Accueil / ACTUALITE / Le Sahel : entre impératif de répondre aux urgences et quête d’efficience…

Le Sahel : entre impératif de répondre aux urgences et quête d’efficience…

Le Sahel est au cœur des préoccupations. Les conflits communautaires s’ajoutent aux problématiques sécuritaires, humanitaires et développementales. La situation au Sahel oblige les parties à répondre à l’urgence. Elle appelle également à plus de présence de l’Etat, plus de synergies, de coordination parmi les acteurs, y compris les communautés bénéficiaires et le secteur privé dont le rôle est souvent occulté. Au-delà des réponses immédiates aux crises, il s’agit de développer des réponses plus pérennes dans la recherche d’un point d’équilibre entre court-terme et long terme.

Répondre aux urgences du moment

Les urgences sont multiples. Au Burkina Faso, au Mali au Niger, nous voyons des écoles fermer à cause du terrorisme. Dans la région de Mopti, 60% des écoles sont fermées tandis qu’au Burkina Faso, 440 écoles ont été fermées excluant ainsi 66 000 enfants du système éducatif pour l’année scolaire en cours (2018-2019). Notre pays vient de perdre vingt-huit de ses jeunes et vaillants soldats, tombés au champ d’honneur.

La pression sécuritaire a généré des coûts macroéconomiques et budgétaires importants. Entre 2012 et 2017, la part des dépenses militaires en pourcentage du PIB du Mali a plus que doublé, passant de 1,4% à 3%. Cette part a également doublé dans le cas du Niger entre 2011 (1,31%) et 2017 (2,67%). La Mauritanie a consacré l’équivalent de 4,1% de son PIB dans les dépenses sécuritaires en 2016 tandis que le Tchad y a consacré l’équivalent de 5,6% en 2013.

De l’autre côté, nous observons les effets sur les investissements sociaux. Le Niger qui a substantiellement augmenté la part de ses dépenses publiques en éducation en pourcentage du PIB entre 2010 (3,7%) et 2014 (6,7%) a vu cette part baisser à 4,4% en 2017. En 2018, le Niger a consacré 17% de son budget à la sécurité contre 11% pour la santé.

L’augmentation de la menace sécuritaire et le risque de non ‘soutenabilité’ de la forte hausse des dépenses de sécurité au détriment des autres secteurs, si elles ne sont pas correctement adressées, pourraient nourrir un cercle vicieux tant les coûts budgétaires (et part du PIB) qui seront dévolus à la sécurité continueront de peser sur la capacité des Etats à réaliser leurs objectifs de développement durable.

Renforcer les mécanismes de prévention des conflits

Une meilleure prise en compte des analyses dans la prévention des conflits est fondamentale. Rappelons que dans son rapport d’alerte précoce par pays publié en avril 2018, le musée du mémorial de l’Holocauste des États-Unis avait prévu une tragédie du type d’Ogossagou au Mali.

Il convient également de prendre en considération, développer, renforcer et de redimensionner à l’échelle régionale les mécanismes de prévention des conflits et des systèmes d’alerte précoce qui ont fait la preuve d’une certaine efficacité. Dans cette perspective, on pourrait étudier de plus près des mécanismes comme la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, institution nigérienne, créée dans les années 90, chargée de l’analyse prospective, de la prévention et de la gestion des crises et conflits.

Accélérer les synergies

L’an dernier, l’Organisation des Nations unies (ONU) et le Groupe de la Banque mondiale (GBM) ont signé un cadre de partenariat stratégique en vue de consolider leur engagement commun en faveur du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Une des composantes de cet engagement traite du nexus humanitaire-développement et ses liens avec la paix. Ceci est une opportunité pour l’engagement de ces deux institutions au Sahel.

Par exemple, il existe des opportunités de synergies atour du Plan de soutien de l’ONU au Sahel, qui cible 10 pays (Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal et Tchad). L’ONU estime le coût du financement des ODD pour les dix pays du Plan de soutien au Sahel à hauteur de 743 milliards de dollars sur la période 2018-2022. Le coût pour les cinq pays du G5 Sahel sur la période 2018-2022 est estimé à 200 milliards de dollars, soit une moyenne de 8 milliards de dollars par an et par pays. Les domaines du Plan relatives à l’action pour le climat, les énergies renouvelables ainsi que l’autonomisation des femmes et des jeunes sont des axes de convergence avec le GBM ainsi que d’autres banques de développement.

Un exemple de la synergie entre l’ONU et le GBM est la coopération entre les deux institutions pour appuyer les réfugiés, les déplacés et les communautés hôtes dans les pays du Sahel. D’ores et déjà, il devient critique de faire évoluer les réponses et de mettre en place plus de projets intégrés qui visent à améliorer l’accès aux services sociaux de base, d’élargir les perspectives économiques et d’améliorer la gestion de l’environnement pour les communautés accueillant des réfugiés dans les zones cibles.

A l’échelle régionale, la Banque mondiale finance un projet d’autonomisation des femmes et de dividende démographique au Sahel (SWEDD) avec un appui du Fonds des Nations unies pour la population dans la mise en œuvre. Dans une région dont l’économie repose beaucoup sur le pastoralisme, nous pouvons également mentionner le projet régional d’appui au pastoralisme au sahel (PRAPS) qui vise à stimuler l’intégration régionale dans six pays du Sahel et à améliorer l’accès à des services essentiels pour plus de 2 millions de pasteurs et agropasteurs, ainsi que pour accroître leurs revenus et leurs débouchés.

Appuyer le Secrétariat permanent du G5S

En décembre dernier, à l’issue de la Conférence de coordination des partenaires et des bailleurs de fonds du G5 Sahel, les annonces de financement du Programme d’investissement prioritaire (PIP) pour la période 2019-2021 se sont élevées à 2,4 milliards d’euros, correspondant à 127 % de l’objectif de mobilisation initial.

Au-delà de la mobilisation effective de ces ressources financières, des attentes existent et des défis à relever pour une mise en œuvre efficace du mandat du G5 Sahel. A ce stade de ses activités, le Secrétariat permanent du G5 Sahel doit disposer des moyens pour accroître son impact. Pour répondre aux urgences et inscrire ses actions dans la durée, le Secrétariat permanent du G5 Sahel aura besoin des ressources (humaines et financières) nécessaires pour améliorer ses opérations, ses politiques et ses processus pour mieux répondre aux besoins de ses pays membres.

Dans la lutte en faveur du Sahel il n’y a pas de plan B. L’effort collectif, intelligent et déterminé reste nécessaire pour (re)mettre la région sur la voie d’une paix et d’un développement durables.

Par Abdoul Salam Bello

À propos Administrateur

4 plusieurs commentaires

  1. Si c est la la pub professionnelle que tu entrain de faire c est mal parti, je te donne la fuite, il faut faire un article sur Hama et le saccager sur tous les plans demain tu aura un emploi à la présidence, un conseiller en pititi patata.

    • Il n’a pas besoin de ce genre de poste. Ce qu’il fait est plus important et riche que d’aller être un mister commère.

    • Ce « Hum » mourra à coup sûr de stress. Il s’attaque à tous ceux qui ne s’en prennent pas à ce régime quelle qu’en soit la pertinence de leur analyse. Hama+ là dont tu fait allusion est un homme fini à tout point de vue et ce à jamais; donc cesses de t’en prendre à tout le monde comme un chien enragé parce que tu ne pourras rien changer à son sort; il commence juste à payer le mal qu’il a fait à ses amis du M.N.S.D toutes ethnies confondues. Le bon dieu ne dort jamais comme on le dit souvent, et si tu crois que c’est faux, alors continues dans ta logique d’insulter tout le monde.

  2. entouka il n’ y’a pas de problème sans solution et vice versa ce qui veut dire que la situation sécuritaire du sahel mérite une récupération rapide ,précise et concise des maux terroristes noir afin de les désarmés voir destitués selon la sharia Islamique + militaire stipulant que les mal intentionnés doivent être bannit de la société .
    Tout comme à la création l’homme se servait de sa nature pour survivre le Niger , jugeons utile de faire recours à certaines pratiques du passé pour rendre cohérent l’environnement moderne qui nous entour tout en assurant la protection + l’utilisation de nos ressources humaines à court + long terme

Répondre à Ambarka Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.