Accueil / ACTUALITE / Le printemps des fausses accusations pour des intérêts sordides commence…

Le printemps des fausses accusations pour des intérêts sordides commence…

Quand on laisse l’arène politique atteindre un tel degré de pollution, il faudrait s’attendre à des accusations réciproques entre les deux blocs politiques opposés, ou souvent entre les membres d’un même clan politique qui se font la concurrence à n’importe pièce. Des genres d’accusations : un tel fait le jeu de l’opposition, une telle fait le jeu des partis politiques au pouvoir, selon le cas, selon les intérêts et selon où on se situe.


Lorsque un activiste de la société civile ou un penseur indépendant, émet des réflexions qui sont au contraire de ce que caressent certains opportunistes, escrocs politiques, colporteurs des fausses accusations, il est tout de suite indexé comme pignon de l’opposition politique ou de la majorité au pouvoir, selon le cas , selon de quel bord on se situe , et qui l’apprécie. 


On a l’impression comme si les deux blocs politiques qui s’affrontent, sont seuls détenteurs de la vérité. Toute réflexion indépendante de l’un de ces deux blocs serait taxée de manipulée par l’un de bloc. Pour ces deux blocs la vraie vérité, c’est leur vérité. Ce qui est à l’inverse de ce que conseille le grand Penseur africain, le sage de Bandiagara Amadou Hampaté BA :  » Il y a ta vérité, il y a ma vérité, la vraie vérité est au centre  » chacun doit chercher à atteindre la vraie vérité , la perfection. 


Cependant dans l’arène politique nigérienne, il n’est pas rare de voir des acteurs politiques du même bord politique se faire glisser des peaux des bananes pour des intérêts sordides personneles à travers des graves fausses accusations. Des fausses accusations en général qui ne résistent pas aux enquêtes bien approfondies. 


Le président de la CENI actuelle, ancien garde sceaux de la transition démocratique au Niger , bien qu’apolitique, juriste indépendant, qui a fait ses preuves au Niger en organisant des élections libres , démocratiques, transparentes et indépendantes , acceptées par tous les acteurs concernés, qui a fait aussi l’objet d’une sélection rigoureuse suite à un appel d’offre à candidature, qui est également constamment sollicité à l’extérieur pour son expertise, fait curieusement ces jours l’objet d’une polémique honteuse qui frise le ridicule de la part de certains éléments de la CENI habitués aux coups fourrés, aux mauvaises pratiques administratives. 


Certains éléments qui ne  sont heureusement que  minoritaires au sein de la CENI, sont connus indésirables dans leurs administrations d’origine, ils ont trouvé refuge au sein de la CENI en vue de se faire argent facile sur le dos du contribuable nigérien. Ils étaient habitués avec les anciennes pratiques mafieuses, qui consistaient se faire désigner fournisseurs de certains biens et services par le truchement des prêtes noms au détriment des vrais opérateurs économique qui s’acquittent régulièrement des leurs obligations fiscales. 


Le problème du Président de la CENI actuelle, Maître Sounna Issaka, en bon juriste indépendant, est lié à sa décision de faire exécuter les dépenses publiques, dépenses de la CENI selon la procédure réglementaire en vigueur , ce que contestent certains aigris, agitateurs, au sein de la CENI venus se faire de l’argent facile sans rien faire .


L’autorité politique se devrait de se rappeler des ces genres d’individus, au temps de Tazartché, du COSIMBA, excellaient dans le colportage des ragots, des fausses accusations en vue de satisfaire leurs intérêts égoïstes. Ils sont prêts à tout faire pour plaire aux patrons en vue de tirer bénéfice au détriment de l’intérêt général. 


Maitre Sounna Issaka, est un homme de droit, de conviction, et d’expérience, connu sur le plan international. Il y a lieu de l’épargner de cette guerre de clochers, il n’est qu’un serviteur de la nation conformément aux textes en vigueur. Ils ont fait appel à lui à cause de sa rigueur, si la rigueur n’est plus de mise, il serait plus honnête de le lui signifier que de se mettre  à  inventer des fausses histoires sur lui.


Une partie de la classe politique et de la société civile, sont dans leur droits de faire des revendications politiques adressées aux autorités politiques, le Président de la CENI n’est pas  législateur,  ni du pouvoir exécutif, il dirige une commission nationale indépendante chargée d’organiser  des élections libres ,démocratiques et  transparentes. Cependant les membres de la CENI n’ont pas le droit de poser des revendications sans passer par leur chef  hiérarchique qui est le président de la CENI. 


L ‘honnêteté serait de faire la distinction entre les revendications politiques adressées au pouvoir politique  par certaines parties prenantes aux élections et les revendications fantaisistes portées par certains prébendiers habitués aux magouilles pour soutirer l’argent public au détriment du travail bien fait.


Les autorités politiques auprès desquelles se plaignent les dits prébendiers se devraient de les renvoyer auprès de leur chef hiérarchique qui a fait l’objet d’une sélection rigoureuse et qui  jouit de  la confiance des plus hautes autorités, qui a en outre  prêté le serment de s’acquitter de sa mission, si elles veulent bien faire conduire le processus électoral dans des bonnes conditions en toutes transparences.


L ‘erreur proviendrait du fait que seuls le président de la CENI et son vice-président ont fait l’objet d’une sélection, certains éléments sont de tout-venant sans qualification qu’on a cherché à caser , au lieu de s’acquitter de leur devoir , ils sont en train de s’activer afin de créer la chienlit avec la complicité de certains politiciens qui ne veulent pas des élections libres, démocratiques et transparentes. 


Le pouvoir public se devrait de diligenter une enquête administrative bien approfondie en vue de bien découvrir d’une part , la vérité et d’autre part de châtier de manière exemplaire, les coupables de la propagation des ces fausses accusations qui ternissent l’image de marque de notre pays .

Par Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtaminfo News

À propos Administrateur

20 plusieurs commentaires

  1. Issa Dan Maradi.

    Aché CENI maa ha qua také !
    Pleine des mauvais gens !

  2. La faute proviendrait de l’autorité politique qui recevrait discrètement certains éléments de la CENI à son cabinet, c’est lui qui a prêté la flanc à cette fronde . Et pour quel intérêt ?

  3. Du courage maître Sounna ! Continuez votre assainissement, tous ceux qui sont impliqués dans le vol , dégagez les , remettez les entre les mains des juges .
    Le pays a trop souffert des incohérences de nos politiciens, ils veulent des élections libres,démocratiques et transparentes mais ils envoient des cadres incompétents, voleurs pour les représenter à la CENI.
    Tout le problème de la CENI est lié mode de désignation des représentants de l’État, au lieu d’envoyer des gens sérieux, on préfère des délinquants, des menteurs, des voyous.

  4. Jadi Dan Chatou

    Voilà pourquoi les Anabo s’agitent sur la CENI actuelle. Aché ! Ils ont l’habitude de se sucrer, raison pour lesquelles ils se battent pour une nouvelle CENI.
    Que Dieu sauve le Niger !
    Comment peut-on organiser des bonnes élections avec des voyous comme ça !
    Au lieu d’organiser une sélection rigoureuse des personnes de bonne moralité, les Bazoum comme a leur habitude , ont préféré des escrocs, des bons à rien . Et voilà ce que ça donne , que de la zizanie, des ragots, des complots, des fausses accusations entre eux . Je me demande que viendrait la CENI avec l’arrivée de l’opposition ! Déjà entre eux c’est des coups fourrés. Toutes ces intrigues sont organisées par qui vous savez . Il ne vit que de ça !

  5. TOI, TU ES DE QUEL COTE?

  6. ledernier harouna

    seul dieu connait la veritè:

  7. Ce qui est étonnant dans cette affaire , ce sont les envoyés du Guri à la CENI qui accuse maitre Issaka souna de faire le jeu de l’opposition politique, peut-être il les empêche de voler comme par le passé, de l’autre côté selon l’enquêteur, un journal proche de l’opposition, maitre Issaka souna ferait le jeu du pouvoir.. vous voyez ce monsieur ,il est entré le marteau et l’enclume. Sacré gouri !

  8. Cet article est commendite par Guri et ses suppots pour faire croire que Maitre Souna ne roule pas pour le PNDS et son candidat alors que c’est tout le contraire et les auteurs de l’article le savent tres bien. Maitre Issaka Sounna est bien connu des nigeriens ainsi que ses accointances avec le PNDS et ses mentors. Il doit sa position au PNDS qu’il ne va pas decevoir. Seule la lutte de l’opposition peut imposer le jeu democratique mais ces soit disant magistrats a un sou qui ont fini de trahir leur serment comme ce fut le cas de boube ibrahim qui doit regretter aujourdhui son attitude malsaine en 2016.

  9. le communautarisme = gestion $ + partage € selon l’organigramme des catégorie Administratives + politiques = s’aim€r c’est aussi aimer les autre$ . Pas de mouvement quelconque tant que le gâteaux se met à table et servi avant les anniversaires démocratiques : pas après car ils se pourrait que certains invités rebroussent chemin affamé et désespérer d’où l’on peut parler de résistance supporteurs .
    NB : la jeunesse Nigérienne alphabets + analphabètes dans les mouvements par la grâce de quelques couches de ruissellement et tout le monde est content .

  10. C’est les coups fourrés qui commencent !
    Que Dieu sauve le Niger !

  11. La CENI est un organe constitutionnel , indépendant du pouvoir politique , qui jouit de l’autonomie financière , budgétaire et comptable. Je ne comprends pas pour quoi certains membres de la CENI se détachent de leur président pour aller le calomnier auprès du ministre ? Pourquoi le ministre accepte-il un telle comportement ?

  12. Dans Maibirni

    Il n’ est certainement pas maîtrisé par aucun blocs politiques. C’est quelques courtisans des deux blocs qui intriguent contre lui . Il veut aller aux élections démocratiques, libres et transparentes, ça dérangent les prébendiers pressés de se faire taper des marchés surfacturés comme par le passé. En tant que juriste, de surcroît avocat, il a peur de laisser les plumes en les laissant faire . Du courage maître Sounna, ne vous découragez pas , vous avez la confiance des plus hautes autorités.

  13. Peut-être la rigueur de Maitre Issaka souna les dérangent ! Pauvre Niger !

  14. Mamane Dan Tokoina

    Il n’est pas surprenant quand on sait qui sont les représentants de l’administration au sein de cette CENI . C’est des véritables prédateurs des deniers publics , le fameux Moussa Sani a dans son passif plusieurs ardoises , à la trésorerie régionale de Tillabery, il a été chassé pour incompétence et mauvaise gestion, à la DRFM du cabinet du premier ministre, il a été remercié pour cette pratique mafieuse de prêtes noms à travers les marchés qu’il octroyait à son propre frère. Il a quitté le trésor pour incompétence. Quant à Mme Katambé , elle excellait dans cette pratique avec les anciennes CENI , elle a été virée de la MACREF pour mauvaises gestion. Monsieur Moussa Landa a intérêt à éviter de se faire embarquer par les Moussa Sani dans une mauvaise affaire .
    Le CENI est dirigée par un expert en matière des élections, si vous ne pouvez pas l’aider dans votre sphère de compétence , vous avez intérêt à quitter au lieu de créer la zizanie.
    Les hautes autorités ont eu confiance à maitre Issaka souna ,si vous avez des doléances, adressez vous à lui , pourquoi lui brûler la politesse ?
    J’ai lu un article commandé du journal enquêteur où il est dit qu’ils ont été reçus par le ministre de l’intérieur.
    Pour quelle raison le ministre de tutelle les reçoit sans la présence du dit président ?

    • Voleurs de la CENI

      Bien vu, mon frère! La description de Moussa Sani (tant du point de vue de sa vacuité intellectuelle que de son appétit sans bornes pour les prébendes) est conforme au personnage. Il a, à lui seul, grandement contribué à la dégradation de l’image et de l’honneur du comptable public dans ce pays. Et au vu de son pedigree que tu as bien détaillé, je me demande encore aujourd’hui, comment il a pu se retrouver représentant du Ministère des finances au sein d’un institution aussi importante que la CENI. Quant à madame Katambé, ses agissements sont de nature à couvrir de honte son respectable (?) époux, ainsi qu’aux organisation féminines qu’elle représente au sein de l’institution. Il n’y a pas une forme de scandale auquel elle n’a pas été mêlée à la CENI. Elle a, sans aucun respect pour son rang de vice-présidente, eu à effectuer le billetage en lieu et place de la comptable dont c’est l’attribution. Et tout ça pour faire des ponction sur le montant qu’elle payait à des DNN et autres agents subalternes de la CENI. Elle ne laissait aucun sou lui filer sous le nez, ce qui avait plusieurs fois conduit le pourtant peu recommandable Maïkoul Zodi à l’insulter crûment devant les gens à cause de sa rapacité. Et quand un Maïkoul Zodi en arraive à insulter quelqu’un du fait de sa gloutonnerie, cela se passe de tout commentaire. Madame Katambé a aussi vendu les postes de présidents de CENI décentralisées, sans vergogne. Bref, les hauts faits de cette bonne dame à la CENI ne peuvent pas se compter. Mais dans ta diatribe contre ces agents véreux de la CENI, tu sembles avoir oublié » Hadjia » Maria, Secrétaire Générale Permanente Adjointe en second. Epouse d’un Magistrat dont elle n’avait de cesse de traîner l’image dans la boue, voilà une dame qui ne recule devant rien (mais alors vraiment rien!) pour se faire de l’argent. Complice et maîtresse de Maïkoul Zodi, selon certaines langues, elle avait pour mission, avec le même Maïkoul, d’espionner le bureau de la CENI au profit de l’opposition, en 2016. Comble d’immoralité, elle avait, une fois, proposé de … tailler une bonne pipe à un autre agent de la CENI, pour qu’il lui laisse la totalité d’une somme de 120.000F CFA qu’ils avaient reçue à deux en guise de dessous de table. Quand une femme, soi-disant mariée, tombe bas au point de tarifer une pipe à 60.000F, cela laisse sans voix. Il y avait aussi le redoutable Abdoulaye Coulibaly. Voilà un monsieur à qui l’on donnerait le Bon Dieu sans confession, mais qui, pour de l’argent, est capable de tout. C’est, en fait, le prototype même de l’escroc. Sa technique: prendre des commissions de 20% contre des promesses de marchés qui, le plus souvent, ne sont pas octroyés, ce débouche toujours sur des litiges interminables. Une fois, un monsieur avait même voulu kidnapper l’enfant à Coulibaly, pour exiger le remboursement d’un montant de 8 millions perçus pour un marché non octroyé. Et pour convaincre les « chasseurs de marchés », il disait que la commission à verser était destinée aux Président de la CENI. Il y avait aussi Maïkoul Zodi qui avait été évoqué plus haut, qui, lui, faisait ses affaires sans prendre de gants, c-à-d au vu et au su de tous. Il y avait aussi les Malam Djibo, feu Abba du Garage administratif, Maïna, Annabo (un président de parti, paraît-il), Nalado, et j’en passe, comme chasseurs d’argent facile à la CENI. Faites un tour du côté de la maison de Malm Djibo sise à Boukoki, et vous rendrez compte de la capacité de nuisance de l’homme. Un précision: Malam Djibo n’a jamais travaillé ni dans le secteur public ni dans le privé dans ce pays, et grâce à la CENI, il a pu se constituer un tel patrimoine.

      • Indigne belle-mère

        Madame Katambé avait même l’habitude de voler sa propre bru (sa belle-fille, ou si vous préférez la femme de son fils) qui était son assistante à la CENI, et dont elle percevait les indemnités avant de les lui remettre. La bru s’était rendu compte de l’écart qu’il y avait à chaque fois entre le montant qu’elle percevait des mains de sa belle-mère, et celui de l’autre assistant qui avait le même rang qu’elle. Puis, quand elle s’était vraiment rendu compte de la supercherie, elle avait voulu, n’eut été l’intervention de certains membres de la CENI, porter plainte contre sa belle-mère.

      • Tailler une pipe a 60000 cfa. Elle doit en etre une experte.

  15. Il n´y a pas de fumee sans feu.

    • Si vous vérifiez bien , il y a aucun problème sérieux, c’est une affaire de prébendes, ces agitateur sont connus de leur milieux partout où ils ont servi, ils ont créé la zizanie, et laisser des grosses ardoises. C’est vraiment le printemps des fausses accusations pour des intérêts personnels.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.