Accueil / ACTUALITE / Le Président Issoufou Mahamadou a pris part dimanche à Bamako au Sommet des Chefs d’Etat du G5 Sahel

Le Président Issoufou Mahamadou a pris part dimanche à Bamako au Sommet des Chefs d’Etat du G5 Sahel

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part dimanche 2 juin 2017, au Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres du G5 Sahel.

L’ouverture de ce sommet au Palais de Koulouba a été marquée par l’intervention du Président Français, SEM Emmanuel Macron, Invité d’honneur du Sommet et par le discours d’ouverture du Président malien, SEM Ibrahim Boubacar Keita, Président en exercice du G5 Sahel.

Cette rencontre a pour objectif d’examiner les voies et moyens de consolider les actions engagées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, la radicalisation et l’extrémisme violent ainsi que l’amélioration des conditions de vie des populations sahéliennes.

Le sommet vise également la formulation d’un cadre d’étroite coopération entre le G5 Sahel et la France en matière de défense, de sécurité et de développement économique et social durable dans le Sahel.

Dans son intervention, le président français a apporté le soutien de la France à la force conjointe des cinq pays (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) contre le terrorisme dans la région sahélienne.

Cette force qui a également été soutenue par le Conseil de sécurité de Nations Unies le 21 juin dernier dans une résolution, sera déployée avec des effectifs allant jusqu’à 5.000 hommes pour combattre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée, en menant des opérations militaires conjointes transfrontalières.

M. Emmanuel Macon a affirmé la détermination de son pays à poursuivre et intensifier l’effort de son pays dans cette lutte. Il a notamment salué la création du G5 Sahel et de la Force conjointe de G5 Sahel, assurant que la France est fière d’accompagner cette dynamique et ce mouvement profond face à un même défi.
Il a insisté sur la détermination de la France et des pays membres du G5 Sahel à lutter ensemble résolument contre le terrorisme.

Le Chef de l’Etat français a annoncé un soutien de la France aux unités dont l’accompagnement aux combats et une aide matérielle importante.

Evoquant le renforcement de la coopération entre le France et les pays du Sahel, le Président français a indiqué que le Sahel représente 50 pour cent du budget français de coopération et de défense dans le monde, tout en annonçant un effort de 8 millions d’euros d’ici la fin de l’année 2017.

Il a également annoncé que l’Agence Française de Développement (AFD) va débloquer 200 millions d’euros pour les pays du G5 Sahel dans les cinq prochaines années.

Dans son discours d’ouverture, le Président malien a salué, au nom de ses pairs du G5 Sahel, la présence de leur hôte de marque, « dont le pays, la France, partage une histoire et un destin commun, un pacte de sang avec nos pays et nos peuples respectifs. »

Peu après, les six Chefs d’Etat s’étaient réunis à huis clos. Cette réunion a été suivie d’une conférence de presse des Présidents français et malien et de la Déclaration finale.

À propos de l'Auteur

Source: Presidence de la Republique

À propos Administrateur

2 plusieurs commentaires

  1. ET TOTO A DIT tire son chapeau a Hamed Bakayoko…..et dit s’il pourra avoir des emulations en Afrique…

    Et TOTO A DIT dit quand est ce que les policiers vont cesser de racquetter les Nigeriens avec leur charge fictive qui va dans leur poche..?

    Quand est ce que les policiers et autres porteurs de tenue vont arreter d’embeter les TOTO ONT DIT analphabetes et paysans en leur demandant…METS L’ARGENT DANS MA BOTTINE….ou dans ce journal ? 😊

    Et TOTO A DIT partage…

    Partager est ce un probleme ?
    enuSkip to content
    Rechercher :

    Hamed Bakayoko sonne la fin du racket des policiers

    Le ministre d’Etat, ministre de la Sécurité et de l’Intérieur de Côte d’Ivoire Hamed Bakayoko a annoncé ce lundi 3 juillet le déclenchement de la lutte contre le phénomène de racket dans les rangs de la police nationale et indiqué que ce phénomène ne prospérera plus dans les rangs de ce corps de sécurité.

    C’est avec un langage de fermeté et de rigueur que le ministre Hamed Bakayoko a souhaité la bienvenue aux 991 nouveaux policiers qui recevaient ce lundi 3 juillet leur baptême et leurs épaulettes à l’Ecole nationale de police après leur formation. A ces nouveaux agents de sécurité publique, il a adressé un seul mot, se défaire dans l’exercice de leur fonction du racket et de l’indiscipline.

    « Il ne s’agit pas de venir faire une belle cérémonie pour rentrer après dans tous les travers qui nous sont reprochés. Nous avons travaillé ces dernières années à changer l’image de la police. Vous devez venir accélérer et renforcer cette tendance. Faire en sorte que le policier en Côte d’Ivoire ait une bonne réputation. Que le policier en Côte d’Ivoire soit au service de la nation. Que le policer en Côte d’Ivoire soit au service et secours des populations. C’est fini le temps où on croit qu’être policier c’est avoir l’opportunité de se retrouver dans des check-points, dans des barrages, sur le pont pour racketter les populations. Enlever cela complètement de votre approche, de votre vision », a-t-il mis en garde.

    Le non-respect de cette consigne, a signifié le ministre d’Etat, rencontrera la rigueur. « Comme vous savez, nous travaillons à vous donner plus de moyens pour travailler. Nous veillons à améliorer vos conditions de travail, mais nous serons d’un seuil de tolérance zéro pour les questions d’indiscipline et de racket. Les ivoiriens ont trop souffert pour ces fléaux. Quand on est policier, c’est qu’on accepte de faire le métier, de se mettre au service de la population, et non contre la population », a menacé Hamed Bakayoko.

    Ces 991 nouveaux policiers désormais aptes à exercer le métier de sécurité publique sont de la promotion 2015-2017, et de la 40ème promotion de cette école. Ils comprennent 205 officiers dont 200 ivoiriens, cinq togolais et 788 sous-officiers.
    Désigné séance tenante parrain de cette promotion par les élèves policiers eux-mêmes, le président du Conseil Constitutionnel Koné Mamadou est allé dans le même sens que le ministre Hamed Bakayoko. S’appuyant sur le nom de baptême qu’ils se sont délibérément donné à savoir « dignité et rigueur », il a invité ses filleuls à la probité et au sens élevé du devoir. Pour lui, la combinaison de ces mots traduit la volonté et l’engagement individuel dans le respect et la valorisation du métier embrassé. « Je tiens à vous dire que le sentiment de fierté qui m’anime en cet instant précis sera encore plus grand et davantage justifié le jour où chacun d’entre vous se sera illustré par d’excellents états de service et que de vos rangs sortirons les meilleurs parmi les meilleurs de notre police nationale. C’est dire qu’il vous faudra tourner le dos à toutes les pratiques sans nom décriées au quotidien par la population ivoirienne, celle là-même que vous avez pour devoir de servir et qui garantit le sens de votre existence en tant que corps de métier », a soutenu le président du Conseil Constitutionnel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*