Home ACTUALITE Le débat sur le départ à la retraite à l’âge 65 ans est-il un vrai débat ?

Le débat sur le départ à la retraite à l’âge 65 ans est-il un vrai débat ?

Quand on analyse  la pyramide des âges des  agents de la fonction publique nigérienne  , on s’apercevra que la tranche d’âge  des  agents qui donnent beaucoup plus  des résultats appréciables,  est  essentiellement constituée  des agents dont les âges  varient entre 50 ans et 60 ans. 

La plupart des jeunes cadres aujourd’hui n’ont pas l’expérience requise et la compétence nécessaire pour donner des résultats attendus.  Les  recrutements pour entrer dans la fonction publique ont été sérieusement entachés des fraudes et des irrégularités ces dernières années. 

L ‘expérience ne compterait  plus , le favoritisme, le clientélisme, la politisation à outrance de l’administration , ont été des facteurs négatifs qui ont impacté  sur la mauvaise performance de nos services publics.  Ceux qui donnent aujourd’hui des résultats appréciables comptent parmi les anciens. C’est une triste réalité. C’est de ce constat qu’il faut partir pour aborder le débat sur l’âge de départ à la retraite au Niger. 

Les nouveaux  qui viendront feront -ils mieux que ce qui vont partir, compte tenu de  certains paramètres réels  ?

C’est la problématique qui se pose. 

Le fait de repousser l’âge de départ à la retraite de 60 ans  à 65 ans, n’aura  aucune incidence négative  sur le recrutement de la jeunesse à la fonction publique. 

Le problème est d’ordre économique , financier  et de la volonté politique. Le départ à  la retraite à l ‘âge de  65 ans ne peut être un obstacle pour les recrutements des jeunes diplômés à la fonction publique.   Les obstacles ne peuvent être que de l’allocation des ressources et de la qualité des diplômes et connaissances  exigées  désormais des candidats à la fonction publique. 
La fonction publique n’est plus  le grand  pourvoyeur d’emplois de nos jours  , le secteur privé, les fonctions  libérales sont aujourd’hui plus pourvoyeurs d’emplois que la fonction publique. 

Cette problématique de pousser l’âge de la retraite de 60 ans  à 65 ans est une exigence  des critères de convergence de l’UEMOA, en effet,  dans la plupart de tous les pays membres de l’UEMOA, et  de la CEDEAO, avec le progrès scientifique, l’amélioration de l’espérance de vie, les agents publics dont les âges varient  entre 50 ans à  65 ans sont encore très  efficaces , très  opérationnels et plus  productifs que les autres  .

La jeune génération montante  a beaucoup plus intérêt à  apprendre auprès des anciens que de se lancer dans la course à l’enrichissement illicite et autres facilités de la vie.

Une analyse approfondie de certains dossiers financiers  traités par certains jeunes fonctionnaires  fait apparaître beaucoup des défaillances qui sont  à l’origine d’énormes pertes d’argents à l’Etat du Niger. 

La génération montante a intérêt à insister sur la qualité de la formation professionnelle, sur la rigueur dans la procédure de recrutement à la fonction publique, afin que ceux d’entre eux  qui seraient recrutés puissent  donner plus des résultats appréciables que maintenant. 

Le risque serait plus grave de  vider la fonction publique de ses meilleurs cadres si jamais on laisserait partir beaucoup des  cadres  à l’état actuel des services publics,   à la retraite. Une étude sérieuse s’avère très nécessaire, il faudrait dépassionner le débat , le débat devrait se poser en terme d’efficacité de la fonction eu égard aux résultats que donnent ces jeunes, pleins d’énergie et d’ambition mais mal préparés pour bien assurer la relève.   Ces jeunes mériteraient un bon encadrement d’odre pratique, et d’éthique. 

Qu’on  le veule ou pas nos services publics sont actuellement en nette régression par rapport  aux services publics  fournis dans les années de 1969 à  1987 . C’est dû à un mauvais encadrement de la génération montante. Il serait hautement souhaitable que les critères de bons  encadrements soient bien pris compte dans toute analyse sur le recrutement à la fonction publique.

Au niveau du secteur privé et de la fonction libérale, les critères intégrité morale , de  rendements , de  l’efficacité  dans les tâches  sont toujours mis en avant dans les recrutements contrairement à la fonction publique, durant  ces vingt  dernières années. 

Ici il ne s’agit pas  de se débrouiller pour obtenir un diplôme souvent dans des conditions très  douteuses et  venir jouer au grand patron dans un grand bureau  mais incapable de produire   des  bons  résultats dans la fonction publique. C’est l’efficacité qui est mise en valeur et non les diplômes. 

Les nombres  importent peu, ceux qui importent  sont des cadres jeunes , compétents, intègres, rigoureux et expérimentés, or Dieu seul sait , notre fonction publique renferme beaucoup des lacunes, qu’il faudrait  nécessairement combler  si nous voudrions compter parmi les Nations qui gagnent. 

Que l’âge de la retraite soit poussé à 65 ans ou pas , la problématique qui se pose à notre pays, est la suivante : avec l’adoption des budgets programmes dans les  pays membres de l’UEMOA, la fonction publique ne sera plus une  fonction permanente,  à occuper   un poste permanent  mais elle sera un métier qui exige des résultats  comme aux États-Unis d’Amérique et autres pays englophones . Car les agents seront évalués et promis  dans leurs emplois , en fonction des résultats remarquables qu’ils donneront  et non en fonction des diplômes qu’ils  accumuleront.  

Le monde évolue, c’est le résultats qui comptent maintenant. 

Actuellement, même pour confectionner une simple nomenclature des pièces justificatives des recettes, ou élaborer  quelques études relatives  aux  réformes dans le domaine des finances publiques, l’Etat du Niger   fait  appel à des consultants étrangers ou  à des fonctionnaires à la retraite , cet état de fait et cet état d’esprit doivent cesser.

Par conséquent le débat sur l’âge de départ à la retraite se devrait de faire appel à  beaucoup de réflexions  de la part de plusieurs techniciens de plusieurs domaines de compétences de la fonction publique  , il faudrait beaucoup des calculs et de réflexions  avant de prendre la  bonne décision. 
Au niveau de l’UEMOA le débat a eu lieu de manière scientifique, il appartiendrait aux techniciens nigériens des services publics de bien poser le débat en le débarrassant de toutes sortes  pollutions.  

Avec l’introduction des projets programmes dans notre principe de gestion, la contractualisation de la fonction  publique serait inévitable. 

Les ministres ordonnateurs principaux des budgets programmes seront jugés sur la qualité des résultats,  par conséquent y compris sur de la qualité des dépenses du personnel. 

Il serait souhaitable de ne pas se tromper de débat.  La politisation à outrance  de ce débat ne peut que mener à une décision contreproductive.
À bon entendeur salut !

Par Issoufou Boubacar Kado Magagi.

55 Comments

  1. Vous savez grand frère; quand dans une famille, il y a des malveillants membres qui peuvent nuitamment retirer le crochet de la porte fermée, il ne manquera de se trouver dans l’insécurité permanente. Pareillement, si un contingent militaire va en guerre selon le plan du capitaine, tant qu’il y a un traitre soldat, la mission risque d’être un échec souvent regrettable ou seul ce traitre s’en sortira exceptionnellement en récompense pour sa trahison en faveurs de l’ennemi.

    Autrement, SEM le Président Issoufou Mahamadou l’a déjà compris et engagé quand, à certains postes clés de nos administrations publique et parapublique, l’on n’eut pu trouver de cadres compétents capables d’assurer le bon fonctionnement des services; notre clairvoyant modèle de dirigeants (comme dit l’autre du patriote Président Muhamadu Buhari qui vient d’avoir la confiance de son peuple pour un second mandat au Nigeria) a souvent trouvé mieux de faire appel à des retraités pour combler des lacunes; c&s de la Banque Asusu-SA ou même au MF avec Jules Baillet et un Inspecteur des Finances au temps de l’indomptable ancien Ministre Hassoumi Massaoudou.
    Pour ces actes sagement pris par ce dirigeant modèle qui préside sur la destinée de notre pays; certaines Sociétés Civiles aveugles d’esprit n’ont vu et compris que de l’illégalité et illogisme sans tenir compte de toutes les situations qui ont conduit les différents Gouvernements à de moult et récurrentes modifications des Lois de Finances dont LES CONSÉQUENCES SONT LIÉES À L’INCOMPÉTENCE DE CEUX QUI BUDGÉTISENT ET PROGRAMMENT LES DÉPENSES PUBLIQUES.

    « Un véhicule qui nécessite l’intervention d’un mécanicien, doit sortir du garage bien fonctionnel, non »?

    Et, si votre voiture ou votre malade ressort des mains d’un garagiste ou d’un médecin avec plus d’anomalies qu’à son entrée; certes, l’opérateur ne connait pas son travail. Donc, il est incompétent qu’il faille remplacer. C’est dans cette situation que l’on peut trouver de solution fiable à la situation de de la retraite à 60 ou 65 ans dans nos administrations.

    Comme ZaksKab a eu à le démontrer autrefois dans un autre contexte, n’avez-vous pas remarqué que: « C’EST APRÈS LA DISPARITION DU ROI DE LA CHANSON TRADITION, DIS-JE, ELHADJ MAHAMANE SHATA KATSINA QU’AUJOURD’HUI, DES TALENTS COMME NAZIR ET AUTRES, ONT FAIT SURFACE »?

    Ce problème prendra du temps avant de trouver sa solution car:

    – Ma famille natale avait un excellent mécano qui fut capable d’affirmer le problème d’un véhicule suivant le bruit du moteur. À un moment de sa vie, je l’ai trouvé toujours debout sans canne; mais, incapable (sans force nécessaire) pour bien serrer les gougeons de roues. Alors, faut-il le maintenir pour qu’un jour, il provoque l’accident regrettable suite à un détachement de roue mal serrée ou bien le libérer pour sa retraite? Autrement, il doit se décider de lui-même pour ouvrir un magasin de pièces détachées d’autos tout en donnant des conseils techniques à ceux qui le remplacent.
    – Quelque part, j’ai trouvé mon enseignant à l’école primaire, qui se chauffait au feu à un moment de froid printanier. Il a vieilli; mais, sa main écrit calligraphiquement tel qu’il serait mieux au service de passeport d’antan quand son français parlé est si français que seul le Roi Hassan II (Regretté Honorable père de sa Majesté le Roi Mohamed VI) du Maroc (lisez son livre: MÉMOIRE D’UN ROI) peut le corriger. Oui! Il n’y a eu que le Roi Hassan II qui a pu corriger des fautes grammaticales à l’Académie française et de certaines expressions prononcées par Léopold Sédar Senghor du Sénégal. Quand ZaksKab en avion Paris-Bamako-Niamey, fut évacué d’urgence (suite à un empoisonnement de son plat, le jour de leur retour au pays, par un de ses collègues à l’Aéroport Roissy Charles Degaulle de Paris) à Bordeaux et admis à l’Hôpital Saint-André où il a été charcuté comme une bête à l’abattoir avant de sortir avec 1/3 du volume de son estomac, pylores, gros intestins, hypocondres tout en plastique à la place des autres attaqués et détruits par l’effet du poison.

    Des Médecins comme le Pr Videau (près de 70 ans) ou Jacques Rivière qui ont intervenu sur ce malade admis mort mais caïd toujours vivant et apte à tout faire, semblent irremplaçables; car en Afrique, on dit: « UN GÉNÉRAL DE L’ARMÉE, MÊME EN CULOTTE, EST UN GÉNÉRAL ».

    Le mieux, pour sauver notre pays, nous l’avons dit et le répétons:
    – Un hôpital sans un bon service de communication, n’est pas un lieu d’accueil de malades qui peuvent mourir avant de trouver le médecin spécialiste de leur cas; d’où, le service d’aiguillage où des généralistes auscultent et aiguillent les besogneux vers leur satisfactoire. De même;
    – Nos administrations doivent avoir obligatoirement (au sein des Directions générales, Ministères, grandes Sociétés…) des services spécifiquement chargés de communication où, tout visiteur venu chercher quoi que ce soit, trouve rapidement la satisfaction très claire car les américains disent: « TIME IS MONEY » et le Prophète Messager Envoyé pour vulgariser notre religion canonique, a bien expliqué aux hommes la grande portée de la Souratoul A’S’R (103 du St Coran) dans la vie en ce Bas-monde par rapport au Temps/Période/Instant/Moment car le Temps n’a pas de prix et aucune valeur ne peut le valoir => Seuls les gens qui réfléchissent et qui sont doués de sens peuvent s’en rendre compte.
    Des vrais communicateurs/trices sont là en chômage chronique telle une que je connais bien sollicitée par une grande firme italienne, ce, depuis 2011 à la fin de son Master II en Communication Sociale, Institutionnelle et Politique en plus d’une Licence en Droit obtenus à l’Université Hassan II de Mahammadia/Maroc (non ceux-là qu’on engage par affinité liée aux PACs par favoritisme et les mauvais diplômés; pour preuve, les moult difficultés vécues par la PRN au début de la 7ème République). Elle est une femme et pas un homme pour s’aventurer. Dans sa volonté de fervente croyante à bâtir une famille, elle a choisi de servir son pays d’abord et servir son pays d’abord.

    Sans aucune perspective de trouver du travail et des parents peut-être sans moyens de lui offrir un soutien pour une activité libre sans compter avec nos banques qui n’ont rien prévu en ce sens pour soutenir les jeunes entrepreneurs et toute l’histoire de tentative de débauche pour un travail ou le chômage; VOULAIT-ON QUE NOS JEUNES DIPLÔMÉS COMMENCENT DE TRAVAILLER AVEC DES BARBES ET TÊTES BLANCHES? Si ce sont les Institutions Financières Internationales qui persistent en signant de ne jamais permettre aux dirigeants de nos pays à ne point engager de nouveaux travailleurs; par Dieu, que ces Institutions lâchent du leste au Niger afin que SEM le Président Issoufou Mahamadou satisfasse à sa volonté d’offrir 50.000 emplois/an tel qu’il a promis aux citoyens qui lui ont fait confiance pour deux mandats. Autrement, nous ne pouvons comprendre qu’une chose:
    « QUAND UN PEUPLE OU UNE NATION DÉPEND DE CELUI QUI VEUT LES DOMINER, ILS NE FINIRONT JAMAIS DE CONNAITRE DE SA MALIGNITÉ À LES AFFAIBLIR POUR ARRIVER À SES FINS ».
    Nous nous rappelons de l’arrivée au Niger, de la grande Dame Christine Lagarde de FMI; et, commença l’annulation des concours d’entrée à la Fonction Publique (Santé, Douanes, blocage du tout recrutement d’enseignants…). C’est d’ailleurs là que je dis que nos Sociétés Civiles et certains groupes syndicaux sont mentalement aveugles et se font manipuler par leurs bailleurs de fonds occultes.
    L’on dira que nous franchissons le rubicond; mais, dans la situation du Niger qui cherche à sortir de l’eau grâce aux efforts titanesques du Gouvernement conduit par SE le PM Brigi Rafini sous la guidance de SEM le Président Issoufou Mahamadou; il y a de quoi cracher vertement la vérité à ceux qui compliquent notre situation sociale et administrative si toutefois, l’occident ne projette un coup-bas contre nos gouvernants tels les évènements regrettables qui emportèrent des géants aux pays maghrébins. Qu’Allah (swt) nous raffermisse les cœurs et les esprits afin de garder la lucidité pour mieux affronter l’avenir. Amen!

  2. Le débat commence à être très intéressant avec les pertinentes contributions, de Hiphop et du démographe Ibou Chekarao que j’ai lues, sur Tam-Tam info :
    En effet, Il ressort de la contribution de Hiphop , qu’il faudrait débarrasser notre administration publique de certaines tares que sont entre autres , le favoritisme, le clientélisme, l’injustice sociale, la mauvaise gouvernance , etc. et faire la promotion des cadres les plus méritants, de l’excellence , ce ci passerait nécessairement par l’intégration des jeunes professionnels nigériens compétents à la fonction publique.
    Nous sommes entièrement d’accord avec cette proposition.
    Quant au démographe Ibou Chekarao, il vient d’apporter un intéressant éclairage. En effet, il fait ressortir que le Niger est un pays dont les âges médians et moyens sont de 15 ans. « Cela signifie que 50%, a moins de 15 ans. L’espérance de vie est de 60 ans, soit l’âge actuel de départ à la retraite au Niger.
    A partir de ces éléments d’appréciations sauf erreur de notre part, nous pouvons déduire que repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans n’est pas la solution pour pallier aux insuffisances actuelles constatées dans nos services publics.
    Vous avez raison monsieur le démographe ! En effet, certains fonctionnaires risqueraient de ne jamais jouir de leur droit de départ à la retraite, car le risque de mourir en pleine activité est plus grand, compte tenu de l’espérance de vie qui est de 60 ans.
    C’est pourquoi dans notre développement, nous avons beaucoup insisté à faire appel à la réflexion de plusieurs domaines techniques avant de prendre la bonne décision.
    Nous avons également préconisé de graduer le départ à la retraite en fonction des besoins de certaines expertises pour ne pas se retrouver dans l’obligation d’en importer. Si d’aventure la fameuse décision serait prise, il serait souhaitable de prévoir une mesure qui permettrait à ceux qui souhaiteraient partir à l’âge de 60 ans, de bien vouloir partir se reposer.
    Nous remercions sincèrement ces deux intervenants, pour leurs éclairages si bien expliqués dans une parfaite courtoisie, qui permettront peut-être à certains qui pensent que ce poste est dirigé contre les intérêts de la jeunesse, de bien comprendre la portée.
    Le débat serait encore plus constructif si les économiques statisticiens, informaticiens , les spécialités de la sécurité sociale, etc, apporteraient leurs necessaires éclarages .
    L’objectif est de susciter un débat franc et constructif afin de permettre à la jeunesse de bien comprendre, que la promotion de l’emploi dépend de beaucoup de facteurs , entre autres , de la volonté politique, de la création d’un climat favorable à la promotion du secteur privé , grand pourvoyeur d’emplois , de certains paramètres exogènes , de l’environnement économique international .
    Par conséquent le départ à la retraite des agents de la fonction publique n’ est qu’une petite goute dans ‘’ un océan ‘’ des mesures à prendre pour faire la promotion d’une véritable politique de la création des empois de jeunes diplômés.
    Ne nous trompons pas de debat et combat !

  3. Le débat commence à être très intéressant avec les pertinentes contributions, de Hiphop et du démographe Ibou Chekarao :
    En effet, Il ressort de la contribution de Hiphop , qu’il faudrait débarrasser notre administration publique de certaines tares que sont entre autres , le favoritisme, le clientélisme, l’injustice sociale, la mauvaise gouvernance , etc. et faire la promotion des cadres les plus méritants, de l’excellence , ce ci passerait nécessairement par l’intégration des jeunes professionnels nigériens compétents à la fonction publique.
    Nous sommes entièrement d’accord avec cette proposition.
    Quant au démographe Ibo Chekarao, il vient d’apporter un intéressant éclairage. En effet, il fait ressortir que le Niger est un pays dont les âges médians et moyens sont de 15 ans. « Cela signifie que 50 pour cent, a moins de 15 ans. L’espérance de vie est de 60 ans, soit l’âge actuel de départ à la retraite au Niger.
    A partir de ces éléments d’appréciations sauf erreur de notre part, nous pouvons déduire que repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans n’est pas la solution pour pallier aux insuffisances actuelles constatées dans nos services publics.
    Vous avez raison monsieur le démographe ! En effet, certains fonctionnaires risqueraient de ne jamais jouir de leur droit de départ à la retraite, car le risque de mourir en pleine activité est plus grand, compte tenu de l’espérance de vie qui est de 60 ans.
    C’est pourquoi dans notre développement, nous avons beaucoup insisté à faire appel à la réflexion de plusieurs domaines techniques avant de prendre la bonne décision.
    Nous avons également préconisé de graduer le départ à la retraite en fonction des besoins de certaines expertises pour ne pas se retrouver dans l’obligation d’en importer. Si d’aventure la fameuse décision serait prise, il serait souhaitable de prévoir une mesure qui permettrait à ceux qui souhaiteraient partir à l’âge de 60 ans, de bien vouloir partir se reposer.
    Nous remercions sincèrement ces deux intervenants, pour leurs éclairages si bien expliqués dans une parfaite courtoisie, qui permettront peut-être à certains qui pensent que ce poste est dirigé contre les intérêts de la jeunesse, de bien comprendre la portée.
    Le débat serait encore plus constructif si les économiques statisticiens, informaticiens , les spécialités de la sécurité sociale, etc.
    L’objectif est de susciter un débat franc et constructif afin de permettre à la jeunesse de bien comprendre, que la promotion de l’emploi dépend de beaucoup de facteurs , entre autres , de la volonté politique, de la création d’un climat favorable à la promotion du secteur privé , grand pourvoyeur d’emplois , de certains paramètres exogènes , à l’environnement économique international .
    Par conséquent le départ à la retraite des agents de la fonction publique n’ est qu’une petite goute dans ‘’ un océan ‘’ des mesures à prendre pour faire la promotion d’une véritable politique de la création des empois de jeunes diplômés.
    Ne nous trompons pas de combat !

    1. Merci Monsieur KADO,
      Je suis Parfaitement d’accord avec vous « le départ à la retraite des agents de la fonction publique n’ est qu’une petite goutte dans ‘’ un océan ‘’ des mesures à prendre pour faire la promotion d’une véritable politique de la création des empois de jeunes diplômés « .
      Si l’Etat n’avait pas laissé le champ libre à n’importe quel individu de spéculer comme il veut dans :
      – l’éducation (inscription super chère dans les écoles privées sans aucune raison valable à part la recherche du grand profit);
      – la santé (les prix des médicaments diffèrent d’une pharmacie à une autre dans une même ville; pareils pour les examens médicaux et les traitements dans les cliniques. Certaines personnes me diront que c’est normal, que chaque structure a sa façon de faire plus ou moins coûteuse que les autres mais moi je dis simplement que l’Etat se devait de définir une norme, un seuil pour chaque chose et qui ne change que lorsque le client l’a exprimé, sollicité.
      le commerce, les prestations de service : je citerais l’exemple de réparation d’un pneu chez un vulganisateur et les prix de location de maison à Niamey qui ne suivent aucune logique à part celle du grand profit….on ne comprend plus rien…..
      La vie ne serait pas si élevée à Niamey et dans les grandes ville du pays au point de susciter que ce débat car les fonctionnaires ayant servi jusqu’à l’age de 60 ans et partant en retraite n’auront crainte que leurs pensions ne puissent pas faire l’affaire.

  4. Bonjour Monsieur Kado,
    Merci pour vos interventions sur les sujets d’actualités. C’est un réel plaisir de vous lire.
    Je voudrais par rapport à ce débat, vous donner mon avis.
    Je pense que le plus important débat à faire au Niger, c’est celui de l’intégration des jeunes professionnels nigériens compétents à la fonction publique. Ce pays ne peut pas émerger sans cela. Je sais que le Président IBM avait cette vision à travers la création du lycée d’excellence et du prytanée mais DIEU l’a rappelé à lui plutot. La première chose elementaire à faire est de changer la composition du dossier de candidature à un concours publique car celui en vigueur ne comporte pas de CV ni d’attestation de travail ou de stage. Au nom du favoritisme, la condition d’effectuer le service civique a été sautée. Les postes se partagent dans les sièges des partis politiques suivant le principe de répartition des directions générales dans les ministères entre les partis politiques alliés. Parlons nous de compétences, de recherche d’efficacité là? non absolument pas, on peut pas accuser les jeunes d’être médiocres quand on se complaît de cette situation. Les vrais responsables, auteurs de cette médiocrité des jeunes fonctionnaires sont ces vieux fonctionnaires spécialisée en politique, en méchanceté et placement de leurs enfants. J’ai vu personnellement des retraités depuis plus de 10 ans être rappelé aux affaires, est ce normal? j’ai des nigériens très compétents, de vrais travailleurs être totalement découragés du comportement méchants de nos vieux fonctionnaires. Pour moi, augmenter l’age de la retraite des vieux fonctionnaires n’apportera aucun résultat à l’Etat mais plutôt il vise à protéger des amis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT…

Le mardi, 10 décembre 2019, des groupes terroristes lourdement armés ont attaqué le Poste …