Accueil / ACTUALITE / Le père de l’énergie solaire au Niger, un savant de renommée internationale

Le père de l’énergie solaire au Niger, un savant de renommée internationale

27 ans après la mort du père de l’énergie solaire au Niger, le professeur Abdou Moumouni Dioffo fait toujours parler de lui dans le monde entier.

Ce précurseur dans le développement solaire au Niger et où l’université du pays porte son nom a, à son actif, plusieurs brevets d’invention sur les chauffe-eau solaire, les fours solaires, les capteurs solaires et surtout un moteur à vapeur. Sa renommée a dépassé les frontières de son pays.

À propos de l'Auteur

Source: RFI

À propos Administrateur

16 plusieurs commentaires

  1. Malheur au Niger qui n'a tiré profit des talents de son meilleur fils sur le plan technologique

    Niger a perdu le leadership inspiré par cet éminent chercheur. Ce sont les autres qui se sont accaparés de ces résultats. Nous sommes toujours au stade de Gorou Banda.C’est trop triste.

  2. c’est triste tout ça…..et venez encore me dire que les occidentaux sont source de nos malheurs….

    ce monsieur n’a jamais été pris au sérieux par les dirigeant de son époque…certainement ils ont conclu qu’il est fou et que ça valait pas la peine de financer son projet à la con……

    au fait le Niger n’a jamais trouvé son point de départ, on n’a jamais reelement decoler ou démarrer, on tourne en rond avec des gens qui refusent d’aider le pays et empêchent ceux qui sont motivés à le faire…

    il n’y a qu’à regarder à l’université de Niamey ou certains enseignants avaient la mauvaise habitude de créer deliberement des problèmes à certains bons étudiants par peur de faire mieux qu’eux un jour…..

    • Nous sommes inondés de soleil, nous avons un savant avant tous les autres…Mais tous les autres nous sont passé devant pour le solaire.
      Cherchez l’erreur…

  3. La Turquie a exigé 3 milliards d’euro pour faire ce que nous faisons à savoir stopper les fliux des migrants en partance pour l’Europe. cela fait 2000 milliards de nos francs.
    Quant à nous (5 pays) on cherche 300 milliards en vain.
    Et c’est notre « ami » la France qui fait de la résistance.

    • J’ai des peines à faire le lien entre le solaire et les migrants syriens…il doit y avoir une petite erreur…

  4. Nous soutenons le solaire en taxant les possesseurs de panneaux solaires avec un impôt insensé. Certains pays comme le Bénin soutenait la science et la technologie en ne taxant pas (corrigez s’il vous plaît si je me trompe) l’importation des ordinateurs. Il est vrai que dans ce pays, il y a une obsession de l’impôt de la part de t’Etat et de la « Cosa Nostra » que constituent les régies financières. La science, la connaissance sont accessoires dans ce pays de grands villageois où les trottoirs sont envahis par des « marchands », par l’esprit de « canaan », où les villageois se sentent gênés pour sévir contre les villageois. Vive l’anarchie. A quoi bon faire des voies pour motocyclistes ou piétons si des milliers d’hurluberlus à la con (vendeurs de toutes sortes envahissent immédiatement ces espaces)? Dégagez nous cette « merde ».
    On est soit moderne, soit traditionnel soit fruit d’une alchimie entre les deux. Ici ni l’un, ni l’autre. On a perdu les repères traditionnels, religieux et on ne maîtrise pas la modernité. Du coup, des brutes roulent sur des engins faits par les autres ne respectant presque rien sous les yeux des policiers, des ministres de l’intérieur et des transports. Des morveux appelés scolaires descendent tout le temps dans la rue et font la loi. Décidément « dernier » cela se mérite.

    • Et ce ki est choquant,les autorites municipales regardent sans defense, ces villageois de vendeurs ki occupent les pistes cyclabes.imaginer un instant un burundais ki vient pour la premiere fois au niger.il loue un velo ou une moto a l hotel et decide de faire une ballade du cote de l autoroute ki passe devant niger24 ou chateau tawey tawey pour ce ki connaissent ,histoire de connaitre la ville.et bien cet innocent burundais risk de mourrir betement en cognant une echalande dans le dernier pays du monde

    • « On a perdu les repères traditionnels, religieux et on ne maîtrise pas la modernité. « Merci de ce que tu as écrit, c’est exactement notre problème et il est immense. Nous ne savons plus ce que nous sommes.
      Nous copions un peu les uns et les autres: pour la religion on copie un peu les arabes, pour la modernité on copie un peu les européens…mais nous ne sommes que de petits suiveurs, incapables d’avoir des valeurs et une pensée propres à nous-mêmes. Et surtout et enfin nous nous victimisons tout le temps alors que nous sommes nous-mêmes notre meilleur ennemi.

  5. Le Niger, un grand pays avec un grand peuple et d´immenses talents qui a sombre aux mains d´incapables et de mediocres.

Répondre à Le frustré Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.