Home ACTUALITE Le championnat des présidentielles 2021 inspiré par Mister Georges Weah du Libéria

Le championnat des présidentielles 2021 inspiré par Mister Georges Weah du Libéria

Il est peut­être trop tôt d’en parler, l’année 2021, tout aussi proche, est encore loin, si l’on déroule les mois qui la séparent de 2018. Tout de même, le Hérisson va se permettre une extrapolation sur les prochaines présidentielles. Quels sont les probables qualifiés ? Quels sont les favoris de 2021 ? Dans les lignes qui suivent le pronostic de petit mammifère à piquants.

Les forces politiques probables de 2021 On monte, on descend, le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya) sera de la partie lors des prochaines présidentielles. De même que le Mouvement National pour la Société de Développement (MNSD Nassara) qui ne semble avoir laissé loin derrière ses péripéties judiciaires nées de la tentative de son albadisation.

Participation très probable du Rassemblement pour la Démocratie et la République (RDR Tchandji) de Falké Bacharou, considéré comme le Kama mini de Mahamane Ousmane. Pour le Mouvement Démocratique Nigérien pour une Fédération Africaine (MODEN/FA Lumana/Africa) de l’opposant en exil, Hama Amadou, un point d’interrogation subsiste. La guerre de leadership va­t­elle vite s’estomper ou bien finirat­elle par prendre la direction de la justice.

Incertitude également au niveau de l’Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP Zaman Lahiya) où la succession de feu Moussa Moumouni Djermakoye risque de prendre plus de temps que prévu. La liste des partis prétendants à la présidentielle 2021 peut s’allonger avec le Mouvement Patriotique Nigérien (MPN Kishin Kassa) et le Rassemblement des Citoyens pour un Niger Nouveau (RACINN Hadin Kay) de Madame Bayard Mariama Gamatié qui ont déjà goûté à la ‘’drogue’’ des présidentielles et qui ne pourront certainement plus s’en passer.

Dans une certaine mesure, on peut ajouter l’Alliance des Mouvements pour l’Emergence du Niger (AMEN­AMIN) qui pourrait avoir cette fois son mot à dire, ne serait­ce pour inscrire son leader dans le cercle très restreint des candidats aux présidentielles au Niger.

Les favoris et les outsiders Au nombre des favoris, on placerait bien évidemment le candidat du principal parti au pouvoir, à savoir le PNDS Tarayya.

Tout laisse à croire, à moins d’un miracle que c’est le président du parti, Bazoum Mohamed qui défendra les couleurs des socialistes en 2021. Les atouts de ce dernier, l’envergure incontestable du Parti, son charisme, sa profonde connaissance des affaires politiques nationales et surtout sa maitrise des grands sujets de l’heure qui font de lui le candidat idéal à la succession d’Issoufou Mahamadou.

Si Bazoum Mohamed passe, haut la main, c’est­à­dire sans le moindre couac, l’épreuve de sa reconduction à la tête du PNDS Tarayya à l’issue du prochain congrès du Parti prévu en mars prochain, il aura gagné la succession. Avec l’ambiance sereine qui semble caractérisée le renouvellement des structures en prélude justement au prochain congrès, les socialistes nigériens sont en train de déjouer tous les pronostics politiques qui parlent d’un chambardement à l’horizon.

Comme quoi, le boulevard est tout tracé pour l’ancien syndicaliste devenu aujourd’hui un grand magna de l’échiquier politique national. Autre candidat figure également de favori, Seini Oumarou du MNSD Nassara qui peut profiter des ennuis judiciaires du Hama Amadou du MODEN/FA Lumana/Africa, très improbable candidat de 2021 pour se refaire une santé dans ses anciens fiefs de Tillabéry et Niamey.

A s’en tenir au contexte politique du moment, on ne voit pas de favoris en dehors de ces deux­là, à moins que par une formule dont il peut détenir seul le secret, Nouhou Mahamadou Ar zika ne vienne troubler le sommeil des aguerris. Toutefois, on peut faire remarquer que la reconversion de la société civile en société politique n’a pas porté bonheur. L’unique exemple à citer à savoir celui de Mahaman Hamissou Moumouni a laissé un souvenir amer.

Les trouble­fêtes par contre ne manquent pas. Il y a Ibrahim Yacoubou du MPN Kishin Kassa, Abouba Albadé du MPR Jamhuriya, et dans une certaine mesure Nafarko 1er (Mahamane Ousmane) de RDR Tchandji, pourquoi pas Soumana Sanda alias Crâne Rasé, s’il venait à prendre le pouvoir à Lumana. Les outsiders, eux, foisonnent. Là on peut mettre tout le reste, de Madame Bayard du RACINN Hadin Kay à Ousseini Salatou du parti Labizé/Dan Kassa, en passant par les autres.

Qui sait si Maazou Moussa Ouwo du MENA ne sera pas inspiré par Georges Weah du Libéria. N’est­ce pas que les voix du Seigneur sont impénétrables.

[author ]Ibrahim Mohamed (LE HERISSON N°170)[/author]

2 Comments

  1. C’ est vraiment pathetique..si vous n’avez pas.des choses à raconter sur le plan national Il y a des informations internationales…. Écrivez là dessus.
    Est ce que ça c’est un article de presse.
    Puffffffff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Audit du ministère de la Défense au Niger: deux fournisseurs à l’index

L’audit du ministère nigérien de la Défense a mis au jour un manque à gagner de plus de 11…