Home ACTUALITE Le reveil des rébellions armées , la montée des attaques terroristes et des attaques des narcotrafiquants en Afrique de l’Ouest…
ACTUALITE - DEFENSE - 9 février 2021

Le reveil des rébellions armées , la montée des attaques terroristes et des attaques des narcotrafiquants en Afrique de l’Ouest…

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe
Les groupes touareg maliens sont accusés d’entraver le processus de paix au Mali. D. R.

Les incursions des mouvements armés,  les attaques récurrentes des terroristes, des narcotrafiquants, dans les pays de l’Afrique de l’Ouest, relèvent des  stratégies géopolitiques et géostrategiques de certaines grandes puissances  extérieures , pour mieux défendre leurs intérêts et maintenir les Etats de l’Afrique de l’Ouest dans leur domination néo-imperialiste ,  néocolonialiste. Pour bien masquer les choses,  leurs valets locaux, certains roitelets africains, les  chevaux de troie de la domination étrangère en Afrique, sont utilisés pour les salles besognes.

Les médias français sont aussi utilisés pour la propagande aux cessionistes.

La télévison France 24 et la radio RFI continuent à jouer leur jeux troubles au Sahel , particulièrement au Mali voisin, un adage de chez nous dit: « Quand la barbe de ton voisin prend feu, cherche à mettre de l’eau à la tienne « .

Ces médias ne parlent des pays africains que quand il y a famine, guerres fratricides, pandémies meurtrières.

Au moment où le gouvernement de transition démocratique, au Mali, cherche à trouver un consensus avec ces partenaires de la Coordination des Mouvements de l’Azawad ,  la CMA , pour mettre en aeuvre les accords d’Alger et les recommandations issues des différents dialogues politiques nationaux , c’est ce moment que le Mouvement National de la Libération de l’Azawad , le MNLA , choisit pour réveiller les vieux demonds de la balkanisation du  Mali ,qui risqueraient de s’étendre dans les autres pays voisins du Mali si l’on ne prend garde.

La Communauté Économique  des Etats de l’Afrique  de l’Ouest,  la CEDEAO,  notre organisation sous-régionale , chargée de l’intégration économique et monétaire, au lieu de jouer son véritable rôle dans la sous-région, elle  checherait plutôt à affaiblir les autorités actuelles du Mali qui avaient pris leur responsabilité devant l’histoire en évitant au peuple souverain du Mali des lendemains douloureux.

Pourtant plusieurs pays membres de la CEDEAO violent son protocole d’accord additionnel sur la bonne gouvernance démocratique , sans que aucune sanction ne suive.

En république de côté d’Ivoire, en République de la Guinée Conakry, pour ne citer que ceux-là,  le protocole d’accord additionnel de  la bonne gouvernance démocratique de la CEDEAO,  a fait l’objet de plusieurs violations sans aucune réaction positive de la CEDEAO , parce que quelque part certaines grandes puissances étrangères trouvent leur compte .

Cependant,  la CEDEAO  insiste actuellement sur la dislocation du Comité National pour le Salut du Peuple,  le CNSP  au Mali  et  exige également, la suppression du poste de vice-président au Mali.  Or cette organisation collégiale de la gestion  du pouvoir, instituée par la junte militaire ,  est plus conforme, plus proche  de  la réalité socio-économique , politique et militaire,  du Mali, pour le moment.

Mais , l’on a préféré donner suites d’une part, aux demandes de certains politiciens maliens, qui étaient déçus de ne pas pouvoir  être cooptés au pouvoir par la junte militaire, et d’autre part, certains dirigeants politiques africains dictateurs, violeurs de leurs constitutions , qui craignent d’être à leur tour renversés par leurs forces  armées nationales .

Certains politiciens maliens,entre autres impairs posés par  le régime de Ibrahim Boubacar Keita, IBK , étaient parmi   les agents causaux de la crise sociopolitique malienne qui a amené, les forces armées maliennes, en bon arbitre,  de sortir de leur réserve,  pour  renverser le régime de Ibrahim Boubacar Keita,  ce qui a évité au pays des conflits sanglants.

Les militaires maliens au pouvoir actuellement,  ont commencé à enregistrer des victoires éclatantes contre les terroristes et les bandits armés,  grâce à la persévérance et la grande intelligence de leurs  chefs .  Au lieu de les encourager dans leur farouche combat  contre le terrorisme et l’assainissement de la gouvernance démocratique au Mali,  sous la pression de la France, la CEDEAO chercherait à mettre les bâtons entre les roues du gouvernement de transition au Mali.

Ainsi,  l’on  a l’impression que le terrain est en train d’être préparé inconsciemment ou consciemment,  aux rébellions armées .

D’où ce regain  des déclarations  tapageuses,  cessionistes : de la part de la rébellion  armée au nord du Mali, le MNLA ,  d’un  front armé au nord du  Niger qui se déclare pour le changement , en Centrafique, un mouvement armé est en train de contester les résultats des élections générales constitutionnelles, ect.

Nous avons l’impression que la France ne joue pas franc jeu avec ses partenaires africains . Son comportement surnois dans la résolution de la crise malienne ,est en train de donner raison à la jeunesse malienne, bien éclairée,  qui condamne les agissements français au Mali.

Ce n’est pas  surprenant,  le Général De Gaulle avait déjà averti : la France n’a pas des amis mais des intérêts.

Il appartiendrait maintenant aux dirigeants politiques africains de bien comprendre cette anecdote rapportée et de s’organiser en conséquence, pour bien riposter stratégiquement,  en faisant comprendre en leur tour aussi , d’une même voix unique , aux dirigeants européens et occidentaux, que l’Afrique aussi n’a pas d’amis mais des intérêts à défendre et à sauvegarder.

Pour faire face efficacement à cette déstabilisation en gestation,  depuis des longues dates  , les dirigeants africains doivent prendre leurs responsabilités, ils doivent chercher à diversifier leurs relations économiques internationales stratégiques , plus à même de les garantir des  coopération économiques avec le reste du monde , « gagnant gagnant » pour mieux prévenir que guérir cette déstabilisation de la sous-région pour des raisons géostratégiques et géopolitiques,  organisée par  certaines puissances excolonisatrices ,  qui se profile à l’horizon.

Le terrain est actuellement propice à cette déstabilisation,  beaucoup des pays africains sont en train d’organiser des élections générales constitutionnelles,  les dirigeants politiques sont beaucoup plus occupés par la conquête du pouvoir politique que par  les mesures sécuritaires à prendre pour securiser les citoyens.

La crise alimentaire, la situation sanitaire alarmante,  ne font que dégrader la situation socio-économique et rendre  les régimes fragiles.

C’est ce moment que les mouvements de rébellions armées et leurs complices, les terroristes, les narcotrafiquants, choisissent pour nuir aux paisibles citoyens des pays africains.

La France fait semblant de jouer aux pompiers, alors que dans la réalité,  elle est soupçonnée de piloter en sourdine tous ces mouvements de rébellions armées en vue de déstabiliser les régimes africains pour pouvoir les imposer ses conditions qui lui permettrait de bien continuer ses pillages des ressources minérales, des richesses  naturelles des pays africains.

C’est l’une des raisons entre autres, qui a poussé le géant de la CEDEAO, le Nigéria à fermer ses frontières avec ses voisins.
Car il soupçonnerait une puissance étrangère de chercher à utiliser un pays voisin pour le déstabiliser.

Les pays du G5 Sahel se devraient donc de changer de stratégie dans la lutte contre les groupes armés, les narcotrafiquants et  les terroristes , qui sèment la terreur dans les pays du SAHEL en particulier et en Afrique en général.

La coordination des aides extérieures militaires destinées  aux pays de G5 Sahel par la France semble poser des problématiques.

La France ne peut pas être juge et partie, en effet,  elle ne peut pas  soutenir une rébellion armée contre le pouvoir central au Mali, contre les pouvoirs centraux dans certains pays africains  et vouloir coordonner la répartition des aides financières et matérielles, extérieures, destinées aux dits pays  en lutte contre l’insécurité créée par ,  les rébellions armées ,les terroristes et  les narcotrafiquants.

Un ancien Ambassadeur de France au Mali qui sait de quoi il parle, a  dénoncé ce soutien de la France à la rébellion armée au nord du Mali.

Il appartiendrait aux pays africains de tirer les conséquences de ces ingérences dans leurs affaires intérieures.

Cette déclaration de la MNLA, qui  déclare l’indépendance de l’Etat de Azawad , de commencer les bornages des frontières avec l’état central du Mali,  à  compter du 2 fevrier 2021 , à  travers les médias français, la radio  RFI et la télévision France 24 , prouve si il en ait besion , la complicité des médias français dans la propagande pour la déstabilisation du Sahel. Cette propagande risquerait de donner de l’appétit  et des idées à d’autres cessionistes africains , utilisés pour la cause extérieure à l’ Afrique, aux anciennes rébellions, ce qui créerait un grand désordre sécuritaire difficile à contenir dans  la sous-région , au seul profit de la France qui chercherait  à imposer : sa réforme du franc CFA aux pays de l’Union Économique Monétaire Ouest-Africaine , l’UEMOA et des dirigeants qu’elle voudrait choisir pour diriger les pays africains francophones ,  tout ceci dans une mascarade des élections démocratiques .

Nous avons entendu un jeune frère africain dire que tous ces mouvements armés qui se réveillent subitement en Afrique, ont pour objectif d’influencer les résultats des urnes.   Nous pensons que c’est plus profond que ça. Les raisons sont d’ordre géostratégique
et géopolitique.

Les pays africains se devraient de se réveiller avant qu’il ne soit  trop tard . Vaux mieux prévenir que guérir !

Faute de quoi une autre forme de récolonisation plus tragique encore,  qui  se dessine à l’horizon , risquerait de se réaliser.

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

Région de Tahoua : invasion d’Affala et Kao par des criquets pèlerins

Alors que la campagne agricole s’annonçait prometteuse, depuis une dizaine de jours, les l…