Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / Le Président Issoufou Mahamadou à l’occasion du nouvel an : « Les défis sont énormes, les difficultés sont nombreuses mais l’avenir nous appartient. Nous savons où nous allons ».

Le Président Issoufou Mahamadou à l’occasion du nouvel an : « Les défis sont énormes, les difficultés sont nombreuses mais l’avenir nous appartient. Nous savons où nous allons ».

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou s’est adressé à la Nation, le dimanche 31 décembre 2017, à la veille du nouvel an. Comme de tradition, il a brossé l’état de la Nation, avant de s’appesantir sur les défis du moment et les perspectives pour le pays en 2018. A tout seigneur, tout honneur, la paix et à la sécurité du pays ont occupé le devant de la scène, suivie bien sûr de la question du changement climatique, l’initiative « 3N », le domaine des infrastructures, le domaine du développement du capital humain, la scolarisation de la jeune fille, la stabilité macro-économique du pays et les réformes.

A toutes ces priorités le Président de la République a apporté son éclairage et sa guidée. Ainsi, s’agissant de la paix et de la sécurité, gages de tout développement d’un pays, le Chef de l’Etat a été clair et précis :  « Je sais combien vous tenez à la paix et à la sécurité du pays. Je sais avec quelle ferveur vous priez jour et nuit pour les consolider. Le Gouvernement, quant à lui, y a travaillé tout au long de l’année 2017. C’est ainsi qu’il y a consacré 15% des ressources budgétaires. Il s’est efforcé de recruter, de former, d’entraîner, d’équiper nos soldats qui sont, aujourd’hui, parmi les meilleurs de la sous-région. Il a joué un rôle actif dans la mutualisation des capacités opérationnelles et de renseignement des pays de la sous-région, dans le bassin du Lac Tchad comme dans le Sahel. Nos forces de défense et de sécurité ont tenu et tiennent, avec honneur, leur place dans la Force Mixte Multinationale qui opère dans le bassin du Lac Tchad comme dans la Force Conjointe récemment mise en place par le G5-Sahel.

En 2018 et les années suivantes, le Gouvernement poursuivra la mise en œuvre du programme de montée en puissance des forces de défense et de sécurité, notamment à travers la création des infrastructures militaires partout où cela est nécessaire, l’objectif étant d’être capable, à terme, de faire face à toute menace, quelle qu’elle soit, et donc d’assurer nous-mêmes la sécurité de notre vaste pays ».

Le Président Issoufou a salué la mémoire de tous nos soldats tombés sur le champ d’honneur à Abala, Ayérou, Bankilaré, Tongo-Tongo aux côtés de leurs camarades Américains, dans le bassin du lac Tchad, au Mali et sur tous les théâtres d’opération où le devoir les a appelés, avant de dire tout haut sa profonde déception face à l’absence de progrès notable sur le dossier libyen en 2017 où la situation s’aggrave de jour en jour. Il a aussi salué les grands succès remportés contre la migration illégale.

En effet,  la lutte contre la migration clandestine, domaine dans « consolide notre sécurité, tout en protégeant les migrants des risques qu’ils courent dans la traversée du désert et de la méditerranée ainsi que des conditions et traitements inhumains et dégradants dont ils sont victimes ».

Concernant le changement climatique, une question de l’avis même du Président Issoufou qui fait partie intégrante de la problématique de la construction nationale, il a rappelé que le changement climatique est « un défi, de portée mondiale, qui a fait l’objet de plusieurs rencontres internationales auxquelles le Niger a activement participé. Ce fut le cas de la COP 23 tenue au mois de Novembre 2017 en Allemagne. Ce fut également le cas, le 12 Décembre dernier, à Paris, du Sommet sur le financement du climat.

Ces rencontres ont été, pour nous, autant de tribunes pour attirer l’attention de la communauté internationale sur les graves conséquences du Changement climatique notamment au Sahel et dans le bassin du lac Tchad : disparition progressive du lac Tchad qui a déjà perdu 90% de sa superficie par rapport aux années 1960, dégradation des écosystèmes du bassin du Niger, dégradation des terres et déforestation, fréquence de phénomènes extrêmes d’inondation et de sécheresse, le tout se traduisant par une réduction de ressources disponibles pour une population en croissance exponentielle.

Par ailleurs, notre pays, désigné par la Conférence de Marrakech sur le climat  pour coordonner la Commission Climat du Sahel, s’acquitte de cette tâche avec succès et accueillera, en 2018, une table ronde des bailleurs de fonds  pour le financement du plan d’investissement climat pour la région du Sahel, en cours d’élaboration. Il accueillera également la Conférence sur la Désertification et l’Economie Verte.

Tout cela prouve combien  le Gouvernement est engagé dans la lutte pour la protection de la planète et donc des générations futures.

Le Président a également évoque la Renaissance culturelle, « un chantier qui n’a pas de fin et qui nécessite donc la solidarité de toutes les générations. Elle nécessite, naturellement, une conscience nationale forte, votre cohésion, votre loyauté vis-à-vis de l’Etat. Elle nécessite d’être au service de l’intérêt général. Elle nécessite le respect du bien public. C’est pour toutes ces raisons que le Gouvernement a travaillé, tout au long de l’année 2017, à la mise en œuvre du premier axe du programme de la renaissance, celui  relatif à la renaissance culturelle.

Le Gouvernement veillera à amplifier la prise en charge, en 2018,  de cet axe  qui étayera tous les autres axes du programme de renaissance ».

Parlant de l’initiative « 3N », des infrastructures et dudéveloppement du capital humain, il a indiqué que le Gouvernement va poursuivre les actions initiées depuis 2011, en se concentrant davantage sur la question de la maîtrise de l’eau, la maison du paysan, la restauration et la défense des terres. Il a conçu et mis en œuvre, en rapport avec les partenaires, un plan de soutien aux populations vulnérables et préparé la campagne agro-pastorale 2017-2018. Et il veillera à une bonne préparation des campagnes des cultures pluviales et irriguées 2018-2019.

Pour le Chef de l’Etat, dans le domaine des infrastructures, « la liste des réalisations s’allonge année après année : l’année 2017 a enregistré, entre autres, la mise en service de l’hôpital de référence de Niamey, l’inauguration de la centrale thermique de Gorou Banda, du Boulevard Tanimoune, du marché moderne Dolé de Zinder, la réalisation des infrastructures Tahoua Sakolla, la pose de la première pierre du 3ème pont sur le fleuve Niger à Niamey, dénommé  « Pont Général SeyniKountché ».

En 2018, plaise à Dieu, nous inaugurerons l’échangeur Diori Hamani, la route bitumée Zinder–Magaria-Frontière avec le Nigéria, les routes bituméesBalléyara-Filingué,  Balléyara- Loga, Madaoua-Bouza-Tamaské, Tchadoua-Mayahi, Maradi-Madarounfa, l’hôpital de référence de Maradi, nous réaliserons les infrastructures de Zinder Saboua, et nous lancerons de nouvelles infrastructures routières.

L’année 2018 sera aussi l’année de la reprise effective des travaux du barrage de Kandadji dont la mise en eau doit intervenir en 2020. Elle verra également le lancement des travaux de la centrale photovoltaïque de Gorou Banda et de la centrale hybride d’Agadez ».

Dans le domaine du développement du capital humain, la scolarisation de la jeune fille a été au centre des préoccupations du Gouvernement qui a adopté des dispositions réglementaires protégeant la scolarité de la jeune, au moins jusqu’à l’âge de 16 ans. Et au Président Issoufou de lancer « un appel aux parents, pour qu’ils soutiennent les efforts du Gouvernement car,  s’il y a un domaine où la force physique ne compte pas, s’il y a un domaine où l’égalité des chances est possible, s’il y a un domaine où une fille vaut un garçon et peut donc rendre les mêmes services à sa famille et à la société, c’est bien le domaine  de la connaissance.

La scolarisation de la jeune, jointe à l’autonomisation de la femme et à la promotion de la santé de la reproduction est un instrument important de capture du dividende démographique et de création des conditions de la transition démographique ».

Le Chef de l’Etat a par ailleurs, insisté sur la qualité de l’enseignement et a encouragé  qui avait procédé à des évaluations qui ont mis à jour des défaillances dans notre système éducatif, de poursuivre  le travail d’assainissement amorcé. Il a sur ce point, invité « l’ensemble des partenaires de l’école à œuvrer aux côtés du Gouvernement pour le renforcement de la qualité de l’offre éducative et de la crédibilité de notre école afin d’assurer un meilleur encadrement, et par conséquent une meilleure éducation à nos enfants ».

Parlant des questions économiques et des réformes, le Président de la République s’est réjoui du « dynamisme de notre économie qui réalise, en 2017, malgré tous les chocs, un taux de croissance estimé à 5,2%  avec un taux  d’inflation maintenu  en dessous de 3%. De manière générale, grâce aux mesures et réformes mises en œuvre, le Gouvernement a renforcé la stabilité macro-économique du pays. L’effort de réformes sera maintenu en 2018. Ces réformes, comme vous le savez, concerne aussi le secteur privé dont nous voulons faire le second moteur de la croissance économique. C’est pourquoi le Gouvernement s’est efforcé, tout au long de l’année 2017, d’améliorer le climat des affaires.

En 2017, notre pays a été classé parmi les pays qui ont fait  le plus de réformes en Afrique au sud du Sahara. Cela a certainement contribué à la mobilisation du secteur privé,  à l’occasion de la récente table ronde, tenue à Paris, sur le financement du Plan de la Renaissance. Signe de la crédibilité retrouvée, cette table ronde a été un franc succès.

Le Gouvernement prendra toutes les dispositions pour que les ressources annoncées soient mobilisées et décaissées sur la période du plan, en particulier les ressources programmées pour l’année budgétaire 2018 ».

Le Niger a retrouvé sa crédibilité  et toute sa crédibilité. Pour preuves, le Chef de l’Etat a cité entre autres, «  le rôle que notre pays joue au niveau continental s’agissant notamment de l’établissement de la zone de libre-échange continentale ou au niveau régional pour la création de la monnaie unique de la CEDEAO ainsi que la désignation des cadres nigériens à des postes de responsabilité de niveau international, les visites des personnalités de premier rang de pays amis  comme celles récentes des Présidents du Faso, du Mali, de la Mauritanie et Tchad qui ont rehaussé de leur présence les cérémonies de commémoration du 59eme anniversaire de la République à Tahoua ou celle du Président de la République Française, Monsieur Emmanuel Macron, l’ouverture de nouvelles Ambassades de pays amis à Niamey, à l’exemple de l’Ambassade d’Italie dont les bureaux seront inaugurés le 03 Janvier prochain ».

En conclusion ; le Président Issoufou Mahamadou a reconnu que « Les défis sont énormes, les difficultés sont nombreuses mais l’avenir nous appartient. Nous savons où nous allons. Avec la patience qui  caractérise notre peuple, armés de nos convictions et des grandes ambitions que nous avons pour notre pays, nous progresserons, année après année, sur le chemin de la renaissance du Niger, le chemin de son développement économique et social. Ce fut le cas en 2017. Ce sera le cas, plaise à Dieu,  en 2018 ».

À propos de l'Auteur

Namalka Bozari (Tamtam Info News)

 

À propos Administrateur

8 plusieurs commentaires

  1. « En 2018, plaise à Dieu, nous inaugurerons l’échangeur Diori Hamani, la route bitumée Zinder–Magaria-Frontière avec le Nigéria, les routes bituméesBalléyara-Filingué, Balléyara- Loga, Madaoua-Bouza-Tamaské, Tchadoua-Mayahi, Maradi-Madarounfa, l’hôpital de référence de Maradi, nous réaliserons les infrastructures de Zinder Saboua, et nous lancerons de nouvelles infrastructures routières. »
    Qu’ALLAH fasse que ces réalisations deviennent réalités/. AMEEEN

  2. Dan allah, inaugurer un boulevard est réellement une activité importante à mettre dans l’agenda d’un chef d’état. Ce boulevard peut être inauguré par son haut représentant, et ça suffit.

  3. pourquoi on n’a pas honte de voler et mal gerer notre pays
    pourquoi on n’a pas honte de demeurer tjrs dernier du monde
    pourquoi nos lois ne tiennent pas face aux ennemis du peuple
    pourquoi on n’est pas nationaliste
    pourquoi nous détruisons nos ressources naturelles
    pourquoi on ne respecte pas la chose publique
    pourquoi on ne pense pas aux générations futures
    pourquoi nous tendons toujours la main pour payer nos salaires
    pourquoi tous ces maux!

    • Hélas autant de pourquoi dont nous connaissons certaines réponses:
      – une classe politique sans morale
      – une fonction publique dévoyée et corrompue qui se moque des nigériens
      – un pays soit-disant musulman mais qui n’applique ni la sunna, ni le Coran.

      « La course aux richesses vous distrait, jusqu’à ce que vous visitiez les tombes. Mais non ! Vous saurez bientòt !(Encore une fois) ! Vous saurez bientòt !Sûrement ! Si vous saviez de science certaine. Vous verrez, certes, la Fournaise. Puis, vous la verrez certes, avec l’oeil de certitude. Puis, assurément, vous serez interrogés, ce jour-là, sur les délices. » Sourate 102, 1 – 8

      « Malheur à tout calomniateur diffamateur,qui amasse une fortune et la compte,pensant que sa fortune l’immortalisera. Mais non ! Il sera certes, jeté dans la Hutamah.Et qui te dira ce qu’est la Hutamah? Le Feu attisé de Dieu qui monte jusqu’aux cœurs. Il se refermera sur eux,en colonnes (de flammes) étendues. » Sourate 104, 1 – 9

    • Que faisons-nous individuellement et collerctivement pour surmonter tous nos obstacles?

  4. hahahahha …bon il sait au moins ou il va ….c’est surtout ça le plus important….il part à la retraite en 2021 pour etre rempacer par d’autres comme lui…(tres fort pour escroquer )

  5. « Nous savons où nous allons » Justement c’est ce qui fait peur…

  6. Isousifou DIEU EST JUSTE ET AIME CE QUI EST CORRECTE.
    Tu as volé les suffrages du peuple nigérien pour te hisser au pouvoir.
    Tu as violé plus de 90 fois la constitution du niger
    Toi et tes griots sont devenus multimilliardaires alors qu’avant 2012 tous le monde connait vos trains de vie

    Issifou craint DIEU CAR TU RÉPONDRAS DEVANT LUI LE JOUR DU DERNIER JUGEMENT

Répondre à Abdoulaye S. Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.