Accueil / ACTUALITE / Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré. (Première partie)

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré. (Première partie)

Soumaila ABDOU SADOU
Titulaire d’un diplôme de 3ème cycle
Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) de Niamey – Niger

Durant plus d’une décennie notre Niger est classé régulièrement en queue de peloton en termes d’indice de développement humain (IDH) par le PNUD. Afin de sortir des sentiers battus en brisant ce cycle vicieux, il  doit impérativement   reformer  sa gouvernance pour espérer s’ouvrir à son tour le chemin du développement. Dans cette perspective, il est indispensable pour notre pays de baser toute sa stratégie sur le recours aux cadres  compétents, intègres, professionnels et patriotes dans tous les compartiments de l’Administration  c’est à dire tant au niveau central que déconcentré piliers de l’Administration de l’Etat.

Aussi, toute stratégie de développement du pays doit être axée forcement autour l’émergence du local à savoir  nos départements et régions dans un contexte de décentralisation, la prospérité  desquels passera forcement par une bonne gouvernance. Cette dernière doit être aussi à son tour portée par une Administration Territoriale  dont le profil doit être à la hauteur des attributions des fonctions de cadres de commandement mais également conforme aux aspirations de développement  et de bien être de notre peuple. Un Etat bien géré à tous les niveaux est gage d’espérance.

Pour cela, le Niger s’est doté en 2011 d’une loi notamment la loi 2011-21 du 08 août 2011, déterminant la classification des emplois supérieurs de l’Etat et fixant les conditions  de nomination de leurs titulaires. L’application de cette loi sera sans conteste à même de susciter à nouveau de l’espoir dans la marche de notre pays vers un lendemain meilleur. Elle permettra sans aucune à nos départements et régions de connaitre un essor certain.

D’ailleurs,  l’article 10 des dispositions transitoires de ladite loi stipule : « En attendant l’adoption du statut particulier du personnel de l’Administration Territoriale, les nominations aux emplois de gouverneur et de préfet  sont pourvues en conseil des ministres sur proposition du ministre chargé de l’Administration Territoriale. »

Nous tendons vers le fin de l’année 2017, cette loi ne connait pas un début application en plus,  ledit statut n’a pas jusque-là vu le jour plus de six années après l’adoption de la loi. Aucune suite n’a été  donnée par le Président de la République à cette disposition importante qui  par ailleurs s’impose à lui. En effet, celui-ci  n’a pas  jugé opportun l’adoption à travers un  décret  du statut du personnel de  l’Administration Territoriale pour être en conformité avec la loi. Pour l’heure, rien ne présage  qu’il sera adopté dans un futur proche. Pourquoi une telle hésitation à règlementer ce domaine important dans la vie de notre nation? Pourquoi adopter une loi hier et refuser catégoriquement son application aujourd’hui ?

Le maintien d’un tel statu quo laisse croire aux Nigériens que ce statut ayant suscité tant d’espoir (comme  d’ailleurs ce fut les cas au niveau de certains secteurs importants  pour le développement économique et social de notre pays au début du premier mandat du Président ISSOUFOU Mahamadou) est définitivement enterré par ceux-là même qui ont fait adopter la loi par l’Assemblée Nationale en 2011.

En effet, La remise aux calendes grecques de l’adoption du statut du personnel de l’Administration Territoriale  met à nu le manque d’ambition notoire pour celle-ci et  démontre à suffisance aux plus sceptiques que ce statut représente à l’heure actuelle le cadet des soucis pour  l’autorité habilitée à prendre ce décret indispensable afin de permettre à notre pays d’être doté une fois de  plus d’un texte si déterminant dans la gouvernance de nos Départements et Régions.

Ce statut est si important que notre pays ne peut pas et ne doit pas s’offrir le luxe de jeter celui-ci à la poubelle dans la mesure où son importance n’est plus à démontrer aujourd’hui, au vu de la situation catastrophique dans laquelle végète nos Départements et nos Régions transformés en butins par certains opportunistes aux esprits mercantiles, sans aucune compétence et sans scrupule qui trônent malheureusement au niveau de plusieurs entités administratives de notre pays afin de satisfaire  juste une clientèle politique.   (A suivre).

À propos de l'Auteur

Soumaila ABDOU SADOU Administrateur Civil

À propos Administrateur

4 plusieurs commentaires

  1. ….LA QUALITÉ DE LA RESSOURCE HUMAINE SE RÉVÈLE DANS LA QUALITÉ DE LA MISE EN OEUVRE DE LA VISION NATIONALE DU DÉVELOPPEMENT!!!

    OR DEPUIS PRES D’UNE DIZAINE D’ANNÉES, LE NIGER SOUFFRE…D’INSUFFISANCE DE VISION CLAIRE, PRAGMATIQUE, SOCIALEMENT INCLUSIVE ET DE LONG TERME ….DES RESPONSABLES DE LA GOUVERNANCE NATIONALE!!!

  2. lorsque je parle du Niger Ça me fait mal à tête, un pays ou tout se passe, franchement on a quoi, on vient d’où? qu’est ce qu’on fait…….

  3. Tu a oublie que le president est amenesique a toute loi qui ne l arrange . Ce pays est avec une passion aveuglee tout simplement

  4. soumaila revient sur terre la politique a tout pris dans ce pays . c’est le reflet de la démocratie nigérienne .

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*