Accueil / ACTUALITE / Le Président de la République et le Premier Ministre ont accordé des audiences à la délégation de la Banque Centrale Populaire du Maroc

Le Président de la République et le Premier Ministre ont accordé des audiences à la délégation de la Banque Centrale Populaire du Maroc

En marge de la cérémonie de participation de la Banque Centrale Populaire du Maroc dans le capital de BIA Niger, le Directeur Général en charge de l’international de la Banque Centrale Populaire du Maroc, M. Kamal Mokdad a été reçu en audience au Palais de la Présidence, par le Président de la République, Chef de l’État du Niger, SE. Issoufou Mahamadou.

Cette audience s’est déroulée en présence du ministre des finances, M. Massoudou Hassoumi. M. Kamal Mokdad a déclaré à la presse à la sortie de cet entretien, que l’objet est d’échanger avec le Chef de l’Etat de la finalisation de la prise de participation par la Banque centrale populaire du Maroc dans le capital de BIA Niger. La banque marocaine qui vient d’acheter 69,5% du capital de BIA Niger est déjà présente au Niger à travers la Banque Atlantique.

« Nous avons évidemment parlé de l’apport que le groupe Banque Centrale du Maroc va faire bénéficier à la Banque Atlantique du Niger et la BIA pour contribuer à permettre à cette banque d’avoir la place qu’elle mérite sur le marché, lui apporter aussi l’expertise technique ainsi que l’appui pour pouvoir développer de nouvelles offres autour de la micro finance de la banque de détail, mais également contribuer au financement des projets stratégiques pour le pays dans le domaines des infrastructures et de l’énergie notamment.

Nous avons également parlé de la possibilité d’introduire une nouvelle filiale dans la micro finance pour inclure socialement et financièrement les populations, mais également, de la possibilité d’introduire la banque participative qui pourrait permettre d’adresser une frange particulière de la population et augmenter le taux de bancarisation du pays qui est autour de 5% », a expliqué M. Kamal Mokdad.

En début d’après-midi, c’est la délégation du groupe de la Banque Centrale Populaire (BCP) du Maroc, conduite par son Président Directeur Général (PDG), M. Mohamed Benchaaboun, qui s’est entretenue avec le Premier ministre, Chef du gouvernement du Niger, S.E Brigi Rafini. Le PDG du groupe a déclaré à la presse à leur sortie d’audience, que la Banque Centrale Populaire du Maroc vient de procéder à l’acquisition de la majorité du capital BIA Niger.

‘’ Cette acquisition a été réalisée à travers deux opérations à savoir les cessions de la part de l’Etat et l’augmentation du capital par le groupe BCP. Il s’agit de donner les moyens à BIA Niger de continuer son développement et accompagner les principaux projets inscrits dans le plan de développement de la République du Niger. Globalement, le groupe BCP est déjà présent dans la totalité des pays voisins de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)’’, a précisé le PDG du groupe BCP du Maroc.

Aujourd’hui, il vient de se renforcer par cette acquisition et nous espérons qu’il va pouvoir apporter toute son expertise, toute son énergie et ses moyens financiers afin de faire en sorte que dans les mois à venir, la Banque Atlantique Niger qui est déjà présente et BIA puissent jouer ensemble en faveur de l’accompagnement des projets de développement économique et social du Niger.

‘’ C’est dans cette optique que le Premier ministre, Chef du gouvernement nous a félicité pour la réalisation de cette opération et nous a demandé de faire en sorte que cela soit très rapidement opérationnel pour accompagner les efforts du gouvernement en matière de développement économique et social’’.

À propos de l'Auteur

Tamtam Info News

À propos Administrateur

3 plusieurs commentaires

  1. Quand Paul Kagame demontre un refus niet a une delegatiion diplolmatique francaise ,comme pour leur signifier le Rwanda de maintenant ce n’est plus une plantation de vos papa gaulois…..pour y venir il y a un protocole a respecter ….

    Et si les autres CHEFS FAILLIS D’ETATS FAILLIS s’y inspirer…..mais ont ils les couilles …ces CASTRES🔪 😂🔪
    ET nonobstant ce qui est dit…..TOTO A DIT respecte PAUL KAGAME…..et TOI….Et a la ligne pour le sharing ……..:
    Une tension diplomatique a éclaté entre la France et le Rwanda depuis qu’une délégation française s’est vu refuser le visa d’entrée à Kigali pour une mission les 9 et 10 juillet dernier.

    Une délégation diplomatique française a essuyé un refus de visa pour le Rwanda pour avoir présenté un document de voyage orné de l’ancien drapeau rwandais, en vigueur au moment du génocide. Selon Jeuneafrique qui donne l’information, c’est un premier accroc dans la relation, encore embryonnaire, entre les nouvelles autorités françaises et le régime de Kigali.

    Selon la sources, les 9 et 10 juillet, une délégation officielle française devait se rendre en mission au Rwanda, avant de poursuivre son périple au Cameroun. À sa tête, Rémi Maréchaux, directeur de l’Afrique et de l’océan Indien au ministère des Affaires étrangères, qui devait être accompagné d’un responsable Afrique subsaharienne de l’Agence française de développement (AFD), et d’un conseiller économique.

    Une audience avait été convenue à Kigali avec Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères », rapporte le journal.

    Poursuivant, la source note que début juillet, le Quai d’Orsay transmet à l’ambassade du Rwanda à Paris la demande de visa de ces trois personnalités, ainsi que l’itinéraire qui les conduira en Afrique centrale, via Bruxelles. En vis-à-vis de chacun des pays traversés, le système informatique du Quai d’Orsay a fait figurer son drapeau.

    L’affaire remonte aussitôt à Kigali, où la réponse ne se fait pas attendre. Émanant d’une haute instance de la République française, la boulette est vue comme un casus belli. Et le visa n’est pas accordé aux trois officiels.

    Le Quai d’Orsay ne conteste pas que la mission initialement prévue ait été reportée. Mais la diplomatie française, sans confirmer ni infirmer explicitement nos informations, en donne une version moins urticante.

    « Il y a eu un couac administratif et les visas n’ont pu être délivrés à temps. Il s’agit seulement d’un report, pas d’un problème diplomatique », fait savoir une source au fait du dossier.

    Côté rwandais, cette version fait sourire, même si Kigali ne va pas jusqu’à soupçonner l’actuelle administration française d’une provocation gratuite. « En guise d’explications, on nous a dit que les drapeaux étaient générés par le système informatique, et qu’ils ne se voyaient qu’à l’impression », explique un officiel rwandais.

  2. Pour s’assurer avant la braderie de la Bia que le backchis est bien au frais !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*