Home ACTUALITE Le Ministre Kalla Ankouraou lance un appel pressant au Conseil de Sécurité , pour que la Guinée Bissau ne retombe dans l’instabilité et ne devienne une base arrière des terroristes sévissant au Sahel.

Le Ministre Kalla Ankouraou lance un appel pressant au Conseil de Sécurité , pour que la Guinée Bissau ne retombe dans l’instabilité et ne devienne une base arrière des terroristes sévissant au Sahel.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU a consacré la journée d’hier à une réunion sur la situation en Guinée Bissau. Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, M. Kalla Ankouraou a pris part à cette séance.

Ainsi, dans l’allocution prononcée en cette occasion, le Ministre Kalla Ankouraou après avoir remercié Mme Rosine Sori-Coulibaly Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Guinée-Bissau et Cheffe du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS), pour son excellent exposé sur la situation qui prévaut sur le terrain, a estimé « que le Niger qui assure cette année la présidence en exercice de la CEDEAO est, plus que jamais, disposé à contribuer aux efforts internationaux et régionaux pour la résolution pacifique de la crise bissau-guinéenne ». 

Il a énuméré les actions conjuguées des partenaires internationaux, en particulier le Groupe des cinq organisations internationales (P5), à savoir l’Union Africaine, la CEDEAO, la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), l’Union Européenne, les Nations Unies, qui ont contribué aux avancées significatives enregistrées ces dernières années en Guinée Bissau. « Ces avancées, a-t-il dit, ont permis la tenue des élections législatives et présidentielles, le 24 novembre pour le premier tour et le 29 décembre 2019, pour le second tour, dans des conditions jugées justes et équitables par la communauté internationale ». 

Malgré cet optimisme, le Ministre Kalla Ankouraou a indiqué que « l’impasse politique née après les récentes présidentielles, suscite de plus en plus d’inquiétude. Désormais un éventuel scenario catastrophe n’est pas à écarter totalement ». 

Pour avoir conduit plusieurs fois des missions d’accompagnement de la CEDEAO en Guinée Bissau, le Ministre Kalla Ankouraou a rappelé quelques éléments d’appréciation qui requièrent uneplus grande attention.

Il s’agit entre autres de la crise Bissau guinéenne revêt aujourd’hui une forme institutionnelle plus que violente. La constitution et la loi électorale en vigueur comportent les germes de malentendus chroniques faisant place à toutes les interprétations partisanes ;  le Président de la République actuelle a fini son mandat légal depuis plus de 7 mois. Il n’est la que par la volonté de la CEDEAO qui l’a maintenu à travers une résolution prise au sommet de Juillet 2019 pour éviter un vide institutionnel ; le gouvernement actuel est issu des élections législatives de 2019. Il est dirigé par le PAIGC qui ne dispose pas à lui seul de la majorité absolue, ce qui le rend fragile et l’activité de trafic et de stupéfiants dans ce pays est régulièrement indexée comme un des principaux facteurs de déstabilisation des institutions.

Pour éviter une nouvelle crise politique à ce pays, « le Niger réitère l’appel de la CEDEAO, demandant aux différents organes et institutions impliqués dans le processus électoral, de contribuer à la normalisation politique et institutionnelle du pays en finalisant, au plus tard le 15 février 2020 leurs travaux ».

En conclusion le Ministre Kalla Ankouraou a souligné que «  le Niger réitère ici l’appel de l’Union Africaine, pour une mobilisation collective de la communauté internationale, notamment l’ONU et l’Union Européenne, pour apporter davantage un soutien financier à cette mission, lui permettre permettre de poursuivre ses opérations, jusqu’à ce que les forces nationales de défense et de sécurité soient en mesure d’assurer la sécurité dans le pays ; avant de lancer un appel pressant à ce Conseil, pour que nous œuvrons ensemble afin que la Guinée Bissau ne retombe dans l’instabilité et ne devienne une base arrière des terroristes sévissant au Sahel.

Les membres du Conseil de Sécurité ont tour à tour donné leurs appreciations par rapport à la situation en Guinée Bissau.

Pour le  Représentant de Dominique républicaine, « le processus d’élection doit être examiné et félicité car les forces armées ont posé un acte exemplaire sur la séparation de l’armée et le processus démocratique.  Nous exhortons le gouvernement à mettre en place une commission des droits de l’homme pour protéger les droits des citoyens.  

Nous saluons une nouvelle politique d’homme et de femme qui va respecter le droit des femmes.

La sécurité alimentaire et la malnutrition est un grand défi pour le peuple de Guinée Bissau ».

Pour le  Représentant de la Tunisie, « Nous saluons l’engagement des forces militaires à garantir le système démocratique en Guinée Bissau.

Après l’annonce des résultats et la crise qui a éclatée et qui pourrait continuer nous exhortons les deux parties concernées à prévaloir l’intérêt supérieur de la nation.  Nous saluons le rôle efficace mené par la CEDEAO pour mettre en place un climat de paix et sécurité dans ce pays. Nous encourageons la promotion des femmes et des jeunes dans le système démocratique du pays.  La Tunisie apprécie les efforts des autorités et les appelons à le soutenir pour lutter contre le trafic de drogue.  Le manque de stabilité menace ce pays surtout pour le développement et ce retour en arrière pourrait avoir des conséquences. 

Pour le Représentant de l’Allemagne, « nous nous félicitons de l’organisation des deux tours des élections, nous devons respecter les différents partis en mettant en place un système de médiation surtout par celui de la CEDEAO. Nous nous félicitions de l’implication des femmes dans le processus politique.  Nous devons engager des poursuites contre la criminalité organisée, voilà pourquoi une coopération étroite en l’occurrence le rôle de la CEDEAO est importante.  Le renouvellement du mandat de maintien de la paix est important et nous partageons l’avis du SG dans ce processus.

Pour le  Représentant de France, « après une période de forte incertitude nous saluons la tenue des élections, je voudrais féliciter la CEDEAO actuellement présidée par le Niger pour son rôle.  Les sanctions décidées par ce conseil ont été efficaces, le processus Guinée Bissau reste à être consolidé, la révision de la constitution doit être mise en place dans les plus brefs délais.  La lutte contre le trafic de drogue doit être pris très au sérieux.  La Guinée Bissau peut compter sur le soutien de la France pour un processus démocratique.

Pour le Représentant de l’Indonésie, « nous félicitons la population de la Guinée Bissau pour ce processus électoral, nous exhortons toutes les parties prenantes à une solution pacifique pour le transfert du pouvoir.  L’instabilité a été trop duré et a mis en péril le développement de la Guinée Bissau.  Nous avons besoin d’une reforme multi sectorielle et surtout garantir une démocratie étant donné que la moitié de la population vit au seuil de la pauvreté.  Le pays est à un véritable tournant de son histoire, nous ne devrons pas l’oublier et mettre en place une feuille de route, je partage l’avis du SG sur les reformes de la GB.  A l’avenir nous devons nous assurer que les avancées obtenues avec des nombreux efforts ne doivent pas être hypothéqués ».

Pour le  Représentant de Saint Vincent, « la situation en Guinée Bissau inquiète, nous félicitons le peuple de GB pour les élections et comme ça a été indiquéles résultats ont été contestés.  Nous encourageons la Guinée Bissau a urgemment implémenté les reformes afin d’avancer dans la voie du progrès.  Les améliorations sociales et économiques doivent être soutenues.  Nous constatons que le trafic de stupéfiants reste encore, nous appelons la communauté internationale à continuer à soutenir la Guinée Bissau.

Pour le  Représentant de la Chine, « deux tours d’élections ont été organisés et les résultats des élections restent contestés, nous exhortons les deux partis à résoudre leurs différents et nous pensons que la résolution de ce conflit reste africaine.  Car nous appelons la communauté internationale à continuer àsoutenir et accompagner le peuple de Guinée Bissau.  La Chine soutient toutes les organisations engagées dans le processus de résolution de la crise ».  

Pour le Représentant de l’Afrique du Sud , «  c’est le Niger qui préside la CEDEAO en ce moment et salut la représentante de la GB.  Je veux me concentrer sur 3 points.  

1 la situation politique, nous tenons à féliciter le peuple pour les élections transparentes et crédibles, cela aidera le pays à poursuivre ces efforts sur la voiedu développement.  Nous devrons penser à la suivre après le processus électoral.  Le dévident démographique doit être exploité.  Nous saluons le processus fort de la CEDEAO, nous encourageons les dirigeants de la CEDEAO à continuer le processus de médiation.

2 la criminalité organisée qui reste la menace, ce qui représente un danger pour ce pays et les voisins, nous saluons les efforts pour fournir le soutien sur la lutte contre le trafic de drogue.  Nous soutenons une mise en place d’un processus pour le retrait des forces des Nations unies ».

Pour le  Représentant des USA, « les deux tours des élections sont à féliciter, les USA continueront à soutenir la Guinée Bissau à renforcer la démocratie et le développement.  Sur toutes ces priorités communes.  Nous sommes préoccupés du trafic de drogue dans ce pays.  Nous exhortons l’ONU a continué son soutien ».

Pour le Représentant de l’Estonie, « nous encourageons les deux parties à éviter des rhétoriques qui pourrait enflammer les deux parties.  La participation des femmes et des jeunes dans le processus démocratique est cruciale.  Nous sommes favorables par le travail de la représentante spécial.  Une approche vers la consolidation de la paix doit être mise en place ».

Pour le Représentant du Vietnam, « voici les observations du Vietnam, nous saluons le travail des organisations internationales et saluons le peuple de GB pour leurs efforts de médiation.  Nous attendonsla fin du cycle électoral et le peuple GB doit être en mesure de pacifiquement résoudre leur diffèrent.

Nous insistons sur l’importance de renforcer la lutte contre la drogue et surtout la participation des femmes et jeunes dans le processus électoral. Nous appelons les organisations et les ONU a travaillé àl’unisson pour mettre en place les activités de paix et de développement ».

Pour le Représentant de la Grande Bretagne, « le Niger a un rôle essentiel à jouer en tant que président en exercice de la CEDEAO, nous nous félicitons de la neutralité de l’armée dans le processus démocratique.  Nous appelons toutes les partis à travailler ensemble et se concentrer comme le prévoist l’accord de Conakry.  Nous félicitons Madame Coulibaly et vous pouvez compter sur notre soutien.  Nous sommes favorables pour la retraite de l’ONU d’ici 2020.  Nous devrons les accompagner par le biais du représentant spécial du SG Mr Chambas même après le retrait de la force de maintien de la paix.

Pour le Représentant de la Russie , Nous sommes satisfaits de constater que la population a participé pacifiquement aux élections ce qui a été confirmé par les observateurs internationaux.  L’achèvement du cycle électoral comme l’indique le SG et le pays pourra tourner la page surtout le passé.   Nous appelons toutes les forces politiques à résoudre le diffèrent pacifiquement.  Les forces de l’armée ne se mêlent pas du processus électoral.  La restructuration de la force de l’ONU, d’ici à la fin 2020.  Nous devons lutter contre la corruption et le trafic de stupéfiant ».

Pour le Représentant de la Belgique «  La stabilité politique est essentielle pour le pays, nous appelons au dialogue et à la retenue, le suivi de la situation est essentiel, nous réitérons le plein soutien de la Belgique à la représentante de Guinée Bissau ».

Auparavant, l’ambassadeur de la Guinée Bissau à l’ONU a déclaré que 

“ les élections en Guinée-Bissau se déroulenttoujours dans un environnement pacifique et cettefois-ci n’est pas différente. Comme d’habitude, les gens se sont rendus aux urnes de manière ordonnée etpacifique. Cependant, comme les résultats du second tour ont été contestés et que le processus est toujoursen instance devant la Cour suprême de justice, la population reste calme et attend patiemment la décision finale des tribunaux, un organe de la souveraineté nationale. Le peuple de Guinée-Bissau mérite une clôture claire et positive du processus, afin qu’il puisse voir la lumière de l’espoir pour l’avenir de ses enfants.

Il a exhorté la communauté international à resterpositive, “ qu’après le règlement définitif du processus électoral, il y aura un nouveau départ pour la Guinée-Bissau et le nouveau mandat de l’ONUreconfiguré aura la possibilité de se concentrerdavantage sur l’aide au programme de développement. Ce n’est qu’avec une paix durable etdes institutions solides que nous pourrons atteindreles objectifs de développement durable. La Guinée-Bissau et son peuple méritent un nouveau départ, unenouvelle page et nous comptons sur l’appui constant de vous tous, membres du Conseil de sécurité et de la communauté internationale en general”. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

S.E Ousseini Tinni récompensé par le PADEV 2020

Le Président de l’Assemblée nationale du Niger, Ousseini Tinni a officiellement reçu…