raisons : la première ; souvenez-vous que AMINA Tiémogo et sa ministre ont failli en venir aux mains, devant plusieurs personnes, la même Amina est encore à sa place, avec la même ministre ; la 2ème raison, lorsque Koumortho a été emprisonné, Marthé a demandé un cadre de la même région que lui pour le remplacer, alors qu’il a repris tous les postes de la régions de Tahoua pour les attribuer ailleurs et les leurs remplacer par des coquilles vides: la DFIC, le SG, la DAGE, etc., preuve que ce sont des prétextes qu’il invente pour reprendre les postes de cette région qu’il trouve abandonnée, pourtant, toutes les erreurs que notre seigneur avait reproché à ces victimes ne leur ont pas valu la prison. Comment une erreur d’un cadre peut faire perdre un poste à une région ?
    Marthé ne connait absolument rien et ne s’investit nullement pas pour trouver de solutions à un seul problème de l’école Nigérienne, ni lui, ni ses minables collaborateurs qui occupent pourtant des places stratégiques.
    A, vous chers collègues Inspecteurs, sachez que les responsables de ce pays ont interdit qu’un franc soit débloqué du trésor national pour l’éducation, puisqu’il n’y aucun résultat, même avec les milliards des partenaires, sinon qu’à enrichir ce ministre et ses complices qui ont construit plusieurs châteaux à Niamey et chez eux. Vous continuerez donc à attendre. C’est le système qui prend le cout.
    Nous interpellons le Président de la République, le Premier Ministre chef du gouvernement qu’ils doivent intervenir pour limiter les injustices criardes dont se livre impunément Marthé. Ce ne sont pas des choses à minimiser.
    Tous les Nigériens sont égaux devant la loi.
    Allah est avec nous.

  2. Ce qui est sur la communauté international nous souhaitons de la santé à tout ceux qui en ont pas et la continuité des climats favorables pour les porteurs du virus anophèle prolétaire de longue année .
    La revalorisation des ressources humaines = le suivi globale des valeurs Humaines et Incha si toute fois un jour nous parvenons à tomber malade nous n’hésiteront pas de le signaler auprès des services médicaux compétentes de la renaissance ISSOUFFOU MAHAMADOU mais pour le moment , prenons du temps à accueillir l’arrivé du Ramadan dans nos bonne œuvres + temps pour ce qui est essentiel : incantation Divine .
    Notons bien que la coopération contribue beaucoup à la prise de conscience du monde noir = positif

  3. GASKYA SAÏ ALLAH & GOURDOUMOUSS HANA KWANA

    Quand Dieu Allah (swt) le Tout-Puissant et Sage Maitre de son monde jeta son Perçant Œil sur l’Humanité et vit les Pharaons s’enorgueillir d’être des dieux sur Terre, Il se fâcha et de sa Jalousie à avoir d’associé comparable, de surcroit cette insignifiante, insolente et ingrate créature appelée « L’HOMME » mortelle qu’Il créa à base de limon pétri d’une goutte de sperme alors qu’elle se croit si puissante au point de s’égaler au Très-puissant qui fait vivre et fait mourir qui Il veut, comme Il veut, quand Il veut et où Il veut sans qu’aucune autre créature n’ose y intercédé; les Pharaons poussèrent leur cynisme jusqu’à s’égaler à LUI le Seigneur Majestueux Seul Digne d’Adoration et de Gloire. Ces sadiques seigneurs d’entre les mortels, attentèrent à la vie des nouveaux-nés garçons des croyants israélites (toutes les communautés de sincères croyants au Dieu Unique Absolu qui n’est pas engendré, n’a pas été engendré et qui n’a point de comparable ou d’égal). Allah (swt) leur envoie des acridiens semblables aux piranhas qui déchiquètent les hommes et leurs bétails en un clin d’œil pour ne laisser que des ossements. Les hommes restèrent têtus. Il fit transformer l’eau de leurs puits, leurs fontaines et leurs marres en sang. Les orgueilleux seigneurs sur Terre ne changèrent guerre. Il fit provoquer la sécheresse et l’incendie naturelle sur leurs champs et leurs potagers. Les hommes se maintinrent à leur cupidité. Face à l’entêtement des humains à ne croire à la Toute-Puissance de l’Indomptable Allah (swt) se décida, malgré son engagement à l’Inviolabilité et Irrévocabilité de sa Parole ayant désigné l’Homme son Vicaire (Ambassadeur) pour commander sur toutes les autres créatures sur Terre; alors, Il s’organisa aux petites armes contre les insignifiants humains aux petites guerres terrestres. Quand ces seigneurs terrestres ont atteint le paroxysme de leur mécréance et incroyance au point de déclencher son Courroux, Allah (swt) manifesta sa Capacité de guerre conventionnelle sur les incrédules à travers de minuscules créatures dites les « Moustiques » qui anéantissent les valets, les gardes et leurs armées à la manière dont fut frappé de rage, Cœur de Lion aux portes de l’empire de Saladin. Les minuscules Soldats de Dieu, pénétrèrent jusque dans les confins des chambres intimes des puissants de cette terre et leur inoculent les germes du PALUDISME à la manière dont fut contraint l’un des Pharaons à libérer la Sainte Sarah noble Épouse du Patriarche Prophète Abraham et son amie, confidente, coreligionnaire en la très belle jeune Hadjara/Agar Essence de la Pureté qui quittèrent le harem du sanguinaire dieu-démon-humain suite à sa persistante maladie de fièvre due aux moustiques lui ayant causé le Paludisme.

    De nos jours, le Paludisme est la deuxième pathologie qui fait autan de pire massacre que les armes de destruction massive. Pour endiguer le paludisme sur terre à la manière dont est anéantie la Black Death, sans qu’il ne puisse se ressusciter, il urge aux hommes et nos dirigeants de bien axer leur attention pour bien connaitre ce que sont les MOUSTIQUES car la science moderne tire son penalty légèrement à coté de la cage à paludisme dans le monde. Cherchons, cherchez à en savoir davantage sur ces minuscules créatures représentants les Snipers d’Allah (swt) dont nous ignorons encore la capacité de nuisance de leurs armes. À bon entendeur, salut!

  4. Le campagne de test du soit-disant vaccin contre le palu sur nos enfants ne tardera pas a venir…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.