Home ACTUALITE Le forum scientifique « ensemble, relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé « a débuté ses travaux ce matin à Ouagadougou.

Le forum scientifique « ensemble, relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé « a débuté ses travaux ce matin à Ouagadougou.

Placé sous la présidence de M. Abdallah Boureima, président de la commission de l’UEMOA, ce forum qui a rassemblé d’éminents scientifiques et des spécialistes de haut niveau vise à faire le point de la lancinante question de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace sécurisé.

L’objectif de de forum est de favoriser le dialogue entre les principaux acteurs de l’intégration régionale et de les mobiliser autour des défis majeurs actuels. Cette rencontre permettra également de recueillir les contributions sur la réalité de la libre circulation des personnes et des biens, en lien avec l’évolution du contexte sécuritaire et d’esquisser des pistes d’amélioration.

Dans son mot introductif, le président Abdallah Boureima a indiqué que l’UEMOA constitue aujourd’hui un modèle d’intégration réussie en Afrique.

Il a par la suite rappelé les avancées majeures réalisées par l’organisation commune entre autres la directive sur la libre circulation et le droit rétablissement dans l’espace UEMOA , le traitement non différencié des étudiants dans les établissements publics de l’union, la liberté de circulation et le droit d’établissement pour les professions libérales, l’institution d un visa unique pour les personnes non ressortissantes de l’
UEMOA et de la CEDEAO, la construction des postes juxtaposés aux frontières des états membres, etc.

Pour le président Abdallah Boureima L’UEMOA est aujourd’hui un espace uni et solidaire.

Cependant en dépit de tous ses acquis des difficultés existent encore comme le faible niveau des échanges qui restent en deçà des attentes, les défis sécuritaires, etc.

En conclusion il a invité les uns et les autres à une profonde réflexion pour esquisser les voies et moyens pour renforcer l’union et les mesures d’accompagnement.

Pour sa part, Dr Alioune Sall, Directeur Exécutif de l’Institut des Futurs Africains a axé son intervention sur les enjeux de l’intégration et perspectives de l’Afrique en général et de l’Afrique de l’Ouest en particulier.

L’idéal d’intégration économique en Afrique a été une constante dans les discours et les engagements politique depuis le début des indépendances des pays africains.

Dr Sall a mentionné 1961 avec l’uea(Ghana, Guinée, Mali ), l,’OUA en 1963 et le traité d’Abuja en juin 1991.

Il a survolé les autres étapes d’intégration avant d’aboutir à la ZLECAF qui servira selon lui désormais de référentiel aux décideurs africains et à leurs partenaires.

Malgré certains progrès remarquables, l’état de l’intégration régionale en Afrique laisse à désirer . Seules 3 organisations régionales sur 8 ont fait des avancées en créant une zone de libre-échange et une union douanière.

S’agissant spécifiquement de l’UEMOA , dr sall a souligné que toutes les réformes nécessaires pour créer un marché commun basé sur la libre circulation des personnes et des biens, des services, des capitaux et le droit d’établissement des personnes exerçant une activité indépendante ou salariale, ainsi que sur un tarif extérieur commun et une politique commerciale commune ont été prises par les instances de l’UEMOA . Mais les objectifs visés n’ont pas été tous au rendez-vous.

Avant de conclure sa brillante communication, Dr Sall a énuméré les défis auxquels l’organisation commune doit faire face entre autres le défi sécuritaire, la gouvernance politique, le développement des ressources humaines, le développement des infrastructures et la perspective de l’intégration dans la zone ECO.

Ensuite les participants ont passé toutes ces questions en revue avant avant de s’apesentir sur le panel 1 axé sur l’accélération des réformes communautaires portant sur la libre circulation des personnes et du droit d’établissement.


Par Tam-tam Info News


  1. Il est indéniables que les africains de l’espace CDEAO ont commencer de comprendre les causes endogènes des difficultés qui existent encore tel le faible niveau des échanges relevés en deçà des attentes et particulièrement, les défis sécuritaires.
    – N’est-ce pas pour tout retarder sinon compliquer la situation que certains dirigeants à la solde des puissances étrangères, s’accrochent au pouvoir et ne point le quitter quel que soit le prix et le résultat?
    – Parfois, pour simplement avoir des dividendes conspirées, certains individus tapis dans l’ombre, se permettent d’apporter leurs concours pour détériorer la machine en marche vers notre développement afin de faire croire que les présents savent moins diriger que ceux-là (politique de la terre brûlée).
    – De tous ces groupes terroristes qui hantent la paix dans la sous-région, n’est-ce pas de coups-bas fomentés par certains esprits malsains qui tiennent vaille que vaille à nous maintenir pauvres et dépendants?
    NB: L’expérience de l’UEMOA quant à la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé dont les travaux ce déroulent à Ouagadougou est le résultat de la sagesse de nos dirigeants actuels qui ont eu le très grand courage de se débarrasser des idées imprimées dans l’esprit des uns et des autres afin de ne point se sortir des carcans de la dépendance en nous semant l’anarchie, le désordre et le chaos et l’instauration des conflits entre le pouvoir et le peuple. Souvent, l’invisible puissance tapie dans l’ombre nous crée des crises économiques pour accroitre l’effet que produiront les crises économiques afin d’arrêter les marchés et la production par tous les moyens détournés possibles et à l’aide de l’argent que l’on nous prête par institutions interposées.
    Là où il n’y a pas de sécurité, il n’y aura sûrement pas la libre circulation des biens et des personnes donc, point d’échanges d’où l’inefficacité de toute mesure prise pour arriver au développement global.

    DE PAR LA VOLONTÉ ET L’ENGAGEMENT SANS FAILLE DES HOMMES ET DES FEMMES QUI ONT PRIS CONSCIENCE DE LA LÉTHARGIE SITUATIONNELLE, NOUS AUTRES AFRICAINS POUVONS PENSER RÉUSSIR À TROUVER L’ISSUE DE SORTIE DE CE LABYRINTHE QUAND DES DIRIGEANTS DE LA STATURE DE NOTRE EXCELLENCE MONSIEUR ISSOUFOU MAHAMADOU ET SES PAIRS NE RECULENT DEVANT AUCUN OBSTACLE POUR CRÉER LA ZLÉCAF ET SA MONNAIE UNIQUE, L’ÉCO.

    Quant au reste pour endiguer toute action des esprits malveillants liés au terrorisme et autres trafics illégaux, cela dépend du niveau de conscientisation des citoyens de l’espace UEMOA où certaines ONG se doivent de s’y mettre pour éveiller la conscience de chacun et de nous tous tant urbains que que les habitants du monde rural à travers la sensibilisation, l’éducation et la formation de masse par des moyens de communication peu couteux installés près des populations cibles et faciles à gérer par cette même population. Il est clair que les moyens de communication n’existaient pas comme de nos jours, lorsque les premiers musulmans – ceux-là mêmes qui avaient la charge divine de le vulgariser dans le monde quand bien de thèmes sensibilisants parvenaient dans toute les parties de la Terre à l’attention de la vraie Oumma islamique; et, les vrais musulmans s’en accaparent pour se guider sur la bonne voie qui a emmené l’Islam original jusqu’à nous (pourtant, sans ces faux islamistes qui n’ont foi ni loi – on le sait fabriqué par des ennemis de la Paix et du Développement – pour perpétrer des exactions sur de paisibles citoyens. J’ai lu le plan d’action de l’Alliance d’Appuis au Développement des Énergies Renouvelables et Réseau d’Accès Rural – ADER & RAR – Niger: et, ça m’a épaté quant aux perspectives envisagées pour y réussir. Il suffit aux vrais partenaires de la Paix dans le monde, de l’épauler. Si les vrais hommes furent chargés de restaurer la Paix dans le monde d’il y a près d’un millénaire et demi; pourquoi pas les hommes d’aujourd’hui? TOUTE BONNE ACTION EST POSSIBLE AVEC DES HOMMES ET DES FEMMES PROBES, SAGES ET ENGAGÉS. Notre compatriote Monsieur Abdallah Boureima est aux commandes pour bien mieux arrimer notre zone à la bonne planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT…

Le mardi, 10 décembre 2019, des groupes terroristes lourdement armés ont attaqué le Poste …