Accueil / ACTUALITE / Le Nigeria suspend sa participation à l’accord de libre-échange de l’UA

Le Nigeria suspend sa participation à l’accord de libre-échange de l’UA

Le président Buhari ne se rendra pas à Kigali, où a lieu cette semaine un sommet extraordinaire de l’Union pour signer le traité sur la zone de libre-échange continentale. Muhammadu Buhari devait y signer ce traité mais il a décidé de suspendre la participation de son pays à cet accord.

Dans un communiqué, le président Buhari explique qu’il n’ira pas à Kigali parce que certaines personnes, qu’il ne nomme pas, n’ont pas été consultées. Il dit souhaiter donc donner plus de temps aux consultations.

Le libre-échange inquiète l’un des plus grands syndicats du pays, le Congrès du travail du Nigeria. Cette centrale syndicale soutient que le libre-échange pourrait creuser les écarts entre les nations africaines.

« Radioactif »

Aux yeux de son président, Ayuba Wabba, le traité de libre-échange est d’inspiration « néo-libérale ». Dans un communiqué, il l’a même qualifié « d’extrêmement dangereux » et de « radioactif ».

Ce traité vise à intégrer les 54 pays africains dans une zone de libre-échange. Il doit réunir, à terme, des blocs régionaux comme la Cédéao, en Afrique de l’Ouest, et la SADC, en Afrique australe.

Ce traité prévoit l’abolition des barrières commerciales, alors que le président Buhari a adopté une politique économique protectionniste. Concrètement, il est interdit d’importer de nombreux produits pour encourager le « made in Nigeria ».

À propos de l'Auteur

Par RFI

À propos Administrateur

12 plusieurs commentaires

  1. ses serviteurs d occidentaux , les gardiens soit disant chefs d etats africains , tas de chiffons ,on leur a dictees ce qu ils vont faire nous leur peuple sans prevoir les consequences .

  2. salut Buhari ,goorkoo!!! tu as bien fait .

  3. Enfin un qui réfléchit avant de suivre le troupeau…

  4. LE PRÉSIDENT DU NIGERIA SAIT CE QU’IL VEUT DE BIEN POUR SON PAYS!!!

    PLUSIEURS PRÉSIDENTS AFRICAINS JOUENT AVEC LEURS CONCITOYEN (NES)….!!!

    EN RÉALITÉ, MÊMES LES REGROUPEMENTS RÉGIONAUX (CEDEAO, CEMAC) RETARDENT L’INTÉGRATION ECONOMIQUE RÉELLE DES PAYS ET DES COMMUNAUTÉS… POUR LA SIMPLE RAISON QUE LES RICHESSES NATIONALES NE SE CRÉENT PAS PLUS VITE ..ET QUE LA PAUVRETÉ RURALE NE BAISSE PAS SIGNIFICATIVEMENT!!!!

    NOUS NE POURRONS JAMAIS DÉVELOPPER NOS PAYS VIA L’INTÉGRATION SUPRANATIONALE …EN TRAÎNANT ..50-60% DE PAUVRES NATIONAUX (DONC RURAUX LOCAUX!!!

    …L’INTÉGRATION PEUT ET POURRAIT ETRE EFFICACE POUR NOS PAYS …QU’EN CREEANT DES COUPLES ÉCONOMIQUEMENT VIABLES DE PAYS (NIGERIA-NIGER, NIGERIA-BÉNIN, RCI-GHANA, CAMEROUN-TCHAD, ZAIRE-CONGO, ANGOLA-NAMIBIE, KENYA-TANZANIE, ALGÉRIE-TUNISIE, MAROC-ALGÉRIE, …ETC.)

  5. Buhari n’est pas un mercenaire que les occidentaux utilisent pour se trouver un second souffle…l’Europe est morte et ils n’ont que la carte des ex colonies en main pour sauver leurs états de la faillite.

  6. Buhari est un modèle type de leadership, cette décision sage du président émane des conseils de la centrale syndicale des travailleurs du Nigeria. Pas comme chez nous où les princes qui nous gouvernent sont des divins.

  7. En effet on ne prône le libre échange que quand on est sûr de ses forces de sa compétitivité.

    • Sinon on devient le marché des autres pays, donc leur déversoir. Et à DIEU le développement, l’indépendance et la dignité

  8. Buhari a raison: avant d’aller à l’intégration tout pays doit se poser la question suivante: qu’est ce que je gagne? Intégration n’est pas une question de sentiment mais une question objective.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.