Accueil / ACTUALITE / Laurent Gbagbo acquitté: le récit d’un tournant à la Cour pénale internationale…

Laurent Gbagbo acquitté: le récit d’un tournant à la Cour pénale internationale…

Après environ huit ans de procédures, les juges de la chambre de première instance de la CPI ont décidé d’acquitter Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, qui étaient poursuivis pour crimes contre l’humanité dans le cadre des violences postélectorales de 2010-2011. Mardi 15 janvier 2019 à La Haye, aux Pays-Bas, cette décision adoptée à la majorité de deux juges sur trois a été rendue publique dans la liesse. Un tournant complet, en attendant une nouvelle audience ce mercredi. Explications.

Depuis le tout début de la procédure, le procureur tient la même ligne d’accusation : l’ancien chef de l’Etat ivoirien et l’ex-leader des Jeunes Patriotes ont instauré une politique leur permettant de commettre des violences systématiques afin de se maintenir au pouvoir. Une thèse régulièrement remise en question, faute de preuves, par les différents juges qui abordent le dossier.

C’est seulement à la mi-mars 2018 qu’un tournant semble s’installer à La Haye. Le procureur vient alors de clore la présentation de sa thèse, avec à l’appui 82 témoins qui ont défilé à la barre. Mais le juge-président n’est pas convaincu et lui demande de repréciser son argumentation. Le document en main, la chambre autorise la défense à plaider l’acquittement avant de présenter ses témoins.

En novembre dernier, pendant une semaine, la défense pointe ainsi, une à une, les failles de l’enquête du procureur. Une plaidoirie qui a certainement fait pencher un second juge sur les trois en faveur du non-lieu. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé seront donc acquittés de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale. Décision rendue mardi par la chambre de première instance.

Charles Blé Goudé, ex-leader des Jeunes Patriotes, le 15 janvier 2019 à La Haye, après l’annonce de son acquittement par la CPI. © Peter Dejong/Pool via REUTERS

Scène de liesse devant le siège de la CPI

A l’origine, les juges de la chambre de première instance devaient statuer sur deux questions : la liberté provisoire et l’acquittement des deux accusés. Ils ont finalement axé leur déclaration sur le non-lieu. Sur la forme, la chambre a décidé de faire un exposé oral et de délivrer une version détaillée par écrit « le plus tôt possible ». Pour l’heure, elle s’est contentée de résumer son argumentation.

Sur le fond, les juges estiment que le procureur n’est pas parvenu à étayer sa thèse « d’une politique ayant pour but d’attaquer des civils », a expliqué le juge principal, Cufo Tarfusser. Manque de preuve également pour démontrer que les discours prononcés par Charles Blé Goudé ont pu susciter des crimes. Il était donc inutile, ont souligné les juges, que la défense présente ses preuves.

Les partisans des deux hommes en Europe, qui suivent le procès depuis fin janvier 2016, peuvent alors laisser exploser leur joie. Plusieurs dizaines de militants du FPI sont venus à l’aube de Paris, Londres et Bruxelles pour assister à l’audience. Ils portent des bonnets et des t-shirt à l’effigie de Laurent Gbagbo au-dessus de leurs manteaux. Ils improvisent, devant le tribunal, une cérémonie de prières.

Des partisans de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo réagissent à son acquittement, le 15 janvier 2019 à La Haye devant le siège de la CPI. © Peter Dejong/Pool via REUTERS

Nouvelle audience ce mercredi à La Haye

Avant la décision, l’ambiance restait plutôt crispée. Tout comme dans la galerie qui surplombe la salle d’audience, où de nombreux diplomates, journalistes et militants avaient pris place. Mais à 11h, le juge-président a à peine le temps d’expliquer les raisons de sa décision que les pro-Gbagbo explosent de joie. A l’extérieur du tribunal, les militants sabrent le champagne. Certains ont les larmes aux yeux.

Depuis lors, tous ces sympathisants de la diaspora attendent avec impatience l’audience de ce mercredi, les discussions sur la remise en liberté des acquités. Les deux responsables politiques ivoiriens ont en effet passé la nuit en prison en attendant cette échéance. On devrait d’abord entendre le procureur sur sa volonté, ou non, de faire appel après l’acquittement de M. Gbagbo et Blé Goudé.

Autre question qui devrait se poser, dans un second temps, une fois les détails juridiques éclaircis : leurs projets. Charles Blé Goudé a fait savoir, par la voix de ses avocats, qu’il projette de rentrer en Côte d’Ivoire. Quant à l’ancien président ivoirien, aucun détail n’a été révélé sur ses intentions dans l’immédiat. La veille, tous deux sont restés quasiment de marbre tout au long de la lecture du délibéré.

Avec notre envoyée spéciale à La Haye,  Bineta Diagne (RFI)

À propos Administrateur

5 plusieurs commentaires

  1. il est temp que la politique humaine change de mentalité, au lieu d’adopter des idéologies communistes qui n’excluent pas la violence pour attirer l’attention du peuple ,mieux vaut adopter la politique démocratique qui est pacifique + ne met en danger la vie d’aucun civile

  2. il est temps que la politique humaine change de mentalité, au lieu de d’adopter des idéologies communistes qui n’exclut pas la violence pour attiré l’attention du peuple ,mieux vaut adopter la politique démocratique qui est pacifique + ne met en danger la vie d’aucun civile .

  3. GASKYA SAÏ ALLAH

    Il a été dit, est et sera toujours dit le droit; mais, c’est seule la tête porteuse des tords par la barre du tribunal humain dira que les bras de la balance judiciaire ont été mal réglées pour lui faire porter le poids. Sinon, le Prophète Abraham n’aurait subit aucun harcèlement matriarcal de la part de sa 1ère épouse, la Sainte Saratou/Sarah lui disant qu’il aimait beaucoup plus l’enfant aîné Ismaël de la Pure Hadjara/Agar au détriment du sien Is’haq/Isaac quand les 10 des 12 fils de Jacob s’entendent pour conspirer des coups-bas contre leur frère Youssef/Joseph fils de Ra’hila.
    Or, cette Râ’hî’lâh est une princesse noire d’origine africaine (Ghana, Mali, Niger, Nigeria, Tanzanie, Cameroun jusqu’en Éthiopie avec insistance au bord du fleuve Lac Tchad où fut fondée la ville forteresse-Carrefour de Fort Lamy devenue la Capitale N’Djaménah de la République du Tchad de l’intangible Président Idriss Déby Ithno).
    L’une des dynasties de « Nâ’Agada/N’Agada » avait régné sur tout le Sub-Sahara avec pour Capitale-Centre Universitaire à Ag’Adès déformation de « Ag’Ad’As » tel sacolonialejusq.
    Ce Roi d’entre de la la longue Dynastie des « Nâ’Ag’Ad’Ass » = les « Ag/gens » de « Ad/Peuple des Géants « Ass/assyria ou Assyrie ou Syrie dont l’ensemble donna « Nâ’Ag’Adass » déformée par le colon par Agades/Capitale de l’Aïr au Niger. Donc, ce N’Ag’Ad’As » qui n’eut que son unique enfant fille au monde, du nom de In’nâh à qui, la cour du défunt roi, renia des droits paternellement successoral de son père à le remplacer; et, de migration à migration, elle et son peuple se fixèrent à Amalek dans l’espace le plus fertile du Caëna’an/Cana’an Jérusalem où Abraham l’épousa et naquit l’enfant devenu le Prophète Joseph.
    La Princesse « In’nâh » renommée ou dénommée « Râ’Hî’Lâh » est celle du peuple « Nâ’Agadas « ou Na’AGADA » qui adorait un Dieu Trilogique surnommé le Dieu Soleil => « R » + le Dieu HÎLÎ/Maître des Espaces fertiles de la Plaine et des Steppes ou la Reine venue sur le Fîlî (mammouth, éléphant) et le Dieu « LEH » ou « Al Lâ »h Tout Puissant Unique Absolu qui n’est engendré et n’eut été engendré dont les Musulmans vénèrent dans leurs gestes sincères et prières canoniques.
    Un soir, en compagnie de mon épouse et visitant un ami indiqué, un certain Mallam Abdoul Aziz Bagobirii trouvé entrain de prier en demandant à Allah (swt) de faire éclater la Lumière de la Vérité EN FAISANT LIBÉRER LAURENT BAGBO (ancien Président de la RCI pour son innocence s’il est INNOCENT); et, disait-il: « Car, tout démontre qu’il est un de Tes sincères serviteurs » ». Entendu intensément prononcer ces méditations-supplications, telle les prières des fins fonds des cœurs et des Esprits de tous les musulmans qu’enseignait Mallam B’ch’r dans la mosquée où il dirigeait les prières à Abidjan. Et mon épouse dit qu’Allah (swt) l’acquittent en lavant son honneur quand nous tous avions dit: Amen!
    D’ailleurs, il est dit, pour la dévoyer et déshonorer, Râ’Hî’Lâh la croyante épouse soumise, docile et bien-aimée d’entre les autres de Jacoub/Jacob; elle fut sexuellement harcelée par le fils aîné d’entre les frères du fils Joseph parce que ce dernier est très respectueux constamment près de son père qui lui apprend des sciences ésotériques avancées dont il n’en apprenne aux autres à cause de leur insolence et insoumission. Le Me Zakskab disait: « SI L’ON N’EST PAS ÉDUQUÉ PAR UN SAGE, ON NE PEUT DEVENIR QU’IMPUDIQUE ADEPTE D’UN SADIQUE ». Au Niger, depuis l’installation des nouvelles autorités de la 7ème République sous l’égide de SEM le Président Issoufou Mahamadou appelant les nigériens à s’anoblir, ce vaillant peuple développe un changement systématiquement horizontal et vertical en traçant d’excellentes courbes socioéconomiques innovantes sur le tableau national où des créateurs aux actions créatives et des agents incubateurs de développement se dévoilent en s’annonçant partout comme des averses de pluie nocturne.
    Aimant et souhaitant la PAIX, l’Harmonie, la Symbiose, l’Unité du Peuple ivoirien sous l’Égide de SEM le Pdt Alassane Dramane Ouattara et tous ses collaborateurs de 1ers plans; les nigériennes et nigériens placés en rangées parallèles épaule contre épaule, pieds touchant pieds, en junks ou hyper-costumés, sans rois ni sujets, sans chef ni subordonnés, sans riche ni pauvre à la Mosquée; nous tous dans un ensemble fidèlement fraternel confiant aux souhaits de SEM le Président Issoufou Mahamadou, de SE le PM Brigi Rafini ainsi que nos sages Représentants du Peuple sous la guidance de SEM le Président Ousseïni Tinni de l’Assemblée Nationale…NOUS PRIONS, PRIONS, PRIONS ET SOUHAITONS QU’ALLAH (swt) ANOBLISSENT LE PEUPLE IVOIRIEN, RESTAURE L’ÂME DES INNOCENTS TOMBÉE LORS DES VIOLENCES FRATRICIDES AVEUGLES, INSTAURE LA SOLIDARITÉ EN RÉPUBLIQUE SŒUR DE LA CÔTE D’IVOIRE AFIN QUE L’AFRIQUE ENTIÈRE S’EN INSPIRE POUR SE DÉVELOPPER DANS SA NOBLESSE HISTORIQUE ENTRETENUE PAR LE TRÈS CONSERVATEUR PEUPLE CAMEROUNAIS DU SAGE PAUL BIYA. Oui! Depuis les aurores de nos indépendances, le peuple camerounais est miraculeusement le seul qui a su LAVER SON LINGE SALE EN FAMILLE SANS DONNER LA MOINDRE OCCASION AUX ENNEMIS DE L’HUMANITÉ D’Y METTRE LEURS DOIGTS ENSANGLANTANT QUI NOUS ONT TOUJOURS DIVISÉS POUR MIEUX RÉGNER. CONFÉRONS, CONFÉREZ POUR LA PAIX D’ABORD ET AVANT TOUT »

    • GASKYA SAÏ ALLAH

      l’un des disciples du maitre m’a contacté pour corriger le hiatusante erreur:

      Au lieu de:
      => Ce Roi d’entre de la la longue Dynastie des « Nâ’Ag’Ad’Ass » = les « Ag/gens » de « Ad/Peuple des Géants « Ass/assyria ou Assyrie ou Syrie dont l’ensemble donna « Nâ’Ag’Adass » déformée par le colon par Agades/Capitale de l’Aïr au Niger. Donc, ce N’Ag’Ad’As » qui n’eut que son unique enfant fille au monde, du nom de In’nâh à qui, la cour du défunt roi, renia des droits paternellement successoral de son père à le remplacer; et, de migration à migration, elle et son peuple se fixèrent à Amalek dans l’espace le plus fertile du Caëna’an/Cana’an Jérusalem où Abraham l’épousa et naquit l’enfant devenu le Prophète Joseph.

      LIRE:
      => Ce Roi de la longue Dynastie des «Nâ’Ag’Ad’Ass» = les « Ag/gens » des « Ad/Peuple des Géants «Ass/Assyria ou Assyrie ou Syrie » dont l’ensemble donna « Nâ’Ag’Ad’Ass » déformée par le colon en Agadès/Capitale de l’Aïr au Niger
      Donc, ce «N’Ag’Ad’Ass» qui n’eut que son unique enfant fille au monde, du nom de In’Agh ou In’Âh dite In’nAh à qui, la cour du défunt roi, refusa les droits paternellement successoraux de son père pour le remplacer; et, de migration à migration, elle et son peuple se fixèrent à Amalek dans l’espace le plus fertile du Caëna’an/Cana’an Jérusalem où Jacob/Yacoub de la descendance d’Abraham, qui l’épousa et desquels, naquit l’enfant Youssef devenu le Prophète Joseph.

      La suite est….

  4. Si la CPI ne peut plus proteger les faibles africains face a leurs dictateurs, qui le fera?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.