Accueil / ACTUALITE / Lancement officiel du processus de mise en place d’un fonds de vaccination du bétail : Près d’un milliard et demi de FCFA mobilisé

Lancement officiel du processus de mise en place d’un fonds de vaccination du bétail : Près d’un milliard et demi de FCFA mobilisé

Le lancement officiel du processus de mise en place d’un fonds durable des campagnes de vaccination au Niger a eu lieu hier à Homeland Hôtel. La campagne est financée par le Millennium Challenge Account Niger à travers l’exécution du Project Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel.

C’est le conseiller technique du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Dr Bangana Ibrahim qui a procédé au lancement du processus, en présence du Directeur General du Millennium Challenge Account –Niger (MCA,) M. Mahamane Mallam Anou et de plusieurs autres personnalités.

Dr Bangana Ibrahim a relevé l’importance du processus qui vient d’être lancé, car il porte sur des réformes qui, à terme vont créer les conditions d’une stabilité dans le financement des campagnes de vaccination du cheptel Nigérien. Ce financement, a-t-il indiqué a toujours évolué en dents de scie et totalement dépendants des programmes budgétaires. Le conseiller technique du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a souligné que l’élevage contribue à 13% dans la formation du Produit Intérieur Brut, occupant ainsi 87% de la population active et fournit 7% des recettes d’exportation du pays.

Il a précisé que l’initiative 3N et la Stratégie de Développement Durable de l’Elevage (SDDEL) ont conféré à l’élevage, le rôle moteur de croissance économique du Niger car contribuant régulièrement et substantiellement à la sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de la balance commerciale. Au regard de ce potentiel du secteur de l’élevage, a-t-il ajouté, le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a jugé utile de mettre l’accent sur les programmes d’amélioration de la production animale et de maitrise de la santé du cheptel.

Ainsi, depuis l’avènement des autorités de la 7eme République, la vaccination contre les maladies majeures du bétail est gratuite et est financée par l’Etat et ses partenaires financiers a-t-il rappelé.

Il a en outre affirmé que la contribution du MCA-Niger est double et se matérialise non seulement par le financement des campagnes de vaccination de 2019 à 2022, mais aussi et surtout par l’accompagnement du pays dans la mise en place d’un fond de financement durable des campagnes de vaccination. C’est ainsi que le ministère de tutelle a pris un arrêté portant création du comité technique de suivi du processus de mise en place d’un fonds de financement des campagnes de vaccination a-t-il indiqué.

« La mission de ce comité vise l’atteinte des taux de couverture vaccinale qui sont indispensables pour que le Niger soit en adéquation avec les Accords sur l’Application des Mesures Sanitaires et Phytosanitaire de l’Organisation Mondiale et du Commerce et de l’organisation mondiale de la santé animale», a-t-il dit.

Par ailleurs, le Directeur General du Millennium Challenge Account –Niger (MCA), M. Mahamane Mallam Anou a rappelé que ce programme est le fruit de la coopération entre le Niger et les Etats Unis d’Amérique avec comme objectif la réduction de la pauvreté par la croissance économique en mettant en œuvre le Programme Compact qui est composé de deux importants projets à savoir : le Projet d’Irrigation et d’Accès aux marchés et celui des Communautés Résilientes au Climat (CRC).

Selon M. Mahamane Mallam Anou, le CRC interviendra à travers deux activités agricoles qui sont le Projet de l’Agriculture Résiliente au Climat (CRA) et le projet régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS). « La recherche de la durabilité de ces actions agricoles a amené MCA-Niger, singulièrement sur la question pastorale, à initier en rapport avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, une étude en vue de mettre en place un fonds durable de vaccination du cheptel » a-t-il- souligné.

M. Mahamane a expliqué que la nécessité d’un tel fonds n’est plus à démontrer car le cheptel du Niger reste toujours exposé à des pathologies de toute sorte et chaque année le financement de la campagne de vaccination, est un casse –tête chinois qui demeure suspendu au bon vouloir des partenaires techniques et financiers a-t-il – ajouté. «Le Niger reste un pays d’élevage dont les produits constituent sa première ressource pour lutter contre la pauvreté et accroitre la croissance économique », a relevé Mahamane Mallam Anou.

C’est pourquoi, a-t-il soutenu, «c’est un devoir moral d’investir pour l’avènement d’un fond durable de vaccination du cheptel national».
M. Mahamane a par la suite réitéré toute sa gratitude et ses vifs remerciements au gouvernement américain pour son intervention au Niger à travers le Millennium challenge Corporation (MCC), le bailleur de MCA-Niger. Pour la campagne de vaccination de cette année, le MCA a déboursé 2.529.100 dollars US, soit près d’ 1 milliard et demi de FCFA, pour plus de 26 millions de doses de vaccins, a-t-il précisé.

Par Issoufou Adamou Oumar (ONEP)

À propos Administrateur

Un commentaire

  1. Mais Mr Mahamane en dehors des pathologies naturelles nous sommes tous conscient du fait que le manque d’appui au cheptel du sahel est le motif de la crise agriculteur + nomade et nous voulons que sa s’arrête à ce instant précis ou le moteur Blandé ISSOUFFOU MAHAMADOU a pris la décision finale de se battre corps et âmes pour sauvegarder la solidarité au sein du peuple Nigérien voir les moeurs Africaines .
    Un adage dit que : <> et c’est si vrai que réel = prenez vos bic en main pour comptabiliser l’effectif du cheptel sahélien tout en segmentant les animaux malades + ceux biens portants + les buffles qui ne consomment que les vivres occidentaux en plastique des mini market car de toute les façons la communauté international a des boutiques de vivres basiques partout sur notre territoire et est prêt à répondre à nos doléances comme elle l’a toujours fait d’ailleurs .
    Donc après les vaccins songer aussi aux mammifères enceintes qui doivent multiplier bovins mais qui ne consomment pas de l’herbe sèche = pour cela notre État $€ doit de trouver des solutions externes avec les Émirat cette fois si car L’ONU et l’Europe nous ont déjà promis une cargaison de vaccin à l’avenir afin de redonner espoir de vie à nos tendre animaux .
    Zaki vraiment nous aimons contempler une démocratie communiste qui imprègne tout les secteurs .
    NB : MR BRIGI c’est judicieux dans le rapport État + population lorsque le premier s’occupe parfaitement + totalement du droit naturelle des pauvres et le second reçoit de que continuer ses modestes occupations

Répondre à karim Yaou Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.